Partagez | 
 

 So angry I could kill • Ruffio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: So angry I could kill • Ruffio   Lun 7 Mar - 18:21


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


Lieserl était en colère, et même bien plus qu'en colère. Cela faisait des mois qu'elle passait presque l'intégralité de son temps au fond de la forêt, à essayer encore et encore de cracher son venin -presque littéralement, puisque son arme était plus une sorte de boule d'énergie plutôt qu'un liquide toxique. On aurait pu croire qu'une telle rage puisse s'estomper au bout de quelques mois ; mais pour Lieserl, c'était bien plus profond, bien plus compliqué que cela. Ça n'était pas que de la fureur pure et simple, et surtout, provisoire ; c'était un sentiment réel qu'elle ressentait dans chaque recoin de son corps, au point qu'elle avait dernièrement piqué quelques crises involontaires ici et là alors qu'elle était connue pour son flegmatisme et son indifférence apparente, et les seules fois où on la voyait exprimer quoi que ce soit, c'était de manière générale quand elle se vengeait de quelqu'un qui avait osé toucher à son ego.

Les gens l'énervaient ; le soleil l'énervait ; se lever le matin l'énervait ; absolument tout l'énervait. Oh, peut-être que tout le monde avait fini par accepter comme des gentils toutous le fait qu'on leur avait volé vingt-huit ans et que même après cela ils n'avaient reçu aucun cadeau, aucun avantage avec cette nouvelle vie à Storybrooke ; mais Lieserl refusait, Krokmou refusait. Déjà que dans le monde des contes, elle avait mis longtemps à accepter son handicap qui l'empêchait de voler de ses propres ailes, mais en plus, ici, on lui avait fait subir la perte de parents qui n'avaient jamais existés, la douleur d'une opération de sauvetage, les conséquences d'un morceau de corps devenu artificiel ?

Alors elle criait, elle crachait, elle courait et tombait encore et encore dans la forêt, au point qu'elle se retrouvait si souvent effondrée sur le sol, incapable de se relever, sa hanche ne le lui permettant pas. Et pendant une heure, elle restait couchée, inspirant à toute vitesse d'abord pour finir sur une respiration lente qu'elle écoutait attentivement, les dents serrées, dans le simple but d'ignorer la douleur et de préserver sa sanité d'esprit. Mais elle avait mal, elle avait mal, et se demandait sincèrement comment elle allait bien pouvoir rentrer chez elle, étant donné que sa jambe n'allait certainement pas l'épargner.

La forêt était silencieuse ; il n'y avait pas de vent, pas même de bruissements de feuilles mortes sur le sol ou de chants d'oiseaux ; elle n'entendait que le lointain murmure de la rivière, et avec lui s'écoulait les secondes, une, deux, trois, quatre, jusqu'à ce qu'une branche craque et que Lieserl concentre toute son attention dessus, essayant de récupérer ses sens de dragon. La tentative fonctionnait une fois sur cent au début, puis sur cinquante, et dernièrement, c'était une fois sur dix ; une fois sur dix, elle ressentait sur le sol la seule vibration du pas d'une fourmi, et les neuf autres fois, elle en était parfaitement incapable.

Mais cette fois-ci, ça n'était pas une fourmi ; c'était ses sens humains qui avaient perçut quelque chose qui traînait dans les sous-bois, et Lieserl se mit aussitôt en état d'alerte, d'abord les yeux grands ouverts, puis en s'accroupissant, avant de terminer debout, bien qu'appuyé sur un tronc d'arbre voisin car sa hanche faisait encore des siennes, malgré la dose d'anti-douleurs qu'elle venait de prendre.

Elle en prenait souvent. De plus en plus souvent.

« Je sais que tu es là, sors des buissons ! »

Elle ne s'adressait à rien ni personne en particulier ; elle savait juste que quelqu'un ou quelque chose se tenait dans les fourrées, quelque part où elle était incapable de le voir. Elle n'aimait pas ce genre de lâcheté, cette absence de courage ; elle préférait que l'on lui fasse face, et franchement, est-ce qu'elle avait l'air menaçante, avec son air épuisé, ses cernes sous les yeux et le tremblement de sa jambe sous l'effet de la douleur ?

Fermant quelques instants les yeux, elle fit de son mieux pour percevoir quelque chose, un son, une trahison ; et, quand une branche craqua sur sa gauche, elle ne réfléchit plus : elle se pencha brusquement en avant, inspirant à fond ; dans sa bouche se forma une petite boule d'énergie bleue, de la même couleur que venaient de prendre ses iris ; quelques secondes plus tard, le buisson sur sa gauche était carbonisé.

Et sur la droite dudit buisson se tenait un jeune homme qui avait l'expression typique des gens qui ne faisaient pas parti des gentils.

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Ven 25 Mar - 16:18

Black is the color of the Shadow



Tak' se baladait en forêt, il survola de en temps en temps, allant de branche en branche, sifflotant quelque peu. Aujourd'hui était une journée calme, un peu trop, il voulait un peu s'amuser mais ne trouvait pas ce qu'il pourrait faire. S'entraîner ? se battre ? Enquiquiner sa sœur ? Mouais, il était peu convaincu. Ou alors enquiquiner un des habitants de storybrook. Il n'arrêtait pas de voir l'autre troufion, franchement s'était un boulet, et il comptait bien avoir sa revanche, foi de Ruffio, la prochaine fois, il mordra la poussière et lui donnera une bonne leçon, il avait eut de la chance la dernière fois, et s'était la dernière. Il gravera d'un R sa peau, pour qu'il garde ce souvenir à vie ! Il aurait pu pendant la malédiction, mais il ne fallait pas qu'il le touche, ça l'énervait!

Heureusement, qu'il avait d'autres défouloirs, entraîner ses guerriers ça s'était tout aussi important, il avait hâte que des batailles viennent. Il était couché sur une branche lorsqu'il entendit, comme des pas précipités et des ...cries. Il mit une de ses mains sur l'arbre où il était. Il sourit quelqu'un peu, sentant les vibrations et l'agitation de cette belle nature. Grandir dans la nature, chez un peuple indien, lui permettait de connaître la végétation et ce langage. Il se pencha et vit effectivement, une demoiselle, courir, du moins essayer. Un peu empotée celle là ! se disait-il. Il se mit à la suivre, de branche en branche discrètement sans qu'elle ne se rende compte de rien. Il la vit s'écrouler. Il la détailla un peu plus tout en descendant, toujours en étant aussi discret, allant et se cachant dans un buisson, l'observant plus en détail.

Bizarrement, lui qui aimait foncer la tête baissé, il aurait pu l'attaquer mais quelque chose l'amusait au fait de juste pour le moment la contempler. Il vit quelques petites choses qui s'était confondu avec son corps. Blessures de guerre ? intéressant. Elle semblait incapable de cracher ce qu'elle voulait, coléreuse, elle était. Il se résolut et fit craquer une branche. Il la vit se concentrer, aurait-elle quelques facultés ? pensa t-il.

« Je sais que tu es là, sors des buissons ! »

Sans blague, elle en avait mis du temps à s'en rendre compte. Il fit de nouveau quelques pas et il vit une sorte de lumière, un réflexe pour se décaler du buisson, alors qu'une seconde après il partit en fumer. Il sourit, une adversaire à moitié à sa taille. Il marchait tranquillement, tournant autour d'elle, jaugeant cette potentielle adversaire, se stoppant devant elle.

"Heureusement, que cette branche à craquer !" , il se retrouva derrière elle, après s'être envolé rapidement, lui soufflant à l'oreille, l'ayant relevé. "vous semblez bien tiraillé mademoiselle". Il la lâcha. "Vous manquez d'exercice!"

Il s'adossa à un de ces arbre, jouant avec son poignard, le faisant tournoyer.

