Partagez | 
 

 The fantastic world of Oz [Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Jeu 24 Aoû - 23:38

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

L’homme-citrouille était neutralisé. Nous pouvions enfin souffler avant la prochaine péripétie. Péripétie qui ne saurait tardé, j'en étais certain. Jackie blottie contre moi, je ne savais pas trop quoi faire. Les marques d’affection, ce n'était pas trop ma came. Aussi me contentai-je maladroitement de lui tapoter le dos. La blondinette s’était calmée. Elle repartait déjà offrir son aide au premier venu. On n’aurait pas dit, à la voir comme ça, qu’elle possédait une si grande force au fond d’elle. Voir le rose de la vie derrière toute cette crasse de gris, voir le bon chez les pires ordures, ça demandait de sacrés efforts au quotidien. Et Jackie le faisait sans jamais se fatiguer. Elle était incroyable. À sa façon. Un petit rayon de soleil.
De nouveau sur la route de briques jaunes, Zelena estima qu’elle avait assez perdu de temps avec nous. Ou du moins, ce fut le message qu’elle fit passer en sous-texte. De plus en plus sympathique cette sorcière. Fallait le dire si on la gênait. Puis c’était elle qui nous avait embarqués dans sa tornade. On n'avait rien demandé. Après nous avoir donné rendez-vous au Palais d’Émeraude, la rousse disparut avec la poupée de porcelaine dans un nuage vert. Bien. Au moins nous n’aurions plus à nous taper des remarques acides. Nous reprîmes donc notre chemin, guidés par Dorothy et entraînés dans le sillage de joie formé par une Jackie en pleine forme. Personne n'aurait pu deviner que quelques minutes auparavant, elle avait été au bord du gouffre. Une force de la nature je vous dis.
Nous arrivâmes à la croisée des chemins. D’un côté, le sentier était clairement plus engageant que de l’autre. Et nous n'étions pas pressés. Ce fut donc tout naturellement que la petite troupe emprunta le “chemin le plus long”. Mains dans les poches, je marchais d’un pas tranquille, prenant le temps d’observer le paysage. Les couleurs éclataient dans tous les sens. Maintenant que mes pupilles étaient habituées à cette explosion de couleurs, je pouvais profiter du spectacle. Tout ressemblait à un décor dessiné par un enfant. Si enchanteur, si naïf et criard…

C’EST QUOI CE TRUC ?! Jackie devait vraiment arrêter d'essayer de devenir pote avec toutes les créatures qu’elle croisait. Parce que ça avait quand même quelques inconvénients notables. Par exemple, se faire courser par des singes ailés. Ouais, des p*tains de babouins avec des ailes. Quel pays de dingue. Le choc de la surprise passé, je tentai d’évaluer la situation le plus rapidement possible. Le bilan n’était pas fameux. La Dame Blanche avait réussi à entraîner un singe avec elle, mais les deux autres ne voulaient pas nous lâcher la grappe. La mairesse en envoya bouler un deuxième. C’est qu’elles étaient coriaces ces bestioles ! Miss Mills proposa l’idée de faire demi-tour. Que l’on aille dans un sens ou dans un autre, les singes nous poursuivraient. Autant avancer. Si on leur laisse le temps d’appeler des renforts, on va se retrouver avec toute une clique aux trousses. Faut s’en débarrasser maintenant. La perspective de finir avec une armée de singes volants aux miches ne me plaisait que très moyennement.
Soudain, un plan mi-ingénieux mi-suicidaire me traversa l’esprit. Un homme sain d’esprit se serait ressaisit et aurait continué à réfléchir. Cependant, je n’étais pas tout à fait sain d’esprit. Les yeux rivés sur les primates voltigeurs, j’enlevai ma veste et la tendis à Jackie. Garde-moi ça deux minutes. J’échauffai mes épaules et fis craquer mes doigts. Il allait y avoir du sport. Un babouin fondait en piqué sur le brun (Tarzan ou quelque chose de ce genre). Mes paupières se plissèrent tandis que mes muscles se tendaient, comme un félin prêt à attaquer. Quand le singe ne fut plus qu’à deux mètres de moi, je bondis sur son dos, toutes griffes dehors. Celles-ci se plantèrent dans les épaules de ce Pégase de la jungle. Je m’agrippais de toutes mes forces pour ne pas tomber alors que ma monture gigotait dans tous les sens. Le singe eut beau s’évertuer en loopings et figures acrobatiques, je restais farouchement accroché. C’est pas mon premier rodéo mon gars. Il tenta même de me choper avec ses pattes griffues, mais je parvins à esquiver ses attaques. Le bougre se débattait comme un beau diable. Enfonçant encore un peu plus mes griffes à droite, j’essayais de le diriger. Pas facile. Mon canasson n’était pas des plus dociles. Le vent fouettait mon visage. Par moment, je jetais un coup d’oeil en contre-bas afin de trouver une cible. Mince affaire lorsque l’on est secoué comme un prunier. Malgré tout, ma manœuvre finit par payer. Ouais parce que je ne faisais pas ça juste pour le spectacle hein. J’avisai un autre singe qui fonçait sur mes camarades d’infortune. Toi le macaque, tu vas comprendre ta douleur. Un sourire narquois au coin des lèvres, je manipulai ma monture afin qu’elle plonge droit sur son pote. Hehehe. Le pauvre singe ne comprit pas ce qui lui arrivait lorsqu’il vit son acolyte le percuter de plein fouet. Le choc fut violent, je le sentis se répercuter jusque dans ma mâchoire, mais je tins bon. Les deux babouins chutaient. Et moi avec. Je n’avais pas spécialement envie de finir écrasé sous leur poids, aussi quittai-je ma monture pour sauter à terre de mon côté. L’atterrissage se fit dans une douceur toute relative, néanmoins, j’étais toujours en un seul morceau et sans une égratignure. Pas mal hein ? J'avais un petit niveau pas dégueulasse en matière de plans foireux qui finissent bien. J’essuyai mes griffes rouges du sang de primate sur mon pantalon, puis les rétractai. Bien. Les deux singes étaient sonnés, ce qui laissait juste le temps à un de mes équipiers pour prendre le relai. Quant à moi, je récupérais mon souffle, passant une main dans mes cheveux. Il n’y a pas à dire, le rodéo aérien, c’est sensations fortes garanties ! J’avais failli mourir une bonne dizaine de fois en l’espace de quelques secondes. Mais ce que je retenais, c’était cette formidable montée d’adrénaline en plein vol. Quand est-ce qu’on recommence ?

Emi Burton


Garrett : 100% ___ Singe 1 : 85% ___ Singe 2 : 90% ___ Singe 3 : 90%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t2584-garrett-loneso
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Sam 26 Aoû - 17:34




Taran n’était pas pour la violence, il croyait naïvement qu’on pouvait très bien vivre sans, et le fait qu’il puisse sortir de la sorte de l’électricité pour la diriger vers Leguman n’avait été qu’un réflexe ou du moins son instinct comme il le prônait toujours. Il refusait de blesser Zelena parce que son nouvel ami lui demandait, même si celle-ci pouvait se montrer pas des plus gentilles même si pour l’instant elle n’avait encore rien fait de très méchant à ses yeux, et encore moins de la tuer. Rien que ce dernier mot le mettait en horreur et c’est sûrement pour cette raison qu’il avait fixé bêtement ce qui était désormais un adversaire pour leur groupe, se demandant comment cet individu pouvait bien penser à un tel geste qui lui paraissait aussi horrifique, et lorsque les événements se déroulèrent si vite au point de l’empêcher d’intervenir c’était comme voir au ralenti un film qui imprégnait sa rétine durablement. Il y avait eu le feu et les hurlements terribles de cette citrouille, le glaçant le sang comme jamais auparavant, et tout se finissait dans les mains de Zelena qui avait soufflé le souffle de vie de cette pauvre créature désormais gisant au sol. Taran était choqué indéniablement parce que la mort était une notion qu’il n’avait jamais côtoyée en réalité, il y avait toujours la possibilité de faire revenir conscient un pokémon après tout et dans le cas contraire il pouvait devenir un spectre comme dans une continuité logique, ne pouvant que ressentir de la tristesse et une forme de culpabilité peut-être. S’il n’avait pas commencé à attaquer avec sa foudre peut-être que l’amusante petite créature serait en vie, personne n’aurait continué à vouloir lui faire du mal, et peut-être même qu’ils auraient pu tous le raisonner au point de finir main dans la main en sautillant joyeusement sur le chemin de briques jaunes. Sauf que ce n’était pas un conte de fées et que la dépouille, ou du moins ce qu’il en restait après avoir ainsi brûlé, du flamboyant Jack Pumpkinhead était bien là alors que la décision de partir venait à se prendre comme si de rien n’était.

« On… On va même pas… l’enterrer… ? »

Aucune réponse de la part des autres qui voulait ainsi signifier un non catégorique, le laissant encore plus perdu, alors que Taran était sans doute le dernier à quitter cet endroit non sans avoir regardé une dernière fois celui qui avait accepté de devenir un ami. Il était alors clair que ce qui venait de se passer avait un impact direct sur son humeur et son comportement, fermant ainsi la marche sans réussir à s’extasier sur ce qui pouvait bien l’entourer et même le chemin qu’il avait pu caresser plus tôt n’était qu’un faible réconfort, essayant de suivre cette petite voix intérieure qui se traduisait comme étant son instinct. Devait-il continuer à suivre ces individus ? Ils apparaissaient désormais aux yeux de Taran comme des méchantes personnes, du moins celles qui avaient pu attaquer sans retenue ce pauvre être sans défense – oubliant bien vite le fait qu’il aurait pu mourir d’un coup puissant de griffes de sa part oui, tout en cherchant un réconfort qu’il n’arrivait pas à trouver. Il ne comprenait pas comment on pouvait être ainsi avec autrui, car lui-même se trouvait border dans l’idée que tout était rose et qu’avec toute la volonté du monde on pouvait faire quelque chose de bien, bien trop idéaliste dans sa façon de penser alors qu’ils continuaient à marcher. Il ne voulait plus utiliser ses pouvoirs pour faire mal mais uniquement pour protéger, comme il l’avait toujours pensé depuis le début et comme les sacrifices qu’il avait pu faire pour établir un climat de paix dans son monde d’origine, trop sentimentaliste de toute évidence pour vivre une aventure aussi rude que celle-ci. Son caractère trop candide et qui avait une tendance affligeante à tout pardonner, avec la plus grande simplicité du monde comme si rien ne s’était jamais passé même quand on l’avait durement blessé, allait sans doute se relever être un handicap pour la suite cependant il était hors de question pour lui de bien pouvoir changer ses convictions pour autant. Il allait leur montrer à tous qu’on pouvait y arriver si on croyait à la force de l’amour et de l’amitié, comme le disait une célèbre héroïne de jap-animation après tout, et tout se passerait pour le mieux.

Sauf que rien ne se passait comme prévu, c’était un vil coup du destin – ou du scénario, alors qu’ils arrivèrent vers ce qui était une sorte de grande colline où se trouvait un nouveau village en contrebas et une fois encore en très mauvais état. Rapidement des étranges créatures ailées venaient en leur direction, se demandant pour sa part quel genre de pokémon c’était parce qu’il n’avait rien de très commun après tout, avant de se rendre ainsi compte qu’il s’agissait ainsi de singes apparemment ayant en plus des énormes ailes comparables à des chauves-souris. Taran savait qu’il fallait agir vite parce que les animaux face à eux, si du moins on pouvait les nommer comme ceci ou alors un concentré de mutation, parce que même s’il était assez cui-cui les petits oiseaux il savait rien qu’en voyant leur attitude qu’ils n’avaient rien d’amical. Ils restaient, du moins de son point de vue, des animaux sauvages et qui n’avaient peut-être pas l’habitude de croiser des trucs comme eux au point de chercher à se défendre par peur. Néanmoins il était hors de question pour lui de venir leur donner le moindre coup, c’était l’idée à bannir directement au point de ne pas être une option un point c’est tout, et le mieux restait ainsi de pouvoir s’abriter dans un endroit le temps que tout puisse se calmer ou alors que ces choses puissent attraper un régime de bananes volantes – parce que ça ne pouvait pas être que des simples bananes probablement. Cherchant ainsi des yeux quelque chose qui pourrait faire l’affaire, comme une carcasse de voiture même s’il n’en avait pas vu jusqu’ici ou quelque chose dans le même goût, ce fut le tour de Katharina de prendre l’initiative d’agir elle qui avait été si discrète jusqu’ici. Elle était si calme et pâle mais l’instinct de Taran lui disait qu’il pouvait lui faire confiance, après tout elle n’avait pas massacré au massacre du pauvre Jack tête de Citrouille, peut-être en raison de l’aura maternelle qu’elle diffusait naturellement et sans le savoir. Mais pour sa part il n’était pas d’accord qu’elle puisse prendre autant de risques, il avait bien vu qu’elle avait eu du mal à courir après la personne qui s’était enfui de la forêt après avoir très probablement mis le feu à la maison dans laquelle il avait eu Mr Teddy, et surtout l’idée même que le groupe puisse se séparer n’était pas enviable ou envisageable pour lui.

« Non Kathy t’peux pas faire ça ! On doit tous rester ensemble ! Genre comme une super équipe de Pokémons ou les Powers Rangers ! T’es force blanche et moi force jaune t’vois ? »

Bizarrement, aussi étrange que ceci puisse paraître, ses arguments n’arrivèrent pas à convaincre Katharina déjà partie pour attirer certains des singes volants loin d’eux même si a priori ceci n’était pas assez puisque deux récalcitrants se décidèrent à rester en leur compagnie. Taran ne voulait pas les combattre, ce qui était assez paradoxal quand on connaissait sa véritable nature d’oiseau légendaire justement vivant dans un monde de combat perpétuel, parce qu’ils restaient à ses yeux des animaux sauvages en plus du petit discours habituel sur le fait de venir faire du mal à quelqu’un ou être vivant c’était mal. Jusqu’à ce que le tableau le plus improbable du monde vînt à se faire alors que Garrett, ou le pyromane de service qui était vraiment très méchant – parce que tuer un Jack c’est mal et encore plus si c’est une citrouille, se mettait à faire il ne sait quoi sur le dos d’un des singes volants. Est-ce que c’était une parade nuptiale destinée à conquérir le cœur de l’un d’entre eux ? Est-ce que ce le cow-boy avait ainsi eu l’œil – assez vicieux alors – pour se rendre compte que c’était des femelles et qu’il tentait un accouplement des plus étranges ? Taran n’était pas pour la zoophilie et il ne pouvait s’empêcher de se cacher un instant les yeux, terriblement mal à l’aise avec ce qui était en train de s’opérer et sentant son déjeuner lui remonter dans l’estomac, regardant autre part pour voir au loin que Katharina était ainsi en danger. Comme quoi il se cachait toujours un arc-en-ciel derrière un orage, même si là c’était un moyen d’arranger la situation face à un spectacle des plus douteux, et il était hors de question pour lui de laisser la pauvre jeune femme une seconde de plus. Il regrettait déjà suffisamment de l’avoir laissé faire sans la soutenir plus tôt, elle n’aurait jamais dû partir ainsi toute seule, et il était temps pour lui de réparer ce qui était forcément une énorme erreur. Il devait le sauver c’était tout, parce que c’était ce que ferait n’importe quel héros et surtout parce qu’il ne voulait pas prendre le risque qu’elle puisse mourir – kofkof, conscient qu’il devrait courir bien vite pour la rejoindre et surtout faire en sorte de pouvoir la défendre.

« J’vais la chercher ! Elle peut pas rester toute seule ! On abandonne personne ! »

Sans plus attendre Taran se mettait à courir, à savoir un truc qu’il maîtrisait totalement vu son hyperactivité et son besoin perpétuel de se dépenser – et d’aller aussi vite que l’éclair, fonçant ainsi tête baisser sans mesurer un seul instant les dangers qui pouvaient l’entourer une seule seconde. Il devait à tout prix rejoindre Katharina alors qu’il voyait le singe volant la cherchant se retourner à cause de sa discrétion, à savoir qu’il n’en avait aucune et qu’il faisait un boucan énorme pour se déplacer et encore plus en courant ainsi, poussant un cri en sa direction avant de s’envoler pour foncer vers lui. Jetant un faible coup d’œil en arrière il pouvait aussi voir qu’il était poursuivi par l’un des singes volants qui avaient terminé de faire du rodéo, le poursuivant ainsi même si sa démarche était très chancelante, l’empêchant ainsi une possible retraite en arrière ou même un demi-tour pour éviter de se prendre le macaque qui arrivait comme un missile vers lui. Taran n’était pas un grand stratège, enfin il ne réfléchissait jamais avant d’agir et c’est sans doute pour cette raison qu’il se trouvait ainsi dans cette situation, mais pourtant il eut d’un coup une idée de génie qui lui venait d’un épisode de Bug Bunny qu’il avait vu il n’y a pas longtemps alors qu’il mangeait un bol de céréales devant la télé. Continuant toujours de courir, en attendant le moment parfait, il finit par faire un dérapage contrôlé pour tomber au sol sans se faire mal alors que les deux créatures se trouvaient d’un coup face à face. Le choc entre les deux fut inévitables, trop proche l’une de l’autre et surtout trop rapide, s’entrechoquant ainsi de manière frontale. Sauf que ce qu’il n’avait pas prévu c’était le fait que les deux puissent tomber sur lui, certes assez sonnés par ce qu’il venait de se passer mais assez conscient pour l’attraper, poussant des cris féroces de colère et prêt à lui faire du mal. Il n’avait pas le choix. Taran effectuait alors une décharge électrique aux singes volants, juste assez pour les éloigner mais pas non plus pour trop les blesser, les voyant reprendre de la hauteur et en profitant pour terminer les derniers mètres qui le séparaient de Katharina sur qui il effectuait un câlin en se jetant dans ses bras.

« J’suis là ! J’suis venu t’aider ! Mais ne fais plus jamaiiiiiis ça ! »

Il la serrait autant qu’il était possible pour lui, reniflant peut-être un peu au passage, il avait peur de voir un autre mort sur la conscience et encore plus une jeune femme aussi gentille qu’elle.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 90%
Rafiki : 60%
King Kong : 90%
Cheeta : 85%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Regina M. Mills

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Reine
☂ Conte : Blanche Neige

☂ Emploi : Maire de la ville
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : Un certain renard ... Plus ou moins.

☂ Avatar : Lana Parrilla
© Crédit : NEON DEMON
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 28 Aoû - 16:16

The fucking'tastic world of Oz.Visiblement ils ne retourneraient pas en arrière. Ça devenait de plus en plus fou autour d'elle. Garett se jeta sur le dos d'un singe avant de l'utiliser comme monture ailée et de rentrer, non sans mal, dans l'autre primate. Les deux macaques tombèrent tête la première par terre, étourdis. Taran en profita pour partir en courant vers Katharina, et bien sûr il faisait un bruit pas possible. Dès que l'un des primates eu repris ses esprits, il partit aux trousses du blond. Bon, au moins, Regina, Garrett et Jackie-Rose n'avait plus qu'à s'occuper d'un seul singe.

Ce dernier marchait en zigzaguant, comme s'il était saoul. Regina hésita un instant à faire apparaître une arme à feu dans sa main, ainsi ils n'auraient plus qu'à tirer sur tout ce qui bouge jusqu'à ce qu'ils rentre chez eux. Mais elle n'avait jamais été très à l'aise avec ces armes là, préférant sa magie qui était beaucoup plus fiable. Ainsi, quand le babouin – elle n'avait aucune idée de quel race de singe il s'agissait – se jeta sur son groupe à nouveau, elle le laissa s'approcher avant de …

Le transformer en peluche. Oui, elle aurait pu le faire dès le début, mais c'était bien moins satisfaisant que de le voir manger la terre.

