Partagez | 
 

 Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Dim 23 Oct - 17:39




Un simple sourire c’était tout ce qui fallait habituellement à Taran pour regagner un semblant d’énergie, même s’il était en réalité une pile électrique hyperactive ambulante à lui seul en y regardant de plus près, juste heureux qu’on puisse le remercier par ce simple geste même si dans le fond il n’avait pas l’impression d’avoir fait quelque chose de réellement extraordinaire. Il faisait naturellement le bien autour de lui et plus encore pour les personnes qui avaient besoin d’un autre regard sur leur vie, ceux qui venaient le voir et surtout le choisir pour devenir leur coach personnel à un moment précis de leur existence avant que tout ne vole en éclats, ne voyant pas toujours qu’il était parfois le dernier rempart et soutien qu’une personne avait besoin.Souvent on lui disait merci pour sa bonne humeur mais pour lui elle était tellement ancrée dans son être, faisant partie indétachable et intégrante de qui il pouvait être, tout en étant dans cette légèreté qui lui était propre qu’il ne voyait aucunement pourquoi on pouvait lui dire ça. Tout ce que l’ancien oiseau du tonnerre voulait c’était que la paix et l’harmonie puissent prospérer enfin tout autour de lui, il voudrait pouvoir tellement en faire autant avec ses deux complices mais pourtant la tache semblait être insurmontable et parfois il en serait désespéré si son caractère bien trop énergique ne reprenait pas aussi vite le dessus, il avait sacrifié ses ailes pour qu’un tel rêve puisse se réaliser dans le monde qu’il venait mais pourtant parfois tout ceci ne semblait être qu’une belle utopie et une illusion à laquelle il avait bien voulu croire. Néanmoins Taran voulait garder l’espoir quoiqu’il puisse arriver au final, tant qu’il serait là pour tempérer la situation et les tensions naissantes entre les deux êtres de feu et de glace alors tout irait pour le mieux, certains pourraient le qualifier d’idiot que de croire en de telles chimères mais lui préférait se dire rêveur. Tant qu’il aurait la foi alors tout devrait bien se passer, tant qu’il serait là l’équilibre pourrait se maintenir, tant qu’il serait sur ses pieds rien ne pourrait s’effondrer.

Mais c’était peut-être ça le problème dernièrement justement, qu’il n’arrivait même pas à expliquer, il y avait cette fatigue physique qui l’emportait petit à petit comme si on venait lui voler ses batteries et qu’il ne sache pas d’où ceci pouvait venir. Peut-être qu’il se faisait des idées après tout, ça ne serait pas la première fois quelque part, même s’il devait bien avouer que le matin il traînait de plus en plus dans son lit tout en ayant du mal à ne pas se rendormir si on ne venait pas lui tirer les draps pour le secouer un bon coup. Ah les joies de la colocation. Mais comment pourrait-il offrir toute son énergie positive si lui-même en manquait ? C’était un problème certes mais Taran avait cette fichue manie de les poser dans un coin ou les cacher sous le tapis pour ne pas y penser, cacher ce qui n’allait pas pour l’oublier et ne plus jamais y repenser, préférant se dire que ce n’était que l’effet possible d’un petit microbe ou du temps assez changeant qui avait pu y avoir dernièrement. Il laissait plus ou moins les choses se faire jusqu’à être devant le fait accompli ou de ne pas avoir le choix, comme si rien ou ne personne ne pouvait vraiment venir le contraindre s’il n’en avait pas l’envie, même s’il ne faisait aucun doute que le jour où justement il décidait de sortir de sa passivité de surface il y avait de véritables étincelles dans l’air et il ne valait mieux pas qu’il se réveille dans un sens pour prendre à bras le corps le souci.  Pourtant il était loin d’être la personne la plus contrariante pour le coup, affirmant que tout allait bien et qu’aujourd’hui tout comme hier ou demain seront une merveilleuse journée dans n’importe quel cas de toute manière, continuant ses petites habitudes comme il faisait en temps normal à savoir s’occuper des personnes à retrouver le sourire lorsqu’il lui demandait. Et pour le reste tout était variable, n’ayant jamais vraiment le temps de s’ennuyer ou de souffler aussi en y regardant de plus près, par exemple à cet instant il fonçait à toute allure sur son vélo à travers toute la ville en essayant de faire quelques petites cabrioles au passage et le tout juste pour le loisir de s’amuser. Par réellement de but précis, ne voulant s’encombrer l’esprit avec un agenda très serré qu’il lui faudrait suivre heure par heure, l’organisation ce n’était clairement pas son fort après tout et la seule chose dont il avait besoin en réalité c’était de son instinct uniquement.

Ce même instinct qu’il suivait à cet instant même alors que Taran avançait non loin de la forêt vers un champ désert, ressentant des frissons dans tout le corps, finissant par s’arrêter pour planter ses yeux vers le ciel. Un orage allait bientôt éclater et il le savait très bien, après tout il avait été le pokémon suprême de la foudre et à ce titre il servait presque de paratonnerre vivant, élargissant ce sourire qu’il avait toujours si ceci était néanmoins possible. Rien ne le mettait plus en joie qu’un bon orage il fallait bien l’avouer, c’était être en phase quelque part avec son élément de prédilection même s’il ne pouvait plus s’élancer à travers les nuages sombres et menaçants, se souvenant avec une nostalgie particulièrement à quel point il pouvait prendre une vitesse phénoménale si la foudre venait à le toucher par le passé. Quelque part il voulait retrouver tout ça, pouvoir ressentir encore une fois cette liberté qui l’avait traîné au titre de légende dans un sens, sans doute pourquoi il descendit de son vélo tout en gardant le regard posé sur cet assombrissement du ciel alors que son cœur avait l’air d’accélérer dans un survoltage dû à la situation et qui ne vit que se multiplier en entendant les grondements comparables à des coups de canon. La première lumière déchira le ciel comme jamais, venant l’espace d’un temps trop rapide pour l’œil humain éclairer tous les alentours avec que la déflagration rugit comme jamais, alors que le spectacle lui donna à lui seul de l’électricité statique qui pouvait bien s’épanouir par la suite dans les airs. En très faible quantité mais déjà assez pour apaiser cette impression de fatigue qu’il pouvait avoir, comme s’il avait pu recevoir un certain pourcentage de batterie par ce non-contact direct, sa main se levant un peu comme s’il avait l’espoir de pouvoir saisir ou de caresser les éclairs encore une fois même s’il savait que c’était juste impossible. Dans un sens ceci ne pouvait que l’attrister parce qu’il avait la sensation en ce moment précis d’avoir tant perdu quelque part, que ce qu’il avait pu donner en échange de l’illusion d’une paix était bien trop chèrement payée même s’il était du genre à ne pas regarder en arrière pour ne pas avoir de regrets, avant que son optimisme revienne au galop de lui-même en se disant qu’il avait toujours eu beaucoup de chance tout de même.

Se contentant juste d’admirer en s’extasiant, il avait beau avoir vu des milliers de fois ça restait la chose la plus belle au monde, alors que l’orage continuait encore. Jusqu’à ce que sans prévenir un éclair vînt le toucher de plein fouet, le faisant tomber en arrière sous le coup de l’impact, comme s’il avait retrouvé sa capacité de paratonnerre. Certes il arrivait à Taran de fait court-circuiter les appareils électroniques, aussi amusant qu’un supplice parfois il devait bien le reconnaître, et même si certaines de ses anciennes capacités lui étaient revenues il ne pensait nullement que ça serait le cas pour celle-ci aussi. Pourtant il ne bougea pas du sol alors qu’il était couché sur le dos, le coup avait été assez puissant et il fallait que son corps se réhabitue, mais surtout il y avait une telle énergie d’une intensité si incroyable qu’il avait peur qu’en opérant le moindre mouvement il puisse libérer trop précipitamment ce tout et de manière incontrôlée. Pourtant à l’intérieur c’était la véritable fête, il hurlait de joie et était même regonflé à bloc comme s’il avait trop pris de boissons énergisantes, tout en voulant contenir et canaliser ses pouvoirs. Il devait se concentrer même si c’était le genre d’exercice qu’il ne maîtrisait pas du tout, fermant les yeux pour éviter de démarrer au quart de tour à sa manière si particulière, voyant s’il ne pouvait pas en faire passer une partie par le sol qui n’était pas conducteur d’électricité.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
N. Chléofée Leeward

avatar
En réalité, je suis
Nausicaä
☂ Conte : Nausicaä de la Vallée du Vent

☂ Emploi : Etudiante pour devenir Hydrogéologue (possède un jardin dans son propre jardin)
☂ Avatar : Saoirse Ronan
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Ven 2 Déc - 16:33



Coup de foudre à Storybrooke × ft. Taran & Chléofée

   
Chléofée n'avait pas l'habitude de rester chez elle cloitrée, en fait elle adorait être dehors, c'était pour ça qu'elle avait choisi des études en rapport à l'extérieur, pour ne pas se retrouver tous les jours, tout le temps enfermé dans une boite de plastique et de verre. Non elle voulait être sur le terrain, découvrir des choses, apprendre à les connaître et mieux encore savoir les aider s'ils ont un soucis, ou savoir ce qu'ils peuvent donner aux hommes qui prennent la peine de les regarder autrement que comme des êtres statiques et non vivant. La jeune femme soupira, depuis quelques heures déjà le ciel avait commencé à s'assombrir et elle savait que pour aller dehors, il faudrait peut-être se mouiller voir même être percuté par un éclair. Et bien qu'elle parle à la terre et au vent, les éclairs, ce n'était pas vraiment sa spécialité. Surtout qu'elle savait qu'elle risquait bien plus avec eux, qu'avec le vent. Parce que le vent comme les arbres, les animaux et les fleurs étaient ses amis. Les éclairs, elle ne les connaissait pas  et elle savait qu'elle aurait peu de chance de les connaître réellement un jour. Mais la blonde était bien décidée à aller dehors, à aller s'amuser sous la pluie, à découvrir d'autres plantes ou animaux qu'elle n'avait pas encore vu. Parce qu'elle était persuadée qu'elle pourrait trouvé des choses des choses dans cette forêt, des choses différentes.

Un éclair traversa le ciel et étrangement un sourire éclaira le visage de la jeune femme. Elle n'aimerait pas être dans les airs en ce moment et en même temps, elle trouvait que ce serait un bon entrainement pour voir si elle était encore capable d'utiliser son planneur comme avant. Alors, elle courut dans le jardin, le traversa avant d'arriver dans sa serre. Là, elle fonça à l'arrière et attrapa la bâche qui protégeait son instrument étrange et pourtant qui lui tenait particulièrement à coeur. Alors d'un geste, elle le porta jusqu'à l'entrée de la serre. Elle entra de nouveau dans l'habitacle pour récupérer sa petite sacoche emplit de chose et  d'autre qui lui avait bien servie dans le passé. Là, elle se mit à voleter par petit bond jusqu'à la clairière pas très loin de chez elle. La villa que ses parents lui avaient « légué » était en bordure de la forêt parce qu'ils savaient que leur fille aurait pu traverser toute la ville pour aller dans la forêt. Son père lui avait toujours dit qu'elle avait le coeur ouvert sur le monde et qu'elle ne pourrai jamais être méchante. Au début ça l'avait mise en colère et elle avait boudé pendant des jours, avant de comprendre ce que son père avait voulu dire. Oui, elle ne pourrait jamais faire de mal parce qu'elle respectait trop la vie et plus encore, elle l'aimait dans son entièreté. Alors quand Chléofée arriva dans la clairière, elle voulut se mettre sur son planneur pour pouvoir s'envoler quand soudainement un éclair la fit sursauter. Elle tourna la tête et vit un homme se faire frapper par la foudre et tomber sur le sol, comme une poupée de chiffon.

Oh  mon dieu !