 


Dernière édition par Takoa Ruffy Wakiza le Sam 30 Avr - 12:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Sam 26 Mar - 23:42


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


Lieserl avait mal, elle crevait de mal mais serrait les dents car il était hors de question qu'elle lâche ; elle n'avait jamais été du genre à lâcher, dans cette vie comme dans l'autre. Elle était un dragon, un dragon puissant, un dragon rare qui avait vu son espèce exterminée, un dragon qui avait survécu malgré tous les obstacles, pas juste un humain qu'on avait forcé à vivre la perte de ses parents, qu'on avait forcé à être handicapé à vie, bordel ! Elle serrait les dents très fort. Ça n'était pas elle, cette colère ; ça n'avait jamais été elle. Lieserl était désabusée, cynique, neutre d'apparence ; elle n'était pas enragée… et pourtant. En elle se terrait une fureur profonde, bien au-delà de la haine, qui coulait dans ses veines et envahissait son corps d'une adrénaline nouvelle.

Le garçon avait ce sourire qu'elle n'appréciait que peu, qui fragilisait son ego. Il lui tournait autour, la jaugeait, d'une manière ostensiblement hautaine ; et Lieserl n'aimait pas du tout qu'on la considère avec un tel dédain. Elle était le dragon alpha ! Elle n'était pas qu'une poussière, qu'une poupée soumise aux volontés de puissances supérieures !

Il s'envola. Et un autre sentiment vint assombrir le regard de Lieserl ; de la jalousie. Un humain qui volait ? Et elle n'avait pas même récupéré ses ailes, elle, la maîtresse des cieux ? Il la relâcha, et Lieserl tremblait de colère, profondément offensée de ce contact physique qu'elle n'avait pas sollicité. On ne la touchait pas comme ça, surtout si c'était pour avoir une tête aussi… aussi… enrageante !

« Tu devrais réfléchir avant de parler, surtout avec une tête de psychopathe comme la tienne. »

Elle le défiait du regard, alors qu'elle se savait parfaitement en position de faiblesse ; malgré qu'il l'est relevée, elle n'était toujours pas en mesure de compter entièrement sur sa hanche en mauvais état, et elle s'était appuyée à nouveau contre l'arbre derrière elle. Le dévisageant, elle cherchait à savoir qui il était, d'où il sortait, et pourquoi il était là ; mais elle ne parvenait pas à déterminer quoique ce soit derrière cette chevelure brune et cette aura de mystère qu'il dégageait.

« Tu veux vraiment voir si je manque d'exercice ? »

Elle serra les dents, cette fois de manière apparente, et, prenant une grande inspiration, elle cracha une boule d'énergie dans sa direction ; il l'évita comme si ce n'était qu'une bagatelle, alors qu'elle se retrouvait à quatre pattes sur le sol, respirant beaucoup trop vite. Il fallait qu'elle se contienne ; il fallait qu'elle se calme ; il fallait qu'elle rassemble ses pensées. Après tout, il n'y avait rien de plus dangereux qu'un animal blessé et pris au piège ; et elle était précisément cette créature, prête à mordre, prête à tout pour se défendre s'il avait l'intention d'utiliser son couteau contre elle.

Se calmer. Elle devait se calmer.

Elle ferma les yeux, gardant son ouïe attentive aux moindres mouvements du jeune inconnu ; puis, elle se mit à respirer plus longuement, plus lentement, jusqu'à ce que son rythme cardiaque redevienne normal et que l'adrénaline diminue en quantité dans ses veines. Puis, se relevant, elle arbora un air neutre mais qui ne cachait pas son mécontentement, affrontant l'inconnu du regard. Une main dans le dos, elle s'appuyait à moitié sur le tronc derrière elle, et à moitié sur sa jambe valide.

« Si tu as l'intention d'utiliser ce couteau contre moi, je te suggère de faire ça rapidement, je n'ai absolument pas envie de jouer. »

Elle paraissait désormais moins frénétique, plus contenue ; la Lieserl d'avant se manifestait petit à petit, la Lieserl calculatrice et stratégique, qui prenait son temps pour jauger son ennemi et établir le meilleur comportement à adopter. Au point où elle en était, s'il était là pour la tuer, elle pouvait toujours essayer de se défendre, mais elle se fichait bien des conséquences qui pouvaient en découler : elle qui l'exterminait à coups de boules d'énergie, ou lui qui l'assassinait à grands coups de couteau.

« Tiraillée serait un euphémisme à ce stade, si tu veux tout savoir. »

Elle avait décidé de le tutoyer, non pas par familiarité ou même par condescendance, mais simplement car elle n'avait aucun intérêt à se formaliser avec ce drôle d'inconnu sorti de nulle part. Pour le moment, elle voulait surtout connaître ses intentions.

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Ven 22 Avr - 1:55

Black is the color of the Shadow



Ruffio avait un beau sourire qui arborait son visage. Il avait évité sa deuxième boule d'énergie assez facilement au vue de ses faibles forces. Elle était à quatre pattes, reprenant son souffle et essayant de se calmer. Il fit tournoyer encore son couteau, grimpant sur un des tronc d'arbre couché. Il marchait quelque peu, faisant comme les cents pas, attendant qu'elle reprenne contenance. La tête de psychopathe était un beau compliment. Il avait tout son temps, ce n'était pas comme si il était attendu, tout ce qui importait était la mission que pouvait lui donner Peter et pour le moment il n'y en avait pas. Il irait voir ses élèves un peu plus tard, pour le moment il s'occupait de l'enragée qui se trouvait devant lui.

"Donc je disais bien que tu manquais d'exercice" lâcha t-il pour remuer un peu plus le couteau dans la plaie au vu de son état de faiblesse. Il se rappelait des combats avec sa sœur, enfin là, il n'y avait rien à comparer, cette fille était dans un piteux état, mais son regard, il aimait ce regard qu'elle lui lançait actuellement. Il ne sourcillait pas, le soutenant. Il n'avait pas peur d'elle, il savait qu'un animal blessé pouvait être dangereux, mais justement, il avait appris à résorber sa peur devant ce genre de situation. Il avait appris beaucoup grâce à son peuple et était devenu le meilleur guerrier de son peuple. Étant le fils du chef, ce n'était pas négligeable, destiné à être le chef à son tour. Il avait décidé de ne pas l'être et laisser sa sœur prendre ses responsabilités. Il n'avait pas besoin de ça, il voulait continuer à s'amuser sans se préoccuper de tout ces pitoyables ennuies quotidien que son père avait à faire. Peter avait sa manière de diriger et ils partageaient les mêmes aspirations.

Il bougeait, leur regard se suivait sans se quitter, se jaugeant surement. Ses yeux, ses iris ne reflétèrent aucune émotion particulière sauf un petit air mesquin. "Je ne compte pas te tuer avec ce couteau, ce serait trop facile" Il s'étira et se mit à rire, avant de lancer son couteau, rasant de près sa jeune inconnue, se plantant dans le tronc d'arbre. "Alors comme ça, la vie est dur, tout va mal, rien ne va plus, on a envie de tout casser, de tout envoyer en l'air" jactait-il, toujours en la fixant sans émotions, veillant à garder tout ses sens en éveille et ses réflexes bien dressés. "tu en veux à la terre entière, tu es frustré, déboussolée, perdue, coléreuse, tu veux te sentir mieux plus forte, moins ressentir ces choses qui t'encombres...redevenir celles que tu étais autrefois, une prédatrice ?" comme une lueur, ses yeux brillaient d'un éclat lumineux. Son regard lui avait plu et il avait bien l'intention d'aller jusqu'au bout. Il n'avait pas eu à craindre de la malédiction et à vivre deux vies, non. Mais il savait que presque tous sauf exception, avait due vivre vingt huit ans coincée dans cette malédiction et les voir ainsi ne lui avait pas échappé.

