Partagez | 
 

 Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rebekah Stormborn

avatar
En réalité, je suis
La fille du Léviathan
☂ Conte : folklore germanique & légendes phéniciennes.

☂ Emploi : pirate dans l'âme, barmaid & videuse au RH.
☂ True Love : je hum... c'est-à-dire que... *part se cacher*

☂ Avatar : Cintia Dicker.
© Crédit : Grace + Elsa + Morri + Kiki + Ceri.
MessageSujet: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Sam 7 Jan - 0:59

Everyone we know goes away in the end
Killian & Rebekah

Je vais crever. Cette phrase tournait en boucle dans ma tête. Tête qui d’ailleurs menaçait d’exploser. Un étau m’enserrait le crâne, une hache me le fendait, je sentais mon sang y affluer par accoups violents. Mon cœur battait dans tout mon corps. Voilà : je n’étais plus qu’un organe palpitant, à l’agonie entre la chaise et le lit. Jamais de toute ma longue vie je n’avais été malade. Jamais. Oh, peut-être un léger rhume ou une gorge enrouée sous le Sort Noir... Rien de plus. Le mal m’était tombé dessus d’un seul coup. Dès que mon réveil tout cabossé avait indiqué dix-huit heures. J’avais alors ressenti une immense fatigue. Comme si un souffle de vie s’échappait de mon être. Prise de vertiges, j’avais été contrainte de m’asseoir. D’un coup, mes épaules s’étaient affaissées, mon dos s’était voûté. J’avais admiré sans vraiment le voir le parquet à mes pieds. Pendant des minutes qui m’avaient paru durer des siècles. Sans que je puisse bouger. Après qu’une quinte de toux m’ait pliée en deux, un silence assourdissant avait empli ma petite maison accrochée aux rochers, rongée par le sel de la mer toute proche.
D’une main tremblante, je touchai mon front. Il était brûlant. Pourtant un froid glacial me gelait les os. Lentement, je tournai ma tête douloureuse vers un miroir sur ma droite. La vision fantomatique de mon image me prit à la gorge. La peau blafarde et exsangue, le teint cireux, les yeux jaunis… Je n’étais plus qu’une poupée de porcelaine, oubliée depuis trop longtemps. Même le feu de ma chevelure semblait s’étouffer. Je ne savais pas combien de temps cela allait durer, et surtout combien de temps j’allais pouvoir endurer cette torture. Et encore, s’il n’y avait eu que cela… Malgré mes efforts pour la faire taire, une petite voix me susurrait que tout ceci arrivait pour une raison. Il s’était passé quelque chose. Quelque chose de grave. Je puisai dans mes dernières forces pour tourner ma chaise afin que je puisse m’accouder à la fenêtre et profiter de la vue. Il faisait déjà sombre. Satané hiver. Le jour disparaissait trop vite. Trop vite. Le roulis des vagues, si familier à mon oreille, me semblait lointain, distant. Pire : étranger. Je n’étais plus vraiment là. Le tic-tac incessant du réveil venait rythmer ce décor immobile, se calant sur mon poul toujours plus bruyant. Les secondes s’égrenaient, et je voyais de mes prunelles vitreuses le soleil se fondre dans l’océan. Je ne sentais même plus la brûlure des derniers rayons sur ma rétine. Je ne sentais plus rien à vrai dire. Ou alors sentais-je trop ? Étais-je devenue si sensible que la moindre de mes sensations était multipliée au centuple ?

On frappa doucement à la porte. Je n’avais pas le courage de sortir le moindre mot. Aussi, après un court instant j’entendis, derrière le battement inlassable de mon cœur, la porte s’ouvrir dans un grincement et des pas faire craquer le parquet usé. Tout cela était très loin pour moi. Je ne bougeai pas d’un cil, le regard creux rivé sur l’horizon obscurci. Pas la peine de me retourner. Je savais déjà qui venait d’entrer. Et cela ne faisait que confirmer mes soupçons. La petite voix se fit alors plus insistante. Quelque chose est arrivé… Tragique… Je ne voulais pas bouger. Je ne voulais pas faire face à l’arrivant. Je ne voulais pas affronter la nouvelle, quelle qu’elle soit. Non. Une brise se glissa entre les rideaux, les faisant voleter. Je devais au moins fermer cette fenêtre. Prenant appui sur mes jambes étrangement fragiles, je claquai les vitres. Puis, d’un revers de manche, j’essuyai mon front perlé de sueur. Au fond de mes entrailles, je sentais la cruelle vérité ramper jusqu’à la lumière. Elle grignotait mes illusions, mes espoirs, petit à petit. Je tenais à peu près debout. Le sol tanguait encore sous mes pieds, cependant je parvenais à rester droite. Digne. Sur la vitre se reflétait la silhouette de mon camarade de toujours. Mon acolyte pour le meilleur et pour le pire. Et les cieux savent que nous avions plus souvent connu le pire que le meilleur… Mais le premier avait la fâcheuse habitude de se réinventer constamment. Killian. J’inspirai un grand coup, remplissant mes poumons. Cela eut le mérite de calmer le tambour qui me servait de cœur. Je déglutis avec difficultés, les paroles que j’allais prononcer restant accrochées à ma gorge. Et dans un souffle, presque comme une prière, je brisai le silence : Diana…
 

 
Emi Burton

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Our cracking bones make noise

No legacies in this world ♆ Just the water. It pays us and then it claims us, as if we'd never been here at all.
 
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1801-fiche-terminee
Killian Jones

avatar
En réalité, je suis
Captain James Hook
☂ Conte : Peter Pan

☂ Emploi : Ancien Shérif
☂ True Love : Ma princesse qui c'est embrochée sur son épée

☂ Avatar : Colin O'Donoghue
© Crédit : Plein de gens <3 | Tumblr
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Sam 7 Jan - 15:19


Everyone we know goes away in the end
It’s an end, not a beginning.