Elle se précipita vers l'homme allongé sur le sol, mais n'osa pas le toucher, elle sentait l'électricité qui le parcourait l'air au alentour en était  rempli et en tant normal, elle en aurait eu mal à la tête. Mais heureusement, ce n'était pas le cas, mais elle ne savait pas ce qu'elle devait faire. Elle attendit une minute ou deux avant de se pencher en avant et de toucher la peau du bras de la personne couchée sur le sol. Elle sentit légèrement de l'électricité et se mit à grimacer. Le vent lui disait de faire attention, de ne pas faire de gestes brusques et mieux encore de se reculer pour ne pas avoir de problème. Les branches des arbres se tendirent vers elle comme pour lui dire de venir près d'eux, mais la jeune femme leva les yeux au ciel. La nature était trop peureuse quand ce n'était pas elle qui commandait. Mais elle n'avait pas peur, ça faisait longtemps qu'elle n'avait plus peur. Alors, elle prit le corps de l'homme à deux mains et se mit à le secouer pour le réveiller, elle savait qu'il était vivant.

Vous aimez peut-être vous faire percuter par les éclairs, mais ce n'est pas le moment de faire semblant de dormir !

Elle ferma les yeux un instant avant de les rouvrir et de prendre son planneur dans ses mains. Elle allait pouvoir voler un peu, mais pas si elle devait surveiller l'homme couché sur le sol. Elle demanda au vent de la pousser un peu pour qu'il se réveille, heureusement qu'elle ne lui demanda pas de lui en mettre une parce que sinon ça aurait été drôle.  

Eh Oh ?
   
(c) crackle bones

   

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

      ❀ Hum ... What is that?


Dernière édition par N. Chléofée Leeward le Ven 3 Fév - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t756-en-cours-tel-un
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Mer 28 Déc - 18:29




C'était juste dingue ! Taran ne savait comment décrire ce sentiment qui venait à l'envahir de plein fouet, ou de plein foudre pour le coup, il avait ce regain d'énergie juste extraordinaire qui lui donnait envie de crier sa joie au monde entier et débloquait ainsi son côté de petite pile électrique sur pattes pour le coup. Peut-être même beaucoup trop en fait, il y avait bien longtemps qu'il n'avait eu un tel apport en énergie et très honnêtement il avait quelque peu du mal à le gérer sur le coup, sentant clairement quelques ondes passer un peu partout entre ses doigts ou encore dans ses cheveux par exemple. C'est pour cette raison qu'il préférait s'en débarrasser d'une partie qu'il jugeât trop importante, son corps n'était plus celui du pokémon légendaire de la foudre et cette enveloppe humaine qu'il avait déjà pu choisir par le passé avait ainsi du mal à suivre la cadence, ne voulant prendre aucun risque pour lui certes mais encore plus les autres tant il n'avait aucune envie de venir blesser quiconque par accident. C'était la raison pour laquelle il avait préféré rester couché dans l'herbe fouettait après un tel impact, qui au passage l'avait surpris et vraiment bien poussé par terre avec une détonation fulgurante qu'il ne s'y était pas préparé, et essayait du mieux qu'il pût d'évacuer par la terre. Ceci lui semblait être le plus sécurisé en tout cas pour le coup, et aussi l'unique solution qui se présentait à lui pour l'instant à défaut de venir recharger la centrale électrique, il n'avait pas été un super élève très attentif en cours – pour ne pas dire pas du tout – mais il avait au moins retenu ce qui empêchait ainsi les éclairs de se propager et ainsi user de cet exercice en toute sécurité. Mais ce n'était pas vraiment simple et il lui fallait pas mal de concentration sur l'instant, pour une personne comme lui ayant un mal fou à la poser quelque part justement c'était plus dur à dire qu'à faire, calmant au plus sa respiration alors que son cœur faisait des battements si rapides qu'on aurait pu croire entendre une musique d'electro et était ainsi la retranscription du fait qu'il était sûrement bien trop chargé à bloc. Tout décharger dans une sorte d'attaque aurait été le plus facile et rapide en fait, beaucoup de ouah et un gros boum à l'arrivée pour faire simple, mais ainsi entouré d'arbres il risquait de provoquer un incendie au moment même où l'électricité pourrait toucher l'écorce. Mauvaise idée.

Taran se trouvait tellement dans son objectif qu'il n'entendait pas qu'une personne s'approchait de lui, ayant une confiance trop aveugle envers les autres de toute manière et ne craignant pas grand-chose dans son état dans le sens où si on venait le chercher il lui suffirait de venir éclater un peu à l'image d'une bombe même si l'effet ne serait pas le mal, ayant un rapide froncement de sourcils tout de même alors que l'électricité s'était mise à parcourir une zone spécifique de son corps sans savoir que ceci était le résultat d'un rapide contact initié par la jeune fille se trouvant à ses côtés. Ainsi venait-il évacuer du mieux qu'il pouvait les tensions en lui sans pour autant tout décharger, le but n'était pas non plus de se vider et franchement il n'avait pas envie d'être aussi mou qu'un chamallow parce qu'il manquait de coup de jus, gardant en tête que la prochaine fois qu'il puisse se sentir aussi fatigué il essaye peut-être de mettre les doigts dans la prise histoire de voir ce que ça pourrait faire. Dans le meilleur des cas il viendrait se trouver comme une batterie qui a trouvé de l'énergie, après tout il arrivait bien lui-même à faire monter les pourcentages sur son portable s'il le voulait vraiment, et dans le pire il ferait juste sauter les plombs. Et peut-être ceux que Blanche et Candela au passage. Une perspective qui lui faisait dire que ce n'était pas forcément l'idée la plus lumineuse du siècle du coup, n'ayant aucune envie de devoir affronter la colère des deux filles qui seraient bien capables de se liguer contre lui sur ce coup-ci juste pour ce possible petit écart, même si devoir attendre qu'un orage puisse se pointer il y avait mieux comme moyen de regagner suffisamment d'énergie quand même. Bien sûr, il y avait les trucs classiques du genre dormir ou manger mais ce n'était clairement pas assez d'autant plus que le souci étant qu'on semblait lui happer même si Taran se persuadait de se faire des idées, depuis la fin de la malédiction c'était comme si sa nature primaire avait repris certains droits sur des points. Faisant le vide dans son esprit, même si quelque part ce n'était pas dur le concernant selon certains, il fut surpris au possible lorsqu'on vient le secouer comme un prunier et encore plus d'entendre une personne s'adresser à lui sur un ton presque de reproche comme on aurait pu le faire pour un gamin.

Un peu comme un réveil qui était loin d'être en douceur et qui eut pour effet de le faire ouvrir les yeux, s'attendant presque à voir l'Apocalypse pour le coup même si avec le temps orageux c'était un peu le cas, se retrouvant de nouveau couché par terre une fois que la jeune fille qu'il voyait enfin avait terminé de le secouer. Taran la regardait avec des yeux hallucinés sur le coup, ne comprenant pas vraiment ce qu'elle était en train de faire tant pour lui les éclairs était une chose naturelle qui allait ainsi de paire avec lui, n'osant pas trop bouger par crainte de lui envoyer une quelconque décharge. D'ailleurs elle avait eu de la chance de ne pas se prendre un coup ! Pas volontaire de sa part, non il n'était que altruisme envers les autres, mais bien provoqué par la peur qu'il aurait pu ressentir en se trouvant ainsi secoué comme s'il était un super cocktail. Elle était folle ou quoi ? Il aurait pu lui faire du mal, même si bon il est vrai qu'elle n'avait aucun moyen de le savoir mais tout de même, tandis qu'il venait à s'asseoir avec précipitation et passait ses mains sur sa tête pour secouer ses cheveux qui se trouvaient être bourrés d'électricité statique comme jamais sur l'instant. Oui même pas besoin de gel pour faire tenir ses cheveux en l'air lorsqu'on se nommait Spark en réalité, tout ceci était 100% naturel chez lui et il n'avait pas besoin du moindre artifice, essayant autant par ce geste de calmer son côté paratonnerre sans doute mais aussi de reprendre ses esprits correctement. Il y avait trop de choses qui lui arrivaient en même temps en fait, il avait des spasmes un peu partout dans le corps qui était dû à la nervosité et à la tension qui pouvait y avoir en lui,  il avait été coupé en plein dans son élan et n'avait pas pu dégager tout ce qu'il voulait malgré toute sa bonne volonté. Mais rapidement il replanta son regard dans celui de la demoiselle, lui souriant à pleines dents comme il savait si bien le faire et peut-être encore plus à cet instant tant il explosé de bonne humeur pour le coup, n'arrivant pas à gérer toute l'énergie qui pouvait couler dans ses veines. Si en temps normal Taran était survolté là c'était encore pire, il était trop surchargé à bloc et malheureusement il se laissait envahir par ce tout sans pouvoir le contrôler comme il le voudrait, attrapant les deux mains de la blonde tout en les secouant fortement sans lui laisser le temps de réagir ou même de dire quoi que ce soit sur l'instant.

« Hé ! Je suis Taran ! Tu vas bien ? Tu devrais faire attention tu sais avec les éclairs parce que ça fait des bziiii et parfois des criiiic, ou même encore des zri zri zriiii ! Tu sais on sait jamais où la foudre peut tomber, haha ! Blague ! Parce que t'vois j'me nourris de l'électricité, tu vois ce que j'veux dire bien sûr ? Oui ? Super ! Woooh woooh ! J'crois que j'ai vraiment trop reçu un surplus de décharge que j'aurai dû en temps normal ! C'est juste dingue ! »

Parlant sans doute plus vite que son ombre et sans reprendre son souffle une seule fois, essayant de suivre un chemin cohérent de pensée qui avait bien du mal à se faire vu comment ses neurones surchauffés bien trop justement à l'intérieur de son crâne, il ne savait plus trop où donner de la tête alors qu'il n'arrêtait pas de tenter de tout expliquer de manière la plus simple possible mais mélangeant sûrement un peu trop ses idées confuses au final. Il avait fini dans son monologue trop rapide par lâcher son interlocutrice alors qu'il agitait les mains à droite et à gauche, comme si ceci pourrait rendre plus clair ce qu'il voulait expliquer mais lui offrant sans doute plus l'air d'un DJ survolté qu'autre chose – ce qu'il était à demi du moins pour le côté trop d'énergie, ne pouvant vraiment pas juste se maîtriser. Il se retenait vraiment de ne pas laisser trop sa joie éclater, si en temps normal celle-ci restait assez gérable ce n'était sûrement pas le cas actuellement et il craignait un quelconque débordement involontaire de sa part même s'il ne serait pas vraiment dire quoi pour le coup mais valait mieux prévenir que guérir après tout, se frottant un peu ses mains entre elles avant de voir que ceci produisait quelques filaments lumineux et le signe qu'il était donc tout électrique. Il leva la tête bien vite vers le ciel alors qu'un lourd bruit se faisait entendre, il savait très bien que l'orage était loin d'en avoir terminé et surtout pas avec lui, souriant grandement face à son élément de prédilection. Une part de lui n'attendait que ceci après tout, après avoir passé des semaines à traîner des pieds c'était comme une renaissance qui venait de se faire quelque part et il en redemandait encore plus, jusqu'à ce qui se souvienne de la présence à ses côtés. Il reportait son regard sur cette fille à ses côtés, se tapant le front avec le plat de sa main tout en secouant la tête de droite à gauche, il avait été si idiot de penser que ça serait si formidable si un éclair pouvait retomber sur lui avec elle à ses côtés. Dès lors Taran se voulait le plus rassurant possible, voulant lui faire comprendre qu'il n'y avait pas vraiment de quoi avoir peur – après tout la proportion de personnes ayant peur de l'orage était assez élevée même si ça l'étonnait toujours, prenant une large inspiration alors qu'il allait repartir aussi vite que la lumière dans son petit monologue d'hyperactif.