La peluche lui retomba dans les mains et Regina, se disant que sa fille aurait peur en la voyant, la jeta sans réfléchir à Jackie-Rose. « Tiens, c'est pour toi. Maintenant on va aider les autres, et on se casse. »
VIE:85% _ SINGE2:90% _ SINGE3:85% _ MISSION:100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


And there's certain things that I adore, and there's certain things that I ignore, but I'm certain that I'm yours. Certain that I'm yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t824-regina-mills
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 30 Aoû - 15:48


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

Jackie-Rose était restée en arrière durant tous ces étranges combats, ou du moins ces stratégies d’attaque personnalisées à chacun. Elle grimaçait ; tout ce qu’elle avait voulu en revenant vers eux en  courant ça avait été de s’enfuir, de laisser les singes colériques en paix car peut-être que c’était tout ce qu’ils voulaient, la paix. Peut-être que les villageois les avaient dérangés et c’était pour cela qu’ils avaient détruits le village, et que le groupe de l’ancien chien ne faisait qu’aggraver la situation en en venant directement aux mains. Dans tous les cas elle se refusait de faire la même chose, encore sous le choc passé de sa morsure même si elle s’efforçait de pousser cette pensée au fond d’elle-même dans un déni auto-destructeur puisque le principe du déni était d’être inconscient, et que donc plus elle y pensait et moins elle pourrait le dénier. Elle avait vu le drôle de manège de Garrett, cette sorte de danse féline qui avait fait son lot de dégât, ainsi que la stratégie d’évitement de Taran qui semblait aussi choqué qu’elle et peut-être même plus par ce qui faisait la violence du groupe. Jackie-Rose ne comprenait décidément pas cette autre nature, cet instinct d’en venir tout de suite aux mains dès que les choses se corsaient, à croire que tout ce qui pouvait guérir la violence, c’était la violence. Non, Jackie-Rose ne voulait pas le croire, elle était certaine qu’il y avait d’autres moyens de calmer le jeu, d’arranger le problème, de résoudre la problématique. Pourquoi est-ce qu’ils attaquaient comme ça ? Autant les singes que les autres, d’ailleurs. Quelque part elle se sentait très mal, elle avait l’impression qu’au final les singes comme les membres de son groupe étaient en réalité de la même catégorie de personnes, de ces gens qui tapent dès que ça se corse au lieu d’essayer d’arranger les choses par un geste d’amitié ou d’amour. Si elle avait eu des bananes elle en aurait distribuées mais ça n’était pas le cas ; alors elle finit par s’asseoir en tailleur par terre, bras croisés et les yeux rivés sur le sol, refusant de croire qu’un monde si coloré puisse être si terne en même temps. Elle n’eut qu’un sursaut de surprise quand la peluche lancée par Regina lui atterrit entre les mains, et ses yeux se firent ronds de surprise, puis d’adoration tant elle trouvait cette petite peluche mignonne, se disant qu’elle ressemblait vachement aux singes volants… Elle sauta sur ses pieds avant de sauter à moitié sur Regina, se retrouvant à juste lui passer un bras derrière les épaules en souriant de toutes ses dents.

« Oh c’est trop gentil la peluche ! Tu l’as trouvée où ? C’est un souvenir ? Les singes te l’ont donné c’est ça ? Ils veulent faire la paix, oh boy, oh boy ! »

Elle regarda autour d’elle pour constater qu’il ne restait que deux singes mais, loin de se dire que le troisième était donc entre ses mains, elle se dit que le troisième avait dû partir, de peur, ou pour chercher de l’aide pour lui et ses compagnons. Quelque chose que Jackie-Rose comprenait à merveille. Elle passait souvent pour le genre de fille simplette qui ne voyait le monde que d’une dimension et quelque part c’était le cas mais en même temps il y avait une réelle profondeur à sa manière d’appréhender l’univers. Elle se disait qu’au final tout le monde ne faisait qu’essayer de vivre du mieux qu’ils pouvaient en protégeant ceux qu’ils aimaient, que pour eux les singes c’étaient les méchants mais pour que les singes c’était eux les méchants de l’histoire, et que le jour où ils le comprendraient tout le monde se rendrait compte que tout le monde ne veut qu’aimer et tendre la main, faire confiance et apprécier. Alors, sa peluche entre ses bras, elle se dirigea d’un pas vif en direction des singes et le leur montra comme un drapeau blanc.

« Eh regardez, votre pote nous a donné ça en signe d’amitié ! On fait la paix ? »

Les deux singes, surpris, se fixèrent un instant dans le blanc des yeux, incertain de cette offrande pour le moins étrange, avant de devenir francs fous dans les airs, criant et gesticulant dans tous les sens. Jackie-Rose ne savait comment interpréter cela, alors elle le fit de la manière la plus rationnelle à ses yeux : les singes étaient fous de joie de faire la paix… non ? Elle aurait probablement dû arrêter sa conclusion à « ils étaient fous », mais quand il s’agissait de Jackie-Rose, rien n’était aussi simple. Incertaine, elle les regarda foncer sur elle, le genre d’attaque-câlin un peu violent, mais au dernier moment se décida à leur ouvrir les bras et… ils se prirent lesdits bras en pleine tête, un chacun, et se mangèrent le sol sans élégance aucune dans de grands cris de douleur. Jackie-Rose s’était sentie tirée vers l’arrière mais était parvenue à rester sur ses pieds, confuse, observant les deux singes en tenant la peluche dans ses deux mains ; et quand l’un des ennemis voulut la griffer, elle para avec la… peluche, qui se prit le coup à sa place. Ni une ni deux, l’autre singe attrapa la peluche comme un enfant plus grand dans une cour de récré, avant de reculer, enfin satisfait après tant de non-victoires à son insigne. Jackie-Rose le contempla, puis sourit de toutes ses dents en lui faisant des signes de la main :

« Ah tu la voulais aussi ? Eh bien je te la donne ! C’est cadeau ! »

Le second singe se dirigea vers celui qui avait la peluche et ils se mirent à la retourner en tous sens, se grattant de temps à autres le menton comme s’ils essayaient de comprendre quelque chose. Jackie-Rose les observait à quelques pas, les mains jointes sur son menton et un grand sourire sur les lèvres, comme une maman fière d’avoir offert le cadeau parfait à ses enfants… quand un singe sembla avoir son attention reportée sur autre chose. Cet autre chose étant, un jeune homme électrique, et une femme fantômatique. Ni une ni deux, ils se dirigèrent à toute vitesse droit sur la cachette de Taran et Katharina, délaissant la peluche en la laissant tomber au sol. Jackie-Rose la ramassa aussitôt, et se mit à les poursuivre en hurlant :

« Attendez ! Attendez ! Vous avez fait tomber votre peluche !... »

HANSKA.


Vie : 85%
Singe : 85%
Singe : 80%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Sam 2 Sep - 17:51




Véritable sentimentaliste dans l'âme, capable de pleurer des petites ou grosses larmes de crocodile comme on disait, Taran avait vraiment ressenti de la peur pour Katharina ou plus précisément le fait de pouvoir la perdre. Non pas qu'il la connaissait depuis longue date, en fait il ne l'avait jamais vu avant ce début de folle aventure, mais il lui en fallait tellement peu pour qu'il vienne s'attacher à quelqu'un que dans un sens toute personne faisant partie de leur groupe se trouvait être forcément assez précieuse à ses yeux. Sûrement plus une personne comme le fantôme parce que jusqu'ici elle n'avait montré aucun signe de violence, au contraire elle était d'un calme tel qu'au début il ne l'avait pas réellement remarqué, et sûrement aussi l'instinct maternel qu'elle bougeait dégager de manière si naturelle qui venait le réconforter dans un instant où il en avait besoin. Il était par bien des aspects encore un enfant, surtout au niveau de sa mentalité, et peut-être que quelqu'un part il avait ainsi ressenti le besoin d'aller dans des bras salvateurs surtout après cette mort horrible qui restait dans son esprit au point de le traumatiser un peu plus. Et Taran refusait de voir ainsi quelqu'un d'autre mourir sans qu'il ne fasse rien, il ne voulait plus que ce drame vienne à se répéter, il refusait de faire intentionnellement du mal pour le simple plaisir et il avait dans le fond que ses pouvoirs ne devaient servir qu'à se protéger de manière assez préventive c'était tout. La notion de mort n'était pas une chose dont il avait l'habitude, pour ne pas dire jamais dans le fond – sans savoir quelque part qu'ironiquement c'était bien une morte qu'il était en train de prendre dans ses bras, et même ces singes volants quelque part il ne voulait pas les blesser. Juste leur faisait comprendre qu'ils devaient abandonner le combat, voulant plus leur faire peur ou faire comprendre avec le coup de jus de la dernière fois qu'il était ainsi préférable pour eux de battre en retraite, le tout dans le simple but de pouvoir préserver une fois de plus la vie qui s'avérait plus fragile qu'il ne pouvait le penser à première vue.

Néanmoins il semblerait que les macaques n'ont pas compris son message comme il faut, alors que Taran était en train de câliner et bercer en même temps pour se remettre de ses propres émotions Katharina, pouvant les revoir revenir vers eux de manière assez furieuse et rapide comme s'ils n'avaient pas appris la leçon. C'était quelque part assez décourageant de voir à quel point ils faisaient des mauvaises actions quelque part, c'était un peu comme la Team Rocket qui continuait en boucle s'est méfaits alors qu'il était pourtant évident que ce qu'il faisait état mal, et dans un sens de son côté il était sûr qu'un beau discours sur la beauté de l'amour et de l'amitié pouvait largement suffire alors dans un sens les revoir rappliquer c'était un peu la déception. Mais croire qu'il allait baisser les bras était bien mal le connaître, même malmené et à terre si Taran avait une particularité c'était d'être tenace pour toujours se relever et ainsi faire face au danger, il était capable d'encaisser les coups et d'affronter le danger au péril de sa propre vie si c'était dans l'espoir fou de protéger quelque chose ou quelqu'un qui lui était cher. Ainsi se retrouvait-il à lâcher doucement la jeune femme, retenant son souffle un instant comme pour évaluer la situation même si en réalité c'était plus dans l'espoir de faire montrer l'adrénaline un bon coup, se relevant ainsi pour regarder les deux singes volants qui arrivaient en leur direction et qui avaient l'air assez mécontents. Pourquoi fallait-il toujours se battre ? Taran se demandait ce qui pouvait bien motiver ces deux-là, peut-être que leur cause était assez noble dans le fond et l'idée d'être en réalité le méchant de l'histoire pour sa part l'effrayait assez, et quelque part il était ainsi hors de question de chercher à les blesser davantage. La seule chose qu'il ferait ça serait plus un éclair préventif pour comme les prévenir, pas très fort mais tout de même gênant pour leur signaler de s'en aller, alors que ses bras étaient grands ouverts et que des filaments électriques passaient dessus.

« Restes derrière moi surtout ! J'vais tenter de leur faire comprendre qu'ils doivent s'arrêter là et ne pas venir plus près ! »

Taran se devait de protéger Katharina, c'était devenu sa seule mission en tête, visant ainsi en direction des deux créatures. Il n'allait pas y aller à pleine puissance, le but n'était pas non plus de leur infliger un mal insupportable pour eux et qu'ils puissent tout de même s'en aller après avoir compris que leur action n'était pas des plus gentilles, finissant par abattre ses mains vers l'avant d'où un éclair allait en direction des animaux étranges. Mais à trop vouloir éviter de leur faire du mal justement son attaque manquait sa cible, soulagé en fait dans le fond sans pourtant oser bien se l'avouer, rendant juste les deux singes volants plus méfiants sans pour autant les empêcher d'avancer comme il aurait pu le penser à première vue. Il avait eu l'espoir que ce serait suffisant, qu'en voyant à quel point il pouvait éventuellement leur faire mal – même si c'était une idée à bannir de son esprit bien entendu, les deux méchants face à eux n'allait plus avancer et agiraient plus comme des animaux bien plus lambda pour le coup. Et Taran ne voulait pas retirer aussitôt sur eux, il voulait économiser son énergie qui était pourtant assez grande, parce qu'au vu de ce qui venait de se passer il n'était pas sûr de pouvoir viser comme il faut de nouveau et c'était prendre le risque de se faire attaquer tout en se retrouvant sans la moindre défense. Il préférait les laisser approcher plus près, tout en gardant son rôle de bouclier et ainsi lancer une offensive modérée lorsqu'ils seraient plus proches pour se faire avoir, ne faisant que suivre son instinct qui lui suggérait de toute évidence ce n'était pas le moment idéal et qu'il fallait croire au timing parfait qui n'était pas encore arrivé pour le coup. Ne bougeant pas de sa position Taran observait tout en baissant quelque peu les mains, jouant nerveusement avec ses doigts mais plus pour produire de l'électricité en boucle dans son propre organisme que vraiment à cause d'un quelconque stress – qu'il le veuille ou non le combat faisait partie de lui de toute façon, comprenant qu'il serait peut-être bon de jouer dans un domaine dans lequel il n'était pas du tout doué à savoir la stratégie.

« Mince ! Si seulement il y avait un moyen pour ne plus qu'ils puissent nous voir... Ah ! Mais c'est ça oui ! Faut leur cacher l'vue ! Hey ! 'Tention il va faire tout noir ! »

Si les ennemis ne voyaient rien il serait difficile de pouvoir les localiser, ils n'avaient pas la chance d'avoir comme lui un moyen de localiser les personnes aux alentours, mais pour ceci il fallait encore pouvoir faire en sorte qu'ils ne voient donc plus rien. Taran se concentrait alors autant qu'il le pouvait, ce qui pouvait être dur pour une personne pour lui qui divaguait assez facilement et dont le fil des pensées se perdait aisément – pour ne pas dire toujours, faisant le vide dans sa tête ce que les mauvaises langues diront que vu son cas ça ne devait pas être compliqué. Un nuage sombre commençait à apparaître au-dessus de lui, faisant de légers bruits de détonations pour l'instant et symbole même de l'orage, et bien qu'il n'était pas pour l'instant pas très grand il était déjà en train de couvrir la lumière naturelle qui était déjà peu présente dans les alentours. Le but de Taran, ou du moins la partie de plan aussi improbable que peut-être géniale, c'était de pouvoir filtrer avec de l'orage suffisamment de lumière pour empêcher la moindre visibilité auprès des ennemis qui ne seraient plus où leur groupe se trouve. Si ceci fonctionnait correctement ils auraient tous la possibilité de fuir loin d'ici, de laisser les singes volants derrière eux, même s'il n'avait pas pensé que ceci pourrait en même temps bloquer la vue de ses propres amis – même si le terme était encore fortement à débattre, mais bon après tout il ne pouvait pas penser à tout et c'était déjà bien pour lui d'avoir un début même abstrait de plan même si dans un sens il suivait toujours et inlassablement son instinct bien entendu. Les créatures continuaient d'affluer vers eux mais pourtant Taran ne bougeait pas de sa position, il restait devant Katharina pour la protéger et il était sûr qu'il pouvait faire grossir le nuage encore plus rapidement de toute façon selon son avis, il devait croire en ses capacités et c'était le cas – de manière peut-être trop aveugle même pour le coup. Il devait aider les autres comme il le pouvait, le seul moyen efficace étant sûrement cette façon prolongée de recouvrir la lumière du soleil déjà peu présente, cherchant à intensifier le tout.

« Alleeeeeez on va y arriver ! »

Selon Taran c'était une question de timing, il fallait juste y croire et tout pouvait arriver après tout, se concentrant toujours jusqu'à recevoir un projectile de la part d'un des deux singes volants qui faisaient un drôle de pouic contre sa tête sans qu'il ne s'y attende. Ça ne faisait pas mal, au contraire c'était même tout doux et assez amusant, mais il n'avait pas le temps de voir ce que c'était ou même de porter son attention sur l'objet qu'il venait de lui être lancé car le danger se manifestait très vite face à eux. C'était un moyen de diversion, ou du moins pour cacher sa vue suffisamment pour se rapprocher, ne lui donnant ainsi que peu de temps pour avoir de quoi réagir. Taran savait qu'il allait devoir prendre une décision et vite, sinon la situation pourrait être catastrophique, écoutant ce que son instinct était en train de lui murmurer au creux de son oreille. L'important était de sortir la Dame Blanche d'ici, même s'il restait en position fixe rien ne lui garantissaient qu'une des deux créatures n'allait pas en profiter pour s'en prendre à la maman du groupe pendant que l'autre allait l'occuper, inspirant un grand coup alors que sa décision était prise et même si elle avait l'air périlleuse à réaliser il fallait tenter le tout pour le tout. Ils allaient attaquer Katharina, potentiellement lui aussi mais c'était tellement secondaire à ses yeux, attrapant la jeune femme en la soulevant pour lui éviter le moindre coup tout en tournant dans un véritable bal qui lui évitait aussi de recevoir une griffure ou autres. Son seul objectif était de sauver la jeune femme, se focalisant sur cette idée en oubliant le reste, levant une main vers eux alors que le nuage au-dessus d'eux grondait fortement dans une forte détonation.

« NON ! »

Les éclairs avaient fusé plus vite qu'il ne l'aurait pensé, touchant de plein fouet les singes volants qui tombaient inconscients, haletant en les voyant tomber comme des mouches et sous le choc.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 90%
King Kong : 65%
Cheeta : 65%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 4 Sep - 17:52

The Fantastic World of OZZelena et la bande de bras cassés.
There's so much good here, it sickens me ! •••Zelena était partie toute seule de son côté avec la petite poupée de porcelaine et sa fille dans les bras. Elle avait quelque chose à faire de son côté, pendant que les autres allaient chercher la peinture qu'elle avait demandé. Pourquoi cette peinture ? Et bien ils allaient le découvrir plus vite qu'ils ne le pensaient, s'ils venaient même à se demander pourquoi ils faisaient tout cela pour ce qui avait l'air d'être une simple peinture. La sorcière de l'ouest savait qu'est-qu'elle pouvait faire, qu'elle n'était pas forcément qu'une simple peinture pour le coup. Elle avait tout un plan dans son esprit lorsqu'elle avait décidé de venir à Oz, mais tout ne s'était pas passé comme elle l'avait prédit. Non loin de là même alors qu'elle n'avait pas pensé une seconde à que tout soit autant dévasté. Qui était à l'origine d'un désastre pareil ? La jeune femme avait une petite idée derrière la tête même si elle n'était pas forcément à cent pour cent mais elle avait bien l'attention de le découvrir à un moment donnée ou un autre. Elle avait une chose à réglé d'important et elle ne voulait pas la bonde de bras cassé que la tornade avait pu emmener avec elle dans ce pays. Elle ne voulait pas être gênée par eux, elle saurait largement mieux se débrouiller toute seul pour le coup, les autres ne feraient que lui mettre des bâtons dans les roues avec les deux naïves à souhait qui ne voulait pas faire de mal à une mouche. Taran et Jackie-Rose auraient certainement été sur son dos constamment et elle ne voulait pas deux, bien trop désespéré par leur comportement. Elle ne savait toujours pas comment elle avait pu faire pour les supporter aussi longtemps, comment elle avait pu faire pour tous les supporter aussi longtemps. Celui qui lui causait peut-être moins de problème était très certainement Garrett qui était celui qui s'en était sortit le mieux et pour le coup avait eu une bonne idée avec le cucurbitacée ambulant en lui mettant le feu permettant à la rouquine de ne pas trop se salir les mains. Les autres étaient présent pourquoi ne pas s'en servir après tout ? Ils faisaient tout le début du travail et elle le finissait, ça marchait plutôt bien. En tout cas Garrett était le moins énervant de tous, venant presque oublier Katharina en y repensant, tellement elle ressemblait à fantôme. Ils se faisaient discrets et Zelena appréciait un peu cela. Regina aussi en soit, mais avec elle c'était une toute autre histoire. C'était sa sœur, enfin plus précisément sa demi sœur et jamais elle ne pourrait venir l'appréciait. Elle lui avait tout pris, tout ce qu'elle avait, aurait du revenir à Zelena, car après tout c'était elle l'aîné des deux, et pourtant c'est elle qui s'est fait abandonner.