Je ne devrais pas être ici. Je devrais être de retour chez moi, avoir au moins raccompagné les jumeaux chez nous, mais c’était impossible pour le moment. J’avais supplié Merlin de les ramener en sécurité là-bas, que je reviendrai vers eux le plus vite possible avant de disparaitre le plus loin possible dans la forêt. Ça aurait été une erreur que je me présente dans l’immédiat là-bas, je n’avais aucun des forces nécessaire pour l’annoncé à Lancelot et Leÿlin pour le moment. Leÿlin… je vais devoir lui annoncer pour la seconde fois que sa mère était morte. La première fois je n’avais que la rage et j’ai pût la déverser envers mes pauvres matelots qui me maintenait pendant mon opération pour qu’aucune infection ne remonte jusqu’à mon bras suite à ma mutilation, mais là je n’avais rien du tout ça et le dégoût de soi c’était mêlé à tout ça. C’est contre ma propre volonté que je réfléchissais à comment l’annoncer aux enfants, que je devais retourner à Neverland l’annoncer à Cassandre. Bloody hell… je devais l’annoncer à tellement de gens. Encore quelque chose dont je n’étais pas habitué, pour Milah je ne devais l’annoncer qu’à ma fille si jeune que je ne sais pas si elle l’avait bien compris à cette époque… Liam je ne l’avais annoncé qu’à Viviane à l’époque n’ayant pas d’autre personne à cette époque et je n’avais pas encore la coquille que je m’étais construit depuis des siècles.

Mes premiers pas m’avaient mené jusqu’au port par automatisme, j’avais besoin de ressentir l’air salé de l’océan pour me calmer et de voir les navires avant de faire demi-tour. Je n’avais aucune envie de voir l’air désolé de mon équipage et surtout celui de Smee, je l’avais déjà vécu il y a trois siècles… et je n’avais aucune force non plus d’aller l’annoncer immédiatement à mon frère qui devait se trouver sur le Jolly Roger me rappelant trop de souvenir similaire. Mes pas m’ont alors conduit jusqu’à la plage où les vagues s’effondrait avec fracas contre quelques rochers, on dirait que même l’océan était furieux contre cette injustice. Excalibur était de plus en plus lourde contre ma hanche, je devais m’arrêter pour reprendre mon souffle ou vider mes tripes. Pris d’une rage soudaine j’avais sorti Excalibur de son fourreau pour frapper les pauvres arbres et rochers qui avait le malheur d’être sur la plage essayant de calmer mes nerfs de cette façon avant de pousser un hurlement et jetant l’arme qui avait tué Diana le plus loin possible, c’est comme naturellement que la lame magique c’était planté dans le sable. C’est tremblant de tous mes membres que je vais la chercher, la reprenant en main avec toujours ses étincelles bleues sur elle comme lors de la naissance de mon fils Liam. Mon cerveau n’était encore pas assez opérationnel pour comprendre de quoi il s’agissait, j’étais peut-être ironiquement le gardien de l’épée qui a tué ma femme. Comme si le destin n’était pas déjà assez cruel…

C’est passant une main sur mon visage en sueur que je découvre que je me suis arrêter devant chez Rebekah. Ce sera peut-être ma belle-sœur qui sera la première au courant finalement. Respirant pour calmer mon rythme cardiaque je frappe à sa porte attendant un signe pour que je pénètre dans ses quartiers, mais rien. Tant pis pour l’invitation, j’ouvre la porte lentement la voyant dos à moi à la fenêtre. Je ferme doucement la porte m’avançant jusqu’à elle, laissant tout de même une large distance entre nous. Quand elle se retourne il me faut toutes les forces qui me reste pour ne pas m’effondrer moi-même. Je la connais depuis des siècles et jamais au grand jamais je n’avais vu pareil expression sur son visage. Je ferme les yeux contrôlant le peu de larme qui menaçait de s’échapper quand elle murmure le nom de Diana dans un souffle. Je m’approche en titubant alors que je n’avais pas bu la moindre goutte de rhum encore. Je n’ai pas la force de prononcer un mot pour l’instant, je porte ma main tremblante jusqu’à ma ceinture pour détacher le fourreau d’Excalibur et je dépose cette arme maudite sur la table. Rien que comme ça elle devrait comprendre. Je dois dire quelques choses. Je lui dois bien ça vu les innombrable fois où elle calmait mes ardeurs dans mes siècles de torture mentale.

« Je suis tellement désolé Rebekah. Je n’ai rien pu faire… Elle s’est sacrifiée, pour notre bien à tous disait-elle. »

Si je n’étais pas si mal je rigolerais de l’ironie, mais à la place un sanglot étouffé s’échappe de ma gorge. Je la regarde pas dans les yeux, serrant à m’en faire mal la mâchoire mon poing fermé prêt à démolir je ne sais quoi.  

« Une certaine Mme. Mim en est la responsable. Et je peux jurer sur la tombe de ma femme que je lui ferais payé. Sa mort ne sera pas vaine. Je vais trouver les proches de cette sorcière et les torturer un à un jusqu’à arriver jusqu’à elle et je vais lui infliger un sort pire que la mort. »

De tout mon équipage Rebekah est la seule qui avait vu le peu de faiblesse dont je faisais part durant mon deuil de Milah, en tant que capitaine on ne peut faire confiance à personne dans son équipage même pas à son second. La mutinerie est derrière chaque porte, mais elle c’était différent.


code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t82-second-star-to-t En ligne
Rebekah Stormborn

avatar
En réalité, je suis
La fille du Léviathan
☂ Conte : folklore germanique & légendes phéniciennes.