« Oh ! Surtout faut pas avoir peur ! Les éclairs c'est cool et là pour ils n'iront que vers moi ! Hm peut-être que tu devrais pas tant me coller alors du coup ? Parce que tu sais le courant électrique il fait un peu sa life et si tu me touches ça craint pas mal, je suis beaucoup trop conducteur tout ça tout mais là ça a rien à voir avec le permis par contre, ça risque de te traverser tellement vite que tu pourrais en mourir pour le coup ! Et moi j'ai pas envie de ça ! Je te connais pas mais je sais que je veux pas que ça t'arrive ! »

Toujours prêt à aider les autres ou à les prévenir du moindre danger, laissant ses idées empiéter sur le fait qu'il ne devait sûrement pas dire ceci à une personne qu'il venait juste de rencontrer à l'instant, il pouvait sentir que l'électricité était bien présente dans l'air et qu'elle n'en avait sûrement pas fini.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
N. Chléofée Leeward

avatar
En réalité, je suis
Nausicaä
☂ Conte : Nausicaä de la Vallée du Vent

☂ Emploi : Etudiante pour devenir Hydrogéologue (possède un jardin dans son propre jardin)
☂ Avatar : Saoirse Ronan
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Ven 3 Fév - 20:46



Coup de foudre à Storybrooke × ft. Taran & Chléofée

   
La jeune femme avait vu juste, il était encore vivant bien qu'un peu amorphe sur le moment. Elle le regarda, cherchant dans sa mémoire si quelque chose pouvait l'aider pour le faire revenir vers elle. Elle pensa un instant au bouche à bouche avant de remettre cette idée dans le plus lointain replie de son crane. Ce n'était pas une bonne idée, il pourrait avoir une réaction très bizarre et elle n'avait pas envie de se retrouver avec une trace de doigt sur le visage. Non, elle se contenta de le secouer, de lui parler et même de lui crier dessus et quand il se mit à parler et à lui serrer la main, elle se dit qu'elle aurait mieux fait de le laisser sur le sol et de s'enfuir en sens inverse. « Tu t'imagines si c'est un fou furieux ? Tu es pas dans la merde ! Tu devrais vraiment vraiment réfléchir de temps en temps du sait ? » C'est Obaba qui allait être contente quand elle allait savoir ça, elle allait lui faire la remarque et même lui dire de faire plus attention, elle le savait. Elle l'écouta parler, mais elle ne comprit pas tout ce qu'il était entrain de lui dire. Sérieusement, elle ne savait pas qu'une personne pouvait aligner autant de mots à la seconde. Alors, elle ouvrit la bouche, mais il se remit à parler et quand elle entendit le mot conducteur, électricité et mort dans la même phrase, elle se recula de quelques pas sur les genoux.

Vous êtes en train de me dire que vous contrôlez l'électricité ? Enfin vous avez pas vraiment besoin de le dire, je l'ai vu !

Aux côtés de cet homme elle commençait sérieusement à perdre les pédales et à dire des choses étranges. Ou non elle commençait simplement à parler plus et écouter moins. Ce qui pouvait lui être rapidement fatal sous de nuages aussi noirs. Elle regarda le ciel, prit une profonde inspiration et se remit à parler en allant droit au but.

Je … vous contrôlez l'électricité et vous voulez vous refaire électrocuté … vous êtes fou c'est ça ? Vous sortez d'un asile et quelqu'un vous recherche ? Non parce que je peux vous aider à rentrer si vous voulez. Avec le vent qu'il y a je devrais pouvoir nous ramener tous les deux en ville sur mon planeur.

Ca c'était pas sûr et elle le savait parce qu'elle avait voler à deux qu'une seule fois. Elle ne savait pas vraiment si elle arriverait à le faire sous ce temps. Elle regarda autour d'elle et vit des arbres, alors sans un mot, elle toucha la terre et une racine apparut. La blonde sourit et caressa celle-ci avant de la voir disparaître sous la terre. Bon sang les arbres acceptaient encore une fois de l'aider. Heureusement qu'ils étaient là sinon peut de monde serait encore vivant et ça elle en avait parfaitement conscience, contrairement aux autres humains. Elle bougea des doigts et un filet de vent se leva pour encadrer son visage et soulever ses vêtements. Oui elle pourrait les mettre en sécurité rapidement.

Et ne vous inquiétez pas, ce n'est pas la foudre qui va me faire peur ! J'ai vécu bien pire.

Elle avait vécu dans une forêt toxique après tout, elle aurait pu en mourir, mais elle avait survécu et elle avait réussi à prouver que la Fukaï n'était qu'une protection de la Terre et que les Omus n'étaient que là pour aider la Terre à se remettre des meurtres que les hommes avaient perpétué au fil du temps.
   
(c) crackle bones

   

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

      ❀ Hum ... What is that?


Dernière édition par N. Chléofée Leeward le Jeu 30 Mar - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t756-en-cours-tel-un
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Jeu 9 Fév - 9:00




La foudre ne retombe jamais deux fois au même endroit. C'était techniquement le cas, la probabilité qu'un éclair puisse frapper avec exactitude là où le précédent l'avait déjà fait se trouvait proche du zéro absolu mais dans un sens c'était le cas pour pas mal de choses, sauf dans le cas de Taran qui se trouvait être ainsi un véritable aimant à l'électricité. Il y en avait parfois même tellement en lui qu'il lui arrivait de faire griller un ou deux appareils électroménagers, de venir faire sauter les plombs l'air de rien de toute la baraque et faire mine qu'il ne savait pas d'où ça promenait, alors que tout ce qu'il pouvait craindre à cet instant justement c'est qu'il puisse en déverser une partie sur cette jeune fille qui avait le bon instinct de reculer. Ah rien de plus important que l'instinct, le faisant peut-être encore plus sourire rien que d'y penser même s'il sautait un peu de tout à rien tellement la connexion entre ses neurones se trouvait être autant perturbée que stimulée grandement, la seule chose viable à son sens parce qu'il n'y avait rien de plus important que d'écouter cette petite voix intérieure pour aller de l'avant. Ainsi hochait-il la tête quant au fait que cette inconnue lui demande s'il contrôlait bien l'électricité, tellement survolté qu'on pourrait croire qu'il mangeait beaucoup trop de céréales sucrées pour le petit déjeuner – même si concrètement c'était bien le cas, avant de secouer négativement la tête. C'était plus compliqué que ceci à son sens, il ne pouvait pas toujours ordonner à la foudre naturelle d'aller dans un sens ou l'autre tout bêtement parce qu'il ne faisait soit pas l'effort soit qu'il n'avait pas assez de concentration, il ne pouvait pas juste tendre le bras et pousser un ordre qui serait exécuté. Néanmoins ça faisait partie de lui quand même alors qu'il commençait à rire quelque peu en entendant ce qu'elle pouvait lui dire, c'est vrai qu'on lui avait déjà dit qu'il avait un petit côté cinglé mais de là à venir d'un asile psychiatrique elle y allait tout de même pas mal fort pour le coup, continuant énergique à secouer ses mains pour tenter de se décharger un peu de ce surplus toujours bien présent. C'est là qu'il remarquait le planeur dont elle lui parlait, trouvant ça juste cool à l'extrême et juste une sorte de regard d'admiration pour ce qu'elle était en train de transporter, sérieusement si elle lui proposait un petit vol Taran n'allait pas lui dire non même s'il n'avait pas compris que tout ça faisait partie de l'ironie dont elle faisait preuve parce que ça lui passe juste au-dessus de la tête.

« Héééé ! C'est plus compliqué parce que faut l'dire, mais parfois les éclairs ils en font qu'à leurs têtes, c'est un élément du genre 'gnagnagnagna Taran on l'fera pas' ! Alors j'ai pas le choix et je laisse couler t'vois ! Et ouep j'attends qu'un deuxième coup d'foudre parce que ça pourrait me permettre de me recharger à fond, comme si tu mettais un boost sur ton portable et ouah magie jamais en rade comme ça, mais dans de l'autre je suis pas mal blindé ! Pouah ! On verra bien ! Sinon la balade c'est quand t'veux miss, tout d'suite ? »

Et voici comment s'inviter tranquillement, sans prise de tête aucune et sans voir à quel point ce genre de choses ne se fait pas, alors que concrètement la proposition de cette presque sauveuse n'était là que pour un semblant d'ironie. Sauf que Taran ne l'avait pas compris comme ceci, forcément il voyait un peu la situation comme ça l'arrange parfois alors qu'il vient souvent s'étaler à son aise sans voir qu'il lui arrive souvent de pénétrer bien trop dans la sphère privée des autres, prenant souvent le sarcasme comme s'il c'était une phrase normale et ne voyant ainsi aucunement ce qui pouvait se cacher derrière. Mélangé au fait qu'il avait qu'une envie, celle-ci dépassant toutes les autres dont goûter à des curlys au fromage et qui au passage montrait ses exigences très à la baisse, à savoir pouvoir planer certes mais dans un sens c'était aussi voler. C'était sûrement l'aspect qui lui manquait le plus de son corps d'origine, avoir cette liberté d'aller où il veut et quand il veut juste en ayant le besoin de déployer des ailes valeureuses qui pourraient le porter jusqu'au bout du monde s'il le voulait, depuis que la malédiction avait été rompue peut-être qu'il cherchait plus ou moins secrètement à retrouver cette sensation mais aucune activité n'avait pu lui procurer celle-ci. Il était de base un oiseau qui s'était mis volontairement dans une sorte de cage, pour le bien de tous et peut-être aussi sa propre protection si on y regardait de plus près, et même s'il ne pensait jamais regretter ce choix Taran ne pouvait renier le fait que cet aspect lui manquait de plus en plus. Ainsi il n'en fallait pas plus pour qu'il vienne à se lever précipitamment, en profitant pour s'étirer comme s'il se préparait à faire un véritable marathon que ce soit autant au niveau des jambes que des bras, s'il avait pu être fatigué ces derniers jours il était à cet instant indéniable qu'il avait plus que de l'énergie à revendre à ce niveau-là et sans doute que personne ne pourrait le croire s'il venait à dire qu'il avait eu  du mal à se traîner il n'y a pas si longtemps que ceci. Le ciel était toujours capricieux et sombre, le vent n'arrêtait pas de souffler et ça lui paraissait être encore plus une situation idyllique pour aller se faire une petite balade dans les airs. Il fronçait un peu les sourcils pour essayer de prendre un air sévère, le tout en posant une main sur sa hanche et l'autre qui venait à pointer en direction des nuages chargés d'électricité, même si inutile de se l'avouer il n'avait pas l'air convaincant et encore moins très impressionnant d'une manière ou d'une autre.