Ce fut drôle et parfois rasoir, Il avait de bons souvenirs comme d'autres ennuyeux. Mais amusant car il y avait un grand nombre de gens différents. Bien sur, le jeu principal était de savoir d'où ils sortaient choses difficile car leur vie était complètement différente. Cependant, s'était drôle de voir comme maintenant qu'ils ont retrouvé leur mémoire, les voir se batailler entre deux caractères, deux vies et de faire avec. Et celle qui se trouvait devant lui, avait en quelque sorte le même comportement que d'autres.

Il s'approcha d'elle assez rapidement pour éviter une nouvelle boule d'énergie, la touchant à sa hanche bancale, la faisant tomber à terre, de nouveau à quatre pattes. Il s'agenouilla, lui tirant les cheveux, évitant son attaque de justesse. 'Il est temps de te libérer de tous ses futilités. La vie..." Il mit ses deux pieds sur son dos et se mit debout, jouant l'équilibriste. "...est un amusement, libère toi de tes chaînes ..." Dans un souffle une poussière s'éleva. Leur deux corps s'envolèrent. Il se mit en tailleur alors qu'il était dans les airs regardant la réaction de la jeune femme, bras croisé.



 


Dernière édition par Takoa Ruffy Wakiza le Ven 27 Mai - 0:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Dim 24 Avr - 17:56


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


Elle retrouvait son calme, peu à peu. Elle redevenait la Lieserl énigmatique, celle qui réfléchissait avant d'agir, celle qui avait besoin d'une stratégie pour se sortir d'une situation précaire. Elle gardait le silence, les dents serrées, et ne broncha pas d'un millimètre lorsque son couteau vint se planter dans le tronc juste à côté de son visage, continuant de le suivre du regard en dissimulant sa colère au fond d'elle-même. Elle connaissait le combat, elle y avait été contrainte dans l'autre monde par l'ancien dragon alpha, elle y avait été forcée par les circonstances ; et son côté dragon de la nuit savait fonctionner dans ces situations dangereuses. La première chose à faire était de ne pas montrer à l'ennemi quand la peur se mélangeait au reste.

« Bravo champion, tu m'as cernée, tu me connais désormais par coeur. »

Son ton dégoulinait de sarcasme, mais son expression restait absente d'émotions ; il jouait le jeu du psychopathe moqueur, le genre qui s'amusait à provoquer sa victime juste pour le plaisir de la voir s'énerver sur des paroles soigneusement choisie. Mais Lieserl n'était pas ce genre de femmes, malgré sa colère, malgré son envie folle de l'exterminer à coups de boules d'énergie, elle n'avait jamais été du genre à se laisser berner par des tentatives aussi misérables de provocation. Elle avait été bien obligée de bâtir une telle carapace autour d'elle, une carapace de mépris et d'indifférence contre tous ceux qui essayaient d'une manière ou d'une autre de lui faire du mal. Elle avait assez souffert, assez pour ne plus être une victime quelles que soient les circonstances, même face à un inconnu aussi insupportable et surtout, aussi armé.

Même s'il avait frappé juste, d'une certaine manière. Oui, elle était déboussolée, colérique, haineuse même, haineuse contre cette sorcière qui avait si peu de dignité qu'elle avait été incapable de supporter une fin heureuse tant qu'elle n'avait pas la sienne ; alors elle avait fait souffrir tout le monde avec elle juste parce qu'elle le pouvait. Et pendant un instant, Lieserl se sentit presque à sa place, tant elle avait elle-même envie de faire souffrir tout le monde, juste pour cesser d'être dévorée par l'impression d'être seule dans cette galère. Elle devait penser à des choses positives, à des éléments dans sa vie qui avaient un minimum de sens pour ne pas sombrer. Harold ? Elle ne le trouvait plus, son meilleur ami, celui qui lui permettait de fonctionner avait complètement disparu de sa vie, et elle ne savait pas ce qui lui était arrivé ; l'inquiétude la gagnait à son sujet plus que la nostalgie des bons souvenirs. Les autres dragons ? Perdus. Perdus, perdus, perdus, tous dans des corps d'humain, tous dépecés de leurs capacités naturelles, de ce qui faisaient d'eux des dragons. Tout le monde avait disparu de sa vie, et même ceux qu'elle avait retrouvé étaient trop occupés à comprendre ce qui leur arrivait pour se poser des questions à son sujet. Elle était seule, complètement seule, sauf pour l'unique personne qui avait été là malgré les obstacles : Niels.

Penser à son mentor, à la seule personne qui avait un minimum de considération pour elle autre que de la pitié, la dotait d'un calme nouveau, un calme olympien. Niels ne paniquerait pas, Niels ne se mettrait pas en colère. Que ferait-il ? Il ferait exactement ce qu'elle-même ferait si elle était calme, il jaugerait la situation et cherchait l'intégralité des solutions qui lui permettraient de s'en sortir. L'inconnu s'approcha et attaqua directement la hanche, faisant tomber Lieserl sous le coup de la surprise et de la douleur ; était-ce si évident qu'il s'agissait de son point faible ? Elle retint un gémissement, et il lui tira les cheveux, la faisant cracher son venin à nouveau, attaque qu'il évita habilement à nouveau, ce qui était plutôt normal vu qu'elle était dans un mauvais angle d'attaque. Ce qu'il n'avait pas vu par contre, c'était que le couteau n'était plus planté dans le tronc.

Et le pas de trop fut de faire ledit pas sur son dos. Il lui marchait dessus comme si elle n'était qu'un vulgaire paillasson, tout juste digne à essuyer ses pieds. Elle était le dragon Alpha, et elle allait le lui montrer.

Elle se sentit soudainement flotter dans l'air ; et, passé les quelques secondes de confusion, elle se sentit plus à l'aise. Après tout, les cieux, c'était son domaine ; elle n'avait plus ses ailes, mais ça ne l'empêchait pas de maîtriser le ciel comme avant. Les souvenirs lui revenaient, les chutes, les battements d'ailes, l'impression de tomber sans jamais toucher le sol ; le sentiment de liberté revenait en elle, et le simple fait qu'elle n'ait plus besoin d'un cavalier lui apportait un ressenti tout nouveau, une transe bienvenue qui nourrissait sa détermination.

« RedBull donne des aiiiiiiles... »

L'inconnu se mit en tailleur, impatient de voir la réaction de la jeune femme ; et celle-ci adopta une attitude frustrée tout d'abord, trompant sa vigilance le temps de préparer son attaque. Puis, une fois qu'elle comprit à peu près comment ne pas perdre le contrôle de son corps en flottant de la sorte, elle fit glisser le couteau le long de son bras jusqu'à atteindre sa main, et, dans le même élan, l'arme tranchante fut expédiée droit sur l'homme ; comme si le temps s'était arrêté, une boule d'énergie partit de la bouche de Lieserl et se sépara avec une lenteur irréelle de la trajectoire du couteau. Désormais, le choix était entre les mains de Rufio : s'il évitait une arme, il se prenait l'autre.

Le temps se remit en marche, et la gravité rattrapa Lieserl, la précipitant sur le sol avec brutalité. Ses yeux restaient fermés, mais ses oreilles grandes ouvertes, tandis qu'elle se relevait aussi habilement que possible pour ne pas rester en position de faiblesse.

« Alors, le psychopathe, ça fait quoi de se faire blesser par une pauvre fille en colère ? »

Respiration. La vue était absente, mais l'ouïe et l'odorat, bien présents.