☂ Emploi : pirate dans l'âme, barmaid & videuse au RH.
☂ True Love : je hum... c'est-à-dire que... *part se cacher*

☂ Avatar : Cintia Dicker.
© Crédit : Grace + Elsa + Morri + Kiki + Ceri.
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Sam 7 Jan - 23:54

Everyone we know goes away in the end
Killian & Rebekah

Je m'étais retournée. Enfin. Maintenant que j’avais la certitude que l'événement que je savais déjà dramatique concernait Diana, je ne pouvais plus tourner le dos à la vérité. Il s’agissait de ma sœur. L'être qui comptait le plus dans mon monde. Celle pour qui j’aurais tout donné, tout fait. Je ne pus cependant me résoudre à croiser le regard de Killian. Je l’observai poser Excalibur sur la table. Mon mate ne semblait pas en grande forme non plus. L’épée miroitait d’une étrange lueur bleutée. Oh non… Mes pires craintes éclatèrent à la vue de l'objet légendaire. La peur que j’avais refoulée toute la journée remonta le long de mon échine. Je sentis mon cœur tomber. Une étincelle de détresse illumina mes prunelles couleur tempête, et je relevai mes paupières pour tomber sur le regard rougi de mon ancien capitaine. Je suis tellement désolé Rebekah. Je n’ai rien pu faire… Elle s’est sacrifiée, pour notre bien à tous disait-elle. Mes yeux s'écarquillèrent d'effroi. Je portai une main à ma bouche, étouffant un sanglot qui resta coincé dans ma gorge. Je chancelai, tentai de me rattraper au rebord de la fenêtre, mais c'était déjà trop tard. Ce que je m’étais refusée d’imaginer me frappa avec la force d’un ouragan. Tout s’expliquait. Voilà pourquoi j'étais dans un état aussi pitoyable. Sans le savoir, j’avais perdu une partie de moi… Sans le savoir… En réalité, je le savais depuis le début. Mon corps le savait, toutefois, mon esprit l’avait rejeté. Ce n'était simplement pas possible. Et que le rideau de mes illusions se déchire aussi brutalement, c’était juste insoutenable. Quelque chose en moi se brisa, et les éclats tranchants vinrent se planter dans mes entrailles, à coups de “je le savais”, “je te l’avais bien dit”. Mes jambes lâchèrent. Je tombai à genoux, abasourdie. Aucune larme ne coula sur mes joues. Mes yeux restèrent secs. Je n’avais même pas la force de pleurer, de crier. Je lançai un nouveau regard éperdu à Killian. Pourquoi ? Ses traits étaient crispés. Il se retenait d’exploser. Je ne l’avais connu qu’une seule fois dans cet état. Une nuit atroce où les souvenirs de son ancien amour, Milah, avaient été plus forts que lui. Un immense chagrin l’avait submergé sous la forme d’une vague de rage qui aurait tout dévasté si je n’étais pas parvenue à l’apaiser. Je n’avais peur de personne. Mais ce soir-là, Hook m’avait fait frémir.

Une certaine Mme. Mim en est la responsable. Et je peux jurer sur la tombe de ma femme que je lui ferai payer. Sa mort ne sera pas vaine. Je vais trouver les proches de cette sorcière et les torturer un à un jusqu’à arriver jusqu’à elle et je vais lui infliger un sort pire que la mort. Cela faisait beaucoup d’informations à avaler. Cependant, un nom resta ancré dans mon esprit, comme placardé sur mon tympan. Mim. Trois lettres. Trois lettres immondes, abjectes. Trois lettres qui ne méritaient plus qu’une seule chose : être rayées définitivement. Je ne saurais exprimer toute la haine fulgurante que m’inspirait ce nom. Je ne connaissais même pas cette meurtrière, et pourtant je désirais déjà sa chute. Une chute qui serait ô combien plus douloureuse que toutes les morts du monde. Néanmoins, avant que la rage ne m’emporte, une autre vérité tout aussi abominable me fit taper du poing sur le sol. Le parquet se fissura sous l’impact. J’aurais dû être là… Si j’avais été avec elle, j’aurais pu… Et qu’aurais-je pu faire en fin de compte ? La sauver ? Empêcher le destin de suivre son cours ? La réalité était bien plus cruelle : je n’aurais rien pu faire, ma présence aurait été inutile. J’aurais été inutile. De colère contre moi-même, contre ma misérabilité, j’enfonçai mes ongles dans le bois. Je lui avais promis, Killian… Promis d'être là pour elle… Depuis notre voyage à New-York, nous nous étions fait le serment silencieux de nous protéger. Diana avait tenu parole. Moi, j’avais failli. Encore une fois. Une fois de trop. J'étais vraiment minable. Je ne méritais pas d'être sauvée, je ne méritais pas son sacrifice. Tout ce que je méritais, c'était de prendre sa place six pieds sous terre. Là au moins je ne briserais plus ma promesse.

Je secouai la tête. Le désespoir obstruait mon jugement. Les remords ne servaient à rien. Diana avait fait son choix, c'était de notre devoir de le respecter. Pour elle, pour sa mémoire. Nous devions vivre afin que son sacrifice soit honoré. Nous devions vivre deux fois plus intensément. Toutefois, rien ne m’empêchait de venger ma sœur, de déverser ma tristesse et ma fureur sur l’auteur de ce drame. L’odieux metteur en scène de cette tragédie allait périr. Son sang allait couler et tacher ma peau. Je voulais voir dans les yeux de Mim la peur, la souffrance que je ressentais en ce moment avant que la vie ne quitte son corps. Oui, je voulais qu’elle souffre comme je souffrais, comme Diana avait souffert et comme nous souffrions tous. Et cette promesse-là, je comptais bien la tenir… Si j’avais posé mon regard sur mes bras, j’aurais vu des écailles bleutées luire par endroits sous ma peau pendant une fraction de seconde. Je tremblais toujours, mais de rage. La haine qui bouillonnait en moi à présent me donnait une nouvelle énergie. Je me relevai et tentai de reprendre contenance. Je te jure Killian, t’as intérêt à me laisser participer. Ma voix grave paraissait parvenir d’outre-tombe. La Bête risquait de profiter de ce moment de faiblesse, mais je n’en avais plus rien à faire. Pourtant, il fallait que je me calme, ou que quelqu'un me calme. Sinon, allez savoir comment j'allais finir...
 