Régina était très certainement la pire ennemie de Zelena et tout le monde sait que Zelena n'a que très peu d'amis, voir aucun même étant une femme plutôt solitaire. Elle l'a toujours été depuis son plus jeune enfance alors que tout le monde la voyait comme une méchante, une méchante sorcière avec ses pouvoirs qu'elle avait depuis la naissance. Aucun des habitants de Oz ne voulaient jouer avec elle, du moins ce qui concernaient les humains. Certains étaient beaucoup plus gentils d'autres beaucoup moins ce qui avait renforcé les murs autour de son cœur. La jeune femme s'était toujours renfermé sur elle même et les seuls fois où elle s'était permis d'aimer on l'avait lâchement abandonné. Elle n'était et n'est pas méchante par nature. Elle a d'ailleurs un bon fond si on la connaît bien, si on fait partit de ses amis elle fera tout pour nous nous protéger mais en faire partit est une autre histoire. Elle préfère se retrouver seul. Zelena avait sa fille maintenant pour lui tenir compagnie, sa fille pour l'aimer comme personne ne la aimait jusqu'ici, sa fille pour qui elle ferait tout et n'importe quoi tellement elle pouvait l'aimer. Sa fille était devenue toute sa vie pour le coup et même bien plus alors qu'elle refusait qu'un mal lui soit fait, se promettant de punir celui qui la ferait souffrir par un moyen quelconque. Mais pour l'instant elle avait autre chose à penser, autre chose à faire alors qu'elle allait droit vers son objectif. Elle allait réussir, elle le savait, elle le devait si elle voulait mettre sa vengeance à exécution, si elle voulait se protéger de tout danger avec sa fille, espérant que Dorothy et sa bande réussis à retrouver la peinture comme indiquer et qu'il en reste au moins un de vivant pour pouvoir lui rapporter comme dit au Palais d'Oz. C'était important et s'ils ne le faisaient pas tant pis pour eux, Zelena était la seule à pouvoir les faire rentrer au pays, à les faire rentrer à Storybrooke, c'était elle qui avait la baguette, c'était elle qui avait la magie la plus puissante ici. Après tout c'était son monde, elle l'avait dirigé pendant pas mal d'années et elle avait tout fait pour être la plus puissante, la plus forte afin que personne ne puisse venir la détrônée – ce qui avait marché en soit depuis longtemps, mais tout avait changé. Elle pouvait sentir sa magie toujours présente dans la pays mais une autre se trouvait également présente et elle avait du mal à en définir la provenance, ce qui avait le don de la déstabilisé quelque peu.

Tout était en route. Personne ne pouvait revenir en arrière maintenant. Les dés étaient lancés, ils devaient juste attendre l'issue du jeu … Qui gagnerait ?
© 2981 12289 0

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t555-non-pas-cruelle
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 6 Sep - 22:26

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

Ces singes volants étaient sacrément coriaces. Ils étaient aussi teigneux qu’un vautour ne voulant pas lâcher sa charogne. Et la charogne, en l’occurrence, c’était nous. Heureusement, les talents de chacun d’entre nous nous permirent d’en finir avec les babouins ailés. Taran s’avéra particulièrement efficace. Il cachait bien son jeu le petit ! Le temps orageux assombrissait le ciel, cependant je distinguais clairement la suite de la route de briques jaunes de l’autre côté des ruines. Il fallait profiter de la faiblesse temporaire de nos agresseurs simiesques afin de rejoindre la Pile Electrique et la Dame Blanche avant de continuer notre excursion. Ce qui nous fîmes sans tarder. Une fois tous réunis, nous reprîmes notre chemin direction… tout droit ?
Le reste du parcours fut une promenade de santé. Aucune citrouille aux pulsions meurtrières, aucun primate dans les airs… Une tranquillité reposante. Tout le monde semblait récupérer de nos précédentes péripéties. Tant mieux, quelque chose me disait que nous n’étions pas au bout de nos peines. Hasard ou non, alors que cette pensée me traversait l’esprit, une chaumière se détacha du décor à l’horizon. La bâtisse n’était composée que d’un toit. En-dessous de ce toit était dressée une très grande table entourée de belles chaises. Le bois du mobilier brillait tellement il était lustré et ciré. Ça donnait envie de s’installer et manger un bon repas chaud. Hm. Méfiance méfiance. C’était trop beau pour être innocent. Trop net. Il y avait anguille sous roche. Un peu plus loin, je remarquai un petit puits. Rien d’insolite à première vue. La maison avait des dimensions assez imposantes, et des quatre côtés on pouvait voir la route de briques jaunes continuer. Nous étions à un carrefour. Elle va partir en fumée celle-là aussi ? ironisai-je en parlant de la bâtisse. Il faut dire que les dernières que nous avions croisées n’avaient pas fait… long feu.

C’est ici, commença Dorothy, il faut trouver le tableau pour rejoindre Zelena. Un tableau ? Quel tableau ? Ah, ça devait être ce dont la sorcière nous avait parlé au moment où je n’écoutais pas. Pour changer. A quoi il est censé ressembler ce tableau déjà ? Effectivement je n’avais rien écouté des consignes de la rouquine. Je l’admettais sans la moindre honte. Je ne sais plus trop, cela fait tellement longtemps que je ne suis pas venue à Oz. Zelena a dit que c’était un simple tableau qui représentait une prairie mais je ne me souviens plus très bien. Peut-être que si je le vois je le reconnaîtrai. Bon, ça ne devrait pas être trop compliqué. Il ne nous restait plus qu’à mettre la main sur la toile et passer à la suite. Et hop, l’affaire serait dans le sac. Simple, rapide et efficace. Ne voulant rester planté comme un piquet dehors, je m’approchai de la table afin de dénicher ce fameux tableau. Soudain, le décor changea : des murs apparurent et je me retrouvai donc à l’intérieur de la maison. Ok. On bouge plus. Je retins ma respiration pendant quelques secondes, le temps de m’assurer qu’aucun ennemi n’allait me tomber dessus. Et m*rde. Les murs qui venaient de pousser comme des champignons étaient tapissés de tableaux. Comment savoir lequel était le bon ? Une toile attira mon attention. Elle se démarquait des autres, elle était positionnée au milieu, d’une taille plus petite et était la seule placée à l’horizontal. Je m’en approchai avec prudence, marchant sur des œufs. Sait-on jamais. Derrière moi, les autres m’avaient rejoint à l’intérieur de la chaumière. Ça a tellement changé, il y a plus de tableaux qu’avant ! Bah voyons, c’était bien notre veine. Je ne sais pas si je vais réussir à le reconnaître... La petite Doro avait intérêt à faire fonctionner ses méninges quand même, parce que cet endroit ne me plaisait pas. Mais alors pas du tout. Ça sentait bizarre. Je n’étais plus qu’à un mètre du tableau qui m’intriguait quand tout à coup : Éloignez-vous ! Qui êtes-vous et qu’est-ce que vous faites ici ? Je bondis en arrière, surpris par cette voix de femme venue de nulle part. Je tournai la tête dans tous les sens pour essayer de voir d’où provenaient ces paroles. Ok hm on vient en paix, détends-toi la voix. Les négociations et la diplomatie n’étaient pas mon fort, mais autant ne pas mettre le feu aux poudres avant de savoir à qui nous avions affaire. Qu’est-ce que vous voulez ? Enfin j’aperçus une ombre dans un coin et une silhouette se dessiner. Pitié me dites pas que c’est la Femme-Potiron, ou je me défenestre direct.

Emi Burton


Garrett : 100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t2584-garrett-loneso
Glinda

avatar
En réalité, je suis
Un simple inconnu
☂ Avatar : .
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 8 Sep - 23:13

The Fantastic World of OZGlinda et une équipe de choc .
Good Witch ! ••• Glinda venait à s'avancer doucement face aux personnes qui venaient d'entrer, montrant petit petit à silhouette. Elle avait retrouvé ses vêtements d'autres fois, sa grande robe blanche, ses cheveux attachés sur le côté forment de jolies boucles qui ondulaient sur ses épaules. Elle était de retour à Oz. Comment ? C'était une très bonne questions en soit, ne sachant pas elle même comment cela avait pu se produire alors qu'elle avait pourtant subit ce que l'on avait nommé la malédiction de la méchante reine. Mais une chose était sûre quelque chose de mauvais été entrain de se produire au pays d'Oz, quelque chose de malfaisant était sur le point de naître et Glinda était loin d'être rassurée pour le coup. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'était plus revenue ici … Depuis que Zelena avait pu l'envoyé à l'autre bout du monde, depuis qu'elle l'avait exilée ne voulant plus l'avoir dans les parages. N'est-ce pas elle qui lui avait dit qu'elle essayerait par tous les moyens de la faire tomber de son trône ? Si et ça n'avait malheureusement pas marcher. Zelena avait été beaucoup plus rapide. Tellement longtemps qu'elle n'avait pas vu ce pays où elle avait partagé tellement de chose, cette endroit où elle se trouvait avec les autres gentilles sorcières pour veiller sur le pays. C'était elles qui avaient surveillé ce monde de tout malheur,  qui avaient veillé sur le bien être de chacun, sur l'harmonie entre tous avant que Zelena ne vienne reprendre le pouvoir. La gentille sorcière n'était pas sûre de tout mais elle avait grandement l'impression que tout ce qui était entrain de se produire était la faute de Zelena et de l'un de ses nombreux caprices. Après tout ce n'était pas la première fois que cela arrivait … Mais elle devait reconnaître que c'était la première fois que c'était aussi catastrophique, que Oz était mis dans un état aussi pitoyable, que tout était détruit de la tête au pied. Pourquoi ? C'était la question qu'elle avait dans la tête depuis le temps qu'elle était revenue à Oz. Cela faisait maintenant bien plusieurs jours et elle n'arrivait toujours pas à savoir pourquoi elle se retrouvait ici et qu'est-ce qui se passait réellement. Elle n'avait pas réellement chercher pour le coup, essayant d'abord de se protéger afin de comprendre la situation avant d'attaquer et le repère des gentilles sorcières avait été le premier endroit dont elle avait pensée pour se réfugier. L'endroit était protégé par un sort qu'elles avaient mise dessus afin que les mauvaises âmes ne puissent plus y rentrer. Elle savait qu'elle serait tranquille pour réfléchir correctement que personne ne viendrait venir la déranger. Est-ce qu'il y avait quelqu'un à Oz encore ? C'était une tout autre question qu'elle était venu à se poser et voilà qu'elle avait enfin eu sa réponse lorsqu'elle avait entendue des vois dans la salle principal. Qui était là ? Qui avait bien pu entrée ?

« Qui êtes vous ? »

Elle avait reposé la question plus calmement en voyant plus correctement les personnes qui se trouvaient en face d'elle. La surprise d'entendre des bruits et des voix au loin l'avait quelque peu perturbée surtout qu'elle ne s'y attendait point. Cela faisait des jours qu'elle était toute seule dans ses lieux sans comprendre ce qui venait à se produire à Oz. Elle regardait chaque personne un par un s'approchant doucement avant de tomber sur une visage si familier : Dorothy. D'un seule coup son visage s'illumina alors qu'un grand sourire se dessina sur son visage. Elle s'approcha de la jeune femme tendant les bras vers l'avant pour la serrer contre elle.

« Dorothy ! Que cela fait si longtemps que je ne t'avais pas revue. »

« Glinda ! Moi aussi, je suis contente de te revoir. »

« Tu es revenue pour nous sauver de nouveau n'est-ce pas ? Ceux sont tes amis ? L'homme de fer blanc, le lion peureux et l’Épouvantail ? Et Madame le maire ?! »

« Non, ce ne sont pas eux Glinda. Je te présente Garrett, Jackie-Rose et Taran. Et madame le maire. Ils sont avec moi, nous sommes venue chercher le tableau. »


Glinda s'arrêta brusquement avant de tourner son regard vers le tableau en question puis de nouveau sur Dorothy. Le tableau ? Pourquoi le tableau ? Pratiquement personne ne connaissait le pouvoir de ce tableau à par les sorcières du Pays d'Oz et la blonde n'avait jamais dit le pouvoir de celui-ci à la petite fermière. Qu'est-ce qui pouvait bien l’amener ici ? Zelena … La gentille sorcière ne voyait que cela comme réponse à la question mais pourquoi Dorothy se rangerai du côté de Zelena ? C'était vraiment un mystère et elle devait de lui poser la question. Elle resta toujours calme, restant toujours souriante et chaleureuse comme elle l'a toujours été envers les autres : une jeune femme douce et accueillante, comme la gentille sorcière du sud qu'elle était, veiller toujours sur les autres avant de veiller sur soi même.

« C'est Zelena qui t'envoie chercher ce tableau n'est-ce pas ? Pourquoi ? C'est elle qui est à l'origine de toute cette noirceur qui se trouve à l'extérieur ... »

« Non, Zelena n'y est pour rien. Enfin je l'espère … Elle a fait apparaître une tornade à Storybrooke ce qui nous a emmené ici elle a été aussi surprise que nous de voir tout se désastre. Elle  nous a demandé de récupéré un certain tableau avant de la rejoindre au Palais d'Emeraude. »

Glinda resta quelque instant bouche bée. Qu'est-ce qu'elle devait en penser de toute cette histoire ? Est-ce que c'était vraie ? Est-ce qu'elle devait le donner le tableau pour voir où tout cela les emmenait ? Les suivre pour les aider au cas où tout partirais mal ?  
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 11 Sep - 10:24



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Elle écoutait le mouvement au-dehors, l'inquiétude gagnant peu à peu son cœur froid. Tout irait bien, c'est ce qu'elle avait dit ? Elle y croyait vraiment, lorsqu'elle avait vu son corps devenu transparent. Qui pouvait blesser un fantôme ? Les conséquences n'avaient que peu d'importance sur le moment, elle voulait simplement protéger les autres. Protéger, ce maitre mot qui lui revenait sans cesse en tête et qui dirigeait sa vie. Parce qu'elle avait voulu protéger ses deux enfants et son mari, elle n'avait pu profiter d'un repos mérité dans l'au-dela. Et pourtant, aujourd'hui le regrettait-elle ? Elle avait pu voir Victor, et ce même tout les jours, avec sa femme et son fils, quel bonheur ! Quel récompense après avoir tant enduré. Et voila que son corps refaisait des siennes. Qu'importe ! Elle irait voir un magicien à son retour - si elle pouvait revenir. Non, c'était hors de question qu'elle reste bloqué dans ce monde. Katharina restait en tout cas des plus calme malgré tout, car le perdre était le meilleur moyen de se faire repérer. Il y avait du grabuges en tout cas, et tout cas sa cachette fut mise au jour, faisant sursauter son pauvre cœur ! Mais ce n'était qu'un jeune homme, un de leur groupe, venu généreusement l'aider, qui se jetait sur elle pour l'englober de ses bras. Elle fut surprise de cet élan d'affection, et encore plus par ses paroles, qui lui arrachèrent un sourire, surtout lorsqu'elle le sentit renifler contre elle. Cela réveillait une vielle émotion dans son cœur grisâtre, celui d'une mère rassurant son enfant, et elle finit même par étendre ses bas autour de lui à son tour, murmurant des "allons tout va bien, il ne faut pas s'inquiéter. Je ne le referait plus" et elle le pensait. Elle découvrit pourtant un autre personnage, à cet homme qui paraissait si doux et naïf, lorsqu'il se releva, des éclairs parcourant ses bras. Il paraissait tout à coup guerrier et puissant, capable d'affronter de plus grands dangers que ces créatures grotesques, un garçon à l'esprit chevaleresque qui partait combattre l'ennemie la mort dans l'âme. Même dans les contes, il était rare de trouver un héros ne souhaitant pas faire de mal. Mais Katharina l'avait trouvé, ce héros. Elle lui donna un sourire doux, celui d'une mère écoutant les exigences d'un fils turbulent pris dans ses jeux. "Je reste là cette fois-ci, promis." Un orage commença alors à se former, sous le regard médusé de la femme, et Taran finit par l'attraper, lui arrachant un bref cri de surprise, alors qu'il évitait coups et griffes des singes volants, pour finalement les assommer à son grand désarrois. Ils en profitèrent pour s'enfuir, le cœur battant. Suivre ensuite était le mot d'ordre, et ils arrivèrent rapidement dans une autre petite maison. Le commentaire était juste, allait-elle aussi partir en fumée ? La mère défunte ne se sentait plus de courir bien loin sur le moment. Mais non, il n'y avait que d'inoffensif tableaux, mais lequel était celui qu'ils recherchaient pour Zelena ? Une femme arriva alors, aussi blanche que Katharina, mais autant éclatante qu'elle-même était effacée. Glinda ? Elle engagea la conversation, et Katharina remarqua bien vite le sujet, soi Zelena et la devastation du pays. Pourtant à ses yeux, la jeune mère ne semblait guère méchante. Repliée sur elle-même oui, avec son bébé, brusque et acerbe. Mais elle ne lui avait pas paru si mauvaise. Peut-etre s'était-elle trompée. Ou peut-être pas. "Zelena a été très surprise, c'est vrai, et n'a causé aucun mal depuis notre arrivé dans ce pays. Vous présumé bien vite de sa culpabilité".


Katharina : 100%
Mission : ?%


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 13 Sep - 8:39


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

Peut-être Jackie-Rose aurait-elle pu être choquée par l’étrange destin des singes volants ; mais Jackie-Rose étant Jackie-Rose, elle avait passé le reste du « combat » face contre terre après s’être encoublée à… des détritus ? Des morceaux de ruine ? Elle n’était pas trop sûre, car elle se souvenait surtout d’un flash lumineux qui l’avait persuadé qu’elle avait traversé le tunnel et rejoint la fameuse lumière en piquant un sprint. Ça lui avait pris un moment pour se relever et se rendre compte que son corps entier lui faisait un mal de… chien !

La balade reprit le pas sur le combat, et Jackie-Rose la passa comme un chien la passerait, à gambader ici et là, reniflant l’air à la recherche d’écureuil et courant après Toto ou la chienne de la mairesse, parfois sur deux pattes, parfois à quatre pattes. Son insouciance était telle que l’on pouvait croire que tous les événements précédents n’étaient jamais arrivés ; mais Jackie-Rose vivait dans son propre monde à l’image d’un dessin animé, où rien n’était jamais grave et les thèmes plus sérieux semblaient disparaître derrière la légèreté du rêve de l’enfance. Une grande enfant, voilà ce qu’elle était ! Une grande enfant qui se prenait pour un chien.

Quelques pas plus tard, une chaumière au milieu du paysage ; mais une drôle de chaumière, avec seulement un toit, des chaises, et une table. Jackie-Rose avait fait la première chose qui lui paraissait logique, et cela avait été de se vautrer sous la table pour voir quelles merveilles elle allait bien pouvoir y trouver ; et quand elle daigna ressortir de sa « planque », le paysage avait à nouveau changé... Ou plutôt, le tableau s’était complété. Des murs étaient apparus, et sur ces murs, des tableaux, et sur ces tableaux, des peintures. Elle se dit pendant un instant que le métier de peintre devait être ingrat, de passer tout ce temps à peindre et de ne voir ses œuvres qu’accrochés à des murs que personne ne regarde jamais. Quel métier de chien !

Elle se serait étendue plus longtemps sur le destin des peintres si une dame n’était pas apparue soudainement dans son champ de vision. Et pas n’importe quelle dame : une inconnue ! Quelqu’un que Jackie-Rose ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam ! Il n’y avait rien de plus excitant qu’un inconnu pour rendre sa journée plus belle que la précédente. Un inconnu, c’était des millions de possibilités ! Une peau neuve en amitié ! Une rencontre en toute simplicité !.. Perdant toute notion de règles sociales, Jackie-Rose se jeta pratiquement sur la pauvre Glinda, s’arrêtant seulement à quelques centimètres d’elle, les yeux grands ouverts et un sourire tout aussi grand sur les lèvres.