« Hé ! On va s'calmer direct là ! Ok vous rendez le ciel trop flashy, genre ouaaaah lumière et son, mais pas une raison pour grogner après l'demoiselle ! »

Taran ne permettrait pas qu'on puisse faire du mal à quiconque, même une parfaite inconnue qui avait l'air trop sympa et qu'il pourrait déjà considérer comme une amie alors qu'il ne connaissait pas son nom mais c'était dans sa nature d'être trop social sûrement, encore moins par son élément de prédilection qui n'en faisait qu'à sa tête. Parce qu'il pouvait le sentir tout au fond de lui, la prochaine détonation qui se préparait allait être assez violente ou du moins vu la proximité de l'endroit où ils se trouvaient ça n'allait pas passer crème, il avait juste à porter un simple regard et encore même les yeux fermés il pourrait le dire. L'électricité était clairement dans l'air et était loin d'en avoir terminé, se chargeant avant de mieux frapper même si dans le fond ça restait un élément naturel qui n'avait pas de conscience propre ou une âme comme un être vivant, chacun de ses muscles venant à se tendre comme pour se préparer malgré lui à recevoir une nouvelle dose. Le coup d'avant il s'était laissé surprendre, même si c'était ce qu'il espérait il ne pouvait pas assurer entièrement que l'éclair lui tomberait sur la tête de toute évidence, cependant la deuxième fois ça ne se passerait pas de la même manière bien qu'une préparation mentale ne changerait peut-être rien au final. Si la foudre avait décidé de lui en mettre plein la gueule alors il s'en prendrait ainsi plein la gueule, le pire c'est qu'il le ferait avec le sourire et sans même protester un seul instant parce qu'il était comme ça à savoir prendre la vie du bon côté, trop positif dans un sens pour se poser la moindre question et voir une quelconque négativité dans cette affaire. Taran reportait alors son attention, du moins toute celle dont il était capable à cet instant, vers la jeune fille à qui il offrait son plus grand sourire même si c'était celui qu'il avait en permanence tant il avait l'air h24 de bonne humeur. Elle en revanche n'avait pas l'air de rigoler souvent, il avait l'impression qu'elle n'était pas très souriante ou du moins l'air naturellement froid qu'elle pouvait avoir avait de quoi calmer quiconque mais c'était mal le connaître que de croire qu'il allait s'arrêter à ce simple a priori, se disant qu'elle était peut-être timide. Après tout n'est-ce pas elle qui avait un super planeur ? Bah si ! Preuve ultime selon lui, peut-être trop dans son petit monde imaginaire où tout était beau et joli voir s'apparentant de près à un monde de bisounours, ce qui était ainsi loin de l'arrêter à vouloir fraterniser avec elle. Ni une ni deux il lui prenait les mains, les secouant comme le ferait un gosse pour jouer, agitant sans doute bien trop vite.

« Taran au fait ! J'viens juste de capter j'sais même pas ton nom, ni que dalle sauf que t'aimes surfer sur le vent et c'est déjà pas mal dans un sens, mais t'as comme voulu me sauver même s'il y avait pas besoin mais merci quand même ! À l'avenir si t'as besoin d'un truc t'viens genre totalement me voir et zouuuuu je t'arrange ce qu'il va pas. Ok ? On fait ça super ! »

Et il causait, encore et toujours, beaucoup trop vite sans même s'en rendre compte. Néanmoins Taran n'enlevait en rien que sa proposition était vraiment valide, ne voyant pas qu'il arrivait à plusieurs reprises de se faire mener par le bout du nez tellement il serait capable d'essayer d'attraper la Lune si on lui demandait, il donnait sûrement beaucoup plus qu'ils recevaient selon certains mais ce n'était pas très grave. Un sourire, un câlin, une sortie, c'était tout ce qu'il demandait en échange et il n'allait pas changer sous peu. Une attitude pourtant qui pouvait s'avérer trop étouffante pour certains, cumulé au fait qu'il était vraiment trop à fond à cet instant précis n'arrangeait en rien les choses, alors qu'à ses yeux il était plus qu'évident qu'ils étaient des grands amis dorénavant avec cette jeune fille. Cette capacité à être trop social pouvait vraiment se trouvait être trop lourde pour les autres, surtout si la personne se trouvait être assez réservée de base, pourtant à force d'efforts il était certain d'arriver quiconque à sortir de sa petite coquille comme lorsqu'il faisait son travail de coach de vie. La méthode de Taran c'était de croire en son instinct mais surtout d’insuffler du positif chez les autres, les aider à voir ce que pouvait vraiment être la vie mais biaisée quelque part car ne prenant que le bon pour laisser la réalité ou le mauvais de côté, sans forcément comprendre que certains étaient très bien dans leur bulle de solitaire ou autres. Involontairement c'était comme si celle qui était face à lui venait de rentrer dans sa Team, le sentant de cette manière en tout cas, et une chose était sûre à savoir qu'il n'allait pas la laisser partir aussi facilement hors de son sillage parce que en tant que Spark il prenait soin de ses membres. Néanmoins l'orage autour d'eux le ramenait peut-être un peu plus vers la planète Terre, lui agitant sous les yeux le fait qu'il était un véritable aimant à foudre et qu'il devrait faire attention à ne pas trop toucher cette jeune fille s'il ne voulait pas lui transmettre potentiellement un coup de jus, lui lâchant ainsi les mains tout en reculant alors qu'il recommençait à jouer nerveusement avec ses doigts tandis que quelques filaments électriques passaient entre ceux-ci. Lui s'en fichait de prendre des risques pour lui, il pouvait se montrer même assez casse-cou quand il le voulait, mais les faire courir à une autre personne jamais. Faisant toujours le pitre, du moins à sa manière d'agir, il gardait tout de même un œil sur le ciel.

« Alors ? On va s'faire un petit vol ? Toi, moi, et le vent ? Non parce que tu m'as genre promis de m'faire un tour alors j'veux trop voir ça ! On va faire piuuuuu ! »

Imitant le planeur avec sa main, faisant des petits loopings et continuant ses bruits, quand il avait une idée en tête difficile de lui retirer.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
N. Chléofée Leeward

avatar
En réalité, je suis
Nausicaä
☂ Conte : Nausicaä de la Vallée du Vent

☂ Emploi : Etudiante pour devenir Hydrogéologue (possède un jardin dans son propre jardin)
☂ Avatar : Saoirse Ronan
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Ven 31 Mar - 11:37



Coup de foudre à Storybrooke × ft. Taran & Chléofée

 
Chléofée était un peu perplexe, elle n'était plus penché sur l'homme, mais plutôt à quelques centimètres, comme il lui avait demandé. Mais quand il parlait, elle ne comprenait qu'un mot sur quatre, la forçant à se rapproche un peu pour comprendre tout ce qu'il était en train de dire. Mais même plus proche, elle avait l'impression qu'il était en train de manger la moitié de ses phrases. Le ciel continuait à gronder et le vent se leva un peu plus. La blonde leva la main et un filet de vent l'effleura comme pour lui dire que prendre son planeur maintenant était autant une bonne qu'une mauvaise idée. Le vent l'aiderait, mais l'électricité pourrait tomber à tout moment sur elle.   En souriant, elle hocha la tête, elle n'avait pas peur de l'électricité, il n'arriverait jamais à la rattraper sur son planeur, elle était plus douée qu'elle en avait l'air.

Est-ce que vous pouvez ralentir la cadence ? Parce que j'avoue que je ne vous suis pas bien du tout ! Vous allez bien trop vite pour que je comprenne tout ce que vous êtes en train de me dire.

Mais elle avait à peine terminé sa phrase qu'il se tourna vers le ciel pour lui parler. Et la blonde esquissa un petit sourire, elle aurait pu rire au éclate, mais les nuages noirs l'inquiété tout de même. Oh Baba avait eu raison de lui dire de rester dans les parages et de ne pas partir en vadrouille. Mais comme toujours, elle n'écoutait pas. Cependant elle  sentait qu'elle était en sécurité, le vent la porterait aussi vite que possible chez elle et l'homme à ses côtés dont elle ne connaissait pas le nom semblait savoir – à peu près – ce qu'il faisait. Elle espérait juste qu'il n'attire pas trop la foudre à lui. Puis il se présenta, enfin pour le peu que la jeune femme saisit, c'est à dire son prénom. Elle avait souvent côtoyé des personnes comme lui qui parlait vite et qui étaient surexcités, mais c'étaient des enfants, pas des adultes  et encore moins des adultes qui contrôlait l'électricité. Mais encore une fois, la jeune femme se dit qu'elle-même ressemblait à son élément. Le vent était calme la plus part du temps, il se contentait seulement de s'énerver en envoyant de fortes brises et de cyclone, mais sinon, il était relativement calme. Comme l'électricité est survolté, c'est surement pour ça qu'il l'était tout autant.

Mmm … Merci je m'appelle Nausicaä, mais ici, on a plutôt l'habitude de m'appeler Chléofée.

Concision était son maître mot, ne pas parler trop pour ne pas abrutir les gens et surtout pour ne pas leur donner trop d'information qu'ils pourraient utiliser contre elle. Mais elle sentait qu'elle pouvait faire confiance à l'homme en face d'elle, il semblait gentil et amical. Peut-être un peu trop. Il lui rappela qu'elle lui avait promis un vol en planeur et elle fronça les sourcils, elle  ne lui en avait pas promis un dans le sens stricte du terme, mais bon.

Si vous arrivez à diriger les éclairs autres parts que sur nous, ça serait super. Et surtout j'espère que vous ça ne vous gêne pas d'être couché ? Je ne peux pas naviguer si vous êtes debout et le vent n'arrivera pas à m'aider plus qu'il ne le fera. Et surtout tenez-vous  bien, avec les éclairs on ne sait jamais ce qui peut se passer, je devrais peut-être faire des écarts brusques et vous pourriez tomber !  

Elle lui montra comment se mettre sur la planeur et quand il fut installé, elle se mit au dessus de lui. Le planeur, ce n'était pas dangereux, enfin pas totalement. Il fallait juste savoir en faire et surtout ne pas tomber et ne pas perdre son sang froid. C'est pour ça qu'elle était la meilleure, parce qu'elle était en harmonie avec elle-même et la nature et elle savait comment faire pour utiliser tout ce qui l'entourait. Alors elle demanda silencieusement au vent de les soulever et le planeur s'éleva dans les airs. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas navigué à tout et il fallait qu'elle  se coordonne au sensation que ça procurait. Puis finalement, elle réussit à gérer, après deux ou trois embardés. Les nuages étaient encore loin d'elle, mais en quelque seconde, elle pourrait être parmi eux, mais pas aujourd'hui, pas avec l'orage. Alors elle s'élança en avant qu'en la foudre s'abattit à quelques mètres d'eux. La jeune femme serra les dents et zigzagua pour ne pas être touché.

Faites quelques choses pour ne pas attirer les orages ! Parce que je ne peux pas nous amener à bon port si ça nous touche.

Et son bon port c'était son jardin, ils méritaient un bon chocolat chaud.
 
(c) crackle bones

 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

      ❀ Hum ... What is that?


Dernière édition par N. Chléofée Leeward le Sam 13 Mai - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t756-en-cours-tel-un
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Ven 21 Avr - 18:21




U'opportunité même de voler était une perspective qui offrait beaucoup de frissons à Taran, voulant retrouver les sensations qu'il avait pu connaître autrefois lorsqu'il était ce majestueux oiseau légendaire, pouvoir ressentir une forme de liberté même si c'était juste l'espace d'un faible instant serait une dose suffisante pour un temps. Parce que dans le fond, même s'il ne regrettait pas son choix et avait choisi la voie humaine en renonçant à ce qu'il avait pu être jadis dans un passé qui avait l'air totalement trop long à son goût, il n'y avait rien de pire que de priver un être sa capacité à pouvoir voler et c'était ainsi sûrement l'aspect de sa personne qui lui manquait le plus. C'est pour cette raison que lorsque cette jeune femme, dont il n'avait sûrement pas retenu correctement le nom et lui offrant déjà dans son esprit un surnom qui se voulait des plus affectifs – parce que après tout il n'était que joie et amour, lui avait parlé du planeur il n'avait pu s'empêcher de s'imposer encore plus que d'habitude. Taran en temps normal aurait insisté certes, pénétrant ainsi l'espace vital de la personne sans le voir ou vraiment s'en soucier car bien trop social pour se rendre compte que sa manière d'agir pouvait être un mal, mais il aurait pu se calmer à un moment donné et privilégier le fait de faire ça à un moment qui se voudrait moins dangereux vu la tenue du ciel. Sauf que tout ce qui se passait ici n'avait rien de bien ordonné après tout, il avait toujours ce surplus d'énergie en lui qui ne demandait qu'à s'exprimer et n'arrivant pas à ralentir comme lui demandait si bien sa nouvelle amie, et si on combinait avec ceci son envie irrésistible que de s'élever de nouveau au centre d'un ciel qui ne faisait que lui tendre les bras il ne pouvait que se permettre naturelle plus. Car oui pour lui cette vision d'éclairs déchirant tout autant d'eux, du son tambourinant qui les accompagnaient, et le côté sombre des nuages était une des plus belles choses au monde parce que c'était tout bêtement son élément de prédilection. Ainsi ne tenait-il pas une seule fois, ayant besoin de laisser éclater toute cette tension en lui qui avait grimpé en flèche en un temps-record, continuant d'agiter les mains comme pour les occuper et de passer d'un pied à l'autre au point que dans un tableau d'ensemble on aurait pu croire qu'il dansait. Peut-être que c'était le cas.