 
Emi Burton

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Our cracking bones make noise

No legacies in this world ♆ Just the water. It pays us and then it claims us, as if we'd never been here at all.
 
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1801-fiche-terminee
Killian Jones

avatar
En réalité, je suis
Captain James Hook
☂ Conte : Peter Pan

☂ Emploi : Ancien Shérif
☂ True Love : Ma princesse qui c'est embrochée sur son épée

☂ Avatar : Colin O'Donoghue
© Crédit : Plein de gens <3 | Tumblr
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Lun 9 Jan - 19:48


Everyone we know goes away in the end
It’s an end, not a beginning.

Je me mets à mon tour à genoux quand je la vois tomber, je ne voulais pas lui donner l’impression de la dominer à ce moment-là et peut-être que j’en avais besoin moi-même. Mes jambes étaient instables depuis l’accident… Accident s’est vite dis vu les circonstances. Je ferme les yeux quand elle donne un violent coup de poing dans le sol le fissurant. La violence est toujours plus simple pour faire face à ce genre de situation je ne connais ça que trop bien.

« Ne te dis pas ça. Elle a fait un choix et tu la connais dans ce cas-là… On ne peut rien faire contre ça. » Parlait d’elle comme si elle était encore vivante était plus déchirant qu’autre chose en fait. Je ravale un sanglot quand elle me parle de sa promesse. Je sens tout d’un coup le poids de son alliance dans ma poche… Les promesses qu’on c’était faite ce jour-là. Tous partis en fumée en quelques secondes. Je mets prudemment ma main sur son bras craignant un de ses mécanismes de défense. Si quelqu’un essayé ce genre de chose à l’époque pour moi il se serait reçu mon crochet dans la carotide. Ne voyant pas de résistance ni rien, je me risque à la prendre dans mes bras lui prouvant que j’étais là pour elle si elle le désirait. « On ne laissera pas son sacrifice inutile fait-moi confiance. »

Ne voulant pas la troubler davantage je me relève lentement avec mes dernières forces, restant près d’elle. Je l’observe, ne connaissant que trop bien son expression à l’heure actuelle, la haine. Celle que j’essayais de contrôler. Je nous connais, si on tombe tous les deux dans cette émotion ça sera un carnage et aucun de nous ne pourrons en sortir. Je la regarde attentivement quand elle se relève remettant ma main sur son bras si besoin. Sa voix… Elle pourrait presque me faire peur. Je ne l’avais vu dans un tel état…

« Compagnon à la vie à la mort non ? » Je place ma main derrière sa nuque et colle nos fronts comme un serment silencieux entre deux pirates pour qu’elle enregistre bien mes paroles. Je me dégage ensuite ne sachant pas trop comment elle pourrait prendre ce geste. « J’ai passé presque 400 ans à traquer le Ténébreux, ce n’est pas cette sorcière qui va m’impressionner. Elle nous a pris ce qui nous était le plus précieux… On trouvera les responsables et on leur fera payés. »

On restait des pirates après tout, quand on nous volait quelques choses on savait comment punir les coupables. Mes yeux se tournent vers Excalibur, ma mâchoire claquant à la seule vue de cette lame à l’heure actuelle. Je les détourne rapidement comme brulé. « On doit se préparer avant. Si on se jette la tête la première on n’y arrivera pas… J’enquêterai sur cette sorcière et sur tout ce qui la concerne de près ou de loin. Je te dirai chacune de mes découvertes. Je vais aussi avoir besoin d’un peu de magie, mon crochet et mon sabre ne suffiront pas. Je me servirai dans les réserves de la boutique de ma mère biologique. Quand tout sera prêt, on passera à l’action. » Je me mords l’intérieur de la joue à ce que je vais dire… « Les autres ne doivent pas être au courant. Ni Liam, ni Merlin et encore moins les enfants. Je ne veux pas risquer leurs vies et ils ne comprendraient sûrement pas. Tu es la meilleure pirate que je connaisse, je te fais confiance. »

Pas que je veuille risquer celle de Rebekah, mais d’une elle m’a fait jurer de la laisser participer et comme je l’ai dit, elle est redoutable, celui qui essayera de l’atteindre ne s’imagine pas le sort qu’elle lui réservera. Je sors ensuite ma flasque de rhum de mon manteau pour lui proposer. Les femmes d’abord et ça nous aidera à nous ressaisir. Du moins pour l’instant.
code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t82-second-star-to-t En ligne
Rebekah Stormborn

avatar
En réalité, je suis
La fille du Léviathan
☂ Conte : folklore germanique & légendes phéniciennes.

☂ Emploi : pirate dans l'âme, barmaid & videuse au RH.
☂ True Love : je hum... c'est-à-dire que... *part se cacher*

☂ Avatar : Cintia Dicker.
© Crédit : Grace + Elsa + Morri + Kiki + Ceri.
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Dim 15 Jan - 0:24