« Oooooh Dorothy, c’est ton amie ? Oh boy, oh boy ! Je m’appelle Jackie-Rose ! Et j’étais un chien avant ! Vous avez une balle ? » Simple question de rhétorique, question évidente. Tout le monde avait la probabilité de posséder une balle, non ? Et elle adorait les balles, alors c’était la meilleure manière de se faire des amis ! Glinda semblait surtout surprise, mais un sourire doux subsistait sur son visage, et cela suffisait à Jackie-Rose pour savoir que Glinda était gentille comme tout. « Enchantée Jackie-Rose ! Je m’appelle Glinda, la gentille sorcière du Sud. » Qu’est-ce qu’elle vous disait ? Glinda eut un air peiné sur le visage cependant, enchaînant aussitôt. « Mais je n’ai pas de balles… Oh attends j’ai une idée ! » Elle agita une main, et dans celle-ci apparut une petite fumée blanche, avant de laisser place à… une balle !! Oh boy, oh boy ! Jackie-Rose la fixa d’un air plein d’espoir, les yeux ronds, tapant dans ses mains avec enthousiasme, se trémoussant comme si elle attendait quelque chose, manquant presque d’oublier de répondre. « Oh vous êtes si gentille c’est vrai ! Vous verrez on est gentils aussi ! Enfin sauf avec les épouvantails et les singes volants... » Elle prit un air vaguement attristé cette fois, mais passa rapidement à autre chose, les yeux toujours rivés sur la baballe. « Vous voulez nous aider à aider Zelena ? » Glinda sembla prise de court, tenant toujours la balle dans la main. « Qu’est-ce que Zelena vous a exactement demandé ? Vous savez j’ai déjà essayé de l’aider il y a bien longtemps mais cela n’a pas réellement marché... » Jackie-Rose se mit à réfléchir intensément, comme si elle essayait de réunir ses souvenirs, ce qui était en fait le cas étant donné qu’elle avait toujours le cerveau et les pensées dispersés. « Euuuuh… Elle nous a parlé d’une table, d’un tableau, et d’un palais d’émeraude ! » « Elle vous a dit pourquoi elle voulait le tableau ? » Jackie-Rose haussa les épaules. « Euuuh… non je crois pas. Elle avait l’air pressée la pauvre. » Glinda fit la moue. « Ce tableau est très particulier et ne doit surtout pas tomber entre de mauvaises mains ! Je n’ai que peu confiance en Zelena... » « Mais ce ne sont pas de mauvaises mains!Vous savez, je serais prête à confier ma vie à Zelena, et puis je suis sûre que ce qu’elle fait c’est pour sa fille ! Vous devriez la voir elle est adorable ! » À nouveau, Glinda sembla prise en dépourvu, mais Jackie-Rose était toujours focalisée sur cette balle au creux de sa main. « Elle a une fille ? Vous m’avez l’air d’une personne extrêmement gentille Jackie-Rose, mais vous ne connaissez pas aussi bien Zelena que je peux la connaître. La noirceur fait parti de son coeur, elle le dit elle-même : elle est mauvaise ! »  « Mais elle dit juste ça pour faire peur aux gens ! Comme moi je dis que j’avais de grandes dents, graouuuuh ! » Elle montra les crocs, avant d’éclater de rire. « Et oui elle a une fille trop mignonne ! Comme le soleil de sa vie, hihihi ! » Glinda restait dubitative. « Je ne suis pas aussi sûre que toi… Qu’est-ce qui me prouve que je peux te croire ? Qu’elle est changée ? » Cette fois Jackie-Rose releva son regard vers celui de Glinda, et elle prit un air farouche ; non pas agressif ou menaçant, mais plus proche d’un air boudeur. « Zelena elle est juste incomprise ! Elle est dévouée à sa fille comme personne et elle a toujours été très gentille avec moi, même que je peux aller chez elle et m’occuper de sa fille et tout ! » Glinda réfléchit un instant, la méfiance se lisait dans son visage tandis que son poing se resserrait sur la baballe, captivant à nouveau l’attention de Jackie-Rose. « Je ne peux pas vous laisser partir avec ce tableau, je suis désolée. Pas comme cela tant que je ne sais pas exactement ce dont Zelena veut en faire. Pas tant que je ne l’ai pas encore vue… Où devez vous la rejoindre ? » Jackie-Rose sembla exploser tel un feu d’artifice, comme un gamin bien trop content de connaître la réponse à une question, levant une main en l’air. « Au palais des pierres précieuses ! » Glinda sembla quelque peu amusée. « Au palais d’émeraude ? D’accord, je vous accompagne. » Jackie-Rose se mit à gigoter sur place, bien trop heureuse d’avoir ramené Glinda à leur cause, bien que son regard ne quittait pas la baballe… et Glinda finit par comprendre, faisant tressauter la balle, avant de l’envoyer à l’autre bout de la pièce dans un geste léger… et Jackie-Rose fonça droit dessus. Une babaaaaaaaaalle!!!

HANSKA.


Vie : 85%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 15 Sep - 7:54




Jamais Taran voulait blesser qui que ce soit, surtout pas de la manière qui venait à se passer, et même s’il avait fait tout ceci dans le but de protéger Katharina avant toute chose il y avait une culpabilité naissante qui se faisait ainsi ressentir. Ces pauvres créatures ne méritaient aucunement ce qui venait de leur arriver, même s’ils étaient des plus méchants et que forcément dans son esprit assez binaire sur le bien et le mal il fallait forcément les combattre – dans un esprit profondément héroïque bien entendu qui l’animait, au point de le choquer sur place alors que progressivement les nuages sombres qu’il avait pu former pour créer une certaine pénombre salvatrice venaient à s’estomper. Parce qu’il ne pouvait plus garder le contrôle sur ce qui se passait, la moindre once de colère ou d’instinct de protection avait pu disparaître à l’instant même où les corps des singes volants tombaient à terre, restant bêtement à les regarder sans bouger jusqu’à comprendre avec l’agitation aux alentours qu’il était temps de bouger d’ici. Au moins ceux-ci auraient la vie sauve, c’était le plus inestimable dans l’affaire et d’autant plus après le moment traumatisant où il avait vu la pauvre tête de citrouille partir en fumée dans un cri horrible, ils étaient juste sonné et Taran suivait ainsi le reste du groupe pour s’extirper de cette situation compliquée dans laquelle ils s’en sortaient finalement assez bien. Le reste du trajet avait été plus calme que ce qu’ils avaient pu connaître jusqu’ici, un soulagement profond quelque part alors qu’il ne lâchait pas les environs de Dorothy et de Katharina – dans le dernier cas sûrement à cause de l’aura maternelle qui s’en dégageait, pénétrant alors à l’intérieur d’un endroit qui se trouvait assez luxueux à son goût même s’il était dans le fond assez impressionnable pour un rien. Jusqu’à ce que le décor change pour laisser presque apparaître un véritable musée, surtout à cause des tableaux multiples qui étaient toujours présent, assez impressionnants.

« Wooooh ! C’est d’la magiiiiie !  Comme dans Harry Potter ! »

Les pouvoirs s’étaient quelque chose de naturel qui étaient plus liés à des éléments chez lui, comme par exemple le feu et à la rigueur le psychique, mais rien ne permettait dans son monde de faire quelque chose dans le même style. La magie était donc une notion totalement étrange et nouvelle pour Taran depuis la fin de la malédiction, il observait depuis avec des yeux d’enfants la majesté de ce qui prenait comme des dons étranges qui devaient œuvrer pour le bien – parce qu’il ne pouvait pas penser une seule seconde qu’on puisse faire le mal, regardant ainsi le nouvel endroit sans en revenir de ce qui se passait. C’est dans cet instant incroyable que venait apparaître une femme, à la coiffure qui défiait les lois de l’apesanteur au point de lui faire demander s’ils étaient bien vrais, qui se présentait comme étant Glinda la gentille sorcière. Gentille. Pas besoin de plus de mot pour que Taran soit convaincu de qui elle était et plaçait directement sa confiance en elle, après tout les surnoms étaient très révélateurs à son sens et sans doute ce qui le poussait à toujours à en donner un aux autres, d’autant plus que Dorothy la connaissait et rien que pour cette raison supplémentaire il se trouvait en pleine confiance avec elle. Mais Glinda avait l’air de porter un certain jugement sur Zelena qui avait l’air assez catégorique dans un sens, écoutant religieusement ce que le professeur Dumbledore au féminin pouvait bien dire, il était vrai que la sorcière avait achevé le pauvre Jack et ne faisait pas d’elle quelqu’un de très sympathique. Mais penser ceci lui faisait réaliser qu’il pouvait être responsable lui aussi, leur groupe entier avait du sang sur les mains – ou plutôt de la soupe de citrouille, commençant à renifler un peu avant d’avoir des petites larmes de crocodile qui perlent alors qu’il chouinait comme un enfant. Le poids de la culpabilité était là, il se sentait tellement mal de ce qui s’était passé plus tôt et c’était loin d’être dans son état esprit, regardant alors Glinda les yeux tout humides.

« Mais… nous non plus on est pas des gentils… on a tué Jaaaaaaack la citrouilleeeeeeee ! »


« Tuez ? Oh vous savez personne ne meurt réellement à Oz ! Cela lui donnera une petite leçon. Il n’est pas très… gentil. »

« C’est vrai… ? Il est pas mooooort… ? »

« Je ne pense pas non. Tu n’as pas à t’en faire. »

Soufflant lourdement, baissant les bras et presque se mettant par terre, Taran se sentait largement mieux tout d’un coup. Si tout allait bien alors c’était parfait, Jack avait l’air de s’en être tiré de ce que Glinda disait, essuyant ses yeux et ses joues de manière énergique comme à son habitude avant d’afficher un grand sourire.

« Et le tableau il sert genre à quoi ? »


« Je… Si Zelena vous a demandé de le ramener c’est que ce n’est pas un tableau ordinaire. Il a été peint avec de la peinture bien spéciale. Il peut nous montrer tout ce que nous désirons peu importe le monde dans lequel on se trouve. Il peut être tout aussi plaisant de l’avoir que dangereux. C’est pour cette raison que ce sont nous les gentilles sorcières qui le gardons précieusement dans cet endroit. Cela fait des années que nous le surveillons, nous ne voulons pas qu’il tombe entre de mauvaises mains. »

« Ce qu’on veut… ? »

Approchant du tableau il avait envie d’essayer, c’était plus fort que lui et histoire de voir que ce truc marchait bien comme il faut, réfléchissant à ce qu’il voulait le plus en ce moment précis. Il avait faim il fallait bien l’avouer, Taran n’avait pas eu le temps de manger avant de partir après tout et tous les exercices qu’il y avait eu lui avait donné terriblement faim, s’imaginant s’engloutir un paquet de chips au fromage. Et là par magie le tableau venait à changer en laissant le doux paysage de plaine, sa prairie verdoyante et son ciel d’un bleu magnifique, pour montrer tout un tas de paquets de chips pour former le tout un rayonnage de supermarché. Ouah ! Le tableau marchait donc bien comme il faut, il montrait ainsi l’emplacement de ce qu’il désirait le plus en cet instant à savoir un étalage dans un magasin, ce qui voulait dire que ce truc marchait bien et qu’en plus la dame avait dit ainsi la vérité. D’ailleurs, Glinda avait eu un léger rire en le voyant faire et encore plus en voyant sa vision, elle qui avait été assez hésitante à leur avouer la fonction du tableau – ce qui dans un sens était assez compréhensif, comprenant mieux pour sa part pourquoi Zelena pouvait vouloir l’objet. Enfin. De manière globale, à savoir pouvoir voir ce qu’elle voulait, pas de manière précise et n’ayant pas l’idée qu’elle puisse faire le mal ou autres qui lui effleurait l’esprit pour l’instant. Rien ne pourrait dire à quoi Zelena userait ce tableau, se grattant un peu la nuque, portant son regard sur la gentille sorcière.

« Ouais maiiiis Zelena elle le veut genre totalement quoi, c’est pour ça qu’elle nous a dit d’venir comme si on bossait à l’poste ! »

« Je ne peux pas lui donner tant que je ne l’ai pas vu. Tant que je ne sais pas si elle a vraiment changé comme vous le dites. »

C’était logique quelque part, après tout Glinda connaissait Zelena avant eux et elles devaient avoir un passé commun qu’ils ignoraient, hochant la tête comme pour lui dire qu’il comprenait parfaitement. Plus ou moins. Peut-être qu’au final elles allaient devenir de très grandes amies, très loin de se douter de la sorte de rivalité et haine qui pouvaient bien exister – enfin plus de la part de la verte, restant dans ses illusions d’enfant où le ciel était beau et qu’il y avait sans arrêt des arc-en-ciels autour de lui. Finalement la troupe repartait donc pour rejoindre la lanceuse de tornades, ça avait quand même un surnom assez badass quand on y pensait bien, avec en plus la nouvelle sorcière qui avait rejoint leur groupe pour une confrontation au sommet. On aurait presque cru croire à une grande quête épique, ou au scénario d’un jeu vidéo où c’était ainsi au tour du magicien de les rejoindre pour les aider, le tout dans un bon esprit au point que Taran se permettait de chanter la fameuse chanson « un kilomètre à pied ça use ça use, un kilomètre à pied ça use les souliers ». Il pouvait se le permettre parce qu’il avait le cœur plus léger, savoir que Leguman s’en était tiré lui enlevait un véritable poids – même si dans le fond il y avait aucune preuve qu’il soit encore de ce monde – et puis quant aux singes volants ceux-ci devaient s’en être remis du choc électrique depuis, trottinant ainsi joyeusement et en toute insouciance. Avançant dans la joie et la bonne humeur, même s’ils allaient de plus en plus dans un chemin dans une forêt sombre, ne faisant pas trop attention au fait qu’il faisait noir autour mais se concentrait tout d’un coup sur le nouveau membre à savoir Glinda.

« Vous devez être hyper sympa et gentille en tout cas ! Vous êtes genreeee la gentille quoi ! »

« Oh tu sais je fais mon mieux pour l’être, tout le monde fait des erreurs. La gentille sorcière du Sud est plutôt un surnom que les habitants d’Oz m’ont attribué. »

Taran ne comprenait pas trop bien et se contentait de lui sourire, il y avait juste le bien et le mal sans avoir forcément un mélange assez compliqué, s’arrêtant en entendant des bruits au loin et des grognements.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 90%


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Regina M. Mills

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Reine
☂ Conte : Blanche Neige

☂ Emploi : Maire de la ville
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : Un certain renard ... Plus ou moins.

☂ Avatar : Lana Parrilla
© Crédit : NEON DEMON
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 17 Sep - 13:24

The fucking'tastic world of Oz.Ils avaient finalement réussis à se débarrasser des trois macaques. Ça avait été laborieux, mais fait malgré tout. Ils s'étaient alors tous rendus à l'intérieur de ce qui ressemblait à un musée vide : il y avait quelques peintures, traînant à droite à gauche.  Mais alors que Dorothy pensait avoir trouvé le tableau que Zelena voulait, les murs changèrent et des centaines d'autres peintures s'afficheront. Mais bien sur ...

Ils furent ensuite interrompus par une dame, vêtue d'une robe blanche. Elle connaissait Regina mais Regina elle était sure de ne l'avoir jamais vue. Visiblement, cette Glinda connaissait Zelena, et ne lui faisait pas confiance. C'était on ne peut moins surprenant. Après une discussion avec les plus simplets du groupe, la femme accepta tout de même de voir Zelena afin de savoir ce qu'elle voulait faire avec ce tableau.

Regina aussi était dure que Zelena n'avait rien à voir avec ce qu'il se passait ici. Elle ne lui faisait pas confiance, mais sa surprise avait été sincère et vrai lorsqu'elle avait vu le village de porcelaine complètement détruit.

Ils marchaient tous en direction du palais d'Émeraude désormais. Chacun discutait avec son voisin tandis que l'ancienne reine restait en retrait. Elle se demandait encore et toujours pourquoi les gens qui pouvait se servir de magie ne l'utilisait jamais. Pas étonnant que zelena ai régné sur oz à la place de Glinda.

Un grognement de fit soudain entendre derrière eux. Regina se retourna mais ne vit rien. Cela devait être encore une bestiole étrange qui habitait les lieux. Mais si regina n'en pensait pas grand chose, Glinda elle sembla terrifié. Elle leur dit à tous de se mettre à courir et regina ne l'aurait pas fait si la bonne sorcière n'était pas partie en sprint. Ils coûrèrent tous sur plusieurs centaines de mètres avant de s'arrêter net devant une falaise.

« Sautez !» Leur cria glinda. Regina la regarda avec des grands yeux. « Sérieusement ??»

Mais Glinda avait déjà sauter. Hésitante, un second grognement se fit entendre et Regina se décida. Elle serra Apple contre elle, attrapa le collier de Lola, et sauta dans le vide à la suite de la sorcière. 
VIE:85% _ MISSION:100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


And there's certain things that I adore, and there's certain things that I ignore, but I'm certain that I'm yours. Certain that I'm yours.


Dernière édition par Regina M. Mills le Ven 6 Oct - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t824-regina-mills
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mar 19 Sep - 17:58

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

La Gentille Sorcière du Sud. Ce nom empestait la guimauve, mais il collait parfaitement à la dame qui nous faisait à présent face. Glinda était une de ces créatures à qui l’on pouvait donner le bon dieu sans confession. Et on aurait bien raison de le faire. Tout, de son énorme chignon blond dégringolant au bout de sa robe blanche, transpirait la bonté. Ça me prenait à la gorge comme un gâteau trop sucré. Elle et Jackie dans la même pièce, c’était l’overdose de bonbon assurée. En parlant de Jackie, cette dernière était déjà conquise par notre nouvelle sorcière. Tu m’étonnes. Déjà que ce n’était pas bien compliqué de trouver grâce aux yeux de la blondinette, alors si en plus vous vous appeliez "Gentille"…
Point rassurant, Glinda ne faisait pas confiance à Zelena. Elle était saine d’esprit, ça partait bien. Cependant, il était clair que la Wicked Witch n’était pas à l’origine de l’état apocalyptique d’Oz. Aussi étrange que cela puisse paraître, la coupable idéale était hors de toute accusation. Ce n’était certes pas une raison pour suivre les yeux fermés les directives de la rousse. Un danger plus grand nous menaçait. Menaçait le pays entier. Un gros truc. On avait de quoi s’inquiéter pour notre espérance de vie.

Ce tableau était… insolite. Voir ce que l’on désirait le plus ? Pas mal pas mal. Je ne savais pas trop de quelle façon il pouvait être réellement utile dans l’immédiat. J’avais mes petites idées pour le long terme, aussi comprenais-je facilement les réticences de Glinda à nous le confier. De toute façon, qui ne serait pas réticent à donner quoi que ce soit à Zelena ?
Nous arrivâmes vite à un arrangement à l’amiable : au lieu de nous laisser partir avec le précieux butin, la Gentille Sorcière décida de nous accompagner jusqu’au Palais d’Emeraude pour voir de quoi il en retournait. Nous reprîmes donc une nouvelle fois le chemin de briques jaunes. Au bout d’un certain temps, le décor changea. Nous étions à présent dans une forêt épaisse, sombre et peu accueillante. Limite glauque. Comme si ça ne suffisait pas, des grognements retentirent dans notre dos. Vu la tronche que tirait Glinda, l’auteur de ces bruits bestiaux n’était pas des plus aimables. Hors de question de nous attarder plus longtemps dans les parages. Et rebelote, nous courions encore. Ça allait finir par devenir redondant.
Notre course effrénée déboucha sur une falaise. Pourtant, loin de ralentir le rythme, Glinda nous cria de sauter. Heu ouais d’accord elle était bien sympa la cocotte, mais quand même. Oh et puis zut. Au pire, on s’écrase. Sans aucune hésitation, je me jetai dans le vide. Je tombai tombai tombai… Soudain, une bulle m’enveloppa, me faisant flotter dans les airs. Alors ça, je ne m’y attendais pas. La sphère m’éleva au-dessus des nuages. Tenir l’équilibre dans ce genre d’engin n’était pas chose aisée. Pieds et bras écartés, je tentais de rester debout. Niveau stabilité, on avait déjà vu mieux. Sur ma droite, Glinda semblait à son aise, bien droite dans sa bulle. Frimeuse. Autour de nous, le ciel rosissait sous le soleil couchant. C’est qu’il commençait à se faire tard ! Vu d’en haut, le spectacle valait le détour. Toutes ces nuances plus ou moins intenses, allant du rose pâle au rouge ardent, peignaient un tableau enchanteur.
Les bulles se mirent à descendre un peu plus bas, traversant les nuages pour s’approcher dangereusement d’un champ d’énormes cristaux d’émeraude. Ne bougez plus pour éviter d’éclater votre bulle, nous conseilla la Gentille Sorcière. Elle se déplacera d’elle-même. Ok, on ne bouge plus. Une question me trottait dans la tête depuis quelques minutes, aussi profitai-je de ce moment de calme pour l’énoncer à voix haute. Vous pouvez pas vous téléporter comme les autres sorcières ? Pas que l’attraction m’ennuyait, au contraire, toutefois nous aurions plus vite fait en un claquement de doigt bien placé. Puis finir empalé sur des cristaux ne me tentait pas trop. Glinda haussa les épaules avant de me répondre : 2]]Je trouve que les voyages en bulles sont bien plus agréables.[/b] Je souris. En fait c’était juste pour se la péter devant les touristes, j’en étais sûr.