« Ralentir ? Woooh ! C'est peut-être toi qui doit accélérer t'sais ! Comme Flash ! »

Ne réfléchissant pas vraiment pour parler, disant bien trop souvent ce qui lui passait par la tête et même si ça pouvait être de véritables absurdités comme la fois où il s'interrogeait sur pourquoi on ne faisait pas des chips carrées mais bien rondes – oubliant au passage la physionomie de la pomme de terre qui était ainsi faite, Taran pouvait se montrer être un véritable moulin qui ne s'arrêtait jamais et faisait ainsi un contraste certain avec Chléofée qui avait l'air plus réservée. Et imperceptiblement dans son esprit c'était comme si tout d'un coup il se devait de sûrement la sortir de cet état, la faire sortir de son œuf comme il le ferait avec un pokémon après avoir fait quelques kilomètres en sa compagnie tout en l'ayant mis au chaud dans ses bras parce que le pauvre bébé se devait d'arriver dans les meilleures conditions tout de même, à l'image d'un grand frère ou d'un bon ami qui ferait son possible pour emmener au plus loin une personne à laquelle il tient. Parce que désormais qu'il l'avait rencontré, sans rien connaître d'elle mais s'imaginant très bien dans son esprit bisounours et pacifiste qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter quant à la nature de cette jeune demoiselle, il était impossible qu'ils ne puissent pas devenir comme les doigts de la main. Ou des pieds, ne voulant mettre personne ne côté, plus soudés à son sens que les autres. Voici ce qui arrivait lorsque Taran se trouvait avec beaucoup plus d'électricité qui ne le devait, pas vraiment qu'il puisse avoir un maximal en fait contrairement aux autres personnes de Storybrooke, sa concentration déjà difficile partait encore plus en cacahuète qu'à son habitude et il avait du mal à se focaliser sur une seule chose alors qu'il n'arrêtait pas de gesticuler dans tous les sens. Ce n'est que la mention du vol à venir qui ne faisait que reporter comme il le fallait son point d'intérêt, bien que sur l'instant la joie qu'il pouvait bien ressentir ne faisait que le disperser quelque peu alors qu'il improvisait une nouvelle courte danse de la victoire dont lui seul en avait le secret ultime à l'entendre parler, tapotant au possible dans ses mains comme le ferait un des singes mécaniques avec des timbales tout en se retenant au dernier moment de prendre les mains de Chléofée dans l'excitation nouvelle au risque de lui donner une sacrée décharge électrique.

« J'serais sage comme une image ! Hop plus bouger ! Et pas d'problème pour les éclairs, un peu de zouuuuh et de ziiiiii et ça passera sans souci ! J'suis genre comme Thor héhéhé ! »

Encore à parler de manière obscure avec des drôles de bruitages, comme si ceci pouvait être véritable un langage à lui tout seul, ne manquant pas au passage l'occasion de se prendre un peu pour une sorte de super héros. Pourquoi pas après tout ? Taran avait des super pouvoirs après tout, même s'il était vrai que dans cette ville de l'étrange beaucoup pouvaient prétendre en posséder aussi, mais il défendait autant que possible ce qui était à son sens le bien et surtout il faisait en sorte que tout le monde pût être heureux. Ainsi était-il devenu une incarnation du positivisme à son paroxysme, oubliant parfois à quel point la réalité pouvait être si cruelle et n'ayant de toute façon aussi envie de la regarder en face tant il était à la recherche d'un monde qui serait en paix – et la raison principale pour laquelle voir ses deux amies provoquer une guerre intestinale lui faisait mal à voir, ne relâchant jamais ses efforts tandis qu'il était en train de venir se positionner au niveau du planeur comme il le fallait alors qu'il trépignait autant qu'un gamin. La sensation de voler le prenait tout d'un coup aux tripes, sentir ainsi le vent lui caresser le visage comme il aurait pu le faire pas le passer, venait instamment calmer Taran qui ne produisait plus le moindre son alors qu'ils étaient en train de se trouver dans ce ciel si chaotique pourtant. En cet instant il se souvenait à quel point la moindre de ses plumes par le passé pouvait être en harmonie avec la nature, venait se gorger d'électricité en faisant quelques voltiges dans un orage qui n'en finissait pas, et à quel point tout ce qu'il avait pu être lui manquait terriblement. L'espace d'un instant même il venait à douter de son choix, les oiseaux légendaires s'étaient sacrifiés pour le bien de tous mais au final personnes ne les avaient vraiment remercié pour le bien qu'ils avaient pu apporter, il voulait juste revenir ce pokémon qui gouvernait en partie le ciel comme bon lui semblait. Il voulait danser de nouveau avec la foudre et se fut sûrement pour cette raison que cette dernière venait à s'abattre si près d'eux, de manière indirecte il l'avait commandé dans cet espoir si fou de s'approcher encore une fois un peu plus de sa véritable forme et pouvoir toucher du bout des doigts le commencement d'un monde unique qu'était le ciel, alors que la voix de Chléofée le ramenait tout d'un coup vers la réalité de la chose. Ce qu'il était en train de faire était dangereux, pas pour lui mais pour cette si gentille amie qui avait eu la bienveillance de vouloir lui faire un tour, et que dans son cas allait à ce genre de rêverie même passagère avec que les éclairs se trouvaient être si proche relevait surtout de la folie.

« O-oui bien sûr ! T'peux compter sur moi, un petit coup de tululululu et ils vont partir ! No stress je suis sûr l'coup ! »

Il fallait un petit instant pour que Taran réalise vraiment pleinement la situation, que les connexions dans son cerveau se fassent comme il faut et qu'il puisse se secouer en quelque sorte pour réagir, alors que la trajectoire du planeur avait l'air incertaine. Et tout d'un coup il se refaisait plus muet qu'une carpe alors que son regard se posait vers les nuages sombres, grondants et se sentant ainsi prêt à venir une fois encore décharger leur surplus d'énergie pour la diriger vers leur direction il en était certain, tandis qu'une étrange couleur un peu jaunâtre luisante prenait place dans ses yeux. Le jaune était la couleur de sa team mais plus que tout de l'électricité, celle de son plumage avec le noir lorsqu'il était ce fier oiseau légendaire que tout le monde admirait, et c'était sans doute bien plus naturel dans ces conditions que de voir ainsi ce changement s'opérer chez lui. Il manquait d’entraînement et il pouvait le sentir en cet instant, imaginant sans mal Blanche et Candela lui faire un nombre incalculable de reproches à ce sujet-ci, mais il fallait bien se rendre compte qu'il était plus difficile pour lui de s’exercer que ses deux amies qui pouvaient trouver à loisir leur élément de base. C'était ça ou peut-être aussi un petit moyen de se défiler, parce que Taran ne voulait pas blesser quelqu'un et venir décupler ses facultés c'était prendre un jour le risque de le faire mais cet instant il comprenait aussi qu'il pouvait chercher à protéger avec – ne faisant que gonfler ce ressentiment d'héroïsme de ce fait, mais pourtant il montrait ici là toute sa maîtrise alors que les éclairs étaient en train de dévier leur course. Mieux ils devenaient même plus distants, se calmant comme s'il avait réussi à leur murmurer et de les apaiser qu'il n'y avait ainsi aucune raison de venir s'énerver ou s'exprimer de la sorte, rendant ainsi la trajectoire beaucoup plus fluide et sereine que ce qu'elle avait pu être il y a quelques instants. Le reste du voyage avait pu se faire sans encombre, l'incident avait été évité et rien ne grave ne serait déroulé pour son plus grand soulagement pour le coup, profitant juste ce qui était en train de se produire et cette espèce de légèreté qui pouvait bien se faire dans son cœur alors qu'il voyait à regret le sol se rapprocher au fur et à mesure. À peine Taran mettait-il le pied à terre qu'il redevenait bien lui-même, trop agité pour qu'on puisse arriver à le suivre et laissant exploser cette énergie en lui en poussant un cri de joie, poussant même la situation plus loin pour montrer son bonheur en venant serrer dans ses bras Chléofée sans plus de préambule.

« C'était ouf ! Miss t'es officiellement l'déesse du vent ! Merci merci merci merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! »

Venant la soulever quelque peu du sol il tournait avec elle sur place, la portant ainsi dans ses bras pour ce faire, avant de la reposer et de frotter sa joue contre la sienne dans ce qui était un geste affectif beaucoup trop poussé.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
N. Chléofée Leeward

avatar
En réalité, je suis
Nausicaä
☂ Conte : Nausicaä de la Vallée du Vent

☂ Emploi : Etudiante pour devenir Hydrogéologue (possède un jardin dans son propre jardin)
☂ Avatar : Saoirse Ronan
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Mer 17 Mai - 1:30



Coup de foudre à Storybrooke × ft. Taran & Chléofée

 
Chléofée regardait l'homme devant elle, il était puissant elle le sentait, comme elle sentait le vent se chargeait de les guider vers un endroit plus calme. Il était puissant pourtant, elle n'avait pas peur, elle sentait qu'elle était en sécurité avec lui, comme elle l'était avec peu de monde. En fait, elle avait toujours eu du mal à vraiment se lier avec les autres. Dans son monde déjà parce qu'elle avait d'autre chat à fouetter et ensuite parce que tous étaient beaucoup plus jeunes ou trop vieux pour être son ami. Tous sauf ce garçon qu'elle avait rencontré et finalement qu'elle avait un peu sauvé aussi. Mais Taran l'intriguait, elle ne comprenait pas comment on pouvait parler autant sans se fatiguer. Ce n'était tellement pas dans ses habitudes de parler autant ou de livrer ses sentiments. Généralement elle était celle qui était à l'écoute sans que personne ne sache vraiment ce qu'elle ressentait, ou alors seulement quand elle faisait ses crises de colère, de rage et de tristesse. Pendant toute la traversée, la jeune femme resta focalisée sur sa destination, elle faisait attention à tout ce qui se trouvait autour d'elle. Parce que même si elle savait qu'elle était la meilleure en planeur, ce n'était pas non plus une bonne idée d'avoir un accident ou de forcer le destin. Chléofée était prudente, d'une parce qu'elle avait un passager et de deux parce qu'elle n'avait pas envie qu'il leur arrive quelque chose, à eux ou à son planeur. Quand elle atterrit, le garçon sur sauta dessus pour la prendre dans ses bras, c'était un geste de remerciement, mais la jeune femme ne put s'empêcher d'être surprise. Elle ne s'attendait décidément pas à tant d'effusion, surtout qu'ils se connaissaient à peine. Alors quand il s'écarta après avoir frotté sa joue contre la sienne, la jeune femme pencha la tête sur le côté de plus en plus intriguée. Elle avait déjà rencontré des animaux qui faisait la même chose.

Je suis heureuse que ça vous ait plus. Je ne fais pas voyager souvent les gens avec moi, je n'ai pas envie qu'ils leur arrivent quelque chose. Surtout avec un temps pareil.

Elle lui fit un petit sourire, pour lui montrer qu'elle était tout de même contente de voir que leur petite virée lui avait fait plaisir. Mais maintenant, elle s'était un peu fatiguée, parler aux vents et à la terre n'était pas fatiguant, mais contrôler son élément la vidait  de ses forces quand elle devait faire attention à tout ce qui se trouvait autour d'elle. Elle était fatiguée, pourtant, un grand sourire illumina rapidement ses lèvres. Ses amis semblaient vouloir lui montrer son soutien et de l'énergie passa de la terre à sa propre personne. Elle ne faisait jamais ça comme ça, jamais ! Généralement elle le faisait seule et pendant une partie de méditation, mais là, ils avaient senti qu'elle avait besoin d'un peu d'aide pour ne pas s'endormir sur le champs dans l'herbe.

Dites-moi, vous n'étiez pas un animal dans votre ancienne vie ? Je vois chez vous des mimiques que je vois souvent chez les animaux dont je m'occupe.

C'est à ce moment là qu'une pygargue à tête blanche se posa à côté d'elle et la regarda un instant. La brune fronça les sourcils un instant avant de poser sa main sur son cou et de le lui grattouiller. Puis il sauta sur son épaule pour frotter sa tête contre son cou. L'animal était petit et ne semblait pas vouloir partir de son épaule, même s'il émit un cri pour prévenir la personne devant elle de ne pas approcher.

Désolée, les animaux sont libres ici, alors ils ont tendance à faire ce qu'ils veulent et à se croire chez eux ! Mais ils ne vous feront rien, sauf si vous les attaquez bien sur ! Vous voulez boire quelque chose ? En tout cas si vous voulez de nouveau voler, je peux vous amener dans les nuages la prochaine fois.

Dans les nuages c'était peut-être un peu fort, mais elle voulait simplement lui proposer de venir la voir plus tard s'il avait envie de voler un peu.
 
(c) crackle bones

 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

      ❀ Hum ... What is that?


Dernière édition par N. Chléofée Leeward le Jeu 29 Juin - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t756-en-cours-tel-un
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Lun 29 Mai - 16:07




Taran était ainsi à savoir une personne très tactile, qui dépasse souvent sans le savoir les limites de l'espace privé des autres dans cet espoir fou de venir étaler de sa bonne humeur sur l'individu subissant cette épreuve – parce que vu comment il forçait les choses ça en était une pour certain, ayant ce besoin permanent de s'exprimer par n'importe quel moyen possible même si ce n'était pas au goût de tous. Il lui était arrivé plus d'une fois que de se faire refouler par n'importe quel moyen, essayant tout de même en vain d'apaiser la personne en lui frottant énergiquement le dos comme si ceci pouvait réellement marcher mais apparemment il n'y avait que sur lui que le geste avait un réel impact, mais pourtant jamais il n'abandonnait car c'était aller à l'encontre de son instinct soit ce qui ne se permettrait à aucun moment de son existence. C'était son credo qu'il voulait suivre quoi qu'il puisse arriver, ce n'était pas quelque chose qui avait besoin d’entraînement comme la force avec Candela ou la connaissance avec Blanche mais plus un état naturel, en quelque sorte la voix intérieure de son cœur qui le poussait toujours vers l'avant. Et si certains pouvaient que Taran en faisait trop, comme en cet instant en venant de la sorte montrer une forme d'affection à Chléofée, ce n'était pas la vision qu'il en avait. Tout ce qu'il voulait c'était de voir le monde heureux, donner à sa manière du baume au cœur mais encore plus à ceux qui en ont besoin, se trouvant encore plus convaincu de la chose en voyant le sourire de la jeune fille face à lui à l'instant où il venait de la relâcher. Il n'était pas très grand certes mais c'était un début à son sens, d'autant plus qu'il le sentait comme étant d'une grande sincérité soit le meilleur d'entre tous à son sens, voyant déjà se dessiner une grande amitié entre eux. Il n'était pas plus complexe qu'un enfant en fait, il suffisait qu'on soit au minimum gentil avec lui et tout allait pour le mieux au point de considérer cette personne comme étant déjà de l'ordre de l'amitié, s'imaginant déjà partager tout un tas de trucs ensemble comme le feraient deux bons vieux potes de toujours. Il n'était clairement pas du genre à se prendre la tête et loin de la vérité que pouvaient voir les adultes normaux, à savoir qu'il fallait plus qu'un petit instant comme celui-ci pour se faire un ami et déjà placer une forme de confiance en autrui, il avait une vision très simpliste du monde et des personnes au point de l'appliquer pour tout.

Quant à la mention que Chléofée ne faisait pas souvent montrer des personnes avec elle, sur son super planeur trop d'enfer qu'il aimerait trop customiser avec par exemple des éclairs – comme si ceci pouvait le rendre plus rapide, ceci vient toucher Taran comme jamais au point qu'il aurait presque plus en pleurer de joie mais son sourire déjà si grand s'étira un peu plus si tenté ceci était encore possible. Il avait l'habitude de se mettre en quatre pour les autres, de tout faire pour leur faire plaisir et ainsi continuer à cultiver la bonne humeur partout autour de lui, alors forcément dès qu'on lui faisait le moindre cadeau c'était une explosion de joie certaine. La moindre chose, même aussi insignifiante aux yeux des autres, se trouvait être un véritable trésor des plus précieux pour au point qu'il se contenait du mieux qu'il pouvait en cet instant pour ne pas juste s'emporter. Quoique non. Il ne put réprimander une sorte de petite danse de la victoire, fredonnant une musique par la même occasion comme pour légitimer un peu plus son action, faisant par la même occasion partir un peu plus du trop-plein d'énergie qu'il pouvait avoir en lui bien que c'était insuffisant pour calmer la pile électrique qu'il pouvait être. Toute cette expérience avait redonné une banane folle à Taran, lui qui était complètement crevé il y a de ceci à peine quelques minutes de manière presque critique, même si c'était plus son état habituel pour le coup. Il ne tenait jamais en place et Chléofée avait face à elle la version la plus survoltée contenue au mieux, ne voulant pas trop s'emporter de son côté par risque de provoquer une quelconque catastrophe avec ses pouvoirs, personne ne pouvait le stopper comme personne ne pouvait stopper la foudre qui vient frapper. La seule chose qui calmait un tant soit peu le véritable paratonnerre vivant c'était sa demande concernant son autre vie, l'arrêtant en tout cas plus ou moins net dans ses mouvements improvisés et son imitation orale de musique électro, mais plus particulièrement s'il avait été un animal ou non. Sur l'instant c'était bête mais il ne savait pas trop quoi répondre, parce que quelque part un pokémon c'était un pokémon même si ça pouvait s'apparenter justement à une sorte d'animal, n'ayant pas trop envie de l'assommer avec trop d'informations d'un seul coup que lui-même ne maîtrisait pas entièrement parce que c'était peut-être entrer dans un trop grand débat qu'il n'avait pas du tout envie d'avoir. Ainsi reprenait-il vite son sourire et sa bonne humeur ambiante, rigolant en pensant au fait qu'elle avait quand même bien vu, d'autant plus qu'elle n'avait pas l'air d'avoir le moindre mépris ou assimilés.

« Hé biiiiien ! On peut dire que t'as l’œil Miss ! Originellement yep j'en suis un, plus ou moins compliqué pour la suite, un superbe oiseau d'ciel ! Tintintintintin ! Un oiseau tonnerre ? On peut dire ça comme ça j'suppose... »

Electhor. Sa première et véritable forme qu'il avait pu avoir, l'un des trois légendaires qui contrôlait le ciel à sa convenance mais surtout l'orage dans son cas, une identité qui parfois lui manquait beaucoup et ce tour en planeur aussi fantastique soit-il dans le fond le rendait plus nostalgique mais aussi triste que Taran pourrait bien l'avouer un jour. Il avait renoncé à cette vie pour le bien du plus grand nombre au point de devoir changer d'apparence, il avait renoncé à ses ailes et avait ainsi quitté l'immensité du ciel synonyme de liberté parce qu'il voulait agir dans le bon sens, et ce Chléofée avait pu lui offrir aujourd'hui c'était plus que tout ce qu'il pouvait bien rêver en secret à savoir retrouver cette sensation du passé que de voler dans le ciel tout en commandant aux éclairs. Cependant il ne voulait pas se laisser abattre en voyant la négativité, il n'était pas comme ça et ce n'était pas maintenant que ceci allait bien pouvoir changer, il devait voir le positif à savoir que c'était une chance pour lui que cet instant et que même si son lui originel pouvait lui manquer tout n'avait pas été fait en vain bien au contraire. Oh certes il restait le cas des deux filles qui se prenaient de plus en plus la tête, ses deux amies de toujours étaient entrées dans une compétition absurde à son sens qu'il ne comprenait même pas, et si la guerre était encore possible il avait la profonde conviction que tout pouvait s'arrêter mais surtout qu'il allait tout arranger la situation à la longue. Taran préférait de toute façon s'occuper du présent ce que lui rappelait superbement un oiseau qui avait l'air très entiché de Chléofée, le faisant sourire d'autant plus en voyant son petit manège qu'il comprenait parfaitement, cette cohérence entre humain et animal lui faisait tellement plaisir à voir qu'il était sûr que sa rencontre avec la jeune femme n'était pas le fruit du hasard mais bien un entrelacement de leurs instincts respectifs ou quelque chose dans ce goût-là. Plus il était à ses côtés et plus il avait la sensation d'être sur la même longueur d'onde en fait, il ne serait pas l'expliquer avec des mots très précis mais pourtant c'était bien ainsi qu'il arrivait à ressentir la situation, peut-être que c'était le calme dont elle pouvait faire preuve qui avait un impact sur sa trop grande activité pour le coup. Ce qui n'était pas vraiment aisé au vu de son caractère survolté, encore plus en cet instant alors qu'il avait les batteries à fond, mais pourtant elle y arrivait juste en étant elle en toute simplicité. L'attitude du pygargue à ses côtés en était la preuve, il la défendrait bec et ongles s'il voyait la moindre menace, ne faisant que croître rapidement la confiance que Taran était en train de placer envers la déesse du vent comme il l'avait surnommé.

« Les animaux c'est fait pour être libre de toute façon hé ! T'en fais pas poto j'vais pas te la voler, j'le vois bien que tu l'adores genre carrément trop beaucoup, donc relax mon grand ! Là j'pense que j'ai surtout la super dalle, t'as un truc à becter ? »

Jeu de mots involontaire sûrement vu son ancien état d'oiseau, ou peut-être qu'une part de lui voulait juste souligner l'amusement il ne savait pas trop, permettant en tout cas de relever le petit côté sans gêne qu'il pouvait bien avoir même si ça serait plus véridique de dire naturel. Il n'empêche qu'il était honnête dans ce qu'il disait à l'oiseau se trouvant encore sur l'épaule de Chléofée, quoi qu'il dise il respecterait sa promesse de son côté et il n'était pas là pour détruire une quelconque amitié bien au contraire même, Taran était même prêt à tendre gentiment la main vers lui pour venir le grattouiller mais il final il vient se ressaisir et préférait éviter pour la sécurité de tous. Lui parce qu'il ne savait pas trop s'il pouvait encore dégager de l'électricité, dans un moment d'égarement ou d'euphorie passagère trop importante, et qu'il ne préférait donc pas prendre le risque de blesser quelqu'un. L'oiseau qui pouvait aussi le pincer par jalousie ou parce qu'il ne voulait pas qu'on le touche, pourtant de son point de vue il n'y avait rien de mieux que les câlins franchement et toutes autres formes d'affection, sachant très bien qu'un animal c'était plus compliqué qu'un humain à gérer de ce côté-ci. Il n'y avait qu'avec eux que Taran ne voulait jamais brusquer les choses, il prenait son temps dans une patience toute nouvelle qu'on ne lui connaissait pas forcément et qui le surprenait même parfois, parce qu'il savait mieux les écouter que ceux devenus ses semblables d'une certaine façon. À moins que c'était tout l'inverse. Il était plus facile de gérer les animaux que les humains, surtout en voyant à quel point ces derniers pouvaient être si complexes et changeaient en permanence comme le sens du vent au point de le rendre parfois tellement confus, et que quelqu'un part il se sentait comme appartenant encore à ce monde-ci parce que jamais il ne pourrait oublier qui il était en réalité bien évidemment. Et il se convainquait même que Chléofée comprenait parfaitement ce qu'il pouvait dire à ce sujet, du moins s'il venait l'aborder un jour ou l'autre, alors qu'il lui prenait les mains tout en souriant toujours pour venir les balancer doucement – toujours dans ce besoin perpétuel de bouger ou être en mouvement. Peut-être que c'était le lien qu'ils avaient chacun avec la nature, même si c'était sur différents éléments qui pouvaient pourtant si bien se compléter, en tout cas il était bien décidé à suivre son instinct et celui-ci lui disait de la garder dans son sillage autant que possible.

« Miss j'voulais encore te remercier pour ce tour dans les airs franchement, tu peux me demander ce que t'veux, c'était tellement incroyable wooh ! C'était un peu comme revenir dans le passé et ça fait du bien... Mais bon ! Dis-moi tout sur toi, le moindre petit truc, j'veux tout savoir de ma super amie ! »

Rien que ceci oui, en quelques minutes Chléofée était passée de parfaite inconnue à une amie précieuse, restant fidèle à lui-même.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
N. Chléofée Leeward

avatar
En réalité, je suis
Nausicaä
☂ Conte : Nausicaä de la Vallée du Vent

☂ Emploi : Etudiante pour devenir Hydrogéologue (possède un jardin dans son propre jardin)
☂ Avatar : Saoirse Ronan
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Dim 2 Juil - 23:01



Coup de foudre à Storybrooke × ft. Taran & Chléofée

Chléofée fronça les sourcils, un oiseau tonnerre ? Elle n'en avait jamais vu, mais après tout personne n'avait jamais vu de Omü ici ni d'autre créature quel même avait vu et côtoyé pendant bien des années. Elle se mordilla la lèvres inférieure et fronça un peu plus les sourcils pour tenter de voir l'oiseau dans son esprit. Mais rien ne vient. Alors elle laissa ses questions sortir de sa bouche sans même chercher à les arrêter.

D'accord un oiseau tonnerre … mais de quel couleur ? Doré, jaune, orange, rouge ? J'ai rencontré pas mal d'animaux bizarre dans mon ancienne vie et je peux vous assurez que ce que vous me décrirez ne pourra pas me faire plus peur que ce que j'ai vu !

Nauscaä n'avait pas peur des créatures, des plus petites aux plus dangereuses. Pourquoi ? Parce qu'elle savait qu'elle n'était dangereuse que quand elle se sentait menacée. Et c'était pareil pour tous, il fallait juste leur montrer qu'ils pouvaient leur faire confiance. C'est comme ça que fonctionnait la jeune femme, elle leur montrait que même si il avait peur et que tout le monde les traitaient comme des pestiférées, elle, elle les aimait et les voulait sauf. Elle les aimait parce qu'ils étaient plus purs que tous les hommes réunis. Parce qu'ils voulaient juste vivre et qu'il se faisait détruire un à un juste comme des fourmis que l'on écrabouille. Nausicaä caressa la tête de l'oiseau et quand elle approcha de la porte, il s'envola pour aller rejoindre la grange ou se trouvait perchoir et autres choses utiles pour se reposer en toute sécurité.

C'est pour ça que beaucoup d'animaux viennent dans mon jardin. Je m'occupe d'eux quand ils en ont besoin et ils repartent revivre leur vie. Certain préfère rester comme lui, mais je ne les oblige jamais à rester. Je n'en ai pas besoin, je sais que si j'ai besoin d'aide, quelqu'un ou quelque chose viendra toujours.

La jeune femme lui sourit et elle s'empressa de rentrer dans la maison en lui faisant un signe de main. Oh-Baba la vit entrer et lui fit un signe de tête vers la cuisine. La brune hocha la tête et juste quelques minutes plus tard, elle revint avec nourriture et boisson.

Je ne sais pas trop si ça va vous plaire, mais en tout cas c'est ce que j'ai dans ma cuisine. Et comme personne n'habite ici pour l'instant à par moi et les autres personnes qui s'occupent de la maison, y'a de quoi manger ! Si vous en voulez plus, vous pouvez en demander à Oh-Baba.

Chléo s'assit à une chaise et commença à prendre de quoi se sustenter. Elle savait que son planeur de craignait rien dehors.

Vous faites quoi dans la vie ?  
(c) crackle bones


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

      ❀ Hum ... What is that?


Dernière édition par N. Chléofée Leeward le Mar 12 Sep - 21:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t756-en-cours-tel-un
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Jeu 10 Aoû - 16:26




Chléofée était le genre de personne qui dégageait un petit truc en particulier et que tout le monde ne possédait pas, Taran en était convaincu et son instinct lui disait justement qu'il pouvait avoir entièrement confiance en elle sans le moindre souci mais d'autant plus les yeux fermés, en voulant comme preuve cette interaction bien à part et unique qu'elle pouvait avoir avec les animaux mais surtout ce majestueux oiseau qui s'était ainsi posé sur son épaule. Ce dernier était prêt à la défendre à la moindre menace et c'était pour cette raison qu'il était venu à ses côtés de ce fait, le jeune homme devait être perçu par le géant des cieux comme une forme hostile malgré le fait que les intentions de Taran puissent être pures, et pour sa part il ne pouvait aucunement lui en vouloir un seul instant puisque c'était là le signe d'une forme d'amour dans un sens ce qui impliquait donc qu'il pardonnait totalement cette réaction. Il n'était ainsi pas offusqué le moins du monde mais d'autant plus rassuré peut-être, c'était la confirmation de ce que la jeune femme pouvait bien valoir et surtout de la manière dont elle prenait soin des animaux qui pouvaient se trouver dans les environs, lui souriant pour la peine un peu plus – si du moins c'était une chose possible vu à quel point il avait déjà un sourire qui allait jusqu'aux oreilles. Et le cadeau de voler qu'elle avait pu lui faire, même si dans les faits ceci n'en était pas réellement un mais plus un concours de circonstances assez étranges et provoqués en grande partie à cause de l'orage attiré par Taran, c'était tellement l'apothéose de tout que quelqu'un part il en fallait encore très peu pour qu'il vienne à être complètement conquis par cette demoiselle qui avait l'air tellement hors du commun. Il y avait un quelque chose selon son instinct, c'était encore plus une évidence dès qu'il pouvait la regarder faire, continuant alors de son côté à s'agiter comme il le faisait toujours alors que Chléofée pour sa part avait l'air d'être un modèle de calme exemplaire. Un tableau avec beaucoup de contraste de ce fait, ne pouvant néanmoins pour sa part brider ce surplus d'énergie qui s'était ainsi fait, mais comme disait le dicton les contraires s'attirent et ceci ne pouvait que venir enrichir ainsi ce que Taran prenait déjà comme une superbe amitié qui venait tout juste de naître sans prévenir.

« Des animaux zarbis ? Genre carrément comme des pokémons ? Wooooh ! Parce que moi d'où j'viens il y en avait totalement pleins ! Et pour mon vieux plumages surtout jaune mais aussi avec du noir, total camouflage dans un orage t'vois l'genre, trop méga stylé à ce qu'on disait ! »


En y réfléchissant à deux fois en fin de compte, parce que dans le fond il n'avait jamais pris le temps de bien le faire, il était vrai qu'en fait il abordait clairement les couleurs typiques de ce qui était un orage. Il y avait le jaune pour les éclairs et assimilés comme la foudre, pour montrer par ailleurs qu'il était bien du type électrique aussi, ce qui devait expliquer par ailleurs pour quelle raison il se trouvait avec une telle chevelure aussi blonde que tout décoiffée de manière naturelle. Parce que non Taran ne faisait jamais rien avec ses cheveux, il les laissait sécher dans leur coin et ils prenaient une position comme s'il venait de se prendre un bout de jus comme s'il venait de mettre les doigts dans la prise, tout en se montrant particulièrement électrostatiques au moindre petit touché qu'on pourrait bien faire dans ce véritable foutoir. Un écho ainsi à sa première existence, le rendant sans doute quelque peu peiné rien que d'y penser avant de laisser place très rapidement à son positivisme naturel qui se disait qu'au moins ça avait été une sacrée expérience, ne devant jamais trop regretter d'avoir pu faire un sacrifice dans le passé car il l'avait fait pour le bien commun. Tandis que pour en revenir justement à cette ancienne apparence le noir de son plumage, se trouvant principalement sur l'arrière des ailes et au niveau de l'arrière pour l'aider à se diriger, ceci était pour Taran une référence directe aux nuages sombres des orages qu'il contrôlait de ce fait. De même, de façon très générale lorsqu'on regardait assez bien, tout son plumage se faisait de façon assez hirsute comme s'il avait pris le courant électrique alors que dans le fond c'était lui qui le dirigeait. Et il pensait en cet instant que ceci aurait été cool de pouvoir montrer à Chléofée cette véritable apparence, pouvoir ainsi la faire voler au-dessus des cieux dont il était en quelque sorte partiellement roi, sauf que malheureusement ceci était juste impossible et que tout ce qui lui restait de sa vie d'avant c'était son contrôle de tout ce qui était relatif aux orages – mieux que rien et il adorait ça. En tout cas, la jeune femme lui confirmait déjà ce qu'il savait quant à ce qu'elle apportait aux animaux à savoir de la douceur et de l'amour, ce qui ne faisait que lui faire un peu plus plaisir encore que de constater que son instinct avait vu juste mais surtout qu'il y avait ici un petit refuge où toutes les créatures se trouvaient ainsi être bienvenue. Hochant vivement la peine, passant d'un pied à l'autre dans une certaine nervosité, Taran cherchait toujours à se tempérer pourtant même si c'était en l’occurrence un exercice peu évident.

« Ooooh j'vois ! Mais t'sais j'pense que s'ils restent c'est parce qu'ils te font grave confiance et ça c'est pas rien ! Ça veut trop dire que t'es une personne en or avec eux et donc quelqu'un à connaître, trop content que t'sois ma pote du coup, CQFD ! »

De voir enfin un sourire sur le visage si apathique de Chléofée tout d'un coup ce fut comme une belle récompense, riant quelque peu de la voir ainsi faire tant le spectacle lui paraissait rare en réalité, voyant encore plus qu'elle aimait profondément ce qu'elle faisait ainsi avec les animaux alors qu'il ne fallait que peu de temps à Taran pour qu'il veuille bien la suivre à l'intérieur de ce qui était ainsi la maison de la jeune femme sans se poser la moindre question. Rien ne lui garantissait qu'elle ne faisait pas tout ceci pour le piéger même si ce n'était clairement pas le cas, il y avait trop de bonté en elle et son instinct se trouvait être bien trop catégorique à ce sujet-ci justement, néanmoins ceci montrait avant toute chose avec quelle naïveté candide il pouvait se mettre à suivre n'importe qui du moment qu'on lui ouvrait une porte tant il pouvait se montrer heureux qu'on puisse l'inviter quelque part – un si grand signe d'amitié de son point de vue même si c'était plus de l'intrusion en y regardant de plus près. Taran avait cette capacité, aussi bonne que mauvaise en fait selon la situation dans laquelle il se mettait, de beaucoup faire confiance à n'importe qui dès l’instant où il lui parlait. Voulant toujours se lier aux autres sans pour autant que ceci puisse être réciproque, cherchant constamment à avoir une bonne entente avec n’importe qui pouvant bien croiser sa route, il était vrai de dire que quelque part il forçait les situations alors qu’il ne se faisait pas prier pour entrer ainsi dans cette demeure qu’il observait comme un enfant qui découvre un lieu pour la première fois. En y regardant de plus près il ne supportait pas la solitude, il avait besoin de bruits et surtout de vie dans son sillage sinon rien n’allait, alors qu’il était en train de faire comme chez lui en s’installant sur une des chaises de la cuisine tout en prenant sans doute un peu trop son aise chez Chléofée sans en être pour sa part dérangé le moins du monde. Les règles de bonne conduite et de bonne tenue ce n’était pas réellement son fort, Taran était plus du genre naturel et à dire tout ce qui pouvait bien lui passer par la tête même si c’était une idiotie de premier ordre, et qui ne se souciait pas vraiment de ce que les autres pouvaient penser de lui et de son attitude puisque dans son état d’esprit il était clair que de toute façon on ne jugeait jamais un ami – et comme tout le monde l’état selon lui tout était ainsi réglé.

« J'suis coach de vie ! J'aide l'gens à reprendre un chemin beaucoup plus cool, d'faire en sorte d'apprendre à s'amuser aussi du coup, et surtout leur influer des bonnes ondes pour qu'ils soient heureux. C'est tellemeeeeent important d'être heureux ! »

En disant ceci Taran avait un grand sourire, tout en écartant les bras en l’air comme pour donner du crédit à ce qu’il était en train de dire, à son sens il était vrai qu’il n’y avait rien de plus important que de trouver le bonheur où toute chose qui pouvait bien l’apporter. Que ce soit aussi bien l’amour que l’amitié, des proches ou bien des animaux, et même des activités ou toute autre chose de toute façon du moment que ceci ne faisait aucunement mal à autrui. Et voir les autres allait bien ne faisait que ravir le jeune homme, voir que tout allait bien était sûrement plus efficace comme moyen de retrouver de l’énergie que de se faire percuter par un éclair – en réalité non mais qu’importe il voulait y croire, ce qui l’avait conforté un peu plus dans son choix de carrière et qui dans un sens faisait écho à son existence passée. Son rôle avait été de gérer tout un groupe d’individus du mieux qu’il pouvait, avec des convictions qui lui étaient propres et une mentalité bien particulière où le credo le plus important était ainsi de pouvoir suivre son instinct tout simplement, de faire en sorte de leur inculquer certaines valeurs bien particulières et ceci était ainsi valide vis-à-vis d'autres par la même occasion. Avoir ce travail de coach de vie c’était ainsi une continuité logique ici en réalité, dans le fond Taran faisait globalement les mêmes actions même si les enjeux et les proportions se trouvaient parfois bien plus importantes de ce qu’il avait pu connaître néanmoins il savait qu’il pouvait compter sur ses deux précieuses amies les plus proches pour l’aider en cas de pépin, et d’autant plus qu’il ne se voyait pas de toute façon s’engouffrer dans un job cadré ou qui nécessitait des longues études. Il avait au contraire des libertés de mouvements comme nulle part ailleurs, il avait la possibilité ainsi de faire selon son point de vue et selon des méthodes qui lui tenaient à cœur, et il était sincèrement heureux de voir que tout ceci fonctionnait. Pour l’heure Taran était cependant plus occupé à venir goûter la nourriture qu’on lui présentait, sans même chercher à savoir ce que c’était et surtout ce qu’il pouvait contenir, mâchant et avalant le tout comme s’il n’avait pas mangé depuis des jours mais quelque part cette épreuve de regagner de l’énergie via le courant naturel électrique lui avait mis les talons dans l’estomac.

« C'est trop bon ton truc ! Mais c'est qui Oh-Baba ? Moi j'connais juste le Houba Houba du Marsupilami genre t'vois ? C'est quelqu'un qui vit avec toi ? Moi aussi j'vis en coloc et c'est le meilleur truc au monde ! »


Pendant des heures il aurait pu raconter tout et n’importe quoi, peut-être même plus que n’importe quoi en fait en y regardant de plus près, tout de même surprit dans un sens de voir que Chléofée parlait d’une personne qu’il ne voyait pas – du moins c’est ce qu’il était en train de penser jusqu’à preuve du contraire. Continuant à manger ce qu’on avait pu lui offrir, tout en regardant toujours ce qui pouvait l’entourer vu que de toute évidence c’était la première fois qu’il venait ici, il restait tout de même bien curieux de savoir comment était le lieu de vie de ce qui était ainsi sa nouvelle amie qu’il venait de se faire. Jusqu’à ce que tout d’un coup un gros craquement sonore se fasse entendre à l’extérieur, l’éclairage vif qui venait de se faire à l’extérieur ne trompait nullement sur ce qui était en train de se dérouler, l’orage était en train de battre son plein avec que de la grêle se mettait aussi à tomber et qui était visible à travers les fenêtres alors que tout venait si sombre par la suite. Le temps extérieur prenait presque des airs d’Apocalypse en si peu de temps, pouvant voir à quel point les éléments extérieurs étaient en train de se déchaîner et que de toute évidence ceci ne faisait pas semblant du tout, Taran voyant ainsi en sachant que quelque part il ne pourrait pas y faire grand-chose vu que l’élément était naturel ou alors qu’il devrait beaucoup se concentrer pour faire en sorte de taire tout ceci. Dans un sens il était assez fautif parce qu’il était de ce fait un véritable aimant des éclairs, c’était comme si le mauvais temps l’avait suivi et qu’il était un phare en pleine tempête en train de montrer sa position, se levant de sa chaise pour approcher de la fenêtre où tout était en train de partir sérieusement en cacahuète dehors et les forçant ainsi à rester à l’intérieur pour être en sécurité. Se grattant un peu la joue, ne sachant pas trop ce qu’il pourrait bien faire, il ne quittait pas des yeux le déferlement de puissance électrique à l’extérieur.

« Oh... On dirait que l'orage est pas trop prêt à s'calmer là d'coup, ça craint un peu parce que j'espère qu'il va pas te faire des dégâts sérieusement. »

Parce que l’orage pouvait provoquer bien des choses, souvent des destructions et des choses assez négatives malheureusement, et il ne voulait pas que Chléofée puisse être blessée.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
N. Chléofée Leeward

avatar
En réalité, je suis
Nausicaä
☂ Conte : Nausicaä de la Vallée du Vent

☂ Emploi : Etudiante pour devenir Hydrogéologue (possède un jardin dans son propre jardin)
☂ Avatar : Saoirse Ronan
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   Jeu 14 Sep - 23:51



Coup de foudre à Storybrooke × ft. Taran & Chléofée

Chléofée était de plus en plus intéressée parce qu'était en train de lui dire Taran, elle n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi excité que lui. Surtout qu'elle était justement quelqu'un de très calme et réfléchit. Mais il était intéressant, très intéressant. Parce qu'il connaissait des créatures qui avaient des formes différentes, comme elle et les créatures qu'elle avait sauvé de la folie humaine.

Les Pokémons ? C'est quoi des pokémons ? Chez nous on a des insectes qui ont muté si on veut. Disont qu'ici ils sont minuscule à côté de ce que j'avais chez moi. Mais ils n'étaient pas méchants, ils n'aimaient juste pas les humains à cause de ce qu'ils leur faisaient jour et nuit. Vos Po … Pokémons sont proches des humains ? Et vous avez dû être très beau sous votre forme d'oiseau et ça doit tellement vous manquer de ne pas voler à votre guise.

Puis il se remit à parler et Chléofée se mit à perdre le nord, il y avait vraiment des mots qu'elle ne comprenait pas. Est-ce que c'était parce qu'elle n'était pas tellement proche des jeunes d'aujourd'hui ou parce qu'elle avait toujours fait attention à se qu'elle disait ? Elle ne savait pas, elle parlait seulement comme elle avait toujours appris à le faire. Elle utiliser toujours les bons mots et faisait son possible pour toujours dire la vérité et être franche. Mais elle était aussi très gentille et n'aimait pas faire souffrir les gens simplement pour le faire. Alors quand il s'agissait de dire quelque chose de méchant, elle y allait avec des pincettes. Ou alors elle ne disait rien et attendait un peu que la pression descende pour parler.

Pardon CQFD ? Qu'est-ce que ça veut dire ?

Chléofée avait beau chercher dans tout le vocabulaire qu'elle avait rien à faire, elle ne savait pas du tout ce que ça voulait dire. Puis il lui dit ce qu'il faisait dans la vie et elle trouva que c'était exactement le genre de travail qui irait à une personne comme lui. Le genre de travail que soit on aime soit on déteste. La jeune femme ne savait pas trop si elle apprécierait de travailler comme ça, de toujours devoir donner de soi-même pour que les autres soient heureux. Elle n'était pas vraiment du genre à faire ça, mais plutôt à amener la paix entre une espèce et une autre ou alors plutôt entre les humains et les créatures qui les entouraient. Elle était comme ça, elle n'aimait pas qu'on s'attaque à des personnes ou des créature à cause des « on dit » et encore moins à cause de leur apparence. Elle avait souvent vu des personnes avec un beau visage faire plus de dégât qu'un insecte que personne n'aime. D'ailleurs elle se souvenait encore des rêves qu'elle faisait, ceux où elle protégeait un Omu de son peuple parce que celui-ci était différent et peut-être un peu gros et flippant. Jamais elle n'arriverait à blesser une personne intentionnellement. Où alors seulement dans un combat, comme avec Tak par exemple où là, elle savait qu'elle n'avait pas le choix si elle voulait pas être blesser elle aussi.

Les personnes qui suivent vos cours doivent vraiment être enjoué en sortant de votre cours ou alors très fatiguer. Ça vous déprime pas de voir arriver des personnes déprimés eux-même et au bout du rouleau et de devoir tout faire pour les rendre heureux? Vous n'êtes pas fatigué à la fin ?

La brune avait un petit soucis avec ça, rendre les gens heureux n'était pas vraiment son fort, en faite ça ne l'était pas du tout. En faite elle n'arrivait tout simplement pas à faire sourire les autres. Elle savait leur parler quand ils avaient du chagrin, tout faire pour leur changer les idées, mais c'était tout. Quand il s'agissait de faire sourire quelqu'un, il n'y avait plus personne. Mais Nau' était patiente alors entendre une personne parler et l'écouter jusqu'à la fin était totalement dans ses cordes. C'était justement pour ça qu'elle continuait de rester assise et de parler avec Taran. Parce qu'il était intéressant et aussi parce qu'elle savait qu'elle allait avoir une bonne discussion sur beaucoup de choses différents. Ça la changera des combats et des cours.

Oh-Baba est ce qui se rapproche le plus de ma gouvernante, elle a toujours été avec moi et aujourd'hui elle est aveugles, mais elle a un sixième sens qui lui permet beaucoup de choses. Et non je viens toute seule ici, avec les personnes de mon village qui travaille déjà pour ma famille ou avec ma famille qui habite aussi ici. Mais j'ai toujours de personnes qui viennent dans cette endroit, des gens de passage, mais ils peuvent rester autant de temps qu'ils le souhaitent tant qu'ils respectent les règles et la seule qui est vraiment importante c'est celle concernant le jardin. Mais j'ai rarement eu des problèmes.

Mais des bruits retentirent, des éclaires, des craquements. La jeune femme ne sembla pourtant pas bougé ni avoir peur. Elle se leva à son tour et rangea les choses qu'elle avait sortit du plateau pour ne pas donner trop de travail aux gens qui travaillaient pour elle. Puis elle s'approcha de l'homme qui semblait assez préoccupé. Alors elle regarda la forêt, les arbres qui semblaient étonnement proche, les animaux qui s'étaient mis à l'abri soit dans la grange soit dans la forêt. Puis elle regarda sa serre et sourit. Un sourire doux et aimant. Elle aimait les animaux et ses plantes et plus que tout elle aimait la nature elle-même et s'il devait arriver quelque chose alors ça arriverait.

Je n'ai pas peur de quelques casses et puis tant que les animaux sont à l'abri et mes amis aussi je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de problématique et s'il y a vraiment un problème, je pense que j'aurais de l'aide des arbres.

Elle fit un tour d'horizon et tourna le dos à la fenêtre.

Vous connaissez beaucoup de personnes avec des pouvoirs similaires aux votres ?
(c) crackle bones


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

      ❀ Hum ... What is that?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t756-en-cours-tel-un
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup de foudre à Storybrooke | N. Chléofée Leeward
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Les Alentours-