Everyone we know goes away in the end
Killian & Rebekah

Compagnons à la vie à la mort non ? Killian parvint à m'arracher un petit sourire, nos deux fronts l'un contre l'autre. Oui. Il avait raison. Mates contre vents et marées, camarades envers et contre tout. Nous ne nous étions pourtant jamais promis une telle fidélité. Il n'y avait pas eu besoin de mots. Cela avait été comme une évidence qui s'était installée au fur et à mesure. Et c'était dans des moments tels que celui-ci que nous nous rendions compte à quel point nous étions liés. J'ai passé presque 400 ans à traquer le Ténébreux, ce n'est pas cette sorcière qui va m'impressionner. Elle nous a pris ce qui nous était le plus précieux... On trouvera les responsables et on leur fera payer. Jusqu'à maintenant, je n'avais jamais vraiment compris pourquoi Killian s'était tant obstiné à poursuivre sa vengeance contre le Crocodile. À l'époque où je naviguais sous le drapeau du Capitaine Crochet, je me disais qu'il ne faisait que se pourrir l'existence et que le mieux serait qu'il passe à autre chose. Après tout, s'en prendre au Dark One n'allait pas lui ramener sa chère et tendre... Cela m'avait paru si simple, si enfantin. Mais à présent je ne le comprenais que trop bien. Affreusement bien. Comment passer à autre chose ? Comment ne pas succomber à l'appel de la vengeance lorsque l'on nous vole ce qui nous donne goût à la vie ? Hors de question de laisser un quelconque karma régler cette histoire à notre place. Je ne pouvais pas me permettre de laisser la moindre chance de survie à l'autre abominable mégère.
Je suivis le regard de mon complice de toujours lorsque celui-ci se posa sur Excalibur. C'était donc par cette lame que ma sœur avait péri ? Cette vision m'était douloureuse. La voix de Killian m'empêcha de sombrer un peu plus en me ramenant à la réalité. On doit se préparer avant. Si on se jette la tête la première on n'y arrivera pas... J'hochai la tête, attentive. Je crois que je n'avais jamais autant été à l'écoute des directives du Captain. J'enquêterai sur cette sorcière et sur tout ce qui la concerne de près ou de loin. Je te dirai chacune de mes découvertes. Je vais aussi avoir besoin d'un peu de magie, mon crochet et mon sabre ne suffiront pas. Je me servirai dans les réserves de la boutique de ma mère biologique. Quand tout sera prêt, on passera à l'action. Un nouvel acquiescement marqua mon consentement. Nous n'avions pas affaire à une amatrice, et elle ne nous donnerait aucune seconde chance. Nous n'avions pas le droit à l'erreur. Pendant que Killian mettrait tout en place, je ferais de mon mieux pour m'entraîner et être au top de mes capacités. Si seulement je pouvais mieux contrôler ma Bête, je pourrais m'en servir contre Mim. Les autres ne doivent pas être au courant, reprit mon pirate de beau-frère. Ni Liam, ni Merlin et encore moins les enfants. Je ne veux pas risquer leurs vies et ils ne comprendraient sûrement pas. Tu es la meilleure pirate que je connaisse, je te fais confiance. Je me contente de cligner des yeux pour lui indiquer que je comprenais et respectais son choix. J'étais tout à fait d'accord avec lui pour garder notre projet secret. Je m'en voudrais terriblement d'entraîner la famille là-dedans. Si nous pouvions leur éviter ça, alors il fallait faire le maximum pour les épargner. Une vengeance, c'est moche. C'est dégoûtant. Ça salit l'âme d'une tache qui ne s'efface jamais. Je me refusais d'assombrir celles de personnes que Diana avait sauvées de sa vie. L'autre sorcière ne méritait pas que nous gâchions d'autres existences. Et nos âmes à nous ? Bah, elles étaient déjà dans un sale état, alors un peu plus ou un peu moins... C'est peut-être malheureux à dire, mais nous n'étions plus à un crime près.

Mon compagnon d'infortune sortit sa légendaire flasque de rhum de son manteau et me la tendit. “La flasque qui ne se vide jamais”. Je repensai soudain avec une certaine nostalgie à la première fois où il m'avait présenté, non sans une grande fierté, cet objet insolite. Je me rappelle avoir éclaté de rire et m'être payé sa tête pendant une bonne dizaine de minutes avant d'essayer d'assécher la flasque. Ma plus grande gueule de bois s'en était suivie. Une rage sourde grondait toujours au creux de mon ventre, cependant j'étais parvenue à calmer le volcan qui menaçait d'exploser. Je pris la flasque et, portant mes lèvres au goulot, je penchai la tête en arrière afin de me servir une grande rasade. L'alcool coula sur ma langue avant d'aller chauffer ma gorge. Cette douce brûlure me ramenait systématiquement à une de ses nombreuses soirées à une tablée joviale ou en haut d'un mat solitaire. Des moments paisibles, où les bouffées d'ivresse me faisaient croire que j'étais invicible, que rien ne pourrait jamais m'atteindre.
Je redonnai sa flasque à Killian en m'essuyant la bouche d'un revers de la manche. C'est comme les couchers de soleil sur l'horizon, on s'en lasse jamais hein ? Je m'assis sur la table et invitai mon camarade à faire de même. Je pris appui sur mes mains et regardai par la fenêtre. Une houle furieuse faisait danser les vagues dans un ballet violent. Je passai une main sur mon visage. Alors c'est ça que ça fait de perdre quelqu'un à qui on tient ? ... Bordel ça fait mal... Je pensais pas que ça m'arriverait un jour... Tss, moi qui étais persuadée d'être un esprit libre et indépendant... Mon œil ouais. Ça donne pas envie d'aimer les autres. C'est vrai quoi, ça sert à quoi de s'attacher si on est condamné à tout perdre ? ... Chienne de vie. Un léger rire las s'échappa de ma bouche. Je glissai mes doigts dans mes cheveux pour les rejeter en arrière. Paraît que la souffrance c'est une preuve qu'on est toujours vivant... Beh tu sais quoi ? Si je pouvais rencontrer mille Diana, alors je voudrais bien souffrir mille fois. Je n'aurais pas dû prononcer son nom. C'était trop tôt, je n'avais pas réalisé que je n'étais pas encore prête. Mes paroles étaient allées trop vite. Je sentis les larmes monter. Oubliant la maigre pudeur que je possédais, je me jetai contre Killian, entourant son cou de mes bras. Était-ce la première fois que je l'enlaçais ? Peut-être bien. Les pirates n'étaient pas connus pour être très tactiles entre eux. Mais à cet instant, j'avais besoin de réconfort. J'avais besoin de sentir que je n'étais pas seule, que je n'avais pas à supporter ce fardeau en entier. Et c'était la seule façon pour qu'il ne voit pas les larmes amères se frayer un chemin le long de mes joues.
 

 
Emi Burton

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Our cracking bones make noise

No legacies in this world ♆ Just the water. It pays us and then it claims us, as if we'd never been here at all.
 
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1801-fiche-terminee
Killian Jones

avatar
En réalité, je suis
Captain James Hook
☂ Conte : Peter Pan

☂ Emploi : Ancien Shérif
☂ True Love : Ma princesse qui c'est embrochée sur son épée

☂ Avatar : Colin O'Donoghue
© Crédit : Plein de gens <3 | Tumblr
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Sam 4 Fév - 1:16


Everyone we know goes away in the end
It’s an end, not a beginning.

Je lui émets un doux sourire quand elle prend ma flasque, me remémorant la foi où elle avait douté de mes paroles sur l’infinité du rhum à l’intérieur. Je me rends compte que tout était si facile à l’époque… Même si j’avais perdu Milah, j’avais encore un semblant de goût pour la vie. Sa mort m’avait laissé un cœur remplis de rage, une envie meurtrière. Mais Diana c’était autre chose. L’amour que j’éprouvais pour Milah pouvait me mener jusqu’au meurtre après sa mort, l’amour que j’avais pour Diana… allait me conduire à ma perte. Je me perdais dans mes pensées quand Bekah me redonne ma flasque, je m’installe à ses côtés avalant une grande quantité de ma liqueur. Même la brûlure de l’alcool n’arrivait pas à soulager la bile que j’avais encore au creux de ma gorge. Je ne peux que respirer une affirmation quand elle me dit que comme les couchés de soleil on ne s’en lasse jamais. Je regarde dehors comme elle le fait, me laissant submergé par la beauté de l’océan à l’heure actuelle. Quand on est sur un navire les tempêtes sont dangereuses, mais à terre je pouvais admirer la beauté et la puissance de ma maitresse. Les vagues qui s’écrasé contre les rochers, l’entendre hurler sa colère à travers les rafales de vent qu’on pouvait entendre de l’intérieur.

Je ne regarde pas Bekah quand elle me parle de la sensation de perdre quelqu’un. C’est nouveau pour elle. Je mets juste ma main sur son genou en petit signe de réconfort, qu’elle sache que je suis là.

« La vie est sans intérêt sans l’amour. Je ne les que trop bien compris pendant mes siècles de vengeance. La perte est certes insupportable, mais le sentiment qu’on ressent en aimant et en étant aimé en vaut peut-être la peine, non ? »

Mes yeux restent hypnotisés par l’océan quand elle me dit que la souffrance est une preuve qu’on est toujours vivant. Aye elle a raison… Mais quand elle prononce ce prénom interdit jusqu’à présent je n’ai plus la force de retenir une larme glissée sur ma joue. Bekah semble ressentir la même chose vue qu’elle se jette pratiquement contre mon cou, ma flasque en équilibre grâce à mon crochet tombe au sol, le rhum s’en échappant par vague. D’abord hésitant je ressers mes bras contre elle. C’est bien la première fois que j’ai une étreinte venant d’elle. Hook aurait tué à une époque pour une étreinte de cette belle rousse. Je laisse sa tête reposer contre mon cou, pouvant sentir ses larmes se frayer un chemin jusqu’à la peau dévoilé de mon cou. C’est par automatisme que je lui embrasse les cheveux resserrant encore plus mes bras si c’était possible, portant ma main jusqu’à ses cheveux, appuyant mon menton sur sa tête.

« Elle était tout pour nous, aye ? Elle ne méritait pas de partir de cette façon. Elle méritait d’avoir la fin dont on rêve tous, mourir vieille entouré de ses enfants et petits-enfants. Elle méritait tous l’or du monde. » Je laisse des larmes coulées librement avant de fermer les yeux pour essayer de me contenir. « On n’a même pas eu le temps d’annoncer notre mariage. Si j’avais pût prendre sa place… Je l’aurai fait sans hésiter. Elle m’a sauvée tant de fois. Dire que je n’étais qu’un jeune garçon de 10 ans quand je l’ai rencontré pour la première fois. Je l’avais pris pour un ange à l’époque, elle nous avait sorti de la misère Liam et moi… »

J’essaie de cacher les larmes qu’elle ne peut même pas voire en plongeant ma tête contre ses cheveux. On avait peut-être besoin de parler de nos passées avec cette femme qui a changé nos vies.

« Elle m’a apportée tant de chose, appris tant de chose, l’amour, la bonté. Je n’ai jamais connu une aussi belle personne qu’elle, aussi franche aussi. » J’émet un rire étouffé par de silencieux sanglot. « J’ai vécu mes plus belles années à ces cotés à Camelot à l’époque où je n’étais qu’un marin d’Uther. Dieu… Je m’en veux encore d’être partie sans elle à l’époque. Mais je ne le regrette plus maintenant. Elle m’a sauvée une nouvelle fois ici. M’offrant les plus beaux enfants dont je pouvais rêver. Je ne regrette pas une seule journée passée avec elle. »

Je lui embrasse une nouvelle fois les cheveux souriant doucement malgré mes larmes. « On a besoin de garder les bons souvenirs qu’on a vécu avec elle, c’est peut-être ce qui nous maintiendra la tête au-dessus de l’eau, aye ? » Ironique pour deux personnes qui respirent sous l’eau, mais bon.  « Je sais que c’est ce qu’elle souhaiterait. »

code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t82-second-star-to-t En ligne
Rebekah Stormborn

avatar
En réalité, je suis
La fille du Léviathan
☂ Conte : folklore germanique & légendes phéniciennes.

☂ Emploi : pirate dans l'âme, barmaid & videuse au RH.
☂ True Love : je hum... c'est-à-dire que... *part se cacher*

☂ Avatar : Cintia Dicker.
© Crédit : Grace + Elsa + Morri + Kiki + Ceri.
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Sam 4 Mar - 12:01

Everyone we know goes away in the end
Killian & Rebekah

Mes larmes salées creusaient deux sillons le long de mon visage. Je m’agrippais à Killian comme un naufragé à son radeau. J'étais née de la tempête, mais celle-ci m'était inconnue, étrangère. Et tellement cruelle. Les paroles du pirate résonnaient dans ma tête et je m’y raccrochais pour ne pas sombrer. La vie est sans intérêt sans amour. Voilà une leçon que je venais de découvrir de la pire des façons. Pourquoi fallait-il toujours se rendre compte de la réelle importance des choses après les avoir perdues ? Le sentiment qu’on ressent en aimant et en étant aimé vaut la peine, non ? Oui. Carrément. Et encore une fois, il aura fallu que ma sœur adorée nous quittent pour que je le réalise. Là était le dernier conseil qu’elle me donnait. Elle m’avait toujours rassurée, elle avait toujours eu les mots pour m’apaiser et m’aider à trouver mon chemin. Maintenant je me sentais seule. Plus seule que jamais. C’est alors que je sentis les bras du Capitaine m’enserrer. Il déposa un baiser sur ma chevelure flamboyante et appuya son menton sur mon crâne. Ses marques d’affection me touchèrent droit au cœur. Non. Je n'étais pas seule, je ne le serai jamais. Je n’y avais jamais songé, mais le Jones et moi étions plus proches que nous nous le figurions. Mates. Un mot comme un autre pour beaucoup, un mot sacré pour les pirates. Et un mot essentiel pour nous deux. Je prenais pleinement conscience de la puissance de ce qui nous unissait. Pas seulement des camarades d’infortune, des compères de toujours ou un frère et une sœur d’armes. Aucune parole ne pouvait totalement décrire à quel point nous ne pouvions plus évoluer l'un sans l’autre. Comme un homme a besoin de ses deux jambes pour marcher, nous avancions depuis des décennies l’un avec l’autre, et souvent l’un grâce à l’autre. Tu tombes, je te relève. Toujours. Et pour une raison mystique, la même personne occupait une immense part dans notre cœur. J’enfouis mon visage dans le cou de Killian. Avec lui, peut-être arriverais-je à remonter la pente.

Elle était tout pour nous, aye ? Elle ne méritait pas de partir de cette façon. Elle méritait d’avoir la fin dont on rêve tous, mourir vieille entourée de ses enfants et petits-enfants. Elle méritait tout l’or du monde. Un faible sanglot étranglé fut ma seule réponse. J’aurais voulu louer sa merveilleuse personne, énumérer des nombreuses qualités, ses défauts aussi qui la rendaient tellement attachante. Mais aucun son ne voulait sortir, hormis ce clapissement étouffé. On n’a même pas eu le temps d’annoncer notre mariage. Si j’avais pu prendre sa place… Je l’aurais fait sans hésiter. L’idée m’avait traversé l’esprit également. Mais Diana nous en aurait terriblement voulu de nous être sacrifiés à sa place. Ce n’était pas ce qu'elle aurait désiré. Elle m’a sauvé tant de fois. Dire que je n'étais qu’un jeune garçon de dix ans quand je l’ai rencontrée pour la première fois. Je l’avais prise pour un ange à l’époque, elle nous avait sortis de la misère Liam et moi… J’avais rarement entendu le Captain parler de son passé. Aussi, je ne répondis rien et l'écoutais en silence, toujours cachée dans sa nuque. Ce moment avait quelque chose de solennel, qu’il ne fallait pas troubler avec des paroles parasites. Elle m’a apporté tant de choses, appris tant de choses, l’amour, la bonté. Je n’ai jamais connu une aussi belle personne qu’elle, aussi franche aussi. Un maigre sourire déforma mes lèvres à cette pensée. J’ai vécu mes plus belles années à ses côtés à Camelot à l'époque où je n'étais qu’un marin d’Uther… Je m’en veux encore d’être parti sans elle à l’époque. Mais je ne le regrette plus maintenant. Elle m’a sauvé une nouvelle fois ici. M’offrant les plus beaux enfants dont je pouvais rêver. Je ne regrette pas une seule journée passée avec elle. Il embrassa de nouveau ma tignasse de feu avant de continuer, la voix chargée de sanglots coincés au fond de la gorge : On a besoin de garder les bons souvenirs qu’on a vécus avec elle, c’est peut-être ce qui nous maintiendra la tête hors de l’eau, aye ? Je sais que c’est ce qu’elle souhaiterait. Je n’aurais pas pu dire mieux. Je laissai le silence s’installer, tentant de calmer mes pensées. Le flot de larmes commençait à se tarir. Elle m’a sauvée aussi. Mon timbre était rauque, empli d’émotion. Elle m’a sauvée de moi-même. J’étais encore une petite nixe, seule au milieu de celles qui se disaient mes soeurs. Elles m’ont convaincue que je n’étais pas normale, que je ne devais pas exister. Un truc bizarre. J’y ai cru. Vraiment. Elles m’ont persuadée que je n’étais qu’une erreur. Sans aucune légitimité de vivre... Une douleur sourde me serra le ventre. Un mélange d’amertume, de détresse et de colère. Jamais je ne pourrais oublier cette enfance d’exclue, d’incomprise et  d’abandonnée. J’étais paumée. Et franchement, si la Dame du Lac n’avait pas été là, je ne sais pas ce que je serais devenue… Ni même si je serais devenue quelque chose. Alors que j’avais peur de moi, que j’avais presque envie de détester ce que j’étais, elle a su me réconcilier avec la créature que je suis. Elle a toujours cru que j’avais une place et que je la trouverais. Elle m’a toujours rassurée sur le fait que si j’acceptais qui j’étais, je ne devais pas craindre ce que je pourrais devenir. Ce passage de ma vie faisait partie des quelques épisodes que je gardais précieusement de la lumière. Je n’en parlais jamais. Cela faisait remonter trop de mauvaises choses. Mais des fois, il faut que ça sorte.
Un remou sournois et familier me fit froncer les sourcils. Peut-être que me laisser aller ainsi à la faiblesse, ouvrir les vannes, n’était pas une si bonne idée que ça. Tout ceci venait de percer un trou au fond de la coque. Invisible, tout petit, caché, mais par lequel l’eau s’infiltrait. Incidieuse. Et cela suffisait amplement pour fragiliser le navire. A la moindre secousse, tout allait craquer et alors je ne pourrais plus me défendre. Je ne pourrais plus L’empêcher. Elle se tenait prête, je la sentais frémir d’impatience. La Bête ne me laisserait aucun répit, maintenant qu’elle avait trouvé une faille. Je me dégageai doucement de l’étreinte de Killian. J’avais besoin d’air. Ma bicoque accrochée aux rochers me paraissait soudain beaucoup trop étroite, étouffante. Il fallait que je sorte. Sans prendre la peine d’enfiler des chaussures, je me dirigeai vers la porte d’entrée, fébrile. En quelques pas précipités, je me jetai sur la poignée et me ruai dehors. D’un pas raide de convalescent pressé de retrouver l’extérieur, je descendis un petit chemin qui menait à la plage juste à côté de chez moi. A peine mes pieds nus touchèrent le sable que ma respiration se fit encore plus difficile. Je suffoquais. Je titubai, portai une main à ma gorge, les yeux écarquillés par l’angoisse. Je savais ce qui était en train de se passer. Elle forçait le passage vers ma conscience, Elle ne voulait plus attendre. Je tombai à genoux, mains dans le sable. Encore une fois, des reflets écailleux apparurent l’espace d’un instant sous ma peau. Un éclair furtif. Mais Elle n’avait pas besoin de grand chose. J’espérais que Killian ne me suivrait pas. Qu’il me laisserait et irait voir ses enfants. Je ne voulais pas qu’il me voit comme ça et surtout, je ne voulais pas qu’il lui arrive quoi que ce soit par ma faute. Je n’avais jamais fait de crise en sa présence. D’ailleurs, ma seule vraie crise remontaient à quelques mois, quand j’étais dans le monde des cauchemars, prise dans une guerre pour sauver les rêves. Et depuis qu’Elle avait goûté à la liberté, Elle en voulait toujours plus.

Emi Burton

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Our cracking bones make noise

No legacies in this world ♆ Just the water. It pays us and then it claims us, as if we'd never been here at all.
 
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1801-fiche-terminee
Killian Jones

avatar
En réalité, je suis
Captain James Hook
☂ Conte : Peter Pan

☂ Emploi : Ancien Shérif
☂ True Love : Ma princesse qui c'est embrochée sur son épée

☂ Avatar : Colin O'Donoghue
© Crédit : Plein de gens <3 | Tumblr
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   Dim 25 Juin - 22:28


Everyone we know goes away in the end
It’s an end, not a beginning.

C’est la première fois que j’entends Rebekah parler de son passé. En tant que capitaine on a pas forcément besoin de connaitre le passé ou la vie de son équipage, tant qu’ils font leur boulot c’est l’essentiel. Bien que j’avoue que Hook aurait bien voulu connaitre un peu plus sa rouquine. Une femme mystérieuse comme elle, ça titillait sa curiosité, mais il n’a jamais réussi à en tirer quoi que ce soit. Mais bon, il tentait et tentait, il aime les défis après tout. A part la connaissance du genre de créature en elle, il ne savait rien.

Alors quand elle commence à se confier à moi sur son passé… je pouvais m’attendre à sentir Hook ravis de tout ça, mais même pas. Tant de tristesse dans ses paroles que même Hook ne se rejoint pas de cela. Ce n’était plus un jeu pour lui, ça ne l’étais plus depuis longtemps déjà. Je l’écoute religieusement alors qu’elle me raconte son ancien calvaire auprès de celles qui devaient être les siens. Un sourire nostalgique se fait apparaitre sur mon visage quand elle me parle de sa rencontre avec Viviane et comment ma femme l’a aidée. C’est bien elle ça. Prête à aider tout le monde.

Dire que c’est ce qui l’a perdue… si elle avait été plus égoïste elle serait sans doute toujours parmi-nous… Je laissais la voix de Bekah calmer mes pensées noires me rappelant les bons moments de Diana, mais Bekah se dégage de moi. Je la regarde, scrutant ses actions. Elle n’était pas bien je pouvais le voir. Elle tremblait. Elle part précipitamment de la pièce.

« Rebekah attend ! » Mais elle était déjà dehors. Je reprends Excalibur en main avant de sortir en courant de chez elle. Je la vois par terre sur le sable un peu plus loin. J’ignore si j’ai le droit d’aller vers elle. Si elle avait besoin de moi ou si je devais la laisser seule… Je me mords l’intérieur des joues essayant de prendre une décision. Je pourrais partir et rejoindre ma famille. Mais la voir comme ça… elle qui était si forte habituellement. Je me décide à m’avancer vers elle et la regarder. God elle avait l’air de perdre le contrôle.

Je lâche Excalibur sur le sable à coté de nous avant de m’agenouiller devant elle. Je pose ma main sur son épaule. Elle a l’air tellement… je n’en sais rien. Je suis au courant de la bête à l’intérieur d’elle. Serait-ce elle qui essaie de la dominer ? Qu’est-ce que je dois faire ? « Ça va allez chérie. » Ou pas. Comment je peux faire ? « T’es plus forte qu’elle Rebekah. Regarde-moi s’il te plait. » Je pose ma main sur sa joue pour forcer son regard sur le mien lui maintenant le visage. « Je n’ai pas peur de ce que tu peux me faire, je te laisserai pas seule ici. Pas dans ton état. Ne la laisse pas prendre le dessus. Je sais que tu peux y arriver je te connais. » Je pose de nouveau mon front contre le sien. Mate jusqu’au bout non ? « Respire mon cœur. Rappelle-toi de ses paroles. » Même si je ne savais pas ce que je faisais je devais essayer, elle m’a bien aidée comme elle le pouvait pendant mon époque sombre…

code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t82-second-star-to-t En ligne
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everyone we know goes away in the end ✘ ft. Killian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Les Alentours-