Quelle catastrophe ! Je n’ai jamais rien vu de tel… Nous survolions actuellement une zone complètement détruite. De la fumée ondulait au sol, le feu se propageait en détruisant les villages. Glinda ne devait pas sortir beaucoup le dimanche, car nous qui n’étions à Oz que depuis quelques heures étions déjà habitués à ce genre de spectacles. Peut-être avait-elle eu une angine carabinée qui l’avait tenue alitée toute la semaine… ou alors elle n’avait vraiment pas les yeux en face des trous. Bref. Je gardai mes réflexions pour moi. Il faut qu’on aille plus vite pour ne pas se faire voir. Effectivement, en-dessous de nos pieds s’affairait une armée entière de singes ailés. Heureusement, nous étions trop hauts pour attirer leur attention. Les primates planaient en cercle, tels des vautours autour des ruines fumantes. Ils étaient tellement nombreux que j’avais de la peine à les compter. Nous avions eu du mal à nous débarrasser de trois d’entre eux, alors un flopée pareille… mieux valait la jouer discret.
Les bulles accélérèrent d’elles-mêmes. Au loin, sur la ligne d’horizon, apparut un immense château rayonnant d’une couleur étonnante. Ce ne pouvait être que la fameux Palais d’Emeraude. Il étincelait de mille feux, impossible de le louper. Oz était décidément un pays bien fascinant.

Emi Burton


Garrett : 100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t2584-garrett-loneso
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Jeu 21 Sep - 21:31



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Quelques doutes ne pouvaient s’empêcher d’apparaitre dans son esprit. Cette femme, cette gentille sorcière, semblait bien connaitre Zelena, et elle s’avançait très facilement sur la supposé malveillance de cette dernière. De ce qu’elle en avait vu pourtant, l’absente ne semblait pas si terrible que cela, juste très méfiante envers les autres, et Katharina avait voulu la défendre. Mais si elles se connaissaient depuis longtemps, comment ne pas percevoir un fond de vérité dans ses paroles ? La malédiction avait changé bien des gens, et elle eut envie de le dire comme défense pour la jeune mère, car il est vrai que beaucoup de choses avaient été bouleversés. Elle préféra rester en retrait, comme à son habitude, et garder le silence. Méfiance, tel était le lot humain, elle voulait se forger son propre avis avant d’accorder sa confiance. Mais elle garderait une réserve, en tenant compte de l’avertissement ici donné. Son attention se détourna en tout cas bien vite de ce sujet pour se tourner vers le fameux tableau magique. Elle n’avait pas encore accordé une pleine attention à la pièce et son décor, mais son âme d’artiste ne pouvait que se réjouir de voir tant de peintures rassemblés, observant du coin de l’œil les techniques et les styles. Bien sûr, ce qui l’attira finalement fu ce tableau enchanté. Alors que chacun commençait à partir, après que Taran ai vu une longue allée de chips – étrange mais amusant – la Dame Blanche se trouva prise entre deux feux, celui de la curiosité et celui de l’indifférence. Elle avait tout ce dont elle avait besoin non ? Son fils auprès d’elle, presque marié (elle y croyait, elle voulait y croire !) à une jeune femme ravissante, et heureux parents d’un petit garçon. Et elle pouvait assister à la naissance de cette vie heureuse et être réellement présente. Elle avait tout ce qu’il lui fallait, et le contenu de ce tableau devenait donc totalement inutile, et donc indifférent à ses yeux.

Mais l’être humain est toujours insatisfait, n’est-ce pas ? L’envie brulait tout de même quelque part en elle, de savoir s’il marchait vraiment. Il devait bien y avoir quelque chose dont elle ait encore besoin, sinon à quoi bon, la vie s’arrêterait-elle à ce stade ? Une belle vie sans doute, mais le tableau peut-il représenter un concept aussi abstrait à travers un lieu véritable ? Nulle vision d’elle, souriante, aux côtés de Victor, Ruby et Alwin dans ses bras. Alors Katharina reste en arrière, laissant les autres passer devant elle, et porte son regard –  oh à peine une seconde juste une petite seconde ! – sur cette peinture. Il n’en fallait pas plus en fait, pour qu’elle détourne aussitôt les yeux, ne pouvant en voir plus. Un ciel gris, une œuvre faites à coup de pinceaux grisailles, des ombres et des lumières dans cette même teinte montrant un cimetière, deux pierres tombales dont elle n’a le temps de déchiffrer les inscriptions. Elle sait de toute façon les noms qui y sont, Alphonse, Gerhardt. Curiosité satisfaite ?  Maintenant oui, mais peut-être aurait-il fallu la laisser, cette curiosité malaisante.

Le chemin reprend, l’esprit aussi calme qu’il devrait être agité, plongé dans un profond état d’indifférence au monde extérieur. La sorcière blanche – si lumineuse, si éclatante – finit par leur crier de courir, et Katharina obéit machinalement, suivant le mouvement comme toujours. L’air se fait rapidement, trop rapidement, rare dans sa gorge, sa course ralentit bien plus vite que celle des autres, mais peu importe, elle est déjà au bord de la falaise, et sans attendre une autre injonction, elle saute. Qui sait ce qui arrivera ensuite ? Il n’y a pas de questions, ou plutôt pas de désir d’y répondre, seulement l’attente de ce qui suis. L’apparition de la bulle a le mérite de la surprendre au moins une demi-seconde, avant que la défunte ne s’assoie simplement dans l’espace confiné, écoutant et attendant la destination. Mais le palais, lui, la sort totalement de son apathie pour le reste du monde. Tant de beauté, tant de majesté et de piquant dans cet édifice, une véritable œuvre d’art architecturale ! Voilà donc leur destination, et qui porte son nom, sinon simplement, au moins majestueusement.

Problème, dans ce même temps, leurs bulles survolent une véritable armada de singes volants – ceux qui ne sont vraiment pas sympathiques et apparemment pas disposé à l’attendrissement. Disposé que pour le combat donc, chose pour laquelle elle n’est vraiment pas faite. Le problème aurait pu ne pas en être un bien sûr, s’ils étaient passés inaperçu. Bien entendu – mal plutôt – il fallut qu’à cet instant précis l’un d’eux lève la tête et les repère. Dans leur malchance, ils pouvaient tout de même trouver un certain maigre réconfort : pour une raison ou pour une autre, le singe volant tête en l’air ne crut pas bon d’avertir l’ensemble de la cavalerie, juste quelqu’un de ses coéquipiers pour profiter du spectacle. Les bulles se mirent à accélérer encore le rythme, tout comme celui de son cœur tout à fait réveiller, mais rien n’y fit, ils se rapprochaient un peu trop. Comment on contrôle déjà ce transport déjà ? Ah, on ne peut pas. Bien dommage. Katharina ne savait pas vraiment vers qui ils s’élançaient comme cela, mais ce n’était pas de très bons augures. Elle aurait voulu que les magiciens du groupe, Regina ou Glinda notamment, fasse quelque chose, mais le pouvaient-elles après tout ? Au moins, elle aurait préféré que la bulle qui se fit éclater fussent celle de quelqu’un sachant se défendre, ou voler. Ou les deux. Bien sûr, ce fut la sienne qui éclata dans un petit « pop » discret, la laissant suspendu en l’air l’espace d’un quart de seconde tel un oiseau, avant que l’appel d’air ne se fasse ressentir. Alors même que la gravité reprit ses droits – voilà une chose de sûr dans ce pays d’Oz – elle eut le temps d’esquisser un geste, un seul, qui à lui seul devait trahir la précarité de leur situation : elle leva un doigt, le déposant sur sa bouche en signe de silence, associé à un regard mêlant l’inquiétude, la tendresse, mais aussi le désespoir et la peur. Il suffisait du bruit de trop pour que le reste de l’armée ne soit prévenu et ne déferle sur le reste d’entre eux. Une perte, c’était gérable ? Bouche close, aussi fermé que les portes de l’au-delà aux vivants, elle chuta.

Oh, de pas beaucoup en vérité, puisque les singes volants s’empressèrent de la rattraper. Il y eu tout de même quelques longues minutes où le vent siffla contre les mèches de ses cheveux blanchâtres, provoquant des larmes au coin de ses yeux, mais jamais ses lèvres ne desserrèrent, seule inquiétude au cœur celle de se rapprocher trop prêt de la foule de créature. Elle passa tout de même au travers d’eux, semant la panique dans les rangs, mais ils semblaient plus préoccupés de la regarder elle, vers le sol, que vers le haut. Tant mieux. Leurs petites mains griffues se refermèrent brutalement sur ses bras, lui arrachant un souffle sous le choc de l’arrêt brutal, mais mieux vaut cela que de s’écraser sur le sol. Cela serait une assez triste fin en vérité. Ils emportèrent alors le fantôme au loin, et Katharina eut beau se tordre le cou et lancer quelques regards discrets en hauteur, elle perdit bien rapidement de vu les autres bulles miroitant en l’air. Eux aussi durent alors la perdre de vue dans le lointain.



Katharina : 100%
Mission : ?%


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glinda

avatar
En réalité, je suis
Un simple inconnu
☂ Avatar : .
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 24 Sep - 16:14

The Fantastic World of OZGlinda et une équipe de choc .
Good Witch ! ••• Glinda ne savait pas quoi faire. Celle qui avait la peau tel un fantôme - Katharina ? - Venait de chuter de sa bulle sans qu’elle ne puisse faire quoique se soit de peur de lui faire mal si elle lançait un quelconque sort contre les singes qui la poursuivaient et qui l’avait emmener au loin. Où ? Glinda en avait une certaine idée également et il fallait à tout pris aller la chercher sans pour autant risquer la vie des autres passagers qu’elle transportait avec elle derrière. Qu’est-ce qui arrivait à Oz ? C’était une très bonne question qu’elle n’arrêtait pas de se poser, devenant de plus en plus nostalgique en voyant de plus en plus l’état de ce pays qu’elle adorait tant. Après tout il était complètement détruit, tous les villages semblaient avoir disparus de la carte et Glinda se voyait complètement démunie face à cette situation qui était plus que catastrophique. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire ? Pas grand-chose toute seule alors qu’elle ne pouvait que regarder ce pays qu’elle aimait tant ce faire détruire pas je ne sais qui. Tout cela la rendait triste, se sentant plus coupable que jamais, se disant que c’était sa faute et que si elle n’était pas partie rien de tout ceci ne serait arrivé. Elle doutait toujours de la sincérité des personnes qui l’entouraient en ce moment concernant Zelena. Après tout peut être à part Dorothy et encore tout le monde ne la connaissait pas comme Glinda pouvait la connaître. Ils ne l’avaient vu seulement pendant une demi-journée et ne pouvaient pas réellement dire que Zelena était sincère, qu’elle ne faisait pas partie de tout ce plan démoniaque. Pourtant elle voulait les croire plus que tout, elle voulait les croire et ce dire que d’une certaine manière Zelena avait réussit à passer du côté des gentils ou du moins qu’elle essayait plus que tout de réussir sachant très bien que ce n’était pas forcément facile à faire. Mais elle voulait le croire d’une certaine manière, ce dire qu’elle avait comme fini sa mission, fini ce qu’elle avait commencé il y a de ça quelques années maintenant. Mais en même temps c’était trop beau pour être vraie et Glinda connaissait Zelena mieux que quiconque, elle avait une partie de méchanceté pur et dure au fond de son cœur qu’elle ne pourrait jamais enlever, elle le disait elle même de sa propre bouche. Elle l'avait dit à Glinda, elle l'avait dit à n'importe qui qui pouvait passer. Elle était méchante et elle aimait être une méchante. La gentille sorcière avait essayé par tous les moyens possibles de la ramener du bon côté, de la ramener du côté des gentils mais il n'y avait rien à faire, cela avait complètement échoué. Glinda avait échoué et avait même été exilée au fin fond de la Forêt Enchantée par personne d'autre que la méchante sorcière de l'Ouest, que par Zelena.

Il fallait qu'ils fassent quelque chose, et même si Glinda voulait à tout pris sauver Katharina des mains de ses singes, il fallait avant tout qu'elle réussisse à sauver les personnes qui se trouvaient encore près d'elle. Les singes étaient maintenant au courant d'où ils se trouvaient, juste au dessus d'eux et n'hésiteront pas à attaquer n'importe quel moment. Ils étaient très certainement un peu bête sur les bords, ne faisant que obéir aux ordres qu'on leur avait donné sans réellement venir à réfléchir ne serait-ce qu'une seule fois. Alors elle regardait Katharina partir au loin ce doutant où est-ce qu'ils l'emmenaient sans pouvoir faire réellement quelque chose. Elle risquait de la toucher plus que de la sauver et c'était une chose qu'elle se refusait plus que tout : faire du mal à des innocents. Alors elle regardait plus bas voyant d'autres singes qui s'approchaient d'eux. Elle essayait de leur jeter un sort, de les toucher pour les éloigner le plus possible, tandis que les bulles continuaient d'avancer assez rapidement sans pour autant réussir à les semer. Il fallait trouver un autre plan et réussir à s'échapper, réussir à aller au palais d’Émeraude où ils seront un peu plus en sécurité que dans le ciel. Non, Glinda n'avait pas prédit la rencontre avec des singes volants une nouvelle fois, et surtout pas avec une dizaine des leur qui volaient dans leur direct. Elle lançait de boules de feu, essayait de créer une certain mur entre les deux groupes mais il y avait toujours un singe ou deux qui réussissaient à passer à travers le sort d'une manière ou d'une autre, se rapprochant toujours de plus en plus d'eux. Glinda y mettait tout sa force dans ses sorts mais quelque chose n'allait pas, quelque chose était entrain de décliné, elle n'avait pas l'impression d'être au bout de ses propres capacités, comme si quelque chose venait à lui bloquer une partie de ses pouvoirs. Elle savait que Zelena avait toujours tout fait pour être la plus puissante, mais elle sentait quelque chose de différent. Quelque chose qui venait lui brider ses pouvoirs d'une manière qu'elle ne connaissait pas. Pourtant il fallait faire quelque chose et vite, sinon il allait tous se faire attraper, et tout se faire emmener … Mais pourquoi pas ? Pourquoi ils ne se font pas attraper à leur tour pour pouvoir rejoindre Katharina et la récupérer afin de partir tous ensemble ? Cela semblait quelque peu dangereux, mais c'était la seule solution qui lui semblait plausible. Non. Elle ne pouvait pas non plus risquer la vie des autres personnes qui se trouvaient derrière elle elle regardait tout autour d'elle. Ils étaient trop visible dans les airs il fallait qu'ils aillent un peu plus bas.

« Attention, nous allons descendre pour être moins visible ! »


Et d'un seul coup les bulles avaient comme l'impression de chuter vers le sol à une vitesse fulgurante. Le sol se rapprochait dangereusement et Glinda avait l'air assez serein, elle n'avait pas peur, ils accéléraient et une fois que la bulle touchait le sol, elle éclata, laissant Glinda marcher sur le sol, ne tombant pas un instant. Elle s'avançaient rapidement pour se cacher derrière des anciens meurs de maison détruite, derrière les arbes pour essayer d'échapper au regard des singes. Il fallait qu'ils les perdent de vu alors qu'elle venait à faire signe aux autres membres des groupes de la rejoindre.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mar 26 Sep - 21:38


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

Jackie-Rose n’avait pas couru comme ça depuis des… heures ; une bonne course où plus rien n’existait, où tout obstacle devenait simplement un autre élément du décor à renverser sans même se rendre compte de sa présence. Chaise, branche, individu non-identifié ; plus rien ne pouvait se mettre en travers de sa route, tant qu’elle n’aurait pas cette baballe entre ses dents. Elle était tellement absorbée par cette balle qui semblait rebondir partout et, bizarrement, toujours dans les environs immédiats du groupe, à croire qu’elle était magique, ce qui ne serait pas étonnant étant donné qu’elle avait été créée par une sorcière, qu’elle ne remarqua pas vraiment les changements de décor successifs, cette forêt sombre et étrange, ce bruit soudain et la course jusqu’à la falaise ; tout ce qui comptait pour elle n’était que cette balle, cette baballe qui rebondissait sans jamais disparaître et qui absorbait toute son attention. L’inconscience, un terme qui définissait bien la demoiselle : inconsciente du danger, inconsciente de son environnement, inconsciente de ses compagnons qu’elle manqua de renverser à plusieurs reprises. La baballe semblait savoir où elle allait car elle disparut par-dessus le bord de la falaise et Jackie-Rose ne réfléchit même pas, comme souvent : elle sauta, riant, criant, impatiente d’avoir ses mains sur son précieux trophée. Ce ne fut que quand la bulle l’entoura et qu’une mini-bulle se forma autour de la balle que Jackie-Rose revint réellement à elle, pour enfin constater ce qu’il se passait… Le ciel ! Elle… volait !! Riant aux éclats, elle se mit à tournoyer dans sa bulle, faisant des mouvements comme si elle nageait -à la manière d’un chien bien sûr- pour la faire avancer plus vite ou la ralentir, faisant des acrobaties aériennes décoiffantes et tout ça dans la plus grande joie et la plus grande bonne humeur, bien que l’objectif de rattraper la baballe ne la quittait pas. Elle ne remarqua pas même le départ précipité de la femme blanche, celle qui lui donnait des frissons car elle semblait toujours apparaître et disparaître inopinément juste autour d’elle ; du moins, elle ne remarqua rien jusqu’à ce qu’on le lui fasse remarquer.

« WOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAH !!! »


Le cri était guttural, spontané, mais curieusement léger, contrastant fortement à la situation, au moment où les bulles se mirent à chuter dans le vide à une vitesse fulgurante. Bien sûr, protégée par la bulle, Jackie-Rose ne ressentait pas les effets de la gravité, restant simplement statique au milieu de son étrange moyen de transport ; mais le paysage n’en défilait pas moins devant ses yeux à une vitesse fulgurante, ce qui provoquait comme un paradoxe dans son cerveau : elle tombait visuellement, mais pas physiquement. À vrai dire, elle continuait à crier alors qu’elle avait déjà touché le sol depuis un moment, jusqu’à ce que quelqu’un ne vienne lui couvrir la bouche avant de la tirer en avant pour se cacher des singes, histoire qu’elle ne vienne pas griller leur position. Sa baballe rebondit un peu plus loin, mais Jackie-Rose ne la voyait plus, se contentant de courir, tout droit, perpétuellement, sans regarder où elle allait ni où était les autres. Ce ne fut que quand elle se prit un arbre en pleine tête qu’elle revint à elle, voyant le groupe à ses côtés alors que Glinda la fixait d’un regard plein d’inquiétude, l’ayant visiblement téléportée pour ne pas être blessée par ses bêtises. Quelle gentille sorcière ! Si gentille ! Si généreuse ! Le coeur de Jackie-Rose se réchauffa au point de presque la brûler tant elle s’extasiait de voir la gentillesse personnifiée. Elle était si accaparée par cette boule de gentillesse que Jackie-Rose ne remarqua pas tout de suite la silhouette de Katharina, coincée entre deux singes volants, emportée au niveau du palais d’émeraude. Jackie-Rose manqua de peu de se relever en criant qu’elle était là-bas ; il lui fallut un regard en direction de Garrett pour comprendre qu’il valait mieux qu’elle reste tranquille pour le moment, alors elle s’écrasa comme elle put en prenant un air vaguement honteux, avant de murmurer de la plus petite voix possible :

« Pssst ! Regardez là-bas… La dame blanche ! »


Elle pointa discrètement du doigt dans la bonne direction, bien que ses gestes étaient si exagérés que l’on pouvait croire à une caricature. Elle réfléchit, intensément, au point que l’on pouvait presque voir de la fumée sortir de son crâne pendant que ses sourcils se fronçaient ; et quand une idée lui vint, elle pointa le doigt en l’air avec un air triomphant.

