Partagez | 
 

 {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 2:25

Roselina Emily De Gloucester

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Je me présente, je me nomme Roselina Emily De Gloucester! Je suis né(e) le 21 Mars 1855 dans le comté de Gloucester dans l'Angleterre Victorienne du monde parallèle. Vous l'avez bien compris j'ai donc pas moins de 161 ans et pas une ride sur mon visage! Pour les intéressées je suis maudite célibataire Pour pas qu'il n'y ai pas de mal entendu je suis hétérosexuelle mais à vrai dire maintenant je prends celui qui arrive! Avant d'aller plus loin je dois vous prévenir, dans le monde Réel on me connait sous le nom de La Mariée Cadavérique ou la Défunte Mariée du conte des Noces Funèbres du génie Tim Burton inspiré lui même de la légende de La Mariée Morte ! De Morte dans la forêt enchanté je suis passé(e) à Vivante Professeur de Piano/ Musique au Lycée et Concertiste professionnelle à Storybrooke. Et pour finir, on me confonds souvent avec Holland Roden.. Je fais aussi partie du groupe des selfish.

Anecdotes
Adore les couleurs bleues et rouges ♦️ Son animal préféré est le jaguar ♦️ Adore l'odeur du cyprès et du sapin ♦️ Aime manger épicé ♦️ N'aime pas trop les perce neige ♦️ Adore faire des randonnées en forêt ♦️ Apprécie le patin à glace et les endroits frais ♦️

Caractère



L'esprit d'indépendance est le fer de lance d'Emily. Elle est volontairement l'antithèse de la femme "bonne fille" que chérissent tant d'hommes, ainsi que l'époque dans laquelle elle est née. Effectivement, que ce soit ses parents, où même le contexte socio-culturel, elle a toujours refusé de se soumettre à ses règles qu'elle trouvait stupide et ne parlons pas du mariage forcé. Mais sans doute cela est du au fait qu'elle ne sait pas s'arrêter, aussi rapide qu'une tornade emportant tout sur son passage. Elle court, elle court toujours sans vouloir jamais s'arrêter pour reprendre son souffle. L'art de la détente est pour elle le plus difficile à apprendre. Il est clair que dans ces conditions elle s'épuise rapidement. Elle fait partie de ces gens qui sont souvent fatigués, qui se plaignent toujours de douleurs et de courbatures, mais qui ne peuvent jamais se décider à s'accorder un peu de repos. De plus, elle est de ces personnes qui préfèrent agir avant de réfléchir, et se faisant, elle tombe dans des situations souvent incongrues. Emily accepte  ainsi aisément l'opinion du premier venu. Une fois son choix fait, elle s'y cramponne coûte que coûte, même si le temps la convainc de son erreur. Elle devrait pourtant savoir comme disait Saint Augustin, que "se tromper est humain, persévérer dans l'erreur est diabolique".

Emily est capable de faire preuve d'une grande générosité. Toutes les grandes causes l'attirent, car elles lui donnent l'occasion de se déployer, de se dévouer et de se réaliser elle-même. Son esprit "chevaleresque" se manifeste chaque fois que les circonstances le permettent. Il faut aussi mentionner son honnêteté à toute épreuve. Elle ne transige pas sur les grands principes moraux qu'elle a acceptés. Disons en d'autres termes qu'elle est fidèle à son fonds de moralité. L'opportunisme ne fait pas partie de son comportement.

Cependant malgré ces belles qualités, Emily a aussi des défauts. L'amour-propre par exemple, et son égocentrisme surdimensionné. Ce trait ne fait que se renforcer au fil des années. Grâce à son magnétisme, à son enthousiasme et à son dynamisme, Emily commande l'admiration et peut-être aussi le respect de ceux qui la connaissent. Éblouis par ses performances, les gens ont tendance à l'estimer et à l'apprécier plus qu'elle ne le mérite. Et, tout naturellement, elle se croit la plus forte et se permet de refuser les conseils des personnes les mieux intentionnées. Elle parvient difficilement à respecter ceux qui lui sont supérieurs en compétence ou en hiérarchie. Elle tient en mépris tout ce qui a trait à l'ordre ou à la contrainte. De plus, même si elle a effectivement un grand esprit chevaleresque, ce n'est en réalité que pour faire gonfler son immense égo' et obtenir de la satisfaction personnelle. Emily est égoïste, foncièrement égoïste. Ses intérêts, envies, tout ce qui pourrait être bénéfique passent avant tout le monde. Certes elle aidera ses amis, mais jamais elle ne se sacrifiera pas eux. Bien sur, elle sera là pour eux en cas de soucis, mais si quelque chose sera un malus pour elle, vous pourrez lui dire aurevoir. Ah l'aristocratie ....

Niveau Amour, Emily est assez difficile. Elle peut facilement avoir des aventures sentimentales grâce à son magnétisme et à son dynamisme mais ces aventures finissent souvent en queue de poisson, car peu d'hommes ont assez de cran pour supporter son indépendance ou elle décide elle même qu'ils ne sont pas à sa hauteur, les jetant comme de vulgaires chaussettes. Mais sous ses airs de dominatrice, Emily cache en réalité une fragilité qui risque de la briser à tout moment. Pendant la malédiction, elle est persuadée qu'elle trouvera l'homme de ses rêves, mais elle a peur que ce rêve l'a prive de sa liberté chérie.

Sinon, une autre des caractéristiques d'Emily, qui l'a sans doute rapproché aussi de Valentina est sa proprention à attirer les ennuis. Ils viennent à elle comme des papillons à une lumière. Mais au fond, elle l'apprécie, trouvant ça même drôle, avec des années de recul.



crackle bones




Derrière l'écran
 Rodéo  Rodéo  Rodéo  Rodéo  licorne
crackle bones


Dernière édition par Roselina E. De Gloucester le Lun 8 Aoû - 0:21, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 2:25

La mort n'est que le commencement d'une autre histoire

Une petite citation ici



Avant la malédiction


Hey ! Give me a listen you corpses of cheer Leastles of you who still got an ear I'll tell you a story make a skeleton cry Of our own jubiliciously lovely corpse bride ♫ Well our girl is a beauty known for miles around when a mysterious stranger came into town He's plenty good lookin', but down on his cash and our poor little baby, she fell hard and fast. When her daddy said no, she just couldn't cope So our lovers came up with a plan to elope ♫♫

Elle regardait avec une certaine appréhension le chanteur de saoul commençait à raconter son histoire. Elle était habituée bien sûr, depuis le temps maintenant qu’on avait fait une chanson sur elle, mais aujourd’hui c’était différent, c’était à son mari qu’on l’a chanté, son histoire tragique. De plus, elle aimait beaucoup le pianiste qui avait composé cet air entrainant, parfois ils se faisaient un quatre mains pour mettre l’ambiance dans le bar. Jetant rapidement un coup d’œil à Victor, elle se reconcentra sur les paroles. Quand les avaient déjà t’il écris ? Quelques jours après son arrivée, alors qu’elle était dévastée, le cœur brisé et inconsolable. C’était pour l’à faire rire, pour l’à faire sourire et pour expliquer à celui qui l’a délivré de cette malédiction de quoi il en retournait. Mais au fil du temps, au fil des personnes arrivant dans le royaume des morts et qui n’étaient pas les bonnes, Emily s’était lassée de cette chanson, venant parfois même à l’à détester alors qu’elle adorait pourtant les personnes. Or dans ces périodes de toutes, auxquelles elle était confrontée plus régulièrement que l’on ne pouvait y penser, elle avait juste du mal à accepter son histoire si tragique …

Elle se souvenait de tout, comme si cette partie de sa vie c’était passée hier. Sa vie, elle avait tellement été gâtée et choyée, n’ayant jamais connu le malheur. Elle avait eu la chance de naître avec une cuillère en or dans la bouche, faisant partie de l’une des familles les plus riches voir la plus riche du comté de Gloucester, dont elle portait même le nom. Les servantes, les pièces immenses, les cours par un précepteur, la danse, la musique, le piano. Oui elle avait eu une vie certes courte, mais tellement riche et pas que matériellement. Pour l’époque, c’était rare qu’une jeune femme se cultive autant, mais sa mère avait tenu à mettre un point d’honneur à son éducation, avant le mariage qu’ils auraient bien entendu choisi à sa place. Mais c’était ça le soucis, Emily ne voulait pas qu’on l’a force à quoi que ce soit, et encore moins dans le domaine de l’amour. Tous les romans qu’elle avait lu à l’eau de rose sur ça lui avait forgé une certaine idée sur ce sentiment. Il était hors de question qu’elle épouse un homme qu’elle n’aurait pas choisi elle-même. Malheureusement, le destin l’avait puni en quelques sortes de ne pas avoir écouté sa famille et elle s’en voulait profondément.

Elle rencontra Lord Barkis pendant une soirée organisé au chalet château et elle tomba immédiatement sous son charme. Après tout, elle n’avait jamais connu l’amour, et même si elle lisait beaucoup de livres elle ne savait pas le différencier d’autres sentiments. Ce qu’elle avait pris pour une amitié naissante, se transforma pour elle en amour, surtout que Barkis était tellement adorable avec elle. Les attentions qui lui faisait, la cour magnifique auquel elle avait eu droit, elle se sentait véritablement comme une princesse. Pour elle, s’était lui l’homme de sa vie, et Barkis rajoutait des couches pour qu’elle se sente heureuse, aimée et choyée comme elle l’avait toujours été. C’était sans tardé qu’elle l’avait décidé d’organiser une rencontre, pour qu’il demande officiellement la main à son père. Et elle déchanta comme un oiseau touché par un chasseur quand il lui dit non. Or ce non n’était pas un frein à l’amour qu’elle portait à Barkis, qui continuait ses attentions. Si tous les hommes étaient comme lui, la vie devait vraiment être belle. Ah belle Emily, jolie Emily, intelligente pourtant mais tellement naïve. Elle vivait dans un conte de fée et ne connaissait pas la rudesse du monde extérieur, mais elle allait l’apprendrait très vite, trop vite même…

So they conjured up a plan to meet late at night They told not a soul, kept the whole thing tight Now her mother's wedding dress fit like a glove You don't need much when you're really in love Except for a few things, or so I'm told . Like the family jewels and a sachel of gold ♫ Then next to the grave yard by the old oak tree. On a dark foggy night at a quarter to three She was ready to go, but where was he ….

Ce plan, ce maudit plan qui lui avait couté la vie. Oh comment elle le regrettait, alors qu’elle regardait penaude le reste de sa robe de mariée. Oui, ils avaient trouvé un plan, enfin Barkis lui avait envoyé une colombe avec un mot accroché dessus. Ils devaient se retrouver sous le grand chêne pas loin du cimetière, et un prête officierait leur union. Qu’elle fût heureuse, et même si ce n’était pas très légale, les liens du mariage l’uniraient avec son époux jusqu’à ce que la mort les sépare mais elle ne s’attendait pas réellement à ce que la mort soit sa demoiselle d’honneur. Elle avait pris une grande valise, ils devaient partir en Europe, voyager avant de se poser dans le fameux château de Lord Barkis. Qu’elle était sotte … et son attente qui l’avait fait réfléchir ne lui avait jamais dit ça. Et oui, Emily avait attendu des heures, sous le grand chêne, habillée comme une mariée fantomatique. Elle en avait profité pour faire une sorte de petit bilan dans sa vie, de peser les pour et les contre avec ce qu’elle faisait et de penser que c’était la meilleure solution. Les voyages, la liberté, avaient toujours étaient pour elle comme un rêve, alors que ses parents lui avaient tracé sa vie sans la moindre possibilité de s’en échapper …

She waited … And then ? There in the shadows, was it the man ? Het little heart beat so loud And then ? And then baby, everything went black ♫ Now when she opened her eyes she was dead as dust Her jewels were missin' and her heart was bust So she made a vow lyin' under that tree That she'd wait for her true love to come set her free ♫

Au bout de quelques heures, elle avait commencé à émettre des doutes, alors qu’elle parlait sans attendre de réponse particulière à cette araignée violoniste. Et si, il ne venait pas ? Non, il l’aimait, c’était sûr, il ne lui ferait pas une chose pareille. Alors qu’elle regardait la lune, rêvant de ses nombreuses aventures, elle sentit qu’on l’observait dans le noir. Oh oui, elle se souvenait parfaitement de cette sensation d’être épié, et ce souffle lent, mais sifflant, qui l’a hanté encore maintenant. Elle s’était levée d’un bond, se mettant sur la défensive où cas où. Mais de quoi ? Elle n’avait rien, et même si sa mère lui avait expliqué comment utiliser les aiguilles à cheveux qu’elle utilisait pour ses chignons, et que son grand père, vétéran de la guerre lui avait montré deux trois techniques à l’épée, elle était aujourd’hui sans défense, totalement vulnérable. Puis l’ombre maléfique c’était approché et elle l’avait reconnu, se détendant immédiatement. C’était lui, son amour qui venait l’a cherché, il n’y avait rien à craindre … Elle s’était jetée dans la gueule du loup pour l’embrasser et d’un coup, une violente douleur lui transperça le côté gauche. C’était tellement fort, tellement intense qu’elle sombra immédiatement dans l’inconscient alors que le rire de son futur époux sonnait son glas. Elle porta instinctivement la main à sa blessure mortelle, visible encore aujourd’hui. Oui, elle s’était réveillée tellement déboussolé, avec une douleur atroce au niveau du cœur, pensa que Barkis viendrait la chercher. Heureusement que Miss Plum était là pour tout lui expliquer, pour lui faire comprendre que c’était fini, tout était fini. Elle pleura, par un étrange mystère, signe d’une malédiction qui ne l’a laissé jamais en paix. Par ses erreurs, son comportement, sa non réflexion, elle s’était maudite et seul son véritable amour pourrait l’en délivrer, chose à laquelle elle ne crut pas de suite, devant se faire à sa nouvelle condition.

Cherchant Victor du regard, elle était persuadée que c’était lui, son fameux véritable amour. Depuis qu’il avait prononcé les serments, elle se sentait différente, plus légère. « J’ai l’impression qu’il n’a pas tellement apprécié la petite sauterie » Tapant contre son oreille, un ver en sortit tout en rouspétant. « Non, il a dû aller prendre l’air. » « C’est sûr qu’ici, nous en avons particulièrement besoin. » Ouh qu’est ce qu’il était en train de l’énerver. N’écoutant plus ce qui se rapprochait le plus de meilleur ami, elle sorti donc du bar pour le chercher dans la ville. Elle pouvait comprendre son choc, mais encore un fois Emily était aveuglée par l’amour qu’elle portait à Victor. Cœur d’artichaut ? Non, juste très sentimentale, et surtout morte, Emy ne rêvait que de pouvoir être en paix et il semblait qu’elle commençait à en avoir les effets. Passant à côté de la statue de la place. « Tu as choisis un petit ami qui ne tient vraiment pas en place. » « Arrête, c’est mon mari, pas petit ami. » . Elle regarda joyeusement la belle bague qu’il lui avait passé quelques heures auparavant, avant que son œil saute littéralement de son orbite. « Ne me remercie pas, je vais ouvrir l’œil pour toi. » Ne faisait même plus attention à ça depuis des années, elle appela continuellement Victor avant que Maggot ne lui indique la direction dans laquelle il était parti. Il voulait sans doute visiter la ville, repérer les lieux et peut être même lui faire une surprise.

Tranquillement Emily arriva au niveau du promontoire, et c’est là qu’elle l’aperçut, en train d’escalader la falaise. Elle ne put s’empêcher de rigoler, pensant qu’elle avait trouvé quelqu’un d’encore plus naïf qu’elle. « Il y a l’escalier grand bêta. » Elle l’aida alors à passer au-dessus de la barrière avant de le laisser tomber sur le sol. « Cette vue est tellement magnifique qu’elle m’en coupe le souffle, enfin si j’en avais un ». Le vieux sage lui avait expliqué quelques règles concernant l’Underworld, notamment qu’il était découpé en plusieurs quartiers, et qu’ils avaient la chance déjà d’être très excentrés, et surtout la particularité d’avoir reproduit le monde des vivants ici. Alors même si elle était morte, elle ne brûlait pas en enfer, mais vivait une sorte de vie parallèle, comme si elle respirait encore. « Notre quartier est tellement beau et joyeux comparé aux autres. » Effectivement, il y avait des dizaines de maisons qui s’étendait à perte de vue, des musiques et des chants qui résonnaient et des couleurs très vives qui contrastaient tellement avec la réalité Victorienne. « J’aime cet endroit, il est terriblement romantique. » Allant s’assoir sur un banc, elle invita son mari à faire de même. Elle avait tant de questions à lui poser, de la plus futile à la plus utile. « Je suis navré de ce qui vous est arrivé, j’aimerais beaucoup vous aider, mais je dois rentrer chez moi. » « Mais c’est ici chez vous maintenant. » Elle avait répondu du tac au tac, ne pensant même pas au fait qu’il était encore vivant, une notion trop abstraite pour la morte qu’elle était devenue il y a des années de ça.

« Je ne connais pas votre nom alors … » « Et bien, quelle drôle de façon de commencer un mariage … tu as le don pour les choisir .. » Cette voix qui résonnait d’outre-tombe, ou plutôt qui sortait de la tête de la jeune femme augmenta encore plus le malaise, alors qu’elle se bouchait les oreilles pour que Maggot ne parle plus. « Je m’appelle Emily ». Il répétait son prénom entre ses lèvres, pensif et elle ne pouvait se détacher de cette vision. Si avec Barkis elle avait eu aussi un coup de foudre, de son premier amour, avec Victor les sensations étaient amplifiés. Elle était hypnotisée pour le mouvement de ses lèvres, de sa mâchoire, de ses yeux et elle pouvait sentir son cœur battre. Non c’était impossible, il était pourtant brisé. « Tu n’oublies pas quelque chose ? » Heureusement que Maggot l’a sorti de ses pensées et son visage s’illumina. « J'ai quelque chose pour vous. » Sortant la boîte de sous le banc, elle lui tendit un peu gêné. « C’est un cadeau de mariage ». Elle avait recueilli Scrabs le jour de sa mort, alors qu’elle cueillait des bleuets et elle s’était jurée que son mari adopterait Scrabs comme son propre chien. Elle était nerveuse, alors que Victor ouvrait la boite. Et si finalement il n’aimait pas ? ou pire qu’il était allergique au chien ? Vu sa tête, il devait avoir un souci avec … Puis, sans prévenir, Victor cria le nom de Scrabs. « Oh oui, c’est le nom que je lui ai donné quand je l’ai trouvé. »  Emily tapa dans ses mains alors que Victor lui expliquait qu’en réalité Scrabs était son chien. Si ça, ce n’était pas une preuve qu’ils étaient fait pour être ensemble ..

Tout s’était passé tellement vite qu’au final Emily était déboussolée. Alors oui, elle affichait un sourire radieux, illuminant l’assemblée dans sa belle robe blanche de mariée qui avait été recousue mais intérieurement des milliers de questions se bousculaient. Oui, elle était heureuse que Victor ait décidé de lui-même de venir dans le royaume des morts en buvant le Vin des Temps mais quelque chose l’a chiffonné. Elle ne voulait pas gâcher la vie de son époux comme on lui avait fait et même s’il lui avait assuré que ça ne le dérangeait pas, qu’il avait hâte de passer sa mort avec elle, ce n’était pas ça qu’elle voulait. Mais pouvait-elle encore reculer alors qu’elle marchait dans l’allée de la petite église ? Non, ils avaient fait quelque chose de conte nature et si le très grand chef de l’underworld l’apprenait, ils risquaient tous de passer un mauvais quart d’heure mais c’était le vieux sage qui avait insisté pour le faire en haut. Emily l’aimait beaucoup, et c’était réciproque, un jour il lui avait dit qu’il l’a considéré comme sa propre fille. Sa décision était normale, il avait tout fait pour briser la malédiction qui l’entourait et maintenant … pouvait elle le décevoir ? La vie de Victor valait elle plus que ce que le vieux sage avait fait ? Souriant à ce dernier, elle s’approcha alors de son mari qui commença à réciter parfaitement ces vœux, encore mieux que sous ce vieux chêne. Mais c’est là, qu’elle aperçut l’autre jeune femme, celle pour qui Victor avait monté tout un mensonge et son cœur se brisa une nouvelle fois. Non décidément elle ne pouvait pas lui faire ça, leur faire ça. Elle posa alors sa main sur le verre mortel qu’il s’apprêtait à boire. « Je ne peux pas, je vole les rêves d’une autre. » Elle n’avait pourtant plus de souffle depuis une quinzaine d’années, mais elle avait l’impression d’étouffer. « Je vous aimes, c’est étrange, même pour une morte c’est comme ça, mais je ne peux pas … » Doucement ses mains quittèrent la peau chaude du visage de son aimé pour pointer dans une direction, celle où se trouvait Victoria. Elle l’appela alors, avant d’attraper sa main fermement et de l’a mettre dans celle de Victor. Les exclamations de la salle passaient sur elle comme de l’eau sur un ciré, car tout ce qui comptait était le bonheur qu’ils pourraient avoir ensemble. Au moins elle pourrait assister à un mariage sans meurtre …

Emily pensait que tout allait bien finir, même si sa propre fin devait être malheureuse mais une sensation de malaise l’a pris aux tripes. Une voix s’éleva dans l’Eglise, et elle remarqua que Victoria se crispa immédiatement. Elle-même ne se sentait pas très bien, alors que la blessure au niveau de son cœur lui faisait étrangement mal. Non ce n’était pas possible … et si c’était lui ? Plissant ses yeux, elle reconnut cette fossette qui l’avait pourtant fait craquer auparavant. « Vous .. » Comme le destin peut être étrange parfois … « C’est vous .. » Plus de doute, c’était bien Barkis, et alors qu’elle avait devant elle son assassin, une énorme envie de vengeance parcourra son corps. Emily était pourtant un être résolument pacifiste, mais là, c’était plus fort qu’elle. « Emily ? » Non, entendre son nom dans sa bouche sonnait comme une insulte, elle voulait le faire taire à jamais. « Mais … je … je vous ai laissée » « pour morte ».. Si les cris de l’assemblée il y a quelques minutes ne lui faisait ni chaud ni froid, ceux de surprise, et de colère lui donnaient une force et une envie meurtrière qu’elle n’avait jamais eu auparavant. Surtout qu’elle savait ce qu’il allait faire à la jeune femme qu’il avait dans les bras, et ça, c’était hors de question. Elle avança en même temps que Victor, qui en gentlmen parfait allait récupérer sa future femme. Miss Plum lui envoya alors une fourchette pour se défendre et elle, attrapa alors Victoria au vol quand Barkis se fit mordre la jambe par Scrabs. « Vous allez bien ? » Elle vérifia par pur instinct qu’elle ne fut pas blessée, on ne sait jamais, après tout il lui avait fallu un battement de cils pour sombrer de l’autre côté.

Le combat était rude, très déséquilibré et Emily sentait l’envie destructrice de Barkis, vu qu’elle avait la même. Elle bouillait intérieurement pour lui arracher la peau minute par minute, pour le faire souffrir mais elle ne pouvait pas, elle était chez les vivants, et de plus, elle se devait de protéger Victoria. Mais tout s’accéléra trop vite. Victor sorti de sous les bancs et se fit désarmer par ce monstre qui lui donna un coup de pied dans le thorax, lui coupant le souffle tout en lui faisait perdre l’équilibre. Non, non et non, ça ne devait pas se passer comme ça, et ça n’allait pas se passer comme ça. Alors que Barkis allait porter le coup fatal, levant son sabre, elle se jeta devant Victor pour le protéger de son corps. La lame s’enfonça dans la plaie que cet homme lui avait infligé quinze ans auparavant. Même si ces nerfs n’étaient plus reliés, qu’elle n’avait plus de peau, elle avait mal, une douleur atroce. Elle retira elle-même la lame, et la pointa directement sous le coup de Barkis. « Partez … partez immédiatement… » Emily n’était plus la magnifique mariée, certes morte, mais gentille et douce jeune femme de l’aristocratie. Non, elle était le pire cauchemar de ce Lord assassin, qui serait hanté par la vision démoniaque de cette femme qui alimenterait les légendes sur son cas. « Mais avant, je veux porter un toast, à Emily, la demoiselle d’honneur qui le restera à jamais … » S’en était trop, elle ne pouvait en supporter plus, elle s’approcha doucement comme un prédateur, alors qu’elle visait le cœur, elle s’apprêtait à enfin apaiser le feu dans son corps qui lui disait de le faire souffrir, de le tuer quand une voix résonna dans sa tête. Un simple non d’une infinie douceur lui coupa tout envie de faire du mal. Puis Barkis en profita encore pour l’insulter. Il n’en avait pas eu assez de l’a tuer, il devait lui rappeler qu’elle était condamnée pour l’éternité à vivre avec le poids de sa malédiction. Les effets qu’elle avait ressenti avec la présence de Victor s’était estompé depuis longtemps, remplacé par la haine et la souffrance. « Dites-moi ma chère, un cœur peut-il se briser une fois qu’il a cessé de battre ? » Cette phrase fut comme un second coup de poignard et si un curieux tendait l’oreille, il aurait entendu le cœur de la jeune femme se briser en milliers de petits morceaux. S’il n’y avait personne, elle se serait effondrée sur le sol, pour pleurer, pour s’arracher les yeux, ses membres, se dépecer pour faire partir la douleur mais non. Emily avait été élevée dans l’aristocratie, alors elle se tint droite, masquant sa peine mais regardant attentivement les gestes de cet affreux personnage. Il ne savait pas ce qu’il buvait à grande gorgée et un sourire sadique apparut sur ces lèvres. Son étouffement et ses cris de douleurs résonnèrent à ses oreilles comme une douce mélodie et elle serait ravie de participer à la petite sauterie de bienvenue.

Se retournant vers Victor, son regard l’apaisa immédiatement et elle sut qu’elle n’avait plus rien à faire ici. Oui, elle savait qu’il était son véritable amour, qu’il l’avait délivré de sa malédiction, mais elle ne pouvait pas l’empêcher de vivre sa vie, de gâcher l’amour qu’il portait à Victoria, ça serait trop égoïste. Elle commença à s’éloigner pour laisser le couple en paix quand elle entendit la voix si sensuelle de Victor. « J’ai fait une promesse », « et vous l’avez tenu, vous m’avez libéré. » Regardant sa bague pendant quelques instants, elle l’enleva avant de la mettre dans sa main, et de l’a refermé dessus. « Je fais de même pour vous. » Dire qu’elle était apaisée serait un bien grand mot, mais la douleur qui l’avait fracassé pendant des années c’était envolée comme par magie et elle se sentait mieux. « Prenez soin de lui. » Sa voix était posée mais son message était clair comme de l’eau de roche. Si par malheur, il arrivait quelque chose à Victor, elle viendrait hantée Victoria pour le restant de ses jours. Sortant de l’Eglise, elle ferma les yeux, tranquillisée pensant retourner dans le royaume des morts, mais la même petite voix apaisante résonna encore une fois dans son esprit, l’appelant à les rejoindre ce qu’elle accepta avec joie.


Quand elle ouvrit les yeux, elle savait d’instinct qu’elle n’était pas retournée dans son lieu d’origine. Cependant, elle était toujours morte, dans le même état de quand elle avait quitté l’église et laissé Victor vivre sa vie. Regardant autour, elle était vraiment perdue, mais la petite voix qu’elle avait entendu quelques minutes auparavant l’appela à nouveau. Se retournant, elle tomba face à une jeune femme avec d’immenses ailes. Ses yeux se mirent à pétiller, elle avait enfin trouvé le paradis. « Bonjour Madame l’Ange, Merci de m’accueillir au Paradis. » Oui, c’est ce qu’elle croyait sincèrement, car après tout, elle n’était plus une âme tourmentée, et elle avait toujours pensé qu’un endroit aussi pur existait. Le rire cristallin de l’ange l’a dérangea un peu, avait-elle dit quelque chose qui ne fallait pas ? Non pourtant elle avait été polie, aimable, souriant en espérant ne pas lui faire peur. Même si les anges connaissaient les morts qui vivaient sous la terre, ils ne devaient certainement pas en côtoyer tous les jours. Emily appuya rapidement sur son œil pour vérifier qu’il n’était pas sorti, et cacha comme elle le pouvait ses membres dont la chair était partie. Puis elle écouta les explications et compris rapidement le pourquoi du comment. La personne devant elle n’était pas un ange à proprement parlé, mais Emy l’a considéré comme telle. L’ange de l’amour, qui régnait sur ce royaume nommé Valentine’s Town. Si elle pensait que le Paradis pouvait exister, elle n’aurait jamais imaginé un lieu comme celui-là. Elle visita la ville accompagnée Valentina et elle rayonnait de bonheur, ce qui n’était pas arrivée depuis le jour de sa mort. « C’est vraiment magnifique, je ne vous remercierais jamais assez pour ce que vous venez de faire. » Elle ne savait pas réellement comment cela était possible et en réalité elle s’en fichait un petit peu. Certes elle était toujours morte, un état de fait mais elle se trouvait dans un lieu de paix, où l’amour régnait en Maître. « C’est normal, après ce que tu as vécu, je me devais de t’amener parmi nous. Tu as sacrifié ta vie pour celui que tu aimais, et maintenant tu as sacrifié l’amour que tu portes en toi pour que ton amour véritable puisse en aimer une autre. Quoi de plus beau que ça ? » C’est sûr que de ce point de vue, Emily avait sacrifié beaucoup de chose pour ce fameux sentiment qu’elle trouvait noble. Alors une récompense était la bienvenue, surtout si elle incluait le repos éternel.

Le temps passa et Emily se faisait à son nouveau foyer. Elle avait noué une relation quasi fraternelle avec la reine de la St Valentin. Peut-être à cause du fait qu’elle était l’une des rares à ne pas l’a considéré comme un cadavre ambulant ou même un zombie. D’accord elle était morte, d’accord parfois sa peau pendait un petit peu mais elle faisait tout pour que personne ne le remarque. Elle avait pu enfin changer d’habits, mettant sa robe de marié dans sa chambre pour passer inaperçu. Parce que son arrivée avait fait grand bruit, une morte au royaume de l’amour ça faisait un petit peu tâche, mais elle s’était pourtant faite discrète. Mais certains pensaient que son amitié avec la reine n’était pas sincère, qu’elle ne voulait bénéficier que de sa protection pour qu’elle ne retourne pas là-bas alors que c’était faux. C’était même le contraire. Emily avait toujours apprécié son quartier dans l’Underworld, et certaines personnes lui manquaient énormément comme Miss Plum, Maggot, Frieda et d’autres. L’ambiance était tellement festive, colorée et rebelle qu’elle n’avait pas le temps de s’ennuyer ou de penser qu’elle était morte. Bien sûr, ici aussi certaines personnes l’appréciaient, faisant outre de son état, comme Yseult où même la Reine Cléopâtre mais elles étaient bien rares. Jamais l’idée de dénoncer ce qu’on lui disait lui était venu à l’esprit, elle voyait bien que Valentina avait trop de travail pour s’occuper de ça, alors elle vaquait à ses occupations, aidant les angelots à la préparation de la fête du royaume.

Puis un jour, alors qu’elle lisait à côté de la fontaine de Chocolat, Emily vu arriver une Valentina surexcitée. Pourtant nous n’étions qu’en Juillet, et les préparatifs ne commençaient que dans quelques mois. Etonnée, la jeune femme avait alors demandé à son amie ce qui l’a rendu aussi joyeuse et pire qu’une pile électrique. Au début elle lui expliqua que c’était le soleil, l’amour et autres mais elle n’était pas dupe. Au final, elle lui avoua qu’elle avait soi-disant une surprise pour elle. Les yeux ronds comme des soucoupes, Emily avait posé son livre pour suivre Cupidon au pas de course. Personne ne lui faisait de surprise, et la dernière qu’elle avait eu … était responsable de sa mort. Mais là c’était différent, elle connaissait maintenant Valentina depuis des années et si elle lui disait qu’elle allait aimer, ça serait le cas. Parcourant les différentes rues, elle se rendit compte qu’elles se dirigeaient vers le château de la reine, là ou au début elle avait vécu. Elle essayait de lui poser toutes sortes de question mais l’autre ne disait rien, jusqu’à ce qu’elles rentrent enfin dans l’immense hall. Montant le grand escalier, elles arrivèrent devant un couloir et Valentina demanda ordonna qu’elle ferme les yeux. Obéissante mais réticente un peu, elle donna sa main à l’ange pour qu’elle l’a guide. Une porte s’ouvrit, puis quelqu’un cria. Elle aurait reconnu cette voix entre milles. « Victor. » Elle hurla elle aussi, alors que le jeune homme était en train d’enjamber la fenêtre. Forcément, connaissant la maladresse du jeune homme, il tomba mais malheureusement pas du bon côté de la pièce. Alors que Valentina se précipita à la fenêtre, Emily dévala les escaliers pour sortir à l’extérieur, ne comprenant pas ce que Victor faisait ici, mais surtout pour voir s’il n’était pas blessé. Heureusement il n’était tombé que du premier étage, mais quand elle le trouva, il se tenait le poignet, et il était totalement apeuré. Bizarrement, elle avait l’impression de revivre la première fois elle l’avait rencontré. « Oh mon dieu Victor…. » Il se recula le plus possible, se mettant dos au mur alors qu’elle lui tendait la main. « C’est moi, Emily, qu’est ce tu fais ici ? » En côtoyant Valentina, elle avait pris la fâcheuse tendance de tutoyer tout le monde, et le jeune homme n’échappait pas à la règle. Il tendit alors un bras tremblant vers Cupidon qui arrivait aussi sur les lieux. « Non, tu n’es pas mort, tu ne peux pas l'être ce n’est pas possible … » Déjà Emily sentait la colère l’envahir alors qu’elle pensait qu’elle pourrait rendre visite à celle qui devait le protéger. « Non, c’est moi qui l’ai amené, c’est ma surprise. » Alors là, elle ne comprenait plus rien à la situation et elle était presque rassurée de voir que Victor était aussi perdu. « Sa femme est morte en couche il y a plus de deux ans, Victor n’a donc plus rien à faire dans ce monde ci, alors je ….je l’ai kidnappé pour toi … » Se laissant tomber au sol, Emily n’arrivait pas à définir ce qu’elle ressentait maintenant. Bien sûr qu’elle était heureuse de revoir Victor, elle qui avait fait un trait dessus, pensant ne plus jamais le voir, mais en même temps, c’était horrible. Valentina avait certes attendu qu’il fasse le deuil de la perte de sa femme et de son enfant, mais elle l’avait arraché à son monde et Emily savait de quoi elle parlait, l’ayant fait la même chose dans des circonstances cependant différentes. « Je suis désolée. » Elle s’excusait, elle lui avait causé trop de soucis et pour une fois, c’est elle qui partit en courant.

Heureusement, le jeune homme n’était pas tellement rancunier et après quelques mois, il pardonna à Cupidon ce qu’elle avait fait. Puis ici, ce n’était pas si mal, beaucoup plus joyeux et coloré que son ancienne vie. Non ce qui coincé, c’était la relation qu’il avait avec Emily. De base, elle était compliquée, mais maintenant c’était pire. Quand ce n’était pas elle qui l’évitait, c’était lui qui l’a froissé en disant un mot qui ne fallait pas. Quand il ne voulait pas participer à la réalisation de la St Valentin, ils s’engueulaient comme des chiffonniers et ils partaient bouder chacun de leurs cotés. Valentina était désespérée de ces deux cas, et faisait souvent office de médiateur. Emily était même aller pleurer dans les bras d’Yseult, que sa relation était cassée. Avant ils s’entendaient pourtant très bien, et elle l’aimait mais là, tout de suite maintenant elle n’arrivait plus à définir ce qu’elle ressentait. Elle s’en voulait d’une part que Victor soit ici, pensant que s’il venait à mourir il ne pourrait retrouver Victoria, mais de l’autre côté de la balance, elle pensait que c’était bien fait pour elle. C’était mesquin, petit, et ça l’énervait au plus haut point. Alors pour arranger tout ça, Valentina les prix à part de la ville, tous les deux, pour mettre les choses au clair, que tout soit précis et que l’amour puisse enfin les réunir. Or tout ne se passa comme prévu car alors qu’Emily écoutait le sermon de sa meilleure amie, que Victor regardait ses chaussures, un nuage énorme s’abattit sur l’endroit où ils se trouvaient, ne laissant aucunes traces de leurs passages ….




Pendant la malédiction


« Roselina, tu n’as pas oublié ton passeport cette fois ? » Fouillant dans son sac, la jeune femme le sortit comme un trophée avec un grand sourire. « Nop c’est bon, nous n’aurons pas besoin de faire demi-tour à l’aéroport. » Vérifiant une dernière fois qu’elle avait tout pris dans son sac, elle suivit sa mère jusque dans la voiture en faisant un petit signe de la main pour son père qui ne pouvait cette fois les accompagner. Sortant une partition de piano, celle du concerto n° 2 de Rachmaninoff, Roselina mina les gestes qu’elle devait faire pour son concert du lendemain. Elle n’était pas stressée, enfin pas encore et elle savait que plus elle lirait sa partition et que moins elle se rendrait compte du temps qui défilait. Elle n’en était pas à son premier concert, oh non, elle était une habituée des grandes salles partout dans le monde, mais c’était toujours le même rituel. Elle prenait l’avion, atterrissaient dans la ville où avait le lieu le récital, elle se faisait réceptionner par le chef d’orchestre quand elle devait jouer avec un orchestre philarmonique, qui leur faisait visiter la ville, et qui l’accompagnait dans la salle ou elle jouerait et c’était là que son rituel commençait. Roselina s’imprégnait de l’ambiance des lieux, ouvrant tous ses sens et ses sacras. Puis elle allait vers l’instrument de ses rêves et commençait à s’échauffer. Le piano était toute sa vie, tout ce qu’elle désirait, ce qui lui permettait d’obtenir cette liberté tant désirée.

Née en Angleterre, dans une grande famille prestigieuse portant même le nom du comté où ils habitaient, elle avait été élevée dans la pure tradition aristocratique et c’était ça qui avait coincé à l’adolescence. Elle n’avait pas envie d’aller dans un collège privé de riches, non elle voulait rester avec les amis qu’elle s’était fait en cachette. Le clash survient à ce moment-là et le piano devint son refuge. Repéré par le chef d’orchestre du conservatoire où elle allait, c’est lui qui plaida la cause à ses parents. Elle devait aller dans un établissement spécialisé, qui ferait ressortir son potentiel tout en ne négligeant pas ses études. Ils acceptèrent avec réticence, Roselina était leur bébé, elle n’avait jamais quitté le domicile familial alors l’a mis en pensionnat, loin d’eux, avaient été une décision difficile. A l’âge de ses 14 ans, elle partit ainsi dans une grande école à Berlin et pour elle, la vraie vie commença enfin. Elle rencontra d’autres personnes, même si au fond, elle ne changeait pas de milieu mais elle était dans une autre ville, dans un autre pays et elle pouvait faire ce qu’elle voulait. Les années passèrent et son don pour le piano éclata aux yeux et surtout aux oreilles de tous. Roselina était transformée quand ses doigts parcouraient les touches blanches et noires de l’instrument. Elle ne jouait pas seulement, elle vivait la musique, et l’a faisait vivre aux autres. C’était comme si elle avait été présente aux cotés des grands auteurs au moment de la composition du morceau et qu’elle connaissait ainsi les émotions qu’ils avaient eu. Tout s’était enchainée rapidement, les contrats pleuvaient et cette vie d’artiste, elle l’avait imposée à ses parents qui ne pouvaient plus rien dire.

Nous avons le regret de vous annoncer que le Boeing F457 à destination de New York et en provenance de Londres a été victime d’un accident tragique.Il n'y a malheureusement pas de survivants, Condoléances aux proches des victimes…

Les parents de Roselina étaient effondrés en apprenant la terrible nouvelle. C’est la compagnie qui les avait appelés en premier, leur expliquant que l’avion avait pris feu pour une raison pour l’instant inconnu, qu’il s’était écrasé et que les corps étaient en charpies. Immédiatement ils s’étaient rendus dans la ville communiqué en privée, pour essayer de retrouver le cadavre de leur fille. Ils firent tous les hôpitaux de la région et aucun n’avait répertorié la jeune fille. C’est avec une immense tristesse, un poids sur leurs cœurs qu’ils décidèrent d’organiser un enterrement chez eux, une messe symbolique pour qu’elle puisse aller en paix au Paradis.

Cependant c’était mal connaître Roselina que de mourir sans se battre. Elle avait survécu à ce crash. L’éclair qui a touché l’avion l’a totalement disloquée et elle s’est faite aspirée par la dépressurisation. Quand elle s’est rendu compte de la chose, elle était alors en chute libre, accrochée à son siège. Hurlant de terreur, de frayeur, elle s’est évanouit. Ce n’était que plusieurs heures après, enfoui sous des monticules de terres, et de feuillages qu’elle a pris conscience de ce qui s’était passé. Elle venait de survivre à un accident d’avion. Certes, dans un très mauvais état, son corps recouvert de sangs à causes de blessures multiples, son bras droit cassé entièrement de la clavicule au poignet, prêt à se détacher à tout instant, les ligaments du genou déchirés avec la rotule en dehors mais vivante. Heureusement que l’état de choc dans lequel elle se trouve, l’a préservé des douleurs monstrueuses, son corps et son esprit s’étant mis dans une optique de survie. Elle s’est retrouvé seule au milieu d’une immense forêt sombre où aucunes âmes n’y vivaient. Elle a marché, pendant des heures, des jours, 5 pour être précis. La sensation de solitude qu’elle n’avait jamais connu par avant l’avait pris aux tripes plus fortes que la faim, la soif et même les blessures. Mais le miracle c’est arrêté là, et Roselina s’est effondrée au sol, en ayant une dernière pensée pour ses parents et en priant pour qu’on vienne l’a cherché.

Ce fut le bruit du bip incessant de la machine qui l’a maintenant en vie qui l’obligea à ouvrir les yeux. Sa vue était trouble, elle n’arrivait pas à distinguer correctement qui était devant elle, et où elle se trouvait. Elle avait l’impression d’être dans du coton et ce n’était pas plus mal. Des bruits rentraient dans ses oreilles mais son cerveau ne les transformait pas en paroles intelligibles. Il lui avait fallu du temps pour se remémorer tous les événements. Oui elle était bien vivante, oui elle avait survécu à ce crash, oui elle se trouvait à l’hôpital mais cependant elle était reconnue comme morte. Heureusement qu’elle était suivie par un des psychiatres de la ville qui l’aida à surmonter cette étape de sa vie. Les semaines et les mois passèrent et Roselina reprenait petit à petit gout à la vie. En sortant de l'hopital, une demi année plus tard,  elle avait voulu appeler ses parents, les avertir que tout allait bien, mais quand elle avait vu sur le facebook d’un de ses cousins éloignés la vidéo de son enterrement, elle décida que couper les ponts serait la meilleure chose. Elle était morte pour eux, alors aller les voir ne pourraient que leur fait encore plus de mal. Trop de temps était passé depuis l’accident et elle ne pouvait décidément pas se pointer comme ça. Alors elle tira un trait sur son passé, qu’elle rangea comme elle disait dans une petite boite au fond de son cœur et commença une nouvelle vie. Le piano ne l’a quitté pas, mais elle ne pouvait plus en jouer autant qu’avant, ayant encore des séquelles physiques. Elle décida alors de l’enseigner, se portant volontaire pour remplacer justement le professeur de musique du lycée qui partait en retraite. Au bout de quelques mois, le directeur l’a titularisa et elle put obtenir salaire pour ce qu’elle faisait. Sa vie n’était pas entièrement rose, les élèves et même les autres professeurs lui faisant la vie dure mais elle s’en fichait, après tout elle avait frôlé la mort alors des remarques acerbes ne pouvaient que couler le long de sa peau. Et puis, elle avait quand même des soutiens, Hippolyte son psychiatre, Valentina la gérante de l’agence matrimoniale qui l’avait faite participer à son premier speed dating et rencontrer par la même occasion le jeune homme qu’elle n’arrêtait pas de croiser Charley. Bon ça, finalement elle s’en serait bien passé mais elle pouvait mettre un nom à ce visage.



Après la malédiction



La levée de la malédiction, pas seulement un jour mais une semaine infernale pour la jeune femme. Tout avait débuté lors d’une sortie scolaire à la patinoire, dont elle avait accepté gentiment d’accompagner les élèves de première. Elle adorait faire du patin à glace alors pourquoi ne pas lier l’utile à l’agréable. L’après-midi c’était plutôt bien déroulé, les élèves avaient été sage et Roselina c’était bien amusée mais alors qu’elle faisait un dernier tour de piste, son genou décida d’aller se promener l’a faisant chuter violemment. Son épaule droite sauta sur l’occasion pour aller dire aussi bonjour au reste de son corps. Elle hurla de douleur alors qu’elle aperçut en plus la fleur qu’elle détestait tant, le perce neige. Sauf qu’a l’arrivée des pompiers, la fleur avait disparu mais pas pour elle. Cependant ses pensées furent trop occupées par la situation actuelle que par la mystérieuse fleur. Le retour à l’hôpital n’était pas de gaieté de cœur, surtout quand on l’a transféré dans la chambre où elle avait passé des mois, après son accident d’avion. Mais pour une clavicule cassée, et une entorse du genou, elle ne devrait pas y rester longtemps. Ça c’est ce qu’elle avait pensé, car dans la réalité, les médecins préféraient l’a gardé en observation. Et son observation se transforma en coma.

Oui, Roselina tomba brusquement dans le coma, alors que les indicateurs physiologiques à côté d’elle s’affolaient. Mais elle ne s’en rendit pas compte, s’était endormie dans son sommeil. Elle rêvait, d’un endroit étrange, du monde des morts. Elle marchait tranquillement ayant l’impression qu’elle connaissait les personnes qui l’a salué d’un geste de la main. Elle traversa différents paysages, pour arriver sur une sorte de promontoire. La vue était magnifique, digne d’un tableau de l’époque romantique allemande. S’appuyant sur la rambarde, elle l’entendit craquer et elle tomba. Ses hurlements se répercutèrent dans tous l’espace alors que sa chute semblait sans fin. Elle atterrit sur des branches d’un chêne, et ses vêtements avaient été remplacé par une robe de mariée. Elle ne comprenait pas ce qui se passait, sa tête allait exploser de douleur. Se relevant tant bien que mal, elle regardait l’endroit où elle était totalement effrayée ; Il faisait sombre, l’air était rempli de souffre et des rires sadiques emplissaient l’air. Elle se pétrifia quand un homme arriva devant elle. Elle ne le connaissait pas, mais son intuition lui disait qu’il était mauvais, malsain. Il disait des paroles étranges, d’amour, de joie, et puis de meurtres. Il rigola, lui annonçant qu’elle serait demoiselle d’honneur toute sa vie et il sortit un sabre. Ses yeux s’écarquillèrent surtout quand elle sentit que ce dernier lui enfonçant l’arme sous son cœur.

Hurlant à la mort, Emily avait la sensation d’étouffer alors qu’elle battait des bras dans l’air. Tous ses souvenirs revenaient comme un tsunami s’abattant sur une plage lointaine. Elle ne faisait même pas attention au fait qu’elle était dans une house mortuaire, que le médecin légiste et son apprenti à côté d’elle, se trouvaient dans le même état, l’un se tenant la tête dans les mains et l’autre l’a fixant droit dans les yeux. Emily sortit alors en trombe, n’oubliant pas bien sur de tomber, se prenant les pieds dans la house. Elle refusa l’aide de Charley, dont elle ne remarqua même pas que c’était lui, et elle courut à l’extérieur pour voir ce qui se passait. Pourquoi était-elle là ? Ou se trouvait Valentina ? Victor ? Iseult ? Etait vivante ou morte ? Des tas de questions se bousculaient dans sa tête alors qu’elle courrait dans la rue, nue comme un ver.

Le temps passa, et Emily s’habitua à cette nouvelle vie. Après tout, ce n’était pas la première fois qu’elle changeait de monde et ce n’était pas ça qui l’avait déstabilisé. Non, c’était ces faux souvenirs, qui se mélangeait avec sa vie d’avant. De plus, elle avait conscience qu’elle était à nouveau morte. Effectivement elle s’en était aperçue alors qu’elle avait retrouvé Valentina, n’ayant pas eu beaucoup de mal d’ailleurs à l’a retrouvé. Cette dernière lui avait alors pris le pouls pour vérifier cette hypothèse. Depuis ce jour, Emily évitait de croiser des médecins, ne voulant pas finir en rat de laboratoire. Sa vie continuait, elle donnait toujours des cours au lycée, elle profitait de la vie comme elle pouvait. Quand à Victor, maintenant Charley, sa relation était toujours aussi tendu qu’a Valentine Town mais ici, à Storybrook, ils étaient les deux seuls de leurs anciennes vies, alors ils se seraient les coudes, entre engueulades et soirées à la plage.
.


crackle bones


Dernière édition par Roselina E. De Gloucester le Sam 28 Jan - 20:46, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 2:27

Mine:
 


RE BIENVENUE MA CHOUQUETTE yeah Oh que oui Oh que oui Oh que oui yeah
Revenir en haut Aller en bas
Tathiana Mauss

avatar
En réalité, je suis
La Fée des Dents
☂ Conte : Les cinq légendes

☂ Emploi : dentiste et Gardienne de la mémoire
☂ Camp : Le bien
☂ True Love : Un pirate qui aime le rhum o/

☂ Avatar : Hayley Atwell
© Crédit :
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 3:12

Re bienvenue Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Pumpkin

avatar
En réalité, je suis
Le roi des citrouilles
☂ Conte : The Nightmare before Christmas

☂ Emploi : Dirige la boutique de Farces & Attrapes, Ospipailleur
☂ True Love : My dearest friend, we could gaze into the stars...

☂ Avatar : Theo Hutchcraft
© Crédit : Grey Wind
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 7:51

Lucain Rebienvenue


Je pense que vu le nom et les smiley c'est Chestilly :uh: ! Et puis Emily Love nous faudra un super lien Feu

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Vents Contraires
Couché sous les pluies diluviennes. Un vestige de tes lèvres. Quelques chrysanthèmes, d'un Joyeux Noël. Je t'ai criée sur tous les toits jusqu'à perdre haleine, jusqu'à prendre le froid qu'aucun feu n'apaise...
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t224-everyone-hail-t
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ Camp : True Neutral
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 9:11

Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Haaaawn mais je suis carrément fan du choix de perso avec Holland Roden Oh que oui gniaaah ! Feu rebienvenue ! Love Love et bonne chance pour cette nouvelle fiche mimi

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Rebekah Stormborn

avatar
En réalité, je suis
La fille du Léviathan
☂ Conte : folklore germanique & légendes phéniciennes.

☂ Emploi : pirate dans l'âme, barmaid & videuse au RH.
☂ Camp : celui de mon gang, de mon sang.
☂ True Love : je hum... c'est-à-dire que... *part se cacher*

☂ Avatar : Cintia Dicker.
© Crédit : Grace + Elsa + Morri + Kiki + Ceri.
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 11:41

Oh que oui Oh que oui Oh que oui Holland + Emily, c'est ce qui s'appelle un match parfait *-*
Re-bienvenue et bonne continuation pour ta fiche mimi Calin 3

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Our cracking bones make noise
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
No legacies in this world ♆ Just the water. It pays us and then it claims us, as if we'd never been here at all.
 
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1801-fiche-terminee
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 12:38

Val': Love Oui je suis là ma Titine Vicieux Cute

Lély: Merci *-*

Jackella: mimi Comment t'es trop forte Vicieux Sérénade Vuiii Oh que oui Oh que oui Vive la #teamSquelette *-*

Dada: Oh que oui Contente que ça te plaise *-* Et merci pour m'avoir laisser prendre le Vava Sérénade

Bekah: Oh que oui Vuiii quand je réfléchissais à un perso' j'ai eu comme un flash pour les deux *-* je me suis dit c'est elle Oh que oui *-*

Merci à vous *-*
Revenir en haut Aller en bas
Liam Jones

avatar
En réalité, je suis
Mister "Good Form"
☂ Conte : Pirates des Caraïbes

☂ Emploi : Aucun
☂ Camp : Heroes
☂ True Love : /

☂ Avatar : Richard Madden
© Crédit : Faits par plein de gens
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 13:53

Chess Love

Moi j'ai su que c'était elle à cause d'Holland MDR

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Trinquons ma jolie, Yo ho !
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1949-ohe-ohe-capita
Queen A. Crimson

avatar
En réalité, je suis
Shinku
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Videuse au Rabbit Hole
☂ Camp : Je suis mon propre chemin.
☂ True Love : Nous pouvons nous aimer sans qu'il y ai de véritable amour

☂ Avatar : AnnaSophia Robb
© Crédit : Jane [vava] | anaëlle [sign]
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Jeu 14 Juil - 14:47

Moi j'ai su que c'était elle parce que sur la cb avant elle avait utilisé trop de smiley :uh:

Re bienvenue à toi Sérénade Sérénade Et mon dieu Holland Roden quoi Bave Bonne chance pour ta fiche !

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Will you hold me tight and not let go ?
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Symphony ... ⊹ And now your song is on repeat and I’m dancin' on to your heartbeat. And when you’re gone, I feel incomplete. So if you want the truth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1805-terminee-je-vo
Morrigan O'Conelly

avatar
En réalité, je suis
Morgane la Fée
☂ Conte : Légendes arthuriennes

☂ Emploi : Prof d'Histoire Géo
☂ Camp : I'm just Different
☂ Avatar : Katie Cassidy
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Ven 15 Juil - 20:46

Re-bienvenue Oui

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

A venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1855-vous-avez-demande-morgane-t
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Mer 27 Juil - 1:23

Licia: Ouais c'pour ça que j'avais hésité à faire la blague vu que j'avais dit à tout le monde que je prendrais Holland MDR

Lulu: Mais oui MDR genre la nouvelle qui connait tous les smileys c'est louche MDR

Morri: Merci *-*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Mer 27 Juil - 19:45

DP mimi

J'ai fini ma fiche Feu Feu mimi
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   Mer 27 Juil - 23:33


Bienvenue sur Heroes and Villains

Roselina Emily De Gloucester !


Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio! Très jolie et complète fiche la miss !
Te voici prêt/prête à aller jouer dans Storybrooke et ses alentours.
Tu as été ajouté au groupe Selfish.
Pour une expérience optimale, pense bien à recenser ton avatar!
Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un rp dans cette section et tenir à jour ton journal de bord de RP en créant un sujet ici!

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un des admins.

Nos admins chéris sont :
code (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: {FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
{FINITO L'ASTICOT} L'ocean conduit vers de nombreux ports mon enfant, vous accosterais peut-être vers un monde meilleur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives Présentations-