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Ven 27 Mai - 3:10

Black is the color of the Shadow



Ruffio observait attentivement bien les choses. Lui qui était plutôt irréfléchi de base, était aussi une surface. Il s'en fichait si ça lui portait préjudice car tout ce qu'il avait fait dans sa vie, avait été si passionnant qu'il ne regrettait pas son comportement. Les gens pensaient ce qu'il voulait de lui, ça lui était tout aussi égal, il choisissait là où il voulait aller et il avait trouvé sa place depuis fort longtemps maintenant. Alors, qu'il apprenne à observer, juger les situation, ce n'était pas quelque chose d'étranger pour lui, il avait appris bon nombre de choses, étant un guerrier, s'était la moindre des choses. Cependant, il avait toujours ce côté impulsif qui n'avait guère plu à certains de sa tribu, jugé trop radical parfois. Il était tout et peu de choses à la fois. Il était un de ses mecs populaire qu'on voyait dans les films, l'abruti de service et ça l'avait beaucoup amusé d'être ainsi au lycée. Même si à la fin il savait qui gagnait, mais pas dans la sienne, il changeait le scénario à chaque fois. Un héros quel pathétique invention. Personne n'en était vraiment un, l'homme était égoîste et une bonne raison pour ne pas l'être, un adulte avec ces foutus lois, règles, qui peinaient à suivre, cependant la conclusion était toujours la même, les mauvais fonds en ressortaient toujours plus encore, chaque jour que la vie passait. Lui, s'en foutait, ce n'était que de la psychologie humaine, de la philosophie inutiles car au fond, on savait tous le fin mot de cette histoire. Tout comme cette Mills qui avait voulu une fin heureuse, elle était vraiment naïve.

Il regardait son adversaire, elle semblait revêtir son habituel masque. Il l'avait remarqué, mais sourit plus qu'autre choses à sa réponse sarcastique. La voilà enfin! Il était temps qu'elle se réveille un peu. Il se frotta les mains. Il ne savait pas ce qu'elle pensait, peut-être qu'il l'agaçait ou pas, peut-être qu'il y avait une peur cachée quelque part au fond de ses iris ou non, peut-être qu'elle le trouvait puéril ou juste psychopathe, beaucoup de peut-être et d'hypothèse qui resteraient pour le moment sans réponse. Mais qu'elle pense ce qu'elle veut, car il ne pensait pas à être dans une case particulière. Et puis il n'était pas encore à son maximum. Il aimait bien pimenter les choses.

Il s'approcha d'elle, attaquant d'une certaine manière son point faible du moment, l'obligeant à être à terre. Son sourire ne le quittait plus, leur envole se fit bien amusante à la voir se dandinée pour se rappeler de cette sensation, enfin si il avait vu juste, elle était une des personnes dans la mêlée de Storybrook qui avait eu un penchant pour le vol dans leur monde à eux. Il restait en tailleur, tête sur le côté, un sourcil levé. "Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, bah tu peux pas voler !" il chantonnait cette phrase, qui se voulait non véridique puisqu'ils étaient dans les airs mais elle était pleine de contradiction et puis ça rentrait vite dans la tête. Il prit de nouveau ses barres chocolatées.

Mauvaise idée on dirait! Il vit son couteau être envoyé et d'un sourire vit la boule d'énergie se rapprocher. "Pas trop tôt!" déclara t-il. Cela lui fit lâcher sa nourriture, tout allait vite, il évita cette petite boule lumineuse. Il redescendit directement sur le sol, pieds dessus, profitant de la fumée. Il était à quelques mètres à peine d'elle. Il n'avait pas d'expression particulière, juste ce sourire, toujours le même. Il se mit à applaudir. "Intéressant, tu es pleines de ressources!" si il n'avait pas garder son ton neutre, il aurait pu faire ressortir sa jubilation. Qu'elle soit une fille l'importait peu, même si il avait vécu avec que des garçons ou presque, il n'avait jamais sous estimé la gente féminine et même la traitant de la même façon, il n'y avait qu'à regardé sa sœur pour comprendre. Bien sur, il savait ce que sa voulait dire. Mais à cet instant son ton restait normal. Il applaudit encore et encore.

Si on pouvait regardé de plus près, du sang se faisait voir entre ses mains. Le couteau se fit relancer, planté aux pieds de la jeune femme. "pas mal mais je suis sur que tu peux mieux faire !" provoquait-il ? seul lui le savait. Il laissait son sang couler, ce n'était pas grand chose et inutile de s'en plaindre. Comment il se l'était faite ? Tout simplement en réceptionnant le couteau par la lame avant qu'il ne se plante dans une partie de son corps. "Laisse ton sexe de côté, il n'a pas d'importance", Il s'approcha d'elle venant complètement face à elle. "Tu as un mentor ?" question qui n'avait pas beaucoup de rapport pour le moment...."Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, tu ne peux pas voler ..." répéta t-il, ramassant son chocolat doucement, qui était tombé à ses pieds.

Soudainement, il lui fit un croche pied, le côté où sa hanche était le plus fragilisée et prit le couteau le plante juste à ses côtés, le gardant en main, celle en sang. "La prochaine fois, sois plus respectueuse avec la nourriture!" puis il se retira, laissant l'arme et se positionna sur un tronc d'arbre.

"Maintenant que nous avons fait connaissances, nous pouvons rentrer dans le vive du sujet. Que recherches tu vraiment ?"

Il mangeait simplement. Poser des questions, franchement Ruffy, tu aurais pu la tuer d’ambler. Enfin, il avait peut-être quelque chose en tête. Allez savoir avec lui.

 


Dernière édition par Takoa Ruffy Wakiza le Dim 25 Sep - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Dim 10 Juil - 21:05


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


Que lui voulait ce garçon, au juste ? La tuer ? Certainement pas, si c'était son objectif il l'aurait fait depuis longtemps. Non, là, il jouait, il jouait comme un chat avec une souris à demi-morte, juste avant de la manger. Et Lieserl n'appréciait aucunement que l'on se joue ainsi de sa personne. Elle n'était le pantin de personne, elle n'était pas faible, et elle n'était pas sur le point de céder au comportement enfantin d'un psychopathe de service qui ne prenait absolument pas le combat au sérieux. C'était d'une évidence totale étant donné l'attitude désinvolte qu'il prenait à chaque coup, continuant de mâcher sa fichue nourriture avec un air d'abruti de service façon mauvaise série américaine.

À nouveau, elle ne broncha pas quand il lança le couteau à ses pieds ; à la place, elle le fixait du regard, tout en utilisant le temps qu'il lui laissait pour souffler et minimiser la douleur qu'elle ressentait au niveau de sa hanche. La prothèse artificielle ne supportait pas particulièrement d'être ainsi malmenée ; et apparemment, elle n'était pas non plus adaptée au vol, si bien que Lieserl se sentait parfaitement incapable de tenir sur ses jambes si cela devait se produire. À moins de mettre tout le poids de son corps sur sa jambe valide… En quelques gestes minutieux, elle se releva, dans une pose étrange certes mais la plus confortable possible.

« Tu poses beaucoup de questions. Qu'est-ce que ça peut te faire que j'ai un mentor ? »

En entendant sa question, à vrai dire, son cerveau s'était automatiquement dirigé vers deux personnes très différentes et qui pourtant symbolisaient tout deux l'idée qu'elle pouvait se faire d'un mentor ; Cloud, qui était plus son ancien tuteur qu'un véritable mentor, mais dont le rôle avait été plutôt important dans sa vie et dont elle ne pourrait probablement jamais pardonner les actes, lui qui se voyait comme un sauveur venu des cieux alors qu'il n'était qu'un narcissique irresponsable. Mais surtout, ses pensées avaient rejoint Niels, cet homme à la voix douce qu'elle avait rencontré il y a si longtemps dans un hôpital ; lui qui malgré ses jambes artificielles ne montrait pas la moindre faiblesse et qui était devenu pour Lieserl un exemple à suivre. Jamais ne l'avait-elle vu se laisser aller à des émotions fortes, et c'était précisément ce qui faisait la faiblesse de Lieserl et son ego un peu trop nourri.

Elle poussa un petit cri quand l'inconnu lui fit un croche-pied, avant de se retrouver à quatre pattes sur le sol, les dents serrées ; ce type était gonflé à un point inimaginable, mais c'était exactement ce qu'il voulait. Il cherchait à la provoquer encore et encore, mais pourquoi ? Pour qu'elle déverse sur lui ses pouvoirs à pleine puissance ? Elle n'allait pas le satisfaire. Jamais. Malgré qu'il ait frappé exactement à son point faible physique, et qu'il s'approchait de plus en plus de son point faible mental.

« Je ne cherche rien du tout. À part à te faire déguerpir illico histoire que je puisse me promener en paix. »

Il n'y avait pas d'agressivité dans sa voix, uniquement une détermination sans faille ; et, cette fois sans chercher à le cacher, elle saisit le couteau avant de se mettre à nouveau sur sa jambe valide. Son équilibre était précaire, mais au moins, elle était debout, et pour de bon cette fois-ci.

« Et toi alors, si t'as envie de me tuer, tu veux pas accélérer le processus ? Ton blabla me fait largement plus souffrir que tes attaques de bras cassé. »

Que cherchait-elle ? C'était une excellente question. Une issue, une réponse, un sens à sa vie bafouée par le destin. Elle qui avait été arrachée à son utopie, à sa vie de dragon heureux auprès d'Harold, elle ressentait au fond d'elle-même une haine profonde à l'égard du reste de l'humanité et de tout ce qui était vivant, mais surtout, à l'égard de ceux qui pouvait continuer à sourire malgré qu'on leur ait retiré tout ce qui leur était cher.

« Tu descends de ton arbre histoire qu'on règle cette histoire propre en ordre ? »

Et pour souligner son propos, elle lança le couteau droit sur lui, sachant pertinemment qu'il allait l'éviter. Elle n'avait pas besoin de son arme pour se battre. Elle pouvait se débrouiller seule, sans l'aide de personne.

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Lun 26 Sep - 0:25

Black is the color of the Shadow



Rufio était plus qu'amusé par la situation, le blabla n'était pas quelque chose d'habituel, mais le jeu en valait la chandelle, alors il faisait un effort, à vrai dire pour l'exaspérer plus, il pourrait aller au contraire de ce qu'elle souhaitait. Il aurait pu la tuer au moins dix fois si il l'aurait voulu. Pourtant là, il voulait s'amuser et il l'avait décidé ainsi et puis, quoi de mieux pour s'entraîner, la provocation était aussi dans ses cordes, il attaquait avant et parlait ensuite sauf si son assaillant était déjà mort. Il ne cherchait rien en particulier et pour lui toute cette situation était sérieuse, amusante, car il le voyait ainsi, mais en tant que guerrier, il savait le sens du combat et savait faire les différences. Cependant allier le plaisir à un moment propice comme celui-ci n'avait rien de honteux, ni de mal, pourquoi s'en priver après tout.

"A vrai dire, je m'en fiche que tu es un mentor, mais ça serait logique au fond" répondit-il feintant un visage dédaigneux et arrogant.

Tout ça l'amusant encore plus, il jouait sur tout et sans limite, il n'en avait pas au fond, presque du moins. Même si il était connu pour ses actes et non son bavardages, les gens ne le connaissaient pas réellement. Il n'était pas con, mais il s'en foutait qu'on ne le pense, il était assez impulsif, mais là il prenait son temps, car sinon parfois ça ne sera pas appréciatif. Il fallait bien s'éclater dans la vie !

Il regardait la jeune femme, alors qu'il venait de la mettre à terre. Il l'observa, prenant son temps avant de répondre. Elle avait un bon potentiel et ce qu'elle lui avait lancé, ces sortes de boules de feu, l'entraînaient bien et cela lui plaisait. Elle ne se donnait pas à fond, s'était assez évident qu'il voulait la pousser à bout, mais il s'en fichait, il n'avait rien à cacher pour le coup, du moins c'était ce que les gens pouvaient comprendre de lui. Il lui sourit grandement.

"Le blabla est parfois intéressant, même si je dois bien avouer que vous seriez déjà morte depuis le début. Mais pour l'heure je n'en ai pas envie, ça serait dommage de gâcher le peu de volonté que vous mettez pour vous défendre. Tu peux faire mieux!" répondit-il. Et puis la mort pouvait qu'être délivrance dans certaine situation, alors qu'être lent était une douce torture, pire qu'une mort rapide et parfois, il pouvait agir ainsi. Voulait-il vraiment la tuer ? Peut-être ou non.

Il se percha sur une branche, prenant tout son temps, en mangeant un peu de chocolat. Il sourit à sa phrase, pourquoi se presser, la vie était cool, prenons le temps. "Pourquoi se presser, faut profiter un peu de ce beau paysage avant", ça ne valait pas Neverland, si beau, là où il avait grandi, connaissant que ce lieu, jusqu'à cette putain de malédiction. Bien sur qu'il avait découvert des choses dont il ne connaissait rien, et pour certains, il avait plutôt apprécié. Mais Neverland par moment lui manquait pendant ses années ci. Ses bois, cette forêt qui était les siens, leur campement avec celui de Peter. Qu'il avait été heureux d'y remettre les pieds.

Quelques minutes passèrent, il voyait l'agacement de la jeune femme. Il voyait que sa prise était pauvre. Il descendit direct sur le sol, mains sur les hanches. "Bien bien alors passons aux choses sérieuses" il avait dans une de ses mains le couteau, qu'il rangea, il n'avait pas eu de difficulté pour l'intercepter. Il n'avait pas sa réelle arme sur lui pour le moment mais il n'avait pas besoin de cela. Il prit un caillou. Un caillou, une pierre, oui, il voulait déjà faire un petit truc. Il le lança et comme prévu, il eut l'effet prévu. Et avant qu'elle n'attaque ou autre, il en lança plusieurs d'affiler. Il visa sa hanche une nouvelle fois, avant de prendre un bout de bois, telle une sorte de lapidation, évaluant les réflexes de la jeune femme et la mettant à bout, la voulant voir dans son vrai jour et non dans cette vision de souffrance, réelle sans doute mais qui cachait sa véritable volonté et force.

Tout en lançant, plus rapidement, alternant au bois à la pierre, il se déplaçait, vigilent sur tout ce qui était autour et surtout sur son adversaire. Il faisait un travail d'analyse et d'entraînement. Il ne reculait devant rien et son regard malgré son sourire amusé, était des plus sérieux, même si rien ne passait émotionnellement parlant, il avait un regard déterminé et attentif. Il était souple dans ses pas, léger. Là les choses prenaient une autre tournure.

 


Dernière édition par Takoa R. Wakiza le Sam 12 Nov - 6:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Dim 9 Oct - 15:17


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


Les choses prenaient enfin une tournure un peu plus sérieuse ; même si le garçon avait toujours un air peu avenant sur la figure, il avait fini de jouer, et ça n'était pas pour déplaire à Lieserl. Elle le toisait, debout sur ses jambes en faisant de son mieux pour ignorer la douleur provoquée sur sa jambe invalide.

« Oh, je vois que monsieur a de l'ego et le goût des jolis paysages. Tu sais, si j'en avais envie tu serais mort aussi depuis longtemps. »

C'était les premières notes, les reliques de ce qu'elle était en train de redevenir ; elle ne le savait pas encore mais quelques temps plus tard, elle allait faire qu'un avec le dragon Alpha qu'elle était, avec cette puissance insoupçonnée qui sommeillait au fond d'elle-même. À cet instant, dans cette forêt cependant, elle n'était que l'ombre de ce qu'elle était réellement, et elle n'en avait pas la moindre conscience.

Elle eut un mouvement de recul quand il jeta la première pierre, amusée que l'expression puisse prendre un sens si littéral en cet instant ; mais son sourire se dissipa rapidement quand une pluie de cailloux suivirent le premier, prenant pour cible évidente son point faible : sa hanche. Elle sera les dents et se mit à une sorte de danse, des mouvements souples et rapides qui visaient à éviter les pierres aussi souplement qu'elle en était capable, bien que certains venaient percuter ce qu'ils cherchaient et la faisait grimacer aussitôt. Elle continuait de danser ainsi, bien qu'elle sentait que la fatigue n'allait pas tarder à l'handicaper et elle se devait d'agir au lieu de subir avant que ce psychopathe ne mette réellement ses menaces à exécution.

D'un mouvement souple, elle se jeta sur le côté, prenant refuge derrière le tronc d'un arbre ; bien sûr, elle n'était pas invisible, mais ça faisait une barrière suffisante aux cailloux qu'il ne cessait de lui jeter. Elle perçut comme un son amusé provenant de son adversaire, mais elle ne lui en tint pas rigueur tant elle travaillait sur elle-même pour ne pas se laisser aller à la colère. Puis, toujours aussi vive, elle se mit à circuler sur un périmètre presque circulaire, prenant toujours plus d'espace en se cachant tantôt derrière un arbre, tantôt sous un buisson, pour à la fois détourner l'attention de son ennemi et l'empêcher de pouvoir l'apercevoir trop rapidement en prenant de la hauteur puisque Monsieur pouvait voler. Elle l'aurait jalousé si elle en avait eu l'envie, regrettant de ne pas avoir dans son dos deux ailes puissantes.

Qu'est-ce que son ancien elle lui manquait… Elle aurait tout donné pour retrouver ce corps puissant, cette magie de dragon qui animait ses veines autrefois et lui permettait d'avoir un regard si condescendant sur le monde. La Furie Nocturne, la créature la plus crainte de tous les temps par les humains, réduites à ce corps de poupée faible, un destin si funeste quand on savait la noble créature qu'elle avait été autrefois. Mais elle se devait de ne pas se laisser aller à la colère ; elle était certes beaucoup moins imposante et intimidante, mais c'était précisément là qu'elle devait chercher des avantages. Elle était fine, légère et silencieuse ; elle semblait fragile alors qu'elle possédait une force qu'on ne soupçonnerait pas. C'était ça qu'elle devait utiliser contre cet abruti de service qui semblait déterminé à la tourner en bourrique.

Arrivée à une certaine distance, elle se mit à grimper rapidement dans l'arbre, prenant autant de hauteur qu'elle en était capable, satisfaite de voir que son ennemi lui tournait le dos incertain sur la localisation de sa cible. À peine eut-il le temps de lui sussurer de sortir de sa cachette qu'elle se jeta sur lui, poussant un cri seulement quand elle parvint à entourer le corps de son ennemi de ses bras, l'envoyant tête la première sur le sol en prenant soin de bien appuyer sur sa nuque pour qu'il vienne manger le sol de manière très littérale. Satisfaite, elle se releva d'un bond et reprit à nouveau refuge derrière des fourrées, faisant aussi peu de bruit que possible pour éviter de se trahir.

Il avait envie de jouer ; il était servi…

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Sam 12 Nov - 6:28

Black is the color of the Shadow



Rufio ria mais plutôt intérieurement s’agitant aisément, lançant encore et encore ses fameuses pierres jusqu’à qu’il se stoppe. Il restait concentré, ne parlant pas. Il était sur le qui vive. Il voyait ses difficultés mais il ne sous estimerais pas son adversaire, attendant que sa colère ne sorte de ses tripes. Elle était tenace et têtu et cela prouvait toute sa valeur sur le tas. Un guerrier n'abandonnait pas, il irait jusqu’au bout jusqu’à qu’il ait ce qu’il voulait. Parfois il fallait admettre ses erreurs mais Rufio ne connaissait pas cela. Et il n’en voyait pas l’utilité actuellement. Il était un guerrier et fier de l’être, être le fils du chef indien, était un devoir d’être le meilleur. Maintenant, il était aux côtés de Peter et depuis rien ne pourrait changer cela, il faisait ce qu’il voulait si Peter était satisfait. S’était nettement mieux qu’à l’époque indienne.

Rufio regardait la jeune femme se déplacer, il fronça des sourcils et la perdit pendant une seconde. Cette seconde fut de trop car rapidement sa tête heurta de pleins fouet le sol, s’enfonçant bien comme il faut dans celui-ci, sentant la satisfaction de la demoiselle. Il se releva tant bien que mal, s'essuyant, bougeant sa tête, un goût de sang dans la bouche, ses os craquaient, une pointe de douleur s’était mis en place. Il se mit à applaudir alors qu’il balaya les lieux. “Bien bien ! Bravo la miss tu fais enfin des efforts! Continuons ainsi” il avait ce petit sourire malsain, enfin ils vont pouvoir s’amuser.

Il se déplaça rapidement se cachant dans un des buissons. Apprendre à se camoufler était aussi de leur ressort. Il examina la situation et se mit en hauteur. Il vit un bout de peau et son sourire s’agrandit. Il ne faisait aucun de bruit grâce à sa petite viré dans les airs. Il lui tapotant l’épaule et il recula alors qu’elle avança vers lui, le vide sous ses pieds. Il se mit à tournoyer autour d’elle, de plus en plus rapidement. Il la fit projeter vers quelque chose de dur. “Tu m’as dit que tu aurais pu me tuer, alors vas-y essaie bon sang! Tu penses que pour moi c’est un jeu ? Peut-être “ il sourit et se précipita vers elle son poing levé, mais il atterrit sur le tronc.

Plus le temps passait et plus les coups fusaient, le rythme s’était accéléré et Rufio remarquait qu’elle semblait fatigué pour lui. Il prit des morceaux de bois et les lança comme des couteaux. “La colère doit être extérioriser, tu sembles toujours aussi frustré” il la prit par la gorge, la balançant une nouvelle fois. Lui il saignait au coin de la lèvre. “Je ne sais pas ce que tu étais mais là tu n’as pas l’air de l’être” Il sortit son épée et chargea sur la demoiselle.
 


Dernière édition par Takoa R. Wakiza le Lun 26 Déc - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Mar 15 Nov - 15:43


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


La hanche de Lieserl commençait à avoir raison d'elle ; sa jambe lui faisait un mal de chien, et elle savait que si elle continuait à ce rythme elle risquait des dommages permanents sur sa prothèse, et de manière générale sur sa capacité à se mouvoir, ce qui était positivement hors de question. Elle se souvenait encore de la déception grande qu'elle avait ressenti en sachant qu'elle ne pourrait plus faire d'athlétisme -sa passion durant la malédiction, passion qui ressemblait plus qu'à un lointain souvenir maintenant qu'elle savait que la Lieserl de la malédiction n'était qu'un mensonge de grande envergure. Et cette chute monumentale n'arrangeait rien, bien qu'elle ressentait une satisfaction totale de lui avoir enfoncé le visage dans les feuilles mortes sur le sol de la forêt.

« Des efforts ? Petit, c'est de la bagatelle jusque là... »

À vrai dire ça n'était pas autant de la bagatelle qu'elle l'aurait voulu ; elle grimaçait, sa hanche craquait presque sous l'assaut des efforts qu'elle faisait et elle savait pertinemment que si elle voulait gagner sans conséquences permanentes sur sa santé physique elle allait devoir ruser, trouver un moyen de le neutraliser pour pouvoir déguerpir sans qu'il ne se mette à la suivre. Elle était encore cachée derrière des fourrées, mais pas suffisamment puisque Ruffio lui tapota l'épaule, lui faisant pousser un petit cri de surprise en se retournant, avançant vers lui pour tenter une attaque frontale qui se solda par un échec, tandis qu'à la place elle se retrrouva projetée contre une petite roche qu'elle percuta au niveau de l'épaule, serrant les dents devant la douleur. Elle s'appuya sur ses bras minces pour se relever aussi aisément que possible, évitant de justesse le poing de Ruffio qui partit mourir sur un tronc d'arbre à côté.

« Oh mais ce serait trop facile mon pauvre, je ne tues pas avant d'avoir pu jouer un peu avec ma proie ! »

Elle prit une posture féline au moment où elle voulut se jeter sur lui à nouveau, dents en avant ; mais il esquiva à son tour, et bientôt ce fut un incessant ballet qui naquit entre les deux, chacun envoyant des coups pendant que l'autre ripostait tant bien que mal, et bientôt, Lieserl sentit sa respiration s'allourdir et son coeur battre à une telle vitesse qu'elle en avait presque mal. Ruffio en profita pour l'attraper par la gorge, la lançant un peu plus loin comme une pauvre poupée de chiffon, tandis qu'elle frappa le sol avec toute la rage dont elle était capable.

« Ce que j'étais ne te regarde pas, et je te garantis que tu ne veux pas savoir de quoi j'étais capable si tu ne veux pas finir en petit tas de cendres insignifiant. »

Elle se releva, mais la douleur était telle qu'elle tenait à peine en équilibre sur sa jambe valide, adoptant une posture si peu naturelle qu'on aurait pu la croire tordue, mais c'était le seul moyen de soulager un maximum sa hanche handicapée ; puis, avec vivacité, elle décida qu'il était temps d'attaquer sur tous les fronts, puisque monsieur semblait vouloir voler, il allait bien finir par chuter. Lançant une première attaque, une boule d'énergie bleue droit sur lui, elle plongea en avant pour se retrouver en dessous, lançant une nouvelle boule d'énergie explosive ; se relevant, elle se précipita derrière lui pour en jeter une troisième, puis, se mettant légèrement en hauteur sur un tronc d'arbre coupé, elle inspira à fond pour laisser échapper une nouvelle boule d'énergie mais bien plus électrique que les précédentes, et pendant un instant, la forêt prit des allures de peinture abstraite striée d'éclairs bleus et de flammes tout aussi bleues, piégeant Ruffio au milieu de cet enfer d'attaques venant de partout en même temps. Elle jouait le tout pour le tout ; mais au moins, il avait de quoi s'occuper le temps qu'elle se mette à courir le plus loin possible des lieux du sinistre, s'arrêtant pour prendre refuge dans ce qui semblait être un ancien terrier de renard. Les secondes passèrent, et le silence envahit la forêt…

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Lun 26 Déc - 22:36

Black is the color of the Shadow



De la bagatelle ? il avait un petit sourire à ce mot qui sonnait si vieillot. Si cela l'était alors il pouvait en dire la même chose dans l'autre sens, ce qui l'amusa plus qu'autre chose à dire vrai. Il prenait les combats au sérieux, et pour lui ce qu'il se passait à présent en était un mais aussi un très bon entraînement. La malédiction avait été un calvaire, quelque chose qu'il voudrait oublier en soi. Et à cet instant il ne pensait à rien sauf à se battre, comme lors de certains de ses entraînements presque à mort dont son paternel avait le secret. Vivre en tant qu'indien, n'était pas aussi docile et si libre qu'on pouvait le croire surtout sachant être le futur dirigeant de la tribu. Alors, quand il avait rencontré Peter Pan, ça avait été une libération. Certes il y avait aussi des règles, des lois, des principes, des directives, mais une liberté plus qu'exploité qui traduisait ce qu'ils étaient, des enfants perdus. Le jeu avait été un mot d'ordre très important et ce qu'elle dit par la suite ne fut que lui donner le sourire.

Alors qu'une valse s'enchaînait, se rendait bien les coups par coups. "Une proie, au moins une belle proie, il y a pire..." et il eut un rictus, alors que son poing croisa le fer avec un tronc d'arbre. "Salut l'arbre" avant de reprendre la bataille acharnée. "Le jeu une bien belle aventure" proclama t-il.

Il n'avait pas peur de la mort, une des choses qu'on lui apprenait. Pourtant il savait une chose que peut-être la malédiction, bien la seule chose d'ailleurs, lui avait appris. La peur de la mort réveillait des instincts qu'on ne pouvait soupçonner. Elle enclenchait la survie et il sut d'où venait cette motivation dont il faisait preuve dans Neverland. Le jeu était une fatalité aussi chez eux et le jeu était aussi un mode de survie bien encré. Bien à eux.

Il l'envoya plus loin, la laissant s'écraser, prenant une grande inspiration comme pour ce concentrer presque à l'extrême. "Je pense bien que tu le peux, à ton avis...quel est mon but avec toi " ce n'était pas une réelle question mais plus une réflexion qu'elle pourrait se faire. Après tout, il aurait tout aussi la tuer. Mais il aimait chercher des personnes qui pourraient être à la hauteur, comme pour s'entraîner. Il avait sentie sa frustration en elle, cette colère et peut-être qu'aujourd'hui avait été un jour de bonté. Il était sois disant jeune mais certaines chose ne l'échappait pas et à cet instant tout ce qu'il cherchait à faire était de faire ressortir une chose en elle. Mais cela sera propre à lui. Elle voulait le tuer..alors qu'elle le fasse.

Il vit son regard, il vit sa posture, il vit son attention. Là son sérieux était au maximum. Elle allait tenter le tout pour le tout. Alors qu'il était sur le qui vive, ses attaques s'enchaînèrent. Une sorte de brouillard bleuté s'éleva, l'électricité qu'il ressentie dans tout son corps, l'ayant atteint de pleins fouet alors qu'il avait pu éviter la deuxième attaque, le fit mettre un genou à terre. Il ne voyait plus rien pour ainsi dire et se sentait tout engourdi, comme des millions de fourmi qui s'éclatait à s'installer bien docilement dans tout son être. Sa respiration plus saccadée, fermant les yeux pour se calmer.

La douleur...une bien belle amie qui la connaissait bien. Il avait mal, elle avait bien réussi son coup bien rusé la petite et ça lui plaisait. Il se releva légèrement grimaçant un peu plus mais dégourdissant malgré tout ses membres pour enlever toutes ces fourmis qui l'agaçaient. Il le faisait en silence sans gémir même si intérieurement ça n'était absolument pas agréable. Ses vêtements ne ressemblaient d'ailleurs plus à grand chose. Par la suite, un temps se passa dans un silence de plomb, la douleur était beaucoup moins forte, alors il s'assit en tailleur, tel un indien, les yeux fermés, les oreilles grandes ouvertes, laissant la brise s'abattre d'une douceur inouï sur son visage. La nature était son chez lui.

Comme dans un calme olympien, il se releva, se laissant guider. Il voulait d'autant plus jouer. Il boitait légèrement. Sans un bruit spécifique se mettant à léviter pour s'empêcher d'en faire plus se sachant claudiquant. Il vit une sorte de trou où une personne pourrait se cacher. D'un coup il se mit devant faisant un "Bouh!" Mais le fail avait été de mise. Il se mit à rire -fou celui-ci- alors qu'il lévitait une nouvelle fois. Il fit ainsi tout les trou qui était sur son passage, riant de plus en plus et de plus en plus fort. Pourtant son regard reflétait quelque chose d'autre qui était difficile de définir.

Tout en aillant ses rictus rieur, il déclara. "Dommage que tu sois arrêter en si bon chemin, tu y étais presque, pas encore assez de cran pour m'assommer ou me tuer vraiment ma petite dame !" Il se mit sur une pierre, en tailleur comme plus tôt, sortant sa barre de chocolat qui avait réduit depuis tout à l'heure, non pas parce qu'il en avait mangé mais parce qu'une petite boule bleu d'énergie avait eu faim de ce nectar bien humain.
 


Dernière édition par Takoa R. Wakiza le Mar 14 Fév - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☂ Conte : Dragon

☂ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☂ True Love : Broken hearts stitched together

☂ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Dim 8 Jan - 19:20


Take me to the dark side

Lieserl & Takoa


Sa hanche lançait dangereusement, lui prodiguant une vague de douleur bien plus intense qu'elle ne l'avait anticipé ; et elle savait que même si elle sortait vivante de ce drôle de combat, elle allait probablement devoir ramper jusque chez elle vu l'état dans lequel se trouvait sa jambe. Couchée dans une position inconfortable au fond de ce trou salvateur dans les bois, elle essayait de respirer le moins fort possible, bien qu'elle avait l'impression que si elle n'accélérait pas le rythme, ses poumons éclateraient. Elle ne voyait pratiquement rien au dehors, seulement un espace entre deux arbres où elle guettait avec anxiété l'apparition d'une paire de jambes ennemies ; car elle savait qu'elle avait effectivement donné sa pleine puissance dans l'état où elle était, se demandant pourquoi Ruffio ne s'était pas encore chargé de la tuer purement et simplement. Il aimait jouer, certes ; mais un chat ne laissait pas sa proie s'échapper après avoir joué avec, alors si elle n'était pas encore morte, c'était parce qu'il avait des intentions dont elle ne connaissait pas encore la nature.

Que devait-elle faire ? Ne pas paniquer, bien sûr. Ça n'était pas son genre, de toute manière. Mais il existait en elle un éternel conflit entre l'instinct pur, la volonté d'attaquer de front sans réfléchir et de laisser ses gestes dominer ses choix, et la raison, la réflexion, la volonté de mesurer chacun de ses mouvements, de calculer l'impact de chacun de ses mots. Un conflit interne peut-être entre son côté dragon, animal avant tout qui fonctionnait au fil de ce qui lui arrivait, et l'humaine qu'elle avait été durant cette satané malédiction, bien plus fragile certes mais bien plus réfléchie que son alter ego d'avant. Alors pour l'heure, elle restait vautrée dans cette cache improvisée, se demandant ce qui allait être le prochain coup de son adversaire imprévu du jour.

Mais pourquoi ne pas l'avoir tuée tout de suite ? Surtout qu'il était loin d'être stupide, il avait très rapidement déterminé le point faible de la jeune femme, cette maudite hanche que la levée de la malédiction n'avait pas magiquement réparé, et avec lequel elle allait devoir vivre pour le restant de ses jours. Et puis, elle savait pertinemment qu'il avait survécu cette dernière attaque, bien qu'elle ait pu rivaliser en puissance avec nombre d'attaques peu communes dont faisaient preuve les grands sorciers de la ville ; une bonne grosse dose d'électricité mélangée à un feu étrange qui pouvait sonner un bon moment le plus résistant des esprits. Peut-être cherchait-il en elle une adversaire à sa taille ; l'épargnant d'abord pour voir l'étendue de ses capacités, et ainsi pouvoir jouer suffisamment longtemps pour que le jeu en question en vaille la chandelle. Mais Lieserl n'appréciait pas particulièrement de n'être qu'un pion de l'histoire ; non, elle était une fonceuse, un point essentiel de la narration, et elle n'allait certainement pas laisser un homme volant mettre un terme à son existence si facilement, nageant peut-être dans l'espoir falacieux que si elle devait mourir, ce serait de manière épique, inattendue, voire carrément héroïque, et non pas exécutée avec nonchalance par un psychopathe en train de faire sa promenade du dimanche.

Posant sa tête entre ses mains, elle réalisa l'état de fatigue intense dans lequel elle se trouvait. Sa tête tournait, lançait, un peu comme si la douleur dans sa hanche lui remontait au cerveau et l'empêchait de penser suffisamment rationnellement. Elle n'avait pas l'intention de bouger de sa cachette, à moins que l'indécent ne vienne la tirer par les chevilles pour l'en sortir de force ; mais tant qu'il ne la trouvait pas, elle ne bougerait pas, elle le laisserait faire le tour de la forêt à sa recherche si cela lui plaisait, bien que son sang se glaça lorsqu'elle entendit l'importun lui sommer de sortir de sa planque de manière très stratégique, essayant de provoquer sa colère et son sens du défi pour la pousser à terminer ce qu'elle avait commencé. Mais elle avait trop mal partout, dans sa hanche mais dans le reste de son corps aussi, qu'elle avait beaucoup trop poussé pour compenser son handicap ; et la fatigue endiguait chacun de ses mouvements, la persuadant malgré ses envies de lui clouer le bec de rester bien sagement là comme un chiot apeuré, une fuite peu gracieuse et certainement pas honorable, mais si il y avait bien une chose qu'elle avait appris au fil du temps c'était que la survie n'avait rien d'honorable ou de gracieux, qu'elle requérait de mettre toute fierté de côté si l'on voulait revoir la lumière du jour.

Entendant les pas de son adversaire s'éloigner, elle s'autorisa un soupir silencieux, avant de bouger avec une lenteur d'escargot pour se mettre dans une position non pas confortable mais viable, et qui ne mettait plus aucun poids sur sa hanche. Ce relâchement de tension eut cependant l'effet inverse, laissant la douleur grimper en elle en même temps que l'adrénaline quittait ses veines, grinçant des dents de se retrouver ainsi comme un rat d'égout dans un vulgaire terrier sale et humide. Elle était si loin, la belle époque des dragons qui fusaient dans le ciel comme des rapaces ! Couchée sur le dos, elle posa ses mains froides sur son visage, sentant sa respiration se calmer peu à peu ; et sans vraiment s'en rendre compte, sommeil et inconscience se mélangèrent d'un seul coup, la faisant plonger dans un état de somnolence étrange, au point qu'elle perdit toute notion de réalité...

Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Takoa R. Wakiza

avatar
En réalité, je suis
Rufio
☂ Conte : Neverland

☂ Emploi : Lycéen et d'autres travaux à côté.
☂ True Love : Laissez moi rire !

☂ Avatar : Shiloh Fernandez
© Crédit : Avatar : CZART MOJE
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   Mar 14 Fév - 14:36

Black is the color of the Shadow



Un vent frais se fit sentir. L'air le détendait. Il avait le sourire malgré les quelques douleurs qui pouvaient se faire sentir. Mais il n'y pensait pas sur l'instant, profitant de la brise qui se levait. Il aimait cette nature. Il aimait se retrouver dans ce milieu, lui rappelant son chez lui. Il avait toujours eu plus de respect pour ces lieux, que les personnes qu'il pouvait rencontrer. Cela dépendait qui et pourquoi. Comme cette jeune femme. Elle semblait si vulnérable, si crispée de sa situation. Il pourrait la prendre par pitié, mais au fond, elle lui avait prouvé quelque chose. Elle voulait s'en sortir et bizarrement, sans forcément de le reconnaître, il voulait qu'elle se redécouvre elle même. Il avait vu un certains potentiel et il savait qu'elle pouvait donner plus.

Il l'avait longuement regardé. Cela pouvait bien ne pas lui ressembler, mais en tant que guerrier, voir le potentiel d'une personne était de son fait. Il était assis face à elle, elle allongée, évanouie. Il avait longuement pensé tout en mangeant son chocolat. E au final un sourire s'élargie sur son visage.

Il regarda la carte qu'il avait dans sa main. Il vit l'adresse qu'il cherchait. Il se leva. Il se pencha soulevant le corps de la jeune femme, la portant sur son dos, mettant ses bras autour de son cou. Il marcha doucement mais sûrement. Arrivé a destination. Il la mit contre le mur, sans brusquerie ni douceur pour autant. Il chercha pendant quelques minutes l'objet qu'il désirait, tombant sur des clés, ouvrant la porte, la reprenant, claquant la porte avec son pied derrière lui. Il l'allongea sur le canapé. Il regarda tout autour de lui.

Il se dirigea vers les pièces, trouvant enfin la salle de bain, fouillant dans la pharmacie. Il bouscula un peu le tout jusqu'à trouver de l'aspirine. Il rentra dans la cuisine, prenant un verre trouver dans un placard mettant de l'eau dedans. Il alla de nouveau dans le salon déposant le tout sur la table basse, avant de sortir de la maison comme si il n'était jamais venu.

Il prit la direction du centre ville.

The End
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1427-un-lb-pret-a-e
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: So angry I could kill • Ruffio   

Revenir en haut Aller en bas
 
So angry I could kill • Ruffio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Les Alentours :: La Forêt-