« Madame la sorcière, vous pouvez nous téléportez là-bas non ? Vous êtes si gentille ! »

Glinda lui lança un regard inquiet, secouant la tête et précisant que cela serait trop dangereux de se téléporter sans savoir ce qui pouvait bien les attendre. Jackie-Rose suggéra de reprendre les bubulles mais se rendit vite compte que cela n’avait aucun sens vu le regard qu’on lui lança ; elle n’avait manifestement pas compris pourquoi ils avaient abandonnés les bulles à la base. Jackie-Rose se sentit aussitôt toute petite et elle s’assit sur les fesses, n’osant plus ouvrir la bouche de peur d’exaspérer les autres un peu plus...

HANSKA.


Vie : 85%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Jeu 28 Sep - 22:40



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Si l’on exceptait la situation actuelle dans sa globalité, la ballade n’était pas désagréable, et même plutôt sympathique. Le paysage se déployait sous ses pieds, tel un tapis au relief multiple qu’on déroulait au fur et à mesure, révélant à chaque fois quelques surprises. La cime des arbres s’étalait sur le sol comme une douce couverture, mais renfermant certainement des créatures et des animaux dangereux, tel mille aiguille prête à piquer le pied qui s’y poseraient. Elle pouvait y apercevoir quelques couleurs éclatantes, se cachant du soleil couchant, du moins de ce qu’elle pouvait voir à cette hauteur et avec cette vitesse. Le ciel était magnifique, dans ses dégradés de couleurs, venant buter sur les rochers escarpés où était perché le Palais d’Emeraude. Ce dernier était un peu le clou du spectacle, la cerise sur le gâteau. Verte, la cerise. Mais voilà, l’ombre de cette magnifique vue était la désolation totale qui touchait les lieux. Pas un mètre carré ne semblait avoir été épargné, et ce qu’elle avait pu découvrir à pieds n’était qu’une infime partie des ruines qu’était devenu le pays. C’était d’un sinistre, une totale dévastation. Les griffes des singes éraflaient sa peau, remarqua-t-elle justement, faisant gouter un peu de sang le long de ses bras. Pas que cela éveille quelques intérêts pour elle, qui semblait vouloir simplement profiter du vol puisqu’elle n’avait plus que ça à faire.

Comment, se débattre ? Mais pourquoi faire ? Elle survolait le monde à une hauteur beaucoup trop grande, si elle parvenait ne serait-ce qu’à se défaire de leur emprise, elle mourrait de sa chute. Et encore fallait-il leur faire lâcher prise, aux deux singes, et ce n’était pas gagner du tout. Elle n’était pas une battante, une guerrière dotée d’un esprit stratège imparable, ou d’une force inégalable. Juste une mère défunte, qui ne savait pas vraiment à qui elle pouvait être utile ici. Plutôt un poids à vrai dire, et elle espérait que les autres ne s’inquiétaient pas à outrance pour elle, il n’y avait rien à faire. Surtout pour Taran, qui semblait si gentils avec elle.

Le voyage sembla toucher à sa fin en tout cas, puisqu’ils amorcèrent une descente vers la cour du château en pierreries. Mais ce n’était pas finit, ce n’était en vérité que le début de l’aventure– ou la fin pour elle ? D’autres singes attendaient là, et si Katharina ne s’y connaissait pas, elle savait tout de même reconnaitre des soldats quand elle en voyait. Les deux singes qui l’avaient attrapé la déposèrent là, et deux autres prirent le relais. Et finalement, elle regrettait maintenant les autres. La poigne sur ses bras étaient plus serrés, et si les autres n’étaient pas sympathiques, eux lui étaient antipathique. Ils l’entrainèrent, ou plutôt la trainèrent, dans les couloirs du palais d’Emeraude qui étaient… Eh bien qui était d’émeraude. Vert, vert scintillant et vert transparent étaient toutes les nuances présentes. Pas qu’elle tenta vraiment d’y faire attention, trop occupé à essayer de marcher pour éviter de se faire trainer justement sur le sol. Mais les singes allaient trop vite pour qu’elle puisse reprendre contenance, et le clou s’enfonça lorsqu’ils passèrent devant de grandes portes. Katharina n’eut le temps d’observer ce qu’il pouvait bien s’y passer, tout devint noir tout à coup, comme si l’un des malaises de sa maladie la prenait, même si elle savait que ce n’était pas cela. Tout devint sombre, la vue disparaissant, le toucher aussi, l’odorat, et ne restait qu’à son oreille un rire sardonique résonnant dans tout son corps.



Katharina : 100%

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Sam 30 Sep - 22:06

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

Nous volions toujours dans nos bulles, bien au-dessus de la fourmilière de singes. Jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’avait eu l’intelligence de lever la tête. Mais ça n’allait pas durer… Juste au moment où je me disais que nous aurions peut-être une chance de cocu, un primate regarda dans notre direction. Nous étions repérés. Il entraîna plusieurs de ses potes avec lui et la petite troupe de babouins ailés s’approcha de nous. La bulle de la Dame Blanche ne trouva pas meilleur moment pour décider d’éclater. Hm. Ce n’était pas si fiable que ça comme moyen de transport, tout compte fait. Nous autres, toujours coincés dans nos bulles, ne pouvions pas intervenir. Le cachet d’aspirine vivant fut emporté par les singes, en direction du Palais d’Emeraude. Ça tombait bien, nous y allions justement. En parlant de tomber… le sol se rapprochait dangereusement tandis que Glinda repoussait avec difficultés un commando de primates. En entrant en contact avec la terre ferme, ma bulle éclata et j’atterris en souplesse, poussant un léger soupir de soulagement. Être à la merci du bon vouloir de cette sphère de savon alors que l’ennemi rôdait autour ne m’était pas très agréable. Un fois sur la terre ferme, nous parvînmes à nous cacher dans des ruines jouxtant un terrain boisé. Je dus plaquer ma main contre la bouche de Jackie pour qu’elle arrête d’hurler comme si elle était toujours en train de tomber. Tenter une infiltration avec la blondinette dans l’équipe ? Même Tom Cruise aurait refusé cette mission impossible. Je lui intimai de se faire discrète (dans la mesure du possible), et elle nous fit remarquer que notre pote la Casper Girl était bientôt arrivée au palais, toujours prisonnière des pattes griffues des babouins volants. Il fallait la rejoindre. De toute façon, notre objectif était d’atteindre le château. Elle y serait un peu avant nous, et en bonne compagnie. Voilà tout.

Nous restions cachés derrière les arbres. Nous pouvions entendre les singes nous chercher à grands renforts de cris et de grognements. Si nous n’étions pas assez silencieux, nous nous ferions repérer en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. La Gentille Sorcière nous expliqua qu’il fallait se diriger vers le Palais d’Emeraude. C’était notre seule solution. Vous me direz, je ne comptais rester dans le coin à parler chiffon avec les macaques. Bon bah quand faut y aller faut y aller. Tel le félin que j’étais, je me faufilai à travers les arbres sans un bruit. J’avais avancé de quelques centaines de mètres quand je tombai nez à nez avec un singe. Il fut aussi surpris que moi. Je devais profiter de ce moment de doute pour me sauver la mise. S’il donnait l’alerte, nous étions cuits. C’est alors que je me souvins avoir gardé une barre de Mars dans ma poche. Hehe. Je la sortis doucement, en croquai un bout puis jetai doucement le reste aux pieds du primate. Ainsi, il savait que c’était comestible. Il se figea, me regardant d’un air suspicieux avant de reporter son attention sur la barre chocolatée. Je lui offris mon plus beau sourire innocent. Le singe saisit la barre entre ses longs doigts et la renifla, perplexe. Il me lança un nouveau coup d’œil hésitant. J’hochai la tête pour l’encourager. Vas-y, un petit effort, bouffe ce foutu Mars. Le primate planta ses dents dans la barre avant de l’enfourner dans sa bouche. C’est bon, hein ? Puis il se mit à se débattre, mâchant avec hargne encore et encore. Eh ouais poto, ça colle aux dents. Je ne l’avais pas prévenu, j’avais oublié ce léger détail. Concentré sur ses efforts de mastication, le babouin en oublia ma présence et je pus continuer ma route, faisant signe aux autres de me suivre. Un Mars et ça repart.
Nous continuâmes notre progression vers le Palais en silence. Nous n’étions plus très loin des immenses portes d’entrée. Deux gardes étaient postés de chaque côté. Ah ça c’était embêtant. Je nous aurais bien annoncés comme les livreurs de pizzas, mais nous n’avions aucune pizza et je ne savais même pas si les pizzas existaient à Oz. J’étais très persuasif, mais les gardiens ne me croiraient pas non plus si je leur disais que nous venions pour l’inspection sanitaire. Nous n’avions pas trop la tronche de l’emploi. En fait, nous n’avions la tronche d’aucun emploi, si ce n’était de saltimbanques. Et les gardes ne laisseraient jamais passer une équipe de drôles de zouaves comme nous. Il nous fallait un plan.

Emi Burton


Garrett : 100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t2584-garrett-loneso
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 2 Oct - 19:27




À peine le grognement avait-il résonné dans les environs que Glinda leur demandait à tous de courir, Taran ne se faisant pas prier plus longtemps tant heureux de pouvoir se dépenser de la sorte - à croire qu’il prenait toute cette aventure pour une balade de santé, courant à travers cette sorte de forêt bien trop sombre. Il eut néanmoins le bon soin de s’arrêter avant de tomber dans le vide et se préparant à devoir malheureusement faire face à ce qui se tramait dans l’ombre, se retournant en pensant apercevoir l’ombre de ce qui avait l’air de tant impressionner et surtout terrifier la gentille sorcière, mais pour l’heure rien n’avait l’air de vouloir montrer le bout de son nez même si les bruits presque animal se faisaient entendre. C’est à cet instant précis que Glinda les intima de sauter dans le vide. Oui rien que ça. Et pourtant avec toute la naïveté et la confiance du monde Taran recula légèrement pour prendre juste un meilleur élan, se jetant dans le gouffre face à eux sans même réfléchir une seule seconde au danger qui pouvait bien planer sur leur tête ou plutôt en dessous de leur pied pour le coup, véritable saut de l’ange à la Assassin’s Creed en perspective. La gravité faisait son œuvre et son corps fendait l’air sur son passage, lui arrachant quelques larmes en raison de la pression de l’air et un cri presque vital sur le poids qui s’abattait ainsi contre sa cage thoracique, jusqu’à ce que tout s’arrête avec la création étrange de ce qui avait l’air d’être une sorte de petite bulle – au sens littéral du terme. Et sûrement que sa nature d’ancien oiseau lui permettait de vite prendre ses marques, se positionnant naturellement comme pour voler, ayant irrémédiablement le sourire aux lèvres que de constater une fois de plus à quel point la magie apportait son lot de surprises incroyables.

« Ouaaah ! Alors ça j’kiffe trop ! C’est juste énorme ! J’voleeeee ! »

La seule chose qu’il pouvait regretter c’était de ne pas sentir le vent dans ses cheveux et sur le bout des doigts, rien n’était plus précieux pour Taran que de pouvoir voler librement dans les airs comme il le ferait dans son ancienne vie, mais il savait par ailleurs se contenter de ce fabuleux cadeau qui n’en était pas réellement un pourtant. Riant légèrement comme un enfant heureux, profitant de cette vue incroyable sur le monde fabuleux d’Oz et ses couleurs chatoyantes, cette vision qu’il avait lui mettait comme du baume au cœur quelque part. Tourbillonnant un peu dans cette bulle, qui avait l’air de les plonger hors de l’espace et du temps alors que le ciel se rougissait de la lumière du soleil tombante, cette dernière avançait selon le bon vouloir de Glinda qui descendait plus bas pour les approcher du spectacle au sol. Un champ de cristaux d’émeraude se dessinait sous leurs pieds, d’un vert si éclatant et profond qui laissait – pour une fois – Taran sans voix que de voir une telle beauté, tout à Oz avait l’air de sortir d’un rêve profond où la magnificence est maîtresse. Et comme l’enfant sage qu’il pouvait être il écoutait précieusement les conseils de la gentille sorcière, à savoir celui de ne pas bouger, se contentant pour une fois de la vue au lieu de s’agiter dans tous les sens. Comme quoi, dans de cas assez rare, la pile électrique qu’il était se trouvait capable d’arrêter de bouger n’importe comment et surtout de se focaliser sur une chose bien précise même si l’incident était assez rare pour le souligner. Un tableau somptueux qui laissait place bien vite à la désolation et au contraste. Les flammes étaient en train de ronger des villages qui se trouvaient un peu partout, le ciel si magnifique laissait place à la noirceur des nuages de fumées si épais qu’ils empêchaient de voir l’horizon au loin, ne pouvant se retenir de poser ses deux mains contre une paroi de la bulle dans l’espoir peut-être d’apercevoir des survivants et surtout de leur venir en aide. Cependant aucune activité était présente, les seuls sons qui pouvaient lui parvenir étaient le bruit des maisons dont les poutres finissaient en cendre tant elles étaient en proie aux flammes, il était tout bonnement impossible de savoir si quelqu’un se trouvait jusqu’à ce que les ombres des primates volants se dessinent dans ce qui était la définition même de l’horreur tandis que le cœur de Taran se serrait de tristesse en raison d’une empathie bien trop pressante.

« C’est vraiment hyper trop méchant de faire quelque chose du genre... »

C’est à cet instant que se dessinait ce qui se trouvait être leur destination finale à savoir le sublime palais d’émeraudes d’Oz. Comment décrire une telle magnificence ? C’était tout bonnement impossible pour Taran, pas avec des mots en tout cas et peut-être des sons étranges juste, au point qu’il aurait presque plus oublier tout le reste et se laisser absorber dans la contemplation de cet édifice se détachant de ce ciel qui perdait peu à peu ses derniers rayons solaires. Une véritable scène digne d’un grand film, tellement à couper le souffle, quittant pourtant cette imposante structure pour revenir aux singes volants plus en bas qui avaient l’air de fourmiller comme jamais. Est-ce qu’ils allaient devoir se battre une fois encore ? Il n’aimait pas trop l’idée, même si ces étranges animaux se montraient comme étant des ennemis il n’avait pas spécialement envie de leur faire mal de son côté – étant toujours mal dans le fond d’avoir pu blesser certains de leurs congénères, abordant une moue frustrée rien que d’imaginer devoir se frotter à eux par la suite et ce qui le forçait à fermer sa bouche sous risque de voir rappliquer ces drôles de mangeurs de bananes aux ailes qui feraient rougir de jalousie Batman. Ils devaient aller plus vite, encore plus en constatant que l’un des êtres en bas regardait dans leur direction, Taran tentant alors de pousser contre la paroi de sa bulle comme pour la forcer à aller encore plus vite mais celle-ci se trouvait sous le commandement de Glinda qui n’avait pas l’air décidé de battre des records de vitesse – peut-être risquant après tout une contravention pour excès de vitesse dans une véhicule non homologué. Sait-on jamais. Mais l’agitation se fit de sa part quand les méchants Donkey Kongs venaient s’approcher de Katharina, personne ne devait toucher la maman du groupe c’était une loi absolue et universelle, cherchant à tendre la main vers elle mais étant dans l’incapacité de le faire à cause du moyen de transport.

Plaquant ses mains contre sa bouche Taran hurlait en silence par ce moyen, voyant avec horreur la jeune femme dégringoler avant d’être attrapée par les singes qui partaient avec elle, voulant écouter malgré tout l’ordre silencieux de la Dame Blanche qui avait intimé le silence d’un simple geste. Et il en fallait beaucoup pour qu’il écoute cet ordre, son instinct lui criant intérieurement que s’il ne voulait pas qu’une autre personne subisse le même sort par sa faute il devait la fermer, trépignant malgré tout dans sa bulle de frustration et d’une sorte de colère de rien n’avoir pu faire. Le reste du voyage lui semblait interminable, surtout pour lui qui n’avait aucune patience en raison de son agitation perpétuelle, ne se sentant qu’un poil à l’aise lorsque la bulle éclatait au contact du sol alors qu’il manquait presque de tomber mais se reprenant pourtant bien vite. Aussitôt arrivé aussitôt fallait-il se cacher, et si d’ordinaire il aurait pu trouver ceci assez amusant comme un gamin face à un cache-cache aux vues des circonstances du kidnapping de la maman du groupe ce n’était pas le cas, se pliant à l’exercice malgré tout en restant avec les autres derrières des arbres et des buissons pour ne pas se faire repérer. Les singes passaient non loin d’eux et vraisemblablement à leur recherche, ayant sans doute compris ou appris à compter entre temps que une seule prisonnière ce n’était pas vraiment assez sur leur groupe, se devant de les débusquer de là. Attendant ainsi que le plus gros sois passé, qu’ils puissent commencer un minimum à bouger ou même parler, c’était Glinda qui rompait en premier le silence pour leur expliquer qu’ils devaient se rendre vers le palais d’émeraude qu’ils avaient pu apercevoir plus tôt. Taran se mettait aussitôt à taper du pied, comme le ferait un enfant peu content – et sur le point de faire un caprice mais qui pour lui était réellement légitime pour le coup, chuchotant malgré tout en voyant les singes au loin même si le ton se trouvait un peu plus fort qu’un simple murmure.

« On doit la sauver ! On peut pas la laisser comme ça ! Deux fois qu’on l’abandonne presque, ça ne va pas ! On est un groupe et un groupe c’est comme une famille, on abandonne personne ! »

Petite leçon de morale, en fin ce qui s’en rapprochait de la part de Taran, alors que le groupe se remettait en route dès que la voie avait l’air d’être libre. Avançant le plus furtivement possible, ne sachant pas sur quoi il pouvait bien tomber, Garrett se trouvait tout d’un coup face à face avec un des singes volants qui avait l’air autant sur le cul sur lui que de voir des gens ici. Oh non. Est-ce qu’ils allaient devoir encore se battre ? Il ne l’espérait pas parce que le foutoir qu’ils allaient faire pouvait risquer d’en faire ramener d’autres, ce qui deviendrait une bataille interminable vu à quel point ils avaient quelque peu galéré à en gérer trois, mais aussi pendant ce temps Katharina était sans défense et pouvait être blessé. Heureusement pour eux le fameux cow-boy, ou monkey-boy pour le coup, avait la solution la plus adéquate et qui mettait n’importe qui d’accord : de la bouffe. Maintenant qu’il voyait ça Taran aussi avait faim, faisant une petite moue avec un hochement de tête en se disant que lorsqu’il serait à Storybrooke il allait engloutir ce pot de Nutella dans le placard, ce qui eut pour effet en tout cas d’occuper suffisamment le primate jusqu’à ce qu’ils puissent passer l’air de rien alors qu’ils venaient de manière pacifique de mettre hors d’état de nuire un ennemi. Comme quoi tout était possible, cette histoire pouvait se régler dans les câlins et les bisous magiques si chacun y mettait du sien – et les friandises aussi bien sûr, avançant jusqu’à se trouver non loin des portes imposantes du palais d’émeraude où deux gardes montaient la garde. Après une brève conversation dans leur groupe, histoire de savoir comment faire pour entrer, la ruse avait l’air d’être de mise ce sur quoi Taran répliquait aussitôt qu’il allait gérer sur le coup là. Prenant les devants il s’avança ainsi en premier vers les gades, confiant et tout sourire comme à son habitude, se posant devant les deux hommes.

« Yosh ! On vient tout nettoyer ! Ziouziouuu top clean t’vois le genre ? »

« Excusez-moi ? »

Pourtant c’était assez clair, il y avait pas meilleur excuse que venir faire le ménage dans un immense palais de la sorte – il devait y en avoir du monde rien que pour tout nettoyer, sinon ils étaient vraiment des gens assez sales. Bon ok. Taran était pas le pro du ménage, il y avait qu’à voir l’état de sa chambre c’était clair mais il faisait au moins une fois dans le mois un coup de dépoussiérage, n’osant imaginer comment c’était à l’intérieur.

« Bah oui ! Comme la chanson : Nettoyer, balayer, astiqueeeeeeeer~ ! »

Opérant en même temps une mini-danse, imitant aussi bien le balai que les frottages contre une vitre invisible tout en se mouvant comme il faut, aussi étrange que ceci puisse paraître le garde avait l’air des plus insensibles à ses pas incontestés de danse impressionnante. Néanmoins l’un des gardes venait à rentrer dans le palais, sûrement pour aller faire des vérifications – ou chercher un défibrillateur pour crise cardiaque vu les gestes improbables de Taran, tandis que l’autre leur bloquait aussi net le passage tout en leur expliquant qu’ils n’avaient pas le droit de passer. Ce qui était, il faut bien le dire, totalement injuste ! Il avait l’impression de se faire refouler à l’entrée d’un night club, même si concrètement il n’y avait jamais vraiment mis les pieds mais l’idée était la même, se balançant d’une jambe à l’autre face à la contrariété de se trouver ainsi sur le banc de touche.

« Pourquoiiiiiiiiiiiiiii ? »

« Nous n’avons pas d’équipe de nettoyage. Veuillez rester ici quelques instants. »

C’était des gens pas très propres alors. Taran reculait un peu d’un pas, levant le nez pour regarder la grandeur de l’endroit, et même s’il comprenait que vu la taille du bâtiment ça devrait être compliqué mais aussi grave chiant de tout nettoyer il avait en tête cet idéal de conte de fées où tout était beau et tout étincelant. L’imaginaire Disney était en train de se briser en lui, ou du moins en prenait un sacré coup, imaginait alors le lieu comme un endroit des plus moyenâgeux au possible où n’importe qui risquait de chopper la peste ou une maladie du même genre. Heureusement que le palais avait une belle tronche de l’extérieur, ça lui permettait tout de même de se dire que non ce gars devait mentir ça se trouve, revenant à lui pour lui demander son nom histoire de faire connaissance et la conversation. La sociabilisation il n’y avait rien de tel, Taran adorait parler et c’était une vraie pipelette quand il s’y mettait, sauf que le garde face à lui ne bougeait plus et ne disait plus un mot comme une statue. Ils allaient devoir faire autrement, même sa capacité spéciale à se faire des amis plus vite que son ombre ne lui était d’aucun recours, se mettant alors à agiter les doigts devant l’homme qui n’avait pas le moindre sourire mais qui fixait le groupe comme une véritable sentinelle. Solution de replis, le mensonge c’était mal mais parfois il y avait pas le choix d’autant plus que Katharina les attendait à l’intérieur, il fallait embrouiller le type face à lui.

« Non mais on est totalement des grands sorciers ! »

« Montrez moi ! »

C’était honnêtement pas la partie la plus compliqué, après tout ils étaient plusieurs à avoir des pouvoirs et même sans ça ils pouvaient se faire passer comme tel avec un petit tour de passe-passe ni vu ni connu, commençant à remontrer les manches comme il faut pour pouvoir en faire sortir des éclairs comme il faut. Agitant toujours les doigts, dans l’optique de faire apparaître de l’électricité entre eux, Taran s’interrompait en revoyait le garde parti revenir vers son collègue et commencer à lui parler à l’oreille. Sûrement c’était il rendu compte de son erreur, de voir à quel point ils étaient so famous après tout, sauf qu’au vu de a tête que pouvait tirer le garde resté sur place ça n’avait pas totalement l’air de concorder avec ce qu’il s’imaginait en tête en fin de compte et encore moins en l’entendant aboyer de la sorte. Plusieurs soldats arrivèrent alors, encerclant leur petit groupe, arme en avant pour les dissuader de bouger.

« Aucun de vous ne bouge ! On vous arrête ! »

« Oh le mannequin challenge ! Oki doki on freeze ! ….. Attendez ça veut dire qu’on peut rentrer si on est arrêté ? »

« Pas un mot ! On embarque les quatre ! »

Le plus important à retenir c’était qu’ils allaient pouvoir entrer finalement, il n’y avait qu’à demander si gentiment après tout pas plus compliqué que ça eu lieu de s’imaginer tout un plan, venant pourtant tilter bien vite l’incohérence dans les paroles du garde. Quatre ? Non ils étaient beaucoup plus que ça, il y avait Jackie-chou, Reginana, Cigarette et Glindada pourtant – et oui les surnoms débiles c’est gratuit, se retournant quelque peu pour voir que la gentille sorcière n’était plus là. Un petit bug passager dans son esprit, ne pouvant que se demander après tout où elle avait bien pu disparaître et quant, Taran faisait signe aux autres vu qu’ils avaient interdiction de parler que leur nouvelle amie n’était plus là tout bonnement. Des soldats les escortaient alors après les avoir attaché, chacun en ayant un d’attribué en quelque sorte, alors que les portes du palais d’émeraude s’ouvraient pour laisser place à une immense cour remplie de singes volants et de gardes. Les primates se mettaient alors à faire un raffut pas possible, pire que l’acclamation d’une super star même si ce n’était pas trop le moment, regardant tout autour de lui sans comprendre. Son action fut dès lors captivé par une ombre géante humanoïde, portant un super haut de forme sur la tête qui faisait assez chic, ouvrant les bras en grand comme pour les accueillir.

« Bienvenue à Oz ! »

« Merci beaucoup en tout cas. »

« Mais je t’en prie... »

Bizarrement le ton n’avait rien d’amical, le rire qui suivait par la suite avait de quoi donner des frissons dans le dos, il y avait quelque chose d’assez moqueur dans la voix qui ne plaisait pas à Taran et surtout pas venant d’une ombre...







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 90%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 4 Oct - 23:12



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Dans quel situation s'était-elle fourrée en se laissant emporter par la tornade ? Le rire sarcastique résonnait dans son esprit à n'en plus finir, créant presque des échos, tandis que les derniers souvenirs de mélangeaient dans sa tête. Tout semblait aller de travers dans ce monde d'Oz, et cela avait commencé bien avant leur arrivée. Le pays était en ruine, détruit et brulé, certainement par cette armée de macaques ailés, et plus elle y réfléchissais - il n'y avais que cela à faire - plus elle se convainquait de l'innocence de Zelena. Elle se trompait peut-être, forcement lui aurait dit la sorcière blanche. Mais elle voulait y croire, espérer que cette femme ne soit pas si foncièrement mauvaise, et que même les personnes les plus gentilles pouvaient se tromper. N'était-ce pas en considérant la femme comme une méchante qu'on l'acculait à agir ainsi ? Katharina croyait aux secondes chances, et même aux troisième, car elle en bénéficiait aujourd'hui. Une deuxième chance pour rester près de ses fils, une dernière pour le suivre à Storybrook. Et même l'âme la plus noire et la plus terrible peut être sauvée.

Les évènements s'étaient enchainés trop vite pour qu'elle puisse y repenser après coup, mais elle se retrouvait soudainement hors du temps, au sein même de son esprit, et donc avec ce temps de réflexion à disposition. Chaque lieu était en ruine, pas seulement ceux ou Zelena souhaitait se rendre. Sa présence était-elle même attendue ou prévue ? Si c'était le cas, la mère défunte pensait que c'était un évènement prévu mais pour dans longtemps encore, et ils prenaient par surprise leur hôte en débarquant ainsi. Mais qui pouvaient s'opposer à la puissante magie verte, combiné à celle de madame la maire puisqu'elle les accompagnait ? Quelqu'un qui transforme des singes volants. N'est-ce pas la méchante sorcière de l'ouest, ça, dans les légendes ? Qui alors usurpe le rôle de Zelena Green ? Mystères et boule de gommes. Après tout, elle est toujours évanouit, comment en savoir plus ?

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regina M. Mills

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Reine
☂ Conte : Blanche Neige

☂ Emploi : Maire de la ville
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : Un certain renard ... Plus ou moins.

☂ Avatar : Lana Parrilla
© Crédit : NEON DEMON
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 6 Oct - 18:16

The fucking'tastic world of Oz.La chute fut rude mais ça, elle aurait du le voir venir. Sauter dans le vide ? Vraiment ? Quelle idée stupide. Mais entre ça et affronter les grognements qui les suivaient … Elle avait déjà affronté un dragon par le passé et n'en était pas ressortie indemne : elle n'avait aucunement l'intention de savoir ce qui était à l'origine d'autant de boucan. Alors elle avait sauté à la suite de la folle en blanc, sans réfléchir, suivie de tous les autres. Aucune question n'avait été posée, aucune réponse n'aurait été donnée de toute manière puisque Glinda avait été la première à sauter et donc la première à disparaître. Regina eu l'impression de léviter pendant quelques secondes, comme un état d'apesanteur. Elle flottait. Puis sa tête heurta un rocher et tout devint noir.

Quand elle se réveilla elle se trouvait dans une bulle, l'enfant dans ses bras et le chien dans une autre bulle sur le côté, courant sur place comme un hamster dans sa boule.  La mauvaise troupe se trouvait tout autour d'elle, lévitant sur les côtés. Elle pouvait essayer de la bloquer tant qu'elle voulait, elle voyait toujours tout ce qu'il se passait et elle n'avait raté aucun moment de toute cette aventure. Sa connexion n'avait eu aucune coupure et l'image sur sa télévision était resté on ne peut plus nette.

Les bulles se mirent à descendre jusqu'à ce que tous puissent mettre à terre. Là, la blondinette leur montra l'ancien fantôme du doigt, laquelle se faisait entraîner vers … Le Palais d’Émeraude ? Enfin ! Franchement, si cette stupide Glinda les avait tous téléporter là bas, ils seraient déjà repartit depuis longtemps. A leur tour, ils se dirigèrent vers le palais vert une fois devant la porte, deux gardes leur bloquèrent le passage. Bien sûr. C'était trop facile. La brune envisagea un instant de les incinérer sur place – après tout, personne ne mourrait à Oz, alors pourquoi ne pas en profiter – mais l'ex star de jeu vidéo tenta de les convaincre qu'ils étaient du service de … Nettoyage …

Elle fit demi tour pour s'en aller parce que franchement, c'était l’idiotie de trop, mais s'arrêta net en voyant que Glinda n'était plus là. Ah mais bien sur, la bonne sorcière du nord - ou de l'est ou peu importe - qui les abandonnait comme de vulgaire chat d’égout sur le bord de l'autoroute. Quelle bonne sorcière, vraiment. Et dernière elle, Taran avait bien entendu tout fait foiré, et ils se retrouvèrent tous arrêté. La maire envoya un regard noir au garde qui voulait l'attraper par l'épaule pour la faire rentrer et celui ci s'arrêta juste à temps. De toute manière, elle n'allait plus partir, maintenant que les portes étaient ouvertes elle allait rentré dans ce foutu château. Elle rentra donc avec tout le monde, remarquant avec joie que le chien ne lui collait plus au basque, se tenant près de la blonde et regardant désormais la maire avec un regard craintif. Tant mieux.

Et c'est là qu'il fit son apparition, derrière son grand rideau vert, les accueillants "en sa demeure" comme s'il les avait invité et non pas arrêté. Le magicien.

« On vient voir Zelena. » dit-elle s'en se soucier de son rire ou quoi ou qu'est-ce. « Zelena, mais pourquoi donc ? » Elle leva les yeux au ciel. « Mais qu'est-ce qu'on en à foutre, dite nous juste où elle est. » Visiblement ce n'était pas la bonne réponse.

« Je veux juste savoir pourquoi vous voulez la voir. » Elle lèva à nouveau les yeux au ciel, commençant sérieusement à s'impatienter. « C'est quoi votre problème à Oz ? Vous posez toujours autant de questions ? Vous connaissez pas le dicton qui dit moins j'en sais, mieux je me porte ? » « Et vous vous ne pouvez pas répondre à un question ? »

Elle reste silencieuse quelques secondes avant de se tourner vers la blondinette. « Jackie ... » Elle lui met la petite dans les bras sans lui laisser d'autre choix que de la prendre avant de se diriger vers le rideau. Avant que les gardes ne puissent intervenir elle ouvre le rideau en grand pour se retrouver en face, à quelques mètres d'elle, d'un mur vert - oh mon dieu quelle surprise - et de deux grandes portes fermées. L'un des gardes arrive à sa hauteur, elle l’envoi au tapis en lui donnant un coup de poing dans le nez puis elle tente d'ouvrir la porte qui est bien sûre fermées à clef.

L'ombre réapparaît un peu plus loin et les singes autours d'eux commencent à s'agiter. « Ecoutez, je veux juste quitter ce pays de merde. Vous voulez le détruire, soyez mon invité d'honneur ! Mais Zelena est censée nous ramenez chez nous, et aux dernières nouvelles, elle ne peut pas le faire si elle n'est pas là. » « Zelena, vous ramenez chez vous ? Et vous l'avez cru ? » « Et vous, vous pensez vraiment qu'elle va élever son enfant dans cet endroit pourri ? » « Et qui vous dit qu'elle n'est pas déjà repartit ? » « Si elle nous a demandé son aide, c'est qu'elle n'est pas foutue de faire ce qu'elle voulait faire ici toute seule. Alors oui, je pense qu'elle encore là. » Vérité soit dite, elle n'avait absolument aucune estime pour la sorcière verte, tout comme pour le reste du groupe qui l'accompagnait.

« C'est vrai qu'elle ne sait jamais rien faire seule ... » Elle leva les sourcils, comme pour dire "je ne vous le fait pas dire".
« Enfin ... Trouver là par vous même. » L'ombre disparu et les singes se mirent à hurler tout en leur volant droit dessus. La brune partit en courant vers les portes mais un singe lui attrapa sa veste, elle tenta de s'en défaire mais n'y parvint pas, entraînant le singe avec au sol quand elle trébucha. Le singe lui grimpa sur le dos mais elle put se retourner et lui coller sa main au visage, littéralement parlant. L'effet attendu eu lieu, et le visage du singe se mit à brûler. La maire se releva en vitesse tandis que le macaque tenait son hideux visage - et se n'était pas du à la brulure - entre ses pattes. Elle courra vers les portes et les referma le plus vite possible derrière elle.

Le bébé ? Oh mince, le bébé ! Quelle perte.

VIE:85-10=75% _ MISSION:100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


And there's certain things that I adore, and there's certain things that I ignore, but I'm certain that I'm yours. Certain that I'm yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t824-regina-mills
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 8 Oct - 18:54




Sans doute que Taran était bercé par tout un imaginaire, c’était même certain en fait, il ne s’imaginait pas trop que le fabuleux grand magicien d’Oz pouvait bien ressembler à ça. Enfin. Il y avait quelque chose dans sa voix qui réveillait son instinct, celui-ci lui suggérant à plusieurs reprises de devoir faire attention et de rester en alerte, tandis que la petite conversation qui se faisait entre l’ombre mystère et la mairesse de la ville n’avait l’air que de confirmer tout ceci. Il y avait quelque chose de louche dans l’air mais impossible de dire quoi exactement, trop inculte pour sa part pour tenter de réfléchir au problème et encore moins trouver la solution, se contentant de regarder un peu partout autour d’eux mais tout ce qu’il voyait c’était qu’une marée de singes volants à perte de vue. Zelena était le sujet principal, forcément et quelque part Taran était d’accord avec Regina alors qu’il hochait ainsi machinalement la tête à ce que la jeune femme pouvait bien dire même si dans le fond il n’en savait rien, tout s’interrompant malheureusement bien vite à l’instant même où l’ombre avait décidé qu’elle devait avoir mieux à faire que de rester ici à parler avec eux. C’est là que tout venait à dégénérer par la suite. C’était comme le coup d’envoi qui accordait aux singes alentours de faire ce que bon leur semble, à savoir avant toute chose de pouvoir attaquer impunément pour le coup, les voyant arriver dans leur direction et il n’en fallait pas plus pour que Regina se dirige vers les portes. Elle avait raison. Ils ne pouvaient pas rester là à attendre un quelconque miracle, ils devaient le produire eux-même, faisant alors signe aux autres d’en faire autant. Ils ne pouvaient rester là, ils allaient se faire submerger, ils avaient déjà eu du mal contre trois alors toute une troupe.

« Faut s’bouger et rejoindre Reginana ! Avancez j’vais les arrêter autant que j’le peux !! »

Taran avait cette énergie des héros en lui, du moins la même naïveté et élan de courage qui se mélangeaient parfaitement pour donner ce genre de moment, voulant tout faire pour protéger les autres du mieux qu’il le pouvait. S’arrêtant pour laisser le reste du groupe, leur faisant signe de courir tout en leur criant de leur faire, même s’il était un pacifiste dans l’âme il comprenait tout de même que la situation critique dans laquelle ils étaient en train de doucement s’engouffrer n’allait pas ce faire à coup de bisous et de câlins. La confirmation venant sûrement des deux singes-volants qui lui sautaient dessus, lui offrant quelques griffures plus ou moins superficielles au passage, avant de s’envoler de manière rageuse comme pour prendre de l’élan et mieux revenir par la suite. Taran avait voulu les repousser mais il n’y avait pas mis toutes ses forces, se débattant juste sans pour autant leur faire de mal, cependant en jetant un coup d’œil vers les autres il savait aussi par ailleurs qu’il n’allait plus avoir le choix bien longtemps. Il détestait faire mal aux autres, n’importe quel être vivant ou même n’importe quelle chose comme si elle pouvait bien avoir une âme dans le fond, mais c’était un moment comme celui-ci où il ne devait plus être le gentil petit Taran mais l’oiseau légendaire de foudre qui aurait pu mettre tout le monde à terre s’il l’avait voulu. Son combat contre Bianca, des mois plus tôt et dont il se voulait encore, avait prouvé qu’il en était capable et surtout qu’il pouvait être une véritable bête féroce s’il laissait ses plus bas instincts primaires prendre le dessus au lieu des les brider comme il pouvait le faire. Il y avait déjà cette colère sourde qui faisait surface, la même que lorsqu’il avait osé lâcher la bride lors du sort de la vue brisée, écartant les bras comme pour prendre à témoin son interlocuteur qui avait disparu.

« Magicien ! Pourquoi ils nous attaquent ?! On a rien d’mal nous ! »

« Pour rentrer il faut le mériter. J’ai envie de voir comment vous vous débrouillez... »

C’était comme une quête dans un jeu vidéo, il fallait prouver sa valeur et quelque part il le comprenait très bien tant il était attaché à toutes cette imagerie de chevalerie et associé, sauf qu’avec un peu d’observation ça n’allait pas être quelque chose de forcément évident. Regina avait déjà passé les portes qui commençaient doucement à se refermer, peut-être même de manière définitive comme dans une épreuve de Fort Boyard et c’était là leur seule chance, mais il restait encore Garrett qui devrait y arriver sans mal mais aussi Dorothy et Jackie-Rose qui avait un des bébés dans les bras. Taran n’était pas sûr que se battre soit vraiment la meilleur des solutions, que ce soit même une solution tout court en fin de compte, il y avait beaucoup trop en jeu à savoir la vie de chacun et une part de lui savait aussi que la vie n’était pas comme un jeu à savoir qu’en fin de compte après l’écran de Game Over il n’y avait rien d’autre. Tout serait terminé, il n’y aurait aucun titre pour continuer qui leur serait ainsi proposé, s’ils perdaient c’était de manière définitive et il n’y avait pas de demi-mesure pour le coup.

« On est arrivé jusqu’ici c’est pas suffisant ? »

« Oh mais je n’ai pas eu le plaisir de pouvoir vous voir ! »

Il voulait une démonstration ? Très bien. Taran avait perdu son sourire si jovial et innocent qu’il pouvait avoir, comme si tout d’un coup il avait atteint une certaine maturité qui le rendait moins enclin à être sympathique ou tolérant en prenant conscience du sérieux de la situation, ils devaient tous s’en sortir sauf qu’avec la nuée de singes autour d’eux tout était si compliqué. Frottant ses mains entre elle le jeune homme produisait une électricité statique qui se transformait très vite en attaque, les éclairs et l’électricité avaient toujours étaient le centre de ses attaques, mais si le projet jet ne fut que peu brillant et bien peu d’étincelle. Les ennemis venaient à éviter facilement le coup, bien trop faible pour faire réellement du mal, prenant ceci comme un léger amuse-bouche de ce don il était capable. Toutes griffes dehors les macaques revenaient ainsi à la charge, prêt à offrir un sacré coup à quiconque pourrait bien passer à proximité de leurs mains ou même de leur bouche avec des crocs comme les leurs, et même si l’idée de faire du mal n’était pas tolérable pour Taran celle que des amis – parce que leur groupe était ainsi à ses yeux – puisse être blessé l’était encore plus. Ce fut tout d’un coup un déchaînement vif et brutal d’électricité qui formait un bouclier tout autour de leur groupe, certains singes se fracassant avec violence contre lui et tombant comme des mouches dans des couinements de douleurs alors que d’autres évitaient de peu en volant au mieux, maintenant comme il pouvait cette espèce de petite bulle électrique qui empêchait le plus gros de passer. Il maintenait comme il le pouvait ce véritable rempart, sentant son énergie flamber autant que possible, reculant de quelques pas sans pour autant l’abaisser pour intimer les autres à rentrer.

« Dépêchez vous d’passer ! J’peux pas faire ça indéfiniment ! »


Tant pis s’il devait rester en arrière, si les portes se refermaient sans qu’il puisse passer car il était un héros qui avait avait le sens du sacrifice pour le bien commun, conscient qu’il ne pourrait pas continuer autant qu’il le voulait de maintenir un tel mur de défense.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 80%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mar 10 Oct - 22:41


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

Jackie-Rose se sentait presque comme la meneuse d’une meute, trop heureuse de voir que tout le groupe semblait d’accord et que la première priorité constituait le sauvetage de la dame blanche -et si en plus ils pouvaient faire d’une pierre deux coups en allant du même coup au palais d’émeraude comme l’avait demandé Zelena, Jackie-Rose se semblait tout simplement comblée dans les bonnes actions de sa journée. Si heureuse d’avoir qu’elle avait pris une attitude joviale sur le chemin vers le château, riant même au moment où Garrett piégea le singe avec une barre de mars, prenant la chose pour une simple blaguounette amicale plutôt qu’à une réelle stratégie de défense. Quand les gardes les interceptèrent elle pris cette fois une attitude pensive, se creusant les méninges pour trouver une manière de rentrer poliment même si pour le coup tout ce qui traversait son cerveau était une suite d’absurdités mêlant des baballes alléchantes à des écureuils guerriers avec des lances de guimauve. Ce ne fut que quand un garde la saisit avant de la pousser en avant qu’elle revint à la réalité dans un « oh » de surprise, croyant à un jeu ; elle s’extirpa avec une vivacité surprenante de la main du garde, qui semblait laxiste dans son rôle de garde peut-être du fait que Jackie-Rose semblait trop innocente pour être trompeuse, quelque chose dont elle n’avait pas confiance. Elle passa d’ailleurs les quelques instants suivants à esquiver les tentatives de contrôle du garde comme un chien espiègle qui joue à ne pas se faire remettre en laisse, ne remarquant ni l’absence de Glinda la gentille sorcière du point cardinal correspondant -elle avait oublié- ni les élucubrations d’un homme-ombre qui semblait bizarrement à la fois sympathique et antipathique, un état qui faisait tant buguer le pauvre cerveau de Jackie-Rose que cela le rendait tout simplement transparent à son radar. C’était connu que le cerveau avait tendance à remplir les trous parfois en supprimant des informations qu’il estimait pas suffisamment logique pour exister ; et quand il s’agissait de Jackie-Rose, toute trace d’antipathie potentielle disparaissait aussitôt ou la faisait chuter dans une telle spirale dépressive qu’il fallait AU MOINS deux baballes et un écureuil pour la remettre sur pied.

À vrai dire, ce qui la fit tiquer fut l’attitude de Luna -ou Lola ? Elle n’était plus très sûre- qui se plaça vers elle dans une attitude défensive, tout comme Toto rejoint les bras de Dorothy dans des glapissements incertains. Il était de connaissance commune que si les chiens semblaient méfiants alors il fallait l’être aussi, et Jackie-Rose en connaissait un rayon sur les chiens, ce qui était logique puisqu’elle en avait été un, et en même temps illogique car Jackie-Rose était plus du genre à savoir plein de choses superficiellement que une chose profondément -elle était le genre de personne qui partageait des choses superficielles et parfois insipides sur des réseaux sociaux non-nommés simplement parce qu’elle trouvait ça « cool » ou « touchant », sans savoir qu’un élément « viral » n’était pas apparenté aux « virus » pour rien, mais c’était une autre histoire. Elle caressa le dos du canidé dans une tentative de tempérance mais cela ne fit qu’agiter l’animal un peu plus, et quand Gina lui balança son bébé dans les bras avec toutes les précautions du monde, Jackie-Rose ne put s’empêcher de la serrer contre elle -pas trop fort non plus, elle savait y faire avec les enfants contrairement aux apparences. À vrai dire, tout semblait si menaçant tout à coup qu’elle se laissa tomber dans un autre monde, produisant des gazouillis pour distraire la petite même si ça servait plus à la distraire elle que l’enfant, qui se contentait d’observer de ses grands yeux encore inconscients du monde qui l’entourait.

L’ombre disparut, et les singes passèrent à l’attaque ; Jackie-Rose poussa un cri de surprise et de terreur, se prostrant au sol en équilibre sur ses genoux en formant un bouclier avec son corps pour protéger l’enfant, et le chien de la mairesse se plaça entre elle et les singes dans une position défensive. Regina disparut derrière les portes, et Jackie-Rose eut un instant de « what the hell elle abandonne son bébé », avant de comprendre : Regina lui faisait confiance ! Regina lui avait confié son bébé parce qu’elle était certaine que Jackie-Rose était capable de la protéger ! Regina avait confiance en elle, et c’était tout ce qui importait ! Forte de ce nouveau courage insufflé dans son coeur, et sous les supplications de Taran qui se démenait pour leur permettre de passer de l’autre côté de la porte, elle se releva, une détermination sans pareille dans ses yeux farouches, tenant toujours le bébé contre elle avec une ferveur infaillible. Elle s’adressa à l’ombre sans la regarder, indignée par son discours :

« Parce qu’un bébé doit prouver sa valeur sinon il sera tué par un singe volant ? Vous avez déjà vu un bébé se battre à l’épée ? » Elle réalisa la violence de ses propos, se reprenant avec un air vaguement honteux : « Enfin je veux dire, vous avez sûrement vos raisons, après tout on ne vous connaît pas et ma maman m’a toujours dit de ne pas juger les gens avant de vraiment les connaître et puis peut-être vous êtes gentil au fond... »

Un regard vers le bébé, puis vers le formidable déferlement de puissance de Taran, la fit revenir à elle, ignorant l’ombre pour se diriger au pas de course vers les portes ouvertes. Protéger le bébé. Protéger le bébé. C’était tout ce qui comptait désormais à ses yeux, et elle voyait cette même ferveur protectrice dans le regard de Lola, la faisant redoubler de force intérieure et extérieure.

Un, deux, trois.

Elle plongea, se poussant jambes en avant tout en se retournant comme un chat mais dans le mauvais sens, pour que son dos percute le sol avec violence ; puis, grâce à elle ne savait quelle force physique, l’élan qu’elle avait pris lui permis de glisser sur une bonne partie du couloir alors que les portes se refermaient toujours peu à peu, et elle ne put s’empêcher de laisser un rire excité s’échapper de sa gorge, rire accompagné par celui de l’enfant qui semblait fasciné par tout ce qui était en train de se passer. Elle ne faisait même plus attention à qui l’avait suivie et qui était resté en arrière ; ses yeux étaient scellés, tandis que ses rires déployés emplissaient la pièce d’une joie contrastant avec la… non-joie manifeste des événements. Elle gardait la petite contre elle avec une force douce ou une douceur forte, ce genre de geste maternel qui scotchait l’enfant à elle sans l’étouffer, tandis qu’elle se retint de lever les bras en l’air en signe de victoire, s’adressant alors à Regina :

« Madame la maire, madame la maire, regardez j’ai votre bébé ! Vous m’avez fait confiance et je ne voulais pas vous décevoir ! Regardez comme tout va bien ! »

Tout va bien, tout va bien, même si la menace était encore bel et bien existante… Et Jackie-Rose n’était pas au bout de ses peines, même si elle s’amusait peut-être beaucoup trop. Ma foi, quand on était comme elle à toujours voir le bon côté des choses, même les pires tragédies devenaient comme des parcs d’attractions, avec un peu d’effort !..

« Ah oui le bébé ! »

Madame la maire s’approcha sans prêter plus d’attention à Jackie-Rose, attrapant son enfant comme si elle l’avait simplement posée là deux secondes le temps de régler un problème ; mais Jackie-Rose était bien trop heureuse, trépignant sur place en tapant dans ses mains alors qu’elle se relevait d’un bond. Elle se retrouva face au reste de la pièce, sans regarder vers la porte pour voir qui était là, persuadée que tout le monde y était arrivé sans problème. Devant ses yeux s’étendait un immense couloir aussi vert que le reste du château, et si le vert n’avait pas été sa couleur préférée contrairement à ce qui disait son prénom elle en aurait mal aux yeux. C’était un couloir comme l’on pouvait s’attendre dans un château, somptueux mais si spacieux qu’il en paraissait sobre, avec tant d’espace que l’echo de sa voix résonnait ici et là.

« C'est si joli tout ce vert ! »

Elle se mit à danser, tournoyant sur elle-même, chantonnant ici et là en expérimentant les coins où les échos lui donnaient la plus jolie voix ; son insouciance était admirable quelque part mais aussi, pour ceux qui la connaissaient depuis longtemps, délicieusement éreintante...

HANSKA.


Vie : 85%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 13 Oct - 0:15

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

Nous étions dans une situation pour le moins délicate. Et périlleuse. Si nous ne trouvions pas rapidement un moyen légal ou non d’entrer dans l’enceinte du palais, nous n’allions pas tarder à finir en charpie. Je n’avais aucune idée de ce qui nous attendais de l’autre côté de ces portes. Peut-être que nous foncions droit vers un ennemi encore plus dangereux que ces babouins ailés, mais dans l’immédiat je m’en cognais pas mal. Toujours régler un problème à la fois. Taran sortit le grand jeu en déballant sa panoplie du parfait petit paratonnerre et nous offrit ainsi un droit d’entrée… sous bonne escorte. Quatre ? Comment ça quatre ? Ils savaient compter ou… ah oui. Ils savaient bien compter. Bravo, c’est du propre. Gentille gentille la sorcière, mais pas téméraire.
Dans la cour intérieure, je ne fus qu’à moitié surpris de découvrir une autre garnison de singes. Donc nous étions bien tombés dans la gueule du loup. Bah, au moins il nous sera plus facile de lui casser les dents. Une ombre gigantesque nous souhaita la bienvenue. Carrément glauque. Celle-ci semblait contrôler les macaques. Intéressant. Nous étions donc face au grand manitou. Mon attention fut attirée par une autre paire de portes qui menait au château en lui-même. C’était notre destination. Notre seule façon de quitter ce pays de tarés était derrière. J’en étais sûr. Mais les gens du coin n’avaient pas l’air très coopératifs. Eh mon gars, lançai-je à l’ombre en haut-de-forme, je sais pas si t’es au courant mais Oz part en miettes ! On a peut-être la seule solution pour rafistoler le bazar –enfin j’en sais trop rien mais il parait que oui-, donc si tu tiens pas à terminer SDF ce serait sympa de nous ouvrir les portes… maintenant. Comme nous étions cernés par les primates volants et en franche infériorité numérique, j’avais tenté la manière douce. Pas très efficace. SDF ? Je ne connais pas ce mot étrange… Oz ne part pas en miettes, on recrée seulement un… nouveau Oz si on peut dire cela. Ah. Dernière nouvelle. Bah la nouvelle déco est vraiment naze. Ils ne connaissaient pas IKEA ? Je n’étais pas doué pour la diplomatie. J’avais de multiples talents, mais les négociations presque politiques n’en faisaient pas partie. Bon eh bien on va les ouvrir tout seul ces foutues portes. Jamais mieux servi que par soi-même.
Taran usa encore une fois de ses pouvoirs électriques pour nous tirer d’affaire. Brave gamin, il en avait sous la semelle. Tandis que l’ombre marmonnait un "hmmm" de réflexion, Regina arriva au niveau des portes et les ouvrit en vitesse. Ni une ni deux, je ne me fis pas prier pour m’y faufiler. Je me retrouvai dans un immense couloir vert. Vert vert vert et vert. J’en aurais presque fait un intoxication de chlorophylle. Jackie parvint à atterrir non loin de là avec la progéniture de la mairesse. Comment ce bébé avait survécu jusqu’ici, c’était un grand mystère. Que dis-je, un miracle. Il y en a qui sont nés sous une bonne étoile. Son ange gardien avait dû s’arracher les cheveux pendant les dernières heures. Et il était certain que la suite ne serait pas des plus reposantes pour lui comme pour nous.

Emi Burton


Garrett : 100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t2584-garrett-loneso
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Sam 14 Oct - 23:47

The Fantastic World of OZZelena et la bande de bras cassés.
There's so much good here, it sickens me ! •••Zelena était entrain de marcher dans son palais, le torse bombé, la tête droite tandis que l'on pouvait entendre de loin le bruit de ses talons claquant durement sur le sol. Son rythme était continue, clac clac, on n'entendait que ce bruit venant de loin alors que la palais semblait tellement calme, tellement serein que l'on aurait envie de rester paisiblement à l’intérieur au lieu de se retrouver dehors en pleins dans le combat. Oh si … Il y avait les singes qui claquaient à la porte essayant à tout pris de pouvoir rentrer pour attaquer les nouveaux arrivants aux pays d'Oz. On pouvait les entendre hurler, crier, frapper mais aucun d'eux ne réussis à rentrer dans le palais d’Émeraude. Zelena savait que tout le monde avait réussis à rentrer, que personne n'était resté dehors et c'était assez dommage en soit … Il n'y avait pas d'actions, pas de choses intéressantes à regarder et cela avait tendance à l'ennuyer.  Zelena aimait bien avoir de l'action, voir les personnes se débattre pour ce qui pourrait être sauver leur vie, mais ce n'était pas le cas en ce moment même, peut-être une autre fois qui sait. Mais comment pouvait-elle savoir tout cela sans pour autant être sur les lieux ? Il n'y avait pas dix milles solution, non que c'était tout simplement son palais et elle savait parfaitement ce qui s'y passait à l'intérieur, peu importe où elle pouvait se trouver. Zelena était raccroché à cet endroit, après tout c'était chez elle, elle avait vécu tellement de temps dans ce palais pendant toutes la durée de sa vie qu'elle ne comptait même plus années désormais. C'était ici, qu'elle pouvait régner, qu'elle pouvait voir tout ce qui se passait dans les alentours. Cela avait été son refuge, un endroit où elle se sentait bien en sécurité, un endroit où elle pouvait faire tout ce qu'elle souhaitait, un endroit où elle pouvait complètement péter les plombs sans que personne ne le remarque, ne le sache. Elle était libre, elle avait été elle même entre ses quatre murs aussi bien une femme forte qu'une femme faible qui pouvaient pleurer. Oui, il était arrivé que Zelena puisse pleurer après tout c'était quelque chose d'humain n'est-ce pas ? Même si elle ne le montrait jamais devant les personnes qui pouvaient l'entourer. Non, elle était bien trop fière pour montrer ses faiblesses tout en sachant que les personnes se feraient un plaisir de les utiliser contre elle. Elle continuait de marcher, encore et encore sachant parfaitement où elle allait, pouvant pratiquement marcher les yeux fermés, elle saurait se diriger entre ses murs les yeux fermer qu'elle ne se prendrait aucun murs, aucunes portes, elle connaissait son palais par cœur, chaque recoins, chaque cachette, chaque partie secrète, chaque piège.

Ses talons continuaient de claquer sur le sol, le bruit se faisait de plus en plus fort pour les personnes qui se trouvaient à la grande porte d'entrer. Elle était entrain de se diriger vers le petit groupe, elle était juste à côté venant à tourner à l'angle du couloir pour se trouver dans le même qu'eux alors qu'ils se trouvaient à l'autre bout l'un de l'autre. Elle s'arrêta de marcher, les regardant sans rien dire de particulier, les regardants tout simplement finir se qu'ils étaient entrain de faire. Bon ils avaient tous survécus, aucun n'était blesser apparemment. Elle venait à racler sa gorge assez fortement pour faire remarquer sa présence dans ses lieux. Et lorsque tout le monde se fut retourner vers elle, lorsque tout le monde venait à se taire elle fini par avancer de nouveau pour se rapprocher alors que le bruit de ses talons étaient le seul son que l'on pouvait entendre à présent à des milliers de kilomètres. Elle continuait de se rapprocher alors que l'expression de son visage ne bougeait pas d'un seul millimètre, toujours sans expression, toujours aussi froid qu'avant. Même dans ses yeux on ne pouvait distinguer aucun expression, comme si elle était complètement vide de sentiments, et en soit c'était le cas lorsqu'il s'agissait des autres. N'est-ce pas ? Un fois assez près, elle s'arrêta tout de même à une distance assez raisonnable lui permettant d'avoir son propre espace vital. On pouvait voir plus facilement sa tenue alors qu'elle avait revêtu l'un de ses vieilles robes noirs avec son haut chapeau. Un grande robe qui traînait sur le sol derrière elle. Qu'est-ce que ces robes lui avaient manqué, cela lui faisait un bien fou d'en revêtir au moins l'une d'elle. Elle avait des épaulettes assez large. Son chapeau ornait parfaitement son visage et ses cheveux roux parfaitement coiffée. Elle se sentait tellement à l'aise dans ses robes ayant l'impression d'être exactement comme avant, d'être toujours la même : la méchante sorcière de l'Ouest. Et puis elle passait bien plus inaperçus ainsi dans ce pays.

« Enfin ! Vous avez mis du temps à arriver ici, je ne pensais pas que vous aurez pris autant de temps pour récupérer ce que j'avais demandé. J'aurais du, y aller par moi même comme on dit on n'est jamais mieux servis que par soit même. J'espère au moins que vous l'avez avec vous … »

Elle les regardait chacun leur tour détectant chacune de leur expression avant de faire demi-tour et de rebrousser son chemin dans le sens inverse. Elle avançait tout droit la tête haute toujours aussi fière, alors qu'elle marchait assez gracieusement. Elle venait à s'arrêter au tournant du couloir avant de se retourner et de voir que personne n'avait bouger, ou pas tout le monde.

« Bon vous me suivez ? Je ne vais pas vous attendre des heures, je suis pressée ... »

Et elle ne venait même pas les attendre tournant directement à droit, retournant d'où elle venait. Elle n'allait pas les attendre, elle n'avait pas que cela à faire maintenant, il y avait bien plus urgent à ses yeux que de faire attention à eux. Elle était déjà assez gentille de leur adresser là parole de leur permettre d'entrée dans son palais à eux de faire des efforts de leur côté. Zelena avançait encore et encore finissant par ouvrir d'autres portes d'un cou des mains pour tomber sur la salle principale du palais. Elle était très grande alors que de grande tour en émeraude un genre de petit couloir avec des tubes avec un liquide vert le ornait, avant de donner directement lieu à ce que l'on pouvait nommer une genre de scène quelque peu en hauteur alors qu'un grand rideau venait à tomber au loin, cachant une partie de la pièce, dessus marquer gracieusement le nom du pays "Oz". La pièce était bien évidemment de couleur verte, avec des bordures jaunes un peu partout. De grands escalier se trouvaient sur le côté. En pleins milieu de la partie surélevée on pouvait voir une magnifique étoile, dans laquelle Zelena pouvait voir ce qu'elle voulait faire apparaître assez facilement. Il marchait comme le tableau mais ne marchait que à Oz alors que le tableau elle pouvait l'emmener n'importe où. Zelena commençait à monter les marches pour se placer au milieu avant de se retourner vers le petit groupe qui l'avait suivis.

« Bon, où est mon tableau ? Où vous l'avez mis ? »


Elle avait besoins de le voir, besoins de savoir qu'ils l'avaient récupérés, qu'ils avaient réussis. Elle avait besoins de la voir, de le prendre pour être sûre qu'il s'agissait bien du tableau qu'elle convoitait depuis tout ce temps.
©️ 2981 12289 0

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heroes-and-villains.forumgratuit.org/t555-non-pas-cruelle
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The fantastic world of Oz [Mission]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Enchanted & real Worlds :: Autres Mondes :: Le Monde d'